Cliquez ici pour écouter ma chronique du 27 février à L’après-midi porte conseil.

Ce billet fait suite à celui du 21 février dernier: De l’arsenic dans un produit santé.

Folklore

« Arsenic » fait partie de ces mots qui évoquent toutes sortes d’images à sa simple mention. Dès qu’on parle d’arsenic, les souvenirs du pouding à l’arsenic (Astérix et Cléopâtre) ou de l’empoisonnement de Napoléon font surface. Pourtant, la toxicité de l’arsenic n’est pas très sévère. Saviez-vous que Cléopâtre et toutes les grandes dames de l’Empire Romain se maquillaient avec des sels d’arsenic, de plomb et d’autres poisons? Ces sels étaient très prisés parce qu’ils ont des couleurs vives.

Mais passons outre ce folklore et regardons ce qu’est véritablement la toxicité de l’arsenic.

Un oligo-élément…

Pour certains animaux, l’arsenic est un oligo-élément nécessaire à la vie, au même titre que le zinc pour l’homme. L’arsenic se retrouve donc dans notre environnement depuis que le monde est monde, contrairement aux pesticides, plastiques et autres substances crées par l’homme, et notre corps a appris le traiter, à en éliminer une grande partie.

Forme et toxicité

La toxicité de l’arsenic varie selon la forme de cet élément:

· La forme métal n’est pas absorbée, donc pas toxique.

· Les formes inorganiques, comme les oxydes, sont les plus toxiques. La dose létale (la dose nécessaire pour tuer la majorité des individus) varie de 1,5mg/kg de poids corporel pour l’oxyde d’arsenic (As2O3) à 500mg/kg pour l’acide diméthylarsinique (ADMA).

· Comme mentionné dans le billet précédent, certains composés organiques, comme les dérivés de sucres ou d’acides aminés, ne sont pas considérés comme toxiques.

Symptômes d’intoxication

Les cas d’intoxications aiguës ont été documentés après ingestion d’eau de puits contaminés contenant des concentrations de 1,2 et 21,0 mg/L. À partir d’une consommation moyenne de 2 litres, on peut estimer grossièrement la dose ingérée à 2,4mg à 42mg (2400mcg à 42000mg) par jour durant quelques jours.

Les symptômes d’une intoxication aiguë sont:

· Douleurs abdominales

· Vomissements

· Diarrhées

· Douleurs musculaires et aux extrémités

· Faiblesse

· Rougeurs de la peau

Après deux semaines:

· Engourdissements et picotements aux extrémités

· Crampes musculaires

· Des boutons (érythème papuleux) accompagnent les rougeurs

Après un mois:

· Paresthésie brûlante des extrémités (sensations de brûlure aux doigts, mains et pieds)

· Hyperkératose palmo-plantaires (cornes sur les mains et les pieds)

· Lignes de Mee sur les ongles (ligne ou dépression horizontale dans les ongles des mains)

· Détérioration progressives des réponses motrices et sensorielles (atteintes neurologiques

Intoxication chronique (arsénicisme chronique):

· Pigmentation

· Kératose

· Neuropathie périphérique (sensations de douleur, aiguilles ou anesthésie aux extrémités)

· Cancer de la peau

· Troubles vasculaires

· Cancers divers

· Etc.

Symptômes les plus courants

Chez des adultes de 70kg qui auraient consommé soit 700mcg par jour sur une période de 5 à 15 ans, soit 2800mcg par jour sur une période de 6 mois à 3 ans, les symptômes les plus couramment observés sont des lésions cutanées comme de l’hyperpigmentation, des verrues et de l’hyperkératose (beaucoup de corne) des mains et des pieds.

Retour sur l’étude

Suite à l’entrevue à Radio-Canada, j’ai reçu une communication de Paul Paquin PhD, de l’INAF à l’université Laval (Institut des nutraceutiques et des aliments fonctionnels) qui a aussi étudié ce dossier. Voici quelques précisions quant à la portée de l’étude ici, au Canada (et probablement ailleurs dans la francophonie).

Produits américains

Les produits testés par les chercheurs étaient tous des produits américains. Aucun produit canadien.

Question de dose ingérée

Les teneurs des barres sont données en nanogrammes par gramme (ou parties par milliard [ppb]). Les barres contiendraient entre 8 et 128ng/g ou ppb. Dans l’article de La Presse, les experts cités comparent cette teneur à la teneur maximale de l’eau potable permise par Santé Canada qui est de 10 ppb. Il semble donc, à première vue, que les barres sont extrêmement concentrées. Par contre, il ne faut pas oublier la quantité consommée pour obtenir la dose ingérée.

La consommation d’eau totale d’un individu moyen est estimée à 2 à 3 litres par jour. Donc 2 à 3 litres X 10 ppb = 20 à 30mcg par jour. Une étude de Santé Publique Canada de 2006 parle d’ailleurs d’une exposition moyenne, chez les canadiens, de 48mcg par jour.

Le format des barres varie de 30 à 45g X 8 à 128 ppb = entre 0,24mcg et 5,76mcg par barre (en admettant que les barres les plus contaminées soient aussi les plus grosses…) La valeur moyenne, selon les chercheurs, est de 3,64mcg.

Donc, il faudrait manger entre 5 et 125 barres par jour (8 en moyenne) pour atteindre la dose de 30mcg par jour (ce que Santé Canada considère comme limite sécuritaire maximale pour une consommation d’eau quotidienne de 3 litres).

Limites de la méthode d’analyse

Selon les chercheurs, leur méthode d’analyse n’est pas très précise. Les teneurs estimées d’arsenic inorganique peuvent varier de +/- 30% (de 64% à 124% du taux réel). Un tel manque de précision met en doute la valeur des résultats obtenus, ou plutôt la possibilité d’extrapoler ces résultats sur le marché en entier.

Conclusion

Les produits évalués sont américains. Cela signifie-t-il que les produits canadiens en contiennent aussi? C’est possible, mais je ne le sais pas. Idem pour tous les produits à base de riz. À vous de décider si vous devez réduire votre consommation.

Dans une démarche santé, nous essayons toujours de limiter au maximum l’ingestion de polluants/toxines/poisons. Cependant, je pense qu’il ne faut pas paniquer. Je ne m’empêche pas de manger une pomme parce qu’elle n’est pas bio. Je sais pourtant que je consomme un peu de pesticides…

N’oubliez pas non plus que, pour que des symptômes d’intoxication se manifestent, il nous faudrait consommer 700mcg d’arsenic inorganique par jour durant 5 ans. C’est énorme! Bref, la toxicité de l’arsenic est réelle, mais ce n’est pas alarmant aux doses rapportées dans l’étude.

Références:

1. Jackson BP, Taylor VF, Karagas MR, Punshon T, Cottingham KL. Arsenic, Organic Foods, and Brown Rice Syrup. Environ Health Perspect. 2012 Feb 16. [Epub ahead of print] PubMed PMID: 22336149. (texte complet accessible gratuitement)

2. http://fr.wikipedia.org/wiki/Arsenic

3. Santé Canada. L’arsenic, effet sur les humains http://www.hc-sc.gc.ca/ewh-semt//pubs/water-eau/arsenic/effects-effets-fra.php

4. Comité fédéral-provincial-territorial sur l’eau potable. Recommandations pour la qualité de l’eau potable au Canada : document technique L’arsenic. Santé canada mai 2006 http://www.hc-sc.gc.ca/ewh-semt/alt_formats/hecs-sesc/pdf/pubs/water-eau/doc-sup-appui/arsenic/arsenic_f.pdf

9 commentaires

  1. en fait arseniode burat:
    solution à 1% de triodure d’arsenic methyl arsiné
    posologie conseillée
    enfants : 2gttes par 24 h et par année d’âge
    adultes: 50 gttes par jour

    1. Ai été en 1957 alors que j’étais une petite fille âgée de 7ans atteinte d’une agranulocytose suite vraisemblablement à la prise d’arseniode buriat.
      Avez vous d’autres témoignages ?

  2. Je ne sais pas où poser ma question dans votre site mais j’aimerais savoir ce que vous pensez de l’oxygénothérapie avec du peroxyde d’hydrogène pris de façon orale à raison de 1 à 5 gttes/jour. On parle de peroxyde alimentaire mais où peut-on s’en procurer? ESt-ce que le peroxyde à 3% (donc déjà dilué à la bonne dose) en pharmacie pourrait être utilisé? Est-il sécuritaire?

    Merci pour votre réponse

    1. Bonjour Louise,
      Sécuritaire, oui. Utile? J’en doute beaucoup.
      Malgré le courriel que vous avez reçu et le site internet qui en fait l’apologie, le peroxyde d’hydrogène oral ne passe pas la barrière de l’estomac. Dès qu’il y a contact entre l’acide de l’estomac et le peroxyde, il y a libération d’oxygène. Faites-en la preuve avec du peroxyde et du vinaigre. Vous verrez.
      Cet oxygène sera libéré sous forme de rapport (éructation) et ne sera pas absorbé.
      Bref, ça ne tient pas la route.
      Santé!

  3. je me souviens d’avoir été soignée d’asthénie petite fille avec de l”arseniode” du laboratoire buriat, qui contenait de l’iodure d’arsenic: ceci était censé avoir des vertus thérapeutiques que vous n’évoquez pas du tout: qu’en pensez-vous?

    1. Bonjour Mme Salvagniac,
      Ce produit, l’arsénoïde du laboratoire Buriat, a bel et bien et vendu en France et probablement dans d’autres pays d’Europe. J’en ai trouvé mention dans certaines archives. Ni le produit ni le laboratoire n’existent de nos jours. À ma connaissance, il s’agit d’un reliquat d’autrefois. Ce produit n’a aucun fondement selon la pharmacologie contemporaine. Je n’ai pas trouvé la dose, ni la posologie. Il se peut que ce produit ait été un produit homéopathique. Dans quel cas, il est conforme aux matières médicales. Arsenicum iodatum est utilisé pour le tuberculinisme, donc, entre autres, dans des cas d’asthénie.
      Santé!

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

*