• Recherche

Il y a en ce moment une recrudescence de sites Internet qui se font porte-parole de l’orthodoxie bienpensante. Je ne les nommerai pas, mais vous en avez certainement entendu parlé, et y avez même probablement jeté un coup d’oeil. La détox est dans la mire de plus d’un.

L’argument majeur des bienpensants contre la détox est que le corps est conçu pour se nettoyer tout seul, que le foie n’a pas besoin d’aide. Plusieurs avancent aussi que les produits naturels et plantes médicinales utilisés pour la détoxication présentent des dangers. Par exemple, une lectrice m’a transmis cette citation : «[…] ceux-ci ne sont généralement composés que d’extraits de produits naturels ou de plantes médicinales telles le chardon-Marie, l’artichaut ou le pissenlit. Elles ont comme effets de stimuler la production de bile ou d’urine. Et c’est rarement efficace. Toutefois, chez certaines personnes ces plantes peuvent même causer du tort.»(1)

Malgré de bonnes intentions pour prévenir les lecteurs que «les régimes miracles: c’est voué à l’échec à long terme» (ce qui est tout à fait vrai: il n’existe pas de miracle, ni en alimentation ni en habitude de vie; seuls les changements durables portent fruit), des affirmations sur l’inefficacité des plantes médicinales et leurs risques (non-spécifiés), sans aucune référence, relèvent d’une opinion, d’une idéologie, de ce que vous voulez, mais pas de l’information, ni de la science.

Ceci dit, passons aux vraies affaires et regardons les faits et la science par rapport aux objections des bienpensants.

1- Le corps sait très bien se détoxiquer tout seul

Si le corps pouvait toujours se détoxiquer de façon optimale, les maladies associées aux accumulations de toxines/toxiques n’existeraient pas. Malheureusement, ce n’est pas le cas. Plusieurs conditions sont associées à l’incapacité du corps à se débarrasser de substances nuisibles tant endogènes (que nous fabriquons) qu’exogènes (provenant de l’environnement).

Quelques exemples

Le foie gras (stéatose hépatique) est une accumulation de gras dans le foie qui peut être due à l’abus d’alcool et/ou à la consommation importante et de longue durée de sucre, en particulier le fructose (https://www.jydionne.com/nouvelle-tendance-le-foie-gras/ & https://www.jydionne.com/le-fructose-au-banc-des-accuses/).

La goutte est associée à une incapacité d’éliminer correctement l’acide urique qui se dépose alors dans certaines articulations (notamment le gros orteil) et entraine une arthrite très douloureuse.

Plusieurs troubles neurologiques sont dus à une accumulation de mercure et/ou d’autres métaux toxiques provenant soit de l’environnement, soit des poissons, soit des amalgames dentaires (https://www.jydionne.com/metaux-neurotoxicite-et-allergies/).

Les personnes qui travaillent avec des solvants, comme les peintres de voiture (body shop), même s’ils portent de bons masques, sont sujets à des intoxications à ces solvants qui attaquent le foie.

Même la gueule de bois est due à l’accumulation d’un métabolite toxique de l’alcool, l’acétaldéhyde.

Toutes ces conditions sont associées à une accumulation de certaines toxines ou substances toxiques.

Aider le processus de détoxication

Il est vrai que la meilleure approche est d’éliminer la cause, mais ce n’est pas toujours facile! Dans la majorité des cas, le fait de supporter les émonctoires (organes d’élimination) avec des ingrédients détox facilite le retour à la santé.

Par exemple, dans les cas de stéatose hépatique, le chardon-Marie est utilisé avec succès pour éliminer les accumulations de gras intrahépatique.(2) Il serait surprenant que votre médecin vous suggère cette option, tout simplement parce que la majorité d’entre eux ne sont pas formés dans ces méthodes thérapeutiques. Par contre, ce même chardon-Marie est très utilisé en Europe de l’Est. Le chardon-Marie est aussi utile contre la toxicité des solvants.(3)

Plusieurs ingrédients sont connus pour favoriser l’élimination des poisons que sont les métaux toxiques. Par exemple, le N-acétylcystéine (NAC) aide à éliminer le mercure.(4)

2- Les produits détox sont dangereux

Il est vrai que certains ingrédients peuvent entrainer des effets secondaires. Pensons aux laxatifs stimulants (comme le séné et le cascara) qui peuvent causer de la diarrhée et des crampes et ne sont pas recommandés à long terme parce qu’ils peuvent entrainer une paresse de l’intestin.

Mais sérieusement, la très grande majorité des ingrédients des produits détox sont bénins (voir https://www.jydionne.com/faut-il-nettoyer-notre-systeme/). Par exemple, le seul effet secondaire des plantes qui stimulent le foie (à l’exception peut-être du radis noir qui peut donner des crampes de la vésicule biliaire chez les gens qui ont des débuts de calculs) est de causer des selles plus molles.

3- L’alimentation détox n’existe pas

On se souviendra de la levée de bouclier contre Jacynthe René lors de la parution de son livre Vive la détox gourmande. Pourtant, il faut vivre sur une autre planète pour ne pas reconnaitre les méfaits des pesticides (5), les bienfaits des aliments riches en antioxydants, (https://www.jydionne.com/les-antioxydants-prevention-de-la-rouille-interieure/, http://newhope360.com/ingredients/more-antioxidants-less-breast-cancer) etc.

Un exemple d’aliment détox

L’augmentation de l’apport en fibres solubles est reconnue pour favoriser l’élimination des métaux toxiques (mercure, arsenic, cadmium, plomb).(6,7,8)

4- Utiliser ces approches en prévention, sans diagnostic, relève de la pensée magique

Je dirais plutôt l’inverse. Ne pas s’intéresser à la toxicité de notre environnement et de certains aliments représente un aveuglement volontaire. Les preuves de la toxicité des pesticides, de la malbouffe, du fructose, des solvants et de bien d’autres substances abondent. Il est donc normal de vouloir s’en protéger, de ne pas attendre d’être malade…

Comment se protéger?

D’abord par nos choix alimentaires, comme le bio, le vert, le non raffiné, etc. Ensuite, en s’informant sur les mécanismes de protection et d’élimination de notre corps et sur la façon de stimuler ces mécanismes.

Suis-je faveur des cures (produits vendus pour la détox)?

Pas particulièrement. Je suis plutôt pour l’individualisation de l’approche santé, ce qu’on nomme la démarche personnelle. Les cures toutes faites contiennent habituellement des laxatifs stimulants que je ne recommande pas.

Je suis pour les choix santé informés, et je considère que l’approche des bienpensants est infantilisante. L’auto-responsabilisation commence par des choix personnels.

Santé!

Références

  1. Pourquoi le mot “détox” ne doit plus faire partie de votre vocabulaire. Publié par Catherine Lepage Dt.P. Sc.(c) http://shoutout.wix.com/so/cL7qdDPN#/main
  2. Kazazis CE, Evangelopoulos AA, Kollas A, Vallianou NG. The therapeutic potential of milk thistle in diabetes. Rev Diabet Stud. 2014 Summer;11(2):167-74. doi: 10.1900/RDS.2014.11.167. Review. PubMed PMID: 25396404; PubMed Central PMCID: PMC4310066. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4310066/
  3. Szilárd S, Szentgyörgyi D, Demeter I. Protective effect of Legalon in workers exposed to organic solvents. Acta Med Hung. 1988;45(2):249-56. PubMed PMID: 3073356. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/3073356
  4. Jalilehvand F, Parmar K, Zielke S. Mercury(II) complex formation with N-acetylcysteine. Metallomics. 2013 Oct;5(10):1368-76. doi: 10.1039/c3mt00173c. PubMed PMID: 23986393. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/23986393
  5. Lerner A, Matthias T. Changes in intestinal tight junction permeability associated with industrial food additives explain the rising incidence of autoimmune disease. Autoimmun Rev. 2015 Jun;14(6):479-89. doi: 10.1016/j.autrev.2015.01.009. Review. PubMed PMID: 25676324. http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S1568997215000245
  6. Lamb JJ, Konda VR, Quig DW, Desai A, Minich DM, Bouillon L, Chang JL, Hsi A, Lerman RH, Kornberg J, Bland JS, Tripp ML. A program consisting of a phytonutrient-rich medical food and an elimination diet ameliorated fibromyalgia symptoms and promoted toxic-element detoxification in a pilot trial. Altern Ther Health Med. 2011 Mar-Apr;17(2):36-44. PubMed PMID: 21717823. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/21717823
  7. Ou S, Gao K, Li Y. An in vitro study of wheat bran binding capacity for Hg, Cd, and Pb. J Agric Food Chem. 1999 Nov;47(11):4714-7. PubMed PMID: 10552878. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/10552878
  8. Rowland IR, Mallett AK, Flynn J, Hargreaves RJ. The effect of various dietary fibres on tissue concentration and chemical form of mercury after methylmercury exposure in mice. Arch Toxicol. 1986 Jul;59(2):94-8. PubMed PMID: 3019277.

44 commentaires

  1. Le réseau des pour et le réseau des contres est en fait, le même réseau. Celui qui s’exprime dans la grande lucarne véhicule un message de peur, au plus grand nombre. Celui qui s’exprime dans la petite lucarne, véhicule un message de rébellion au plus petit nombre. Lorsque le plus petit nombre rencontre le plus grand nombre, il y a réaction immunitaire et stimulation des peurs du plus grand nombre, qui produisent massivement des anticorps contre le petit nombre, qui reviendra à sa niche pour répéter le mouvement. Quant aux deux parties ou partis du réseaux, ils se partagent la recette en stimulant sa croissance à partir de polémiques et controverses.
    C’est un peu la base de la démocratie et quelques part, de certaines colonies de fourmies.
    Santé!

  2. bonjour Mr Dionne……
    j,ai deja poste un message sur le site mais je ne le retrouve pas..je m,y suis égaréée…alors voila…

    mon fils est sous anti epileptique…….carbamazepine et kepra…..suite a un traumatisme cranien….

    et…….

    il a pris un médicament prescrit a tort…celui ci lui a causé quelques torts………..Seroquel

    apres 2 ans de ce medicament , il s,est retrouve avec une grande fatigue……debut d,hepatite toxique……steatose…cholesterol……..debut de diabete……2 enzyme hépatiques altérées…

    la substance a étée arretée (je n,ose meme pas appeler ceci un medicament ,, ca cause plus de tort que de bien )

    j,ai fais prendre a mon fils…….Chardon Marie en teinture mere et jus de citron matinal (dans lequel j,ai ajouté le Chardon Marie )

    environ 3 mois apres………la fatigue s,est résorbée
    le sucre sanguin s,est normalisé

    persistent encore…..1 enzyme pas normale
    cholesterol
    steatose
    l.hépatite ..je ne sais plus

    j,ai pensé a rajouter……… Artichaut…..Pissenlit……Boldo
    ce choix est il pertinent ?
    existe t,il mieux ?
    combien de goutte doit il prendre de chacun a chaque jour ?

    ces plantes peuvent ils nuire a ses anti épileptique ?

    pour le gluthation………la poudre de petit lait lait est elle le seul moyen pour en augmenter le taux ? la prise de gluthation en comprimé est elle absorbée par l,organisme ?

    combien de temps cet état (au niveau du foie ) peut il mettre a se resorber ?

    Maman en attente de vos précieux conseils

    Merci Mr Dionne
    .

    1. Bonjour Ébène
      Les messages n’apparaissent pour un premier utilisateur que lorsque je les ai approuvés. Habituellement une fois par semaine.
      Ça évite les spam et autres indésirables sur le web
      Santé!

  3. Je suis impressionnée par les nombreux effets sur le diabète et ses complications de molécules présentes dans le chardon Marie (votre 2e référence). Je suis tout de même étonnée de ne jamais en avoir entendu parler. Pourtant parmi mes semblables médecins je suis parmi les plus intéressés par les approches naturelles.
    Merci de lever le voile sur toutes ces informations!

    1. Bonjour Suzanne
      Nous sommes tous tributaires de l’information qui nous est transmise. Dans nos mondes médicaux Nord Américains (pour vous la médecine, pour moi la pharmacie), les plantes médicinales sont perçues comme du charlatanisme. Pourtant, en Europe, la situation est tout autre. En France, la phytothérapie est une spécialité de la médecine! Communiquez directement avec moi. J’apprécierais vous parler.
      Santé!

      1. Bonjour et merci pour vos articles auxquels j ‘adhère et pratique avec succès depuis de nombreuses années et en prévention pour ne pas me retrouver dépendante de big pharma…..Je réagis car je vis dans le sud de la France et je peux vous affirmer qu ‘ici comme ailleurs les herboristes sont archi surveillés et ont une épée de Damoclès constamment au dessus de la tête…Tout récemment la plus ancienne des herboristerie a Paris a fermé sur décision judiciaire pour des motifs complètement bidon!
        Alors non la France n ‘est pas du tout davantage ouverte a la phytotérapie, c ‘est la chasse au sorciers ici aussi hélas …alors oui prenons notre santé en mains et refusons toutes ces pilules chimiques qui causent tant de dégâts et de souffrances(vécus)…Boycottons big pharma et leurs complices agro alimentaires et la planète s ‘en portera mieux
        bises

        1. Bonjour Pénélope
          Merci pour votre témoignage sur la réalité en France. La chasse aux sorciers/sorcières ne s’est pas terminée à la fin du moyen âge. Elle a simplement changé de forme. La base reste la même, contrôle et pouvoir des uns solidement arrimés à l’incompréhension des autres.
          Et dire qu’on veut nous dire que nous sommes évolués…
          Santé!

  4. À première vue, l’article comporte plusieurs très bons arguments. Cependant, le principal problème avec l’article est l’utilisation même des mots « toxines » et « détoxication ». Les exemples utilisés sont très valables pris individuellement, parce qu’il s’agit de problèmes médicaux ayant des sources bien déterminées avec des mécanismes d’action bien spécifiques avec des interventions qui leur sont spécifiques. Là où ça coinçe, c’est quand on regroupe tous ces différents problèmes de santé ou interventions sous la même rubrique de « toxines » et « détoxication ».

    Cet amalgame peut faire croire aux gens qu’une intervention spécifique à une « intoxication » donnée sera bonne et applicable pour tous les cas d’« intoxication » alors que ce n’est pas le cas. Il y a donc comme un flou artistique. En gros il y a “détoxication” et “détoxication”. Il faudrait sérieusement envisager de bannir les termes “toxines” et “intoxication” du domaine biomédical. Ces mots-là sont devenus des concepts fourre-tout galvaudés à outrance.

    1. Bonjour Universitaire
      Je suis tout à fait d’accord que ces mots manquent de précision et qu’ils servent de fourre-tout. Par contre, entre accepter que ce concept soit flou et rejeter toute tentative de supporter le corps dans l’élimination de substances au potentiel néfaste, il y a un très très grand pas. Je ne dis pas que tous les produits ni que tous les concepts faisant référence aux toxines/substances toxiques sont corrects. Je plaide pour une ouverture d’esprit. La science n’est jamais arrêtée ni absolue. Ce savoir est en mouvement. Il ne faut donc jamais tomber dans une pensée dogmatique comme certains l’affichent.
      Merci pour votre commentaire
      Santé!

  5. Monsieur Dionne, sachez que j’ai un grand respect pour votre travail.

    Je me réfère souvent à votre site internet, au Natural Database ou à pubmed pour répondre à mes patients. Je respecte les choix de mes patients et je leur propose des solutions selon leurs valeurs / préférences comme il m’a été enseigné en pharmacie.

    Je trouve dommage que vous sembliez en accord avec certains commentaires de votre auditoire qui généralisent et qui dénigrent les nouveaux pharmaciens et nutritionnistes en affirmant que l’on travaille avec une fermeture d’esprit en se basant uniquement sur ce que l’on nous a appris à l’école. Nous sommes des passionnés de la santé et nous ne nous arrêtons pas simplement à ce que quelqu’un nous enseigne en classe sans poursuivre notre recherche par la suite. Par le fait même, vos cours en classe sont bien intéressants, mais je fais mes propres recherches chaque fois que quelqu’un me pose une question sur le sujet et je propose ensuite des produits selon des données fiables.

    De plus, mon opinion n’est jamais basé sur le vente de quelconque produit et je tente toujours de faire avec les produits que le patient détient déjà à la maison. Je trouve dommage de voir que vous appuyez le fait que les médecins / pharmaciens soient motivés par l’argent et non par la santé des gens.

    Bref, un professionnel de la santé reste quelqu’un qui passe sa vie à vouloir aider les autres et non un ennemi de la population voulant simplement faire du profit. Peu importe le professionnel de la santé, je crois qu’il y en a beaucoup plus que vous pensez qui travaillent avec une grande ouverture d’esprit.

    J’espère que vous comprenez mon étonnement à lire vos commentaires. Si vous avez d’autres ressources fiables à part celles que je vous ai nommé, je serai heureuse de pouvoir les utiliser.

    Jessica Bérubé
    Nouvellement pharmacienne (bienpensante ? peut-être que oui ou peut-être que non?)
    Étudiante en médecine
    Passionnée par la santé des gens et non par l’argent et le profit…

    1. Bonjour Jessica
      Je vous applaudis, tant pour votre point de vue que pour le fait que vous ayez pris le temps d’écrire ici. Je sens que, vous et moi, partageons beaucoup. Par contre, je ne dénigre pas la profession. Je m’emporte à chaque fois que quelqu’un de nos professions de la santé se sent supérieur et affirme ou dénigre d’autres façons de penser qui n’ont pas la cote actuellement. Par exemple, dans ce billet j’en m’en prend à 2 auteurs de blogue qui décrient de façon condescendante cette recherche de santé meilleure.
      L’attitude qui est valorisée dans ces prises de position que je nomme “bienpensante” ou encore pensée dominante, est celle qui sous tend que le patient ne peut pas se traiter lui-même. Je vous réfère à un blogue de Marc Zafran MD : Origines du dogmatisme et des comportements non soignants de nombreux médecins français http://ecoledessoignants.blogspot.ca/2015/12/pourquoi-tant-de-medecins-francais.html
      Il est beaucoup méchant que moi.
      Il y a, chez les professionnels de la santé, une majorité de gens qui n’ont qu’une motivation : Aider leurs patients et leurs proches. Par contre, vous l’admettrez, ce qu’on entend dans les médias est loin de refléter cette volonté soignante.
      C’est pourquoi je fais ces billets pour rappeler que certains, dont moi, pensent différemment.
      À vous lire, je vois que, vous aussi, pensez différemment. Donc, je m’excuse si vous l’avez pris personnel mais ce billet ne s’adressait pas à vous.
      Continuez votre passion pour la santé et gardez l’oeil “en dehors de la boite”
      Santé!

  6. Merci Jean-Yves pour, encore une fois, cet excellent article. Tout à fait d’accord, surtout la partie de personnaliser l’approche. Ayant près de 30 ans d’expérience dans les facteurs environnementaux qu’affectent le développement chez l’enfant et la santé de tous, je peux affirmer qu’il y a peu, très peu (ici au Québec je peux les compter avec une main et il m’en reste encore des doigts) de médecins qui sont prêts à élargir leurs connaissances et s’informer sur la médecine traditionnelle (celle que s’utilise depuis des milliers d’années et pas l’officielle qui se pratique depuis moins de 200 ans). De cette poignée de médecins, il y a très peu qui le fait gratuitement (couverts par la régie). Je ne connais que d’un seul médecin, par exemple, qui est prêt à diagnostiquer l’EHS… tant et aussi longtemps que le patient montre de preuves irréfutables! La majorité le fait parce que c’est un marché très lucratif et à ma connaissance aucun ne pratique l’herboristerie. Il y a 30 ans il y avait au Québec une centaine de médecins homéopathes qui ont arrêté de pratiquer cette médecine, parce que persécutés par le Collège de médecins. Ils avaient le droit de pratiquer l’homéopathie que comme dernier recours! Pour cette raison les oncologues vous référent à des naturopathes qu’une fois que votre cancer n’est plus récupérable. Comme plusieurs, j’ai essayé d’informer mon médecin qui a choisi d’ignorer les preuves. P.ex. : j’ai soigné une cystite en 48 h avec l’homéopathie. Le médecin avait prescrit d’antibiotiques pour 150 $ plus un antidouleur. L’infection était assez sévère que je devais retourner pour des analyses après 5 jours et probablement changer d’antibiotiques. Quand je lui ai dit que j’avais résolu le problème en deux jours pour moins de 7 $, il était furieux et m’a donné le discours de la peur : « l’homéopathie n’a fait que cacher l’infection, elle va se déplacer jusqu’au sang et vous allez mourir empoisonnée… » Pour me confirmer ses dires, il m’a demandé de retourner une semaine plus tard pour d’autres analyses. Quand il a vu que l’infection n’y était plus il a simplement détruit mes résultats sans vouloir connaître plus sur l’homéopathie. Malheureusement, les médecins québécois ne sont plus à l’écoute de leur patient, mais à celle des vendeurs des compagnies pharmaceutiques qui les graissent bien les pattes avec l’excuse des crédits nécessaires pour renouveler leur licence. Entre temps, les malades doivent consulter de naturopathes pas nécessairement qualifiés. On dit bien, vaut mieux riche en santé que pauvre et malade.

    1. Merci Maria
      Mais, même riche et en santé, si la seule option de traitement est toxique, alors ça ne vaut pas mieux.
      Les MD, en ce moment, ont plus peur des représailles de leur collège qu’ils n’ont d’intérêt d’aller voir ailleurs. La notion même de “standard of Care” limite la pratique et permet d’attaquer celui qui en déroge, simplement parce qu’il déroge… même si le patient va meiux.
      On n’est pas sorti du bois
      Santé!

    1. Bonjour Sylvain
      C’est en effet curieux de faire des affirmations Ex Cathedra qui sont en fait moins fondées que celles que les bienpensants veulent pourfendre.
      Santé!

    1. Sans nécessairement abuser de la bonne chair comme vous dites, Encore faut-il savoir et comprendre de quoi sont composés les aliments qui sont sur le marché aujourd’hui. Avec toutes les cultures transgéniques et les pesticides, il y a bien des questions à se poser.

  7. Ça fait toujours plaisir de voir des spécialistes de la santé comme un pharmacien s’intéresser aux produits naturels et à des approches autres que la médecine conventionnelle telle qu’enseignée dans les universités nord-américaines. En tant qu’Aromathérapeute, je travaille avec les huiles essentielles et hydrolats de plantes depuis 10 ans. À ce jour, cette approche m’a permis, en consultation, d’aider, des centaines de personnes à surmonter et régler des problèmes de santé physique, mentale et même émotionnelle. Je vous suis avec beaucoup d’intérêt.

    P.S.: aucun lien de parenté avec Jean-Yves Dionne!

    1. Merci Marie pour votre témoignage,
      On fait ce qu’on peut pour enseigner mais les réticences sont nombreuses dans l’Orthodoxie 🙂
      Santé!

  8. Bonjour Jean-Yves et merci pour cet article qui arrive à point dans ma vie! J’ai récemment (il y a 8 mois) terminé des traitements de chimiothérapie contre le cancer du sein et j’aurais envie de faire une détox, mais certaines personnes me disent que ça pourrait être dur sur mon foie. Que pensez-vous de ça? Merci à l’avance!

  9. Bonjour et désolée de préciser que la diplomatie ne fait plus partie de mon vocabulaire et pour cause
    Depuis des années que nous “Lymés” nous efforçons d’en parler aux médecins et spécialistes en tous genres nous revenons avec un antidépresseur et une adresse de psy dans notre porte_documents
    Alors la diplomatie il faut qu’elle soit dans les deux sens et que l’on cèsse de nous traiter de débiles
    Nous suivons quasi tous la cure de détox du Docteur Horowitch qui semblerait être la seule chose à faire avec les huiles essentielles et les antibiotiques qui sans la cure ne servent pas à grand-chose
    Merci pour cet article et les liens mentionnés
    Tout y est TRES utile
    Cordialement Monsieur Dionne
    Mme Andréotti

    1. Merci pour votre témoignage Mme Andréotti
      Je comprends et je m’efforce de trouver des solutions. Les maladies “étranges” comme la maladie de Lyme, la fibromyalgie, etc. n’ont pas la cotte auprès des médecins. Pourtant, le premier rôle de celui-ci n’est-il pas d’être un soignant. Donc, l’écoute, la recherche de solution devraient être primordiales. La condescendance devrait être punie.
      Mais là, ce ne sont que des voeux pieux.
      D’aussi loin que je suis, j’essaie, par de petits moyens, d’aider.
      Bon succès dans vos démarches.
      Santé!

      1. Des recherches (je pourrais retrouver les références au besoin) montrent que certaines de ces maladies étranges et/ou émergentes sont reliées à des problèmes intestinaux. Par exemple, la fibromyalgie pourrait être causée par une surpopulation bactérienne dans le petit intestin (SIBO); certaines recherches montrent que pratiquement tous les individus qui souffrent de fibro ont également le SIBO, et les conséquences du SIBO pourraient bien expliquer les symptômes observées dans la fibromyalgie. Si telle est la cause primaire, on peut déjà envisager un plan de match pour solutionner le problème à la source. Malheureusement, certains médecins traitent ce genre de problème avec mépris et la plupart avec ignorance, se contentant de prescrire un anti-dépresseur ou d’autres pilules à vie, ce qui fait bien l’affaire de l’industrie pharmaceutique.

        1. Bonjour David
          Je suis au courant des recherches que vous citez. Ces recherches et bien d’autres me motivent à continuer, malgré que certaines personnes se sentent agressées par le fait que je propose des avenues de solutions pour ces maladies “étranges” qui, toutes, sont associées, à un niveau ou à un autre, avec un déséquilibre, une accumulation de “toxines” ou une perméabilité de l’intestin. Ces concepts, semblent-il, sont “irréconciliables” avec la médecine moderne. Dommage. Je vais persister et signer 🙂
          Si encore, j’étais seul. Mais le courant de la médecine fonctionnelle ou des approches intégratives, tient le même langage et s’appuie sur les mêmes données que moi (et que vous).
          Santé!

  10. Très bonne article, et très logique. Il y a beaucoup d’informations sur l’internet et je crois qu’il faut apprendre à bien la filtrer. Il est dure d’entreprendre un diète ou une détox si on est pas ouvert à ces idées, mais, c’est la seul manière de vraiment voir les bienfaits. L’expérience parle par elle-même. Je suis présentement au 9e jours de la diète Oshawa no.7 qui consiste à consommer seulement du riz brun. Elle aide le corps à se détoxifier. Après 9 jours, je constate une augmentation de mon énergie globale et aussi un clarté mental plus élevé. Elle m’a aussi aider a constater la relation que j’ai envers la nourriture, qui frôle parfois l’addiction!
    Bref, on devrait s’écouter avant d’entreprendre un détox et s’assurer que les informations proviennent de gens ayant expérimenter ce qu’ils bâchent ou se qu’ils proclament.
    Bonne évolution à tous!

    1. Merci Xavier
      Vous le dites : “on devrait s’écouter avant d’entreprendre un détox” Mais franchement dans notre société qui fait tout pour nous dé-responsabiliser par tous les moyens (depuis l’establishment médical jusqu’à la publicité), le ressenti est notre meilleur outil de défense pour retrouver notre boussole intérieure.
      merci pour votre témoignage
      Santé!

  11. Merci M. Dionne pour cet article écrit avec justesse et bien documenté, qui remet les pendules à l’heure. Sans prôner les produits miracles, il fait bien le point sur l’importance d’être vigilant à ce qui entre dans notre corps et l’utilité de certains outils reconnus pour aider le corps à mieux faire son travail.

  12. Il ne faut pas se gêner pour discuter avec son médecin ou spécialiste pour l’éveiller à plus que la médecine conventionnelle. Il faut trouver comment l’intéresser sans le bousculer. Tout est dans la façon de l’aborder. Soyons diplomate…
    M. Dionne, ma gastroentérologue s’est intéressé à vous…

      1. Non, au contraire…
        Parce que son diagnostic pour moi est un “côlon irritable”, conclusion elle n’y peut rien et moi je dois accepter de vivre avec ces inconforts. Mais si je trouve une solution, elle est ouverte à savoir laquelle…
        Alors pour répondre à madame Janic Lessard Forcier, avez-vous une autre solution que de m’auto guérir avec des produits naturels ou par un changement d’alimentation si cela est efficace? Qu’est-ce que j’aurais à perdre?
        D’ailleurs madame, quand vous dites que M. Dionne est devenu la risée du Québec, je ne souhaite pas que vous parliez en mon nom. Je suis bien capable d’écouter ce que M. Dionne a à me dire et de juger par moi-même par la suite. Nous avons grands besoins de gens qui nous guident vers la prévention des maladies lorsque c’est possible.

  13. Merci M. Dionne. Je suis naturopathe et suis donc régulièrement interpellée par le discours de ses bienpensants (j’adore votre terme). Ça fait plaisir d’entendre un pharmacien qui parle sérieusement.

    1. Merci Marie-Hélène
      Plus on sera à tenir le même discours “basé sur des données probantes”, moins les bienpensants auront de prise sur l’opinion publique.
      Santé!

  14. Vous osez dire ce que vous croyez, peu de pharmaciens et médecins sont capables d’une telle franchise.
    Ils croient seulement dans leur médecine comme si c’était la seule valable (elle est aussi payante pour eux.)
    Merci

    1. Bonjour Francine
      Autrefois, on disait : Hors l’Église, point de salut. Si on remplace église par Médecine, on a la même logique
      Santé!

  15. ‘Detox is retox’ disait en fin de vie le Dr. Hal Huggins, qui avait sonné l’alerte concernant l’intoxication au mercure par les amalgames dentaires dans les années ’80. Après 35 ans à aider les gens à se débarrasser de ce métal neurotoxique, il insiste sur l’importance d’assurer la fonction parfaite de nos émonctoires afin d’assurer l’élimination plutôt que le déplacement et le ‘restockage’ de nos toxines -lorsqu’on utilise des produits chélateurs ou détoxiquants – comme l’affirme Jean-Yves.

    Merci de nous le rappeler et de remettre les pendules à l’heure, Jean-Yves.

  16. Je me demande quelles sont les expériences cliniques de ces jeunes pharmachiens et nutritionnistes de tout acabit tous fraîchement éclos des bancs d’école universitaires. Jusqu’à Québec Science qui a osé nous offrir la vaste expérience du jeune pharmachien Bernard sous forme d’élucubrations et de boutades gratuites sans aucun fondement. C’est comme si les humains avait attendu la venue des compagnies pharmaceutiques pour se soigner et la connaissance des valeurs nutritives chiffrées pour manger. Nous avons au Québec des herboristes possédant des connaissances prouvées par l’expérience clinique de dizaines ou centaines d’années selon le type de plantes.
    L’American Botanical Council est un “Scientific Board” reconnu internationalement en matière de plantes dont celles qui sont détoxifiantes.
    À tous ces jeunes fraîchement éclos, sachez que l’Université ne vous a pas tout appris!

    1. Merci André pour ce témoignage…
      Vous comprendrez que je suis bien d’accord avec vous 🙂
      Surtout que je suis un de ceux tentent de leur enseigner tout ça.
      Santé!

    2. Monsieur Dionne,

      dans mon livre à moi, vous êtes devenu la risée no.1 du Québec. Si les gens ont des maladies qui proviennent de substances “toxiques” comme vous les appelez, vers quels professionnels de la santé recommanderiez vous à ces patients de se diriger..? Vers les naturopathes?? N’importe qui dans la province peut ouvrir une école et délivrer des diplômes, il n’y a aucun contrôle et aucune réglementation.. Le discours actuel tend à faire croire qu’il est bien évident que les pharmaciens et les médecins du Québec sont tous payés par les compagnies pharmaceutiques et ne se soucient pas de notre santé…Il est bien mieux de “s’auto-guérir” avec des produits naturels peut-être??

      Ok, vous avez dépassé les bornes. Je vais devoir dénoncer.

      1. Bonjour Janic
        Je dois avouer que je ne vous suis pas. Ou bien, votre commentaire est ironique. Dans quel cas, je ne comprend pas votre conclusion. Ou il est sérieux au premier degré et là je ne vois pas où vous allez.
        Concernant les substances toxiques : insecticide Paraquat donne un syndrome Parkinsonnisme; Le glyphosate est associé à des cancers; le Bisphénol A est un perturbateur hormonal associé à des cancers du sein et de l’infertilité; etc.
        Je sais qu’au Québec les ND ne sont pas réglementés mais dans 7 provinces canadiennes, ils le sont et ont un statut légal. Ils ont une formation universitaire. Est-ce que, parce que certains ND sont des “Doctor of Nothing” il faut éliminer complètement ce segment de professionnels ou ne serait-il pas mieux de faire pression pour la reconnaissance de cette profession ?
        De même, dans de nombreuses professions. Par exemple, combien d’entraineurs/coachs ont une formation valable ? certains sont Kinésiologues avec une formation universitaire alors que d’autres n’ont que quelques séminaires d’un gourou de l’activité physique.
        Dans notre société, il est très difficile de s’y retrouver mais ma position est celle de fournir le plus d’information, la plus objective possible et d’aider les gens à se prendre en charge et s’auto-responsabiliser. Je suis à l’opposé de cette pensée paternaliste qui prétend que seul le professionnel orthodoxe peut nous prendre en charge et aider notre santé.
        Au plaisir et Santé !

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

*