Gluten, moi non plus! – vidéo « Dogmez-vous? »

Voici un petit cadeau pour le Temps des Fêtes : une nouvelle capsule avec Dr Dogm, PhD en science infuse. Le sujet? L’intolérance au gluten! Parce qu’il faut bien en parler avec tout ce qui se dit sur le sujet…

Si, à l’écoute ou à la lecture de cette capsule, vous vous sentez interpelé(e) à faire le test proposé à la fin, vous n’êtes pas obligé(e) de commencer tout de suite! Attendez donc après la période des Fêtes et faites-en votre résolution pour le début de l’année 2018. 🙂

Bonne écoute! Je vous souhaite de très joyeuses Fêtes en santé!

Pourquoi parle-t-on de l’intolérance au gluten?

Dr Dogm: Ben voyons, le gluten fait partie de l’alimentation santé. Les seules personnes qui devraient s’en méfier sont les céliaques. Ils ne sont que 1% de la population!

JYD: Alors dites-moi, pourquoi tant de gens affirment-ils se sentir mieux après l’avoir éliminer ?

Dr Dogm: C’est une mode. S’ils coupent le pain, ils mangent moins, donc ils perdent du poids. C’est simple, mais ça n’a rien à voir avec le gluten.

JYD: Pas tout à fait. On sait qu’il existe vraiment une intolérance au gluten non céliaque. Cette intolérance peut toucher jusqu’à 30% des gens!

On sait aussi que le gluten est une protéine très difficile à digérer. Elle peut produire dans votre corps des molécules qui ressemblent à la morphine : des gliado-morphines.

Ces « morphines » agissent sur notre système nerveux et peuvent entraine de la somnolence (s’endormir 1 heure après les repas, sans raison apparente), un trouble de concentration que certains appellent du brouillard mental, et même une dépendance alimentaire (pourquoi, pensez-vous, est-ce si choquant pour certains de seulement penser à couper le blé et le gluten ?)

C’est pour ça que, chez certaines personnes, le fait d’arrêter le gluten leur redonne la clarté d’esprit. Elles n’ont plus de brouillard mental, elles ne s’endorment plus après les repas, elles ont moins de lien émotionnel avec la bouffe.

Dr Dogm: Mais non, si elles s’endorment, c’est qu’elles ont trop mangé. C’est connu, quand on mange trop, on s’endort. D’ailleurs, je viens de manger une grosse pizza et plus je vous écoute, M. Dionne, plus je… Je vais aller faire mon petit snooze…

Effet sur l’inflammation et les douleurs

JYD: Plusieurs personnes rapportent que le fait de couper le gluten a éliminé l’inflammation et les douleurs. C’est le cas de Mme Jacqueline Lagacé, qui a publié le livre « Comment j’ai vaincu la douleur et l’inflammation chronique par l’alimentation » (https://jacquelinelagace.net/ )

L’explication est très plausible. Certaines personnes ont un intestin perméable qui laisse passer des fragments de protéines qui, normalement, devraient rester dans l’intestin pour être éliminés.

Le gluten est une très grosse protéine que le corps humain ne peut pas digérer complètement. Ses fragments partiellement digérés passent au travers de l’intestin et se retrouvent dans la circulation sanguine. Une fois dans le sang, ils sont reconnus par le système immunitaire qui les considèrent comme un ennemi et les attaque. C’est là qu’ils causent plusieurs problèmes :

  • Inflammation
  • Douleurs articulaires
  • Altérations du système nerveux
  • Réactions de type allergique (respiratoire ou cutanée)
  • Maladies auto-immunes
  • Etc.

Pourquoi l’intestin devient-il perméable?

JYD: Plusieurs facteurs sont impliqués dans le développement de l’intestin perméable, dont :

  • La prise d’antibiotiques, qui affectent nos bactéries protectrices
  • Les additifs alimentaires, comme les agents de conservation
  • L’excès d’hygiène
  • Un microbiote (ou flore intestinale) mal en point
  • Des intolérances alimentaires, comme celle au gluten et aux produits laitiers

Oui, vous avez bien entendu. Le gluten peut aussi être responsable du développement de l’intestin perméable. Donc, chez les personnes sensibles, les fragments de gluten irritent la paroi de l’intestin et la rendent plus perméable. Cela leur permet ensuite de se retrouver dans la circulation où ils causent d’autres dommages.

Dr Dogm: Ce n’est pas prouvé. On glisse sur les pentes enneigées de la crédulité de la population!

Des preuves?

JYD: Des preuves ? Déjà en 2012, une étude clinique sur 266 personnes, publiée dans le Journal américain de gastroentérologie, montre que l’intolérance au gluten non céliaque est une réalité et qu’il faudrait que les cliniciens soient avisés.1 En 2015, une autre étude montre que les gens qui ont une intolérance au gluten, céliaque ou non céliaque, ont un risque beaucoup plus élevé de développer une maladie auto-immune.2

Dr Dogm, il est peut-être temps d’arrêter de répéter les mêmes choses et de vous mettre à jour.

Dr Dogm: Pas crédible… En plus, c’est dangereux de couper le gluten, car on coupe aussi plein de bons nutriments et on peut donc avoir des carences!

Des carences en quoi?

JYD: Dites-moi, qu’est-ce qu’il y a dans le blé (ou les sources de gluten) qu’on ne retrouve pas ailleurs dans l’alimentation? Tout ce qu’on trouve de bon dans le blé, on le retrouve dans les grains sans gluten comme le sarrasin, le quinoa, le tef, ou encore les graines comme le lin, le chia, etc. On peut très bien s’en passer sans aucune carence. Par contre, il est vrai que c’est difficile dans notre société de ne pas manger de gluten, les grains qui en contiennent sont partout!

Si vous avez des symptômes incommodants, comme des douleurs ou de l’inflammation, et que vous pensez que le gluten pourrait être en cause, faites-le test par vous-même!

Couper toutes les sources de gluten durant un mois et écoutez votre corps. Observez-vous. Vous sentez-vous mieux?

Après un mois, faites le défi : mangez un repas riche en blé et voyez comment vous vous sentez. Vous saurez tout de suite si vous devez éliminer le blé et le gluten.

Autres articles sur le gluten

Autres capsules « Dogmez-vous? »

Références:

  1. Carroccio A, Mansueto P, Iacono G, et al. Non-celiac wheat sensitivity diagnosed by double-blind placebo-controlled challenge: exploring a new clinical entity. Am J Gastroenterol. 2012 Dec;107(12):1898-906; quiz 1907. doi: 10.1038/ajg.2012.236. Epub 2012 Jul 24. PubMed PMID: 22825366. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/22825366
  1. Carroccio A, D’Alcamo A, Cavataio F, et al. High Proportions of People With Nonceliac Wheat Sensitivity Have Autoimmune Disease or Antinuclear Antibodies. Gastroenterology. 2015 Sep;149(3):596-603.e1. doi: 10.1053/j.gastro.2015.05.040. Epub 2015 May 27. PubMed PMID: 26026392. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/26026392

16 réflexions au sujet de « Gluten, moi non plus! – vidéo « Dogmez-vous? » »

  1. Monique Labelle

    J’ai bien aimé votre vidéo sur le gluten. En plus il y a les gènes qui nous aident à trouver des réponses. J’ai fait faire le test génétique de salive avec www23andme.com, je vais dans la partie raw data , je tape le nom du gène HLA-DQB2 qui donne que c’est le gène facteur de risque d’être celiac 3, dans mon génome. Celiac 3 ou appelé celiac silencieux. Et il y a les tests sanguins DQ2 et DQ8.
    Je trouve déplorable que les gastro-entérologues exigent encore que l’on passe la gastroscopie avec biopsie pour prouver cette maladie. Et vu que mon corps était très malade et réagissait ds les heures suivants mon ingestion de gluten, j’avais arrêté d’en consommer. Et la biopsie était négative.

    Et comme un allergologue m’a dit dernièrement quand tu as une dermatite herpétiforme et que l’on a fait une biopsie de ses lésions, on peut savoir si on est coeliaque.
    Dans votre vidéo j’ajouterais peut-être le lien de la Fondation des maladies coeliaques du Québec.
    Et je parlerais un peu du risque de contamination. Exemple quand la personne avec qui tu vis continues à manger du gluten et contamine le pot de mayonnaise sans gluten.
    J’adore vos vidéos. J’aimerais tellement que les pharmaciens au Centre de cancérologie de Gatineau soient formées en santé de produits naturels. Pour qu’ils soient capables d’ajouter des produits naturels suppléments pour aider lors des traitements de chimio.
    Bonne journée!

    Répondre
    1. Jean-Yves Dionne Auteur de l’article

      Merci Monique
      Oui, très souvent, il faut faire les démarches soi-même parce que même si le MD est ouvert et veut faire les tests, ceux-ci ne seront pas offert au laboratoire de l’hôpital, austérité oblige. Bref, il fait s’armer de patience et d’acharnement
      Santé!

      Répondre
  2. Maria Acosta

    Excellente présentation, je me permes quelques commentaires parce que c’est impératif de bien comprendre que :
    TOUTES les céréales contiennent du gluten, sans exception. Vous n’avez qu’à lire les ingrédients d’une canette de nourriture de chat : gluten de riz; ou allez dans une pépinière et demandez du gluten de maïs.
    Ce que varie est le pourcentage de gluten. Ce qu’il faut, est connaître notre niveau de tolérance et pour le trouver il faut éliminer toutes les céréales et pas seulement celles SABOT (Siegel, Avoine, Blé, Orge, Triticale) pendant trois à quatre mois, un mois n’est pas suffisant. Ensuite, introduire celles avec le taux plus bas taux : riz et riz sauvage. Si tout va bien, inclure le teff qui est une céréale basse en gluten. Pas besoin d’aller plus loin. De temps à autre, une personne peut envisager à consommer, par exemple le kamut ou l’épeautre (1% comparé à 69% du blé), qui sont théoriquement bas en gluten, quoi que le risque de réagir est grand parce qu’il reste encore beaucoup à apprendre à la science et fort probable ce n’est pas seulement le gluten le problème, mais une fraction de la séquence d’une protéine du complexe de protéines qui composent le gluten.
    Le sarrasin et particulièrement le quinoa, l’amarante et le canawa sont plus nutritifs que les céréales. Le déficit nutritionnel si on suit un régime sans gluten n’est qu’un mythe. Pourquoi les autres céréales ne sont-elles pas incluses dans le régime officiel? Parce que la culture céréalière est la plus importante au monde, particulièrement celle du maïs; un choix politique a été fait pour protéger ce marché. La preuve, des cœliaques qui suivent le régime SABOT, seulement 50 % améliorent leurs symptômes et de ceux qui vont mieux avec ce régime (de mémoire) 85 % n’ont pas une normalisation de la villosité intestinale.
    Joyeuses fêtes et célébrez en remplaçant dans vos recettes favorites les farines et grains céréaliers par de farines et graines non céréalières. Avec un peu de pratique, personne ne va soupçonner qu’elles sont sans gluten.

    Répondre
    1. Jean-Yves Dionne Auteur de l’article

      Merci Maria pour ces précisions.
      La question du gluten est complexe. Je n’ai pas abordé le rôle de certains pesticides dans le développement de l’intolérance comme le glyphosate qui est impliqué.
      Santé!

      Répondre
  3. Yves Dugas

    Bonjour Yves, question comme ça Dr Dogm , est un autre nom pour le pharmachien ??!!
    Votre article est pertinent, mais selon Mmme Acosta il y aurait d’autres formes de gluten (protéines) à part SABOT qui sont plus facilement assimilables ?

    Répondre
    1. Jean-Yves Dionne Auteur de l’article

      Bonjour Yves
      Le Dr Dogm est un reflet d’une certaine pensée et non d’une personne en particulier…
      Oui, plusieurs grains contiennent une protéine similaire au gluten mais pas toutes causent autant d’intolérance. On peut aussi inclure dans la réflexion les méthodes culturales (pesticides), les grains mutés par l’agriculture (approche Seignalet), etc. Bref, si vous avez des intolérances, gardez un esprit ouvert pour trouver votre solution.
      Une autre piste de réflexion : les lectines alimentaires peuvent entrainer des réactions inflammatoires.
      Santé!

      Répondre
  4. Godin

    Bonjour
    Jai aussi des problemés intestinaux ( megadycocolon entre autre ) et je prends des probotiotiques tous les matins .
    Pensez vous qu’un régime sans gluten serait’adapte dans mon cas ?
    Si je veux tenter l’expérience …..quel démarche alimentaire ?
    Mer i

    Répondre
  5. Jean-Marc WILVERS

    Ma femme et moi en avions marre du pain du boulanger. Maintenant, elle fait son pain elle-même (avec de la farine de riz). Cela revient un peu plus cher, et occasionne plus de travail, mais le résultat en vaut la peine. On se sent mieux à tout points de vue.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *