Publicité
Imprimer cet article

Fatigué?

 

Cliquez ici pour écouter la chronique du 17 novembre à L’après-midi porte conseil.

La fatigue est, de tous temps, la première cause de consultation médicale. Évidemment, la recherche de solutions à ce fléau a toujours fait partie des préoccupations santé. Ainsi, des produits pour les diverses fatigues existent depuis très longtemps: on a qu’à penser au ginseng qui est utilisé depuis des milliers d’années.

Comme j’ai déjà abordé les toniques et adaptogènes utiles pour la fatigue dans Diminuer les effets négatifs du stress (1ère partie) et Diminuer les effets négatifs du stress (2è partie), je vous invite à consulter ces 2 articles. Dans celui d’aujourd’hui, je m’attarderai uniquement aux boissons énergisantes.

Un peu d’histoire

Le premier cola a été conçu par Dr J. Pemberton comme tonique antifatigue, et non comme boisson d’agrément. Il était fabriqué à partir de feuilles de coca, source de cocaïne, et de noix de cola, source de caféine, d’où son nom: Coca Cola. Bien entendu, la cocaïne ne s’y trouve plus depuis belle lurette!

Les boissons énergisantes sont la version moderne de ce breuvage icône. À mon avis, la grande différence entre le Coca Cola original et les boissons énergisantes repose principalement sur la disponibilité et la quantité consommée. Le Coca Cola de l’époque se compare au brandy que mon grand-père vendait sous ordonnance (1 once le matin dans le café pour soulager la fatigue), et les boissons énergisantes aux alcools disponibles au dépanneur.

Phénomène social

La première boisson énergisante, le Red BullMD, a été créée en 1987, il y a donc plus de 20 ans. À l’origine, les géants des boissons gazeuses ont regardé ce produit comme un phénomène sans importance qui ne prendrait jamais d’ampleur. Ils se sont bien fourvoyés!

La place de marché des boissons énergisantes, maintenant très grande, est encore en croissance rapide. Par exemple, au Québec seulement, et uniquement dans les dépanneurs Couche-Tard, la boisson énergie promue par la chaîne de stations radio du même nom s’est vendue à 500 000 unités dans les premiers quatre mois.

Le plus ironique, dans le dossier des boissons énergisantes, est leur statut de PSN. Ces produits sont en effet chapeautés par la Direction des Produits de Santé Naturels:

·pas parce qu’ils sont naturels,

·pas parce qu’ils sont santé,

·mais bien parce qu’ils allèguent un effet!

Les jeunes consomment de ces boissons comme de l’eau (ou peut-être devrait-on dire: à la place de l’eau). Certains en prennent même plusieurs d’affilée (avant une sortie, par exemple) ou les mélangent à un alcool fort comme la vodka. Mon fils me rapportait aussi qu’un copain de sa classe, lorsqu’il était en secondaire 1 (12 ans), arrivait tous les matins avec une cannette de boisson énergisante à la main. Devinez ce que faisait ce garçon vers la fin de la matinée? Il cognait des clous et devenait intenable, ou bien il s’achetait une autre cannette pour se garder éveillé.

Ingrédients clés

Outre du sucre en grande quantité (maquillé sous le nom de glucoronolactone), les boissons énergétiques contiennent généralement une source de caféine et de la taurine. D’autres ingrédients peuvent également entrer dans leur composition (vitamines B, carnitine, créatine [voir Créatine: les pour et les contre], ginseng [voir Diminuer les effets négatifs du stress (1ère partie)], ginkgo biloba [voir Le ginkgo, à quoi ça sert?, etc.), mais je ne toucherai ici qu’aux deux plus importants.

Caféine (guarana)

Le guarana (Paullinia cupana) contient 2,5 fois plus de caféine que le café (5,8% vs 2,2% p/p [poids pour poids]). Certains extraits commerciaux utilisés dans les boissons énergisantes en contiennent jusqu’à 36%!

Si vous voulez vous amuser, faites un survol rapide des sites Internet qui parlent de cette plante. Vous y trouverez toutes sortes d’arguments en faveur de la boisson dérivée des graines de guarana. Certains affirment par exemple que le guarana ne contient pas de caféine mais bien de la guaranine qui serait, bien entendu, moins nocive que la première (http://www.guarana.com/facts.html). Eh bien, foutaise! Qu’on la nomme caféine, théine ou guaranine, il s’agit de la même molécule, la méthylxanthine.

Le guarana gagne en popularité. On en retrouve maintenant dans toutes sortes de produits, comme des bières au guarana: PropagandaMD (France); Molson KickMD (Québec); BE MD (Anheuser-Busch, USA).

Effets de la caféine

La caféine cause de la dépendance. On estime que 80% des Nord-américains, incluant les Québécois, sont dépendants de la caféine sous une forme ou une autre. La consommation de caféine entraîne la perte de minéraux (calcium, fer, potassium, magnésium) par diminution de l’absorption ou, surtout, augmentation de l’élimination. En surdosage aigu, la caféine peut provoquer les effets secondaires qu’on lui connaît: insomnie, nervosité, agitation, irritation gastrique, nausée, vomissement, tachycardie (rythme cardiaque accéléré), respiration accélérée, tremblements, delirium, convulsions, diurèse (production d’urine), augmentation de l’hypertension.

Santé Canada considère 250 à 300mg de caféine par jour comme étant la dose maximale sécuritaire chez l’adulte. Cette dose dite sécuritaire est par contre fonction du poids. Les personnes de petite taille et les adolescents sont plus sensibles à la caféine!

Teneur en caféine de quelques boissons populaires

Boisson

Portion (ml)

Teneur en caféine (mg)

Café filtre

175

108 à 180

Café instantané

175

60 à 90

Thé*

175

46

Cola

355

28 à 64

Thé glacé**

250

9 à 45

Boissons énergisantes

150-250

80 à 249

Adapté de:

Renseignements sur le Guide alimentaire à l’intention des éducateurs et des communicateurs. Catégorie «Autres aliments», Santé Canada.

* Tea and Caffeine. Tea Council, Grande-Bretagne.

** Caffeine Content of Foods and Drugs. Center for Science in the Public Interest.

Le site Energy Fiend est une référence à consulter. On y retrouve entre autres le contenu en caféine (par format) de nombreux breuvages. Wikipédia offre également un tableau des teneurs en taurine et en caféine (pour 250ml) de plusieurs boissons énergisantes.

Que dit l’étiquette?

Les compagnies sont passées maîtres dans l’art de jouer sur les étiquettes. Ainsi, la quantité de caféine inscrite sur l’étiquette l’est souvent en fonction de la portion… qui peut n’être qu’une fraction du contenant vendu (ex: une portion de 250ml dans une cannette de 500ml)…

Sachez aussi que, dans bien des cas, le contenu en caféine des boissons énergisantes n’est pas indiqué parce que la caféine n’a pas été rajoutée comme ingrédient, mais fait partie du guarana. Une belle entourloupette!

Le prix à payer

La caféine nous réveille, mais il y a un prix à payer. Après l’effet stimulant, survient le creux de la vague, le down qui nous pousse à prendre un second café… ou une seconde boisson énergisante. Ces boissons ne donnent pas d’énergie, mais bien une illusion d’énergie en puisant toujours plus profondément dans nos réserves.

Taurine

La taurine est un acide aminé soufré qui ne sert pas à fabriquer de protéines (non structurel). Selon les données publiées, elle jouerait un rôle important dans la glycolyse et la glycogénèse (la façon d’utiliser le sucre comme énergie).(1-3) De plus, elle est impliquée dans le cycle antioxydant glutathion-cystéine-méthionine.(3) Ainsi, elle n’a pas d’effet antioxydant intrinsèque, mais peut augmenter le taux de glutathion (antioxydant) circulant. La taurine est impliquée dans la conduction électrique dans les membranes des cellules nerveuses et cardiaques et, de par cette action, aurait un effet cardioprotecteur.(4)

En terme d’innocuité, la taurine se retrouve dans l’alimentation à des doses moyennes de 58mg par jour (de 9 à 372mg).(10) Par contre, plusieurs boissons énergisantes en contiennent 1000mg, ce qui excède de beaucoup la dose alimentaire.

La taurine semble prolonger l’effet de la caféine sur la vigilance et la perception de la fatigue. La combinaison caféine/taurine a fait l’objet de plusieurs études cliniques qui ont été, pour la plupart, commanditées par Red BullMD. Sur Medline, on n’en retrouve pas moins de cinq commanditées par les fabricants de ce produit.(5-9) [Petite anecdote: Red BullMD a été le 12e dossier déposé à la Direction des Produits de Santé Naturels de Ottawa, mais le premier NPN (numéro de produit naturel) accordé! Cette attribution rapide est due en partie au fait que leur dossier, présenté par une firme d’avocat, était construit comme un dossier pharmaceutique.]

Question de sécurité

Lors des études cliniques, l’innocuité de ces boissons s’est révélée très bonne. Il faut cependant prendre en considération que ces études ont été réalisées dans un contexte très contrôlé et fort différent de la réalité. Ainsi, à court terme, une boisson énergisante par jour ne semble pas causer de problème. Par contre, on ne connaît rien de ses effets à long terme, de sa combinaison à d’autres substances (drogues, alcool, etc.), ou de la consommation de plus d’une cannette par jour. La pharmacovigilance a d’ailleurs rapporté des cas de convulsions déclenchées par la consommation de ces boissons(11) ainsi que quelques décès causés par la combinaison de boissons énergisantes et d’alcool.

Un autre point à prendre en considération lorsqu’on combine boissons énergétiques et alcool: quoique la boisson masque une partie de l’effet de l’alcool, nos facultés n’en sont pas moins affaiblies, on s’en rend simplement moins compte. Attention au volant!

Quoiqu’un peu usé, le dicton « la modération a bien meilleur goût » prend ici toute sa signification.

Références

1.Ward RJ, Francaux M, Cuisinier C et al. Changes in plasma taurine levels after different endurance events. Amino Acids1999;16(1):71-7

2.Furst P. Amino acid metabolism in uremia. J Am Coll Nutr1989 Aug;8(4):310-23

3.Stapleton PP, O’Flaherty L, Redmond HP, Bouchier-Hayes DJ. Host defense–a role for the amino acid taurine? JPEN J Parenter Enteral Nutr1998 Jan-Feb;22(1):42-8

4.McCarty MF. Complementary vascular-protective actions of magnesium and taurine: a rationale for magnesium taurate. Med Hypotheses1996 Feb;46(2):89-100

5.Warburton DM, Bersellini E, Sweeney E. An evaluation of a caffeinated taurine drink on mood, memory and information processing in healthy volunteers without caffeine abstinence. : Psychopharmacology (Berl)2001 Nov;158(3):322-8

6.Reyner LA, Horne JA. Efficacy of a ‘functional energy drink’ in counteracting driver sleepiness. Physiol Behav. 2002 Mar;75(3):331-5.

7.Alford C, Cox H, Wescott R. The effects of red bull energy drink on human performance and mood. Amino Acids. 2001;21(2):139-50.

8.Horne JA, Reyner LA. Beneficial effects of an « energy drink » given to sleepy drivers. Amino Acids. 2001;20(1):83-9.

9.Seidl R, Peyrl A, Nicham R, Hauser E. A taurine and caffeine-containing drink stimulates cognitive performance and well-being. Amino Acids. 2000;19(3-4):635-42.

10.http://ec.europa.eu/food/fs/sc/scf/out22_en.html

11.Iyadurai SJ, Chung SS. New-onset seizures in adults: possible association with consumption of popular energy drinks. Epilepsy Behav. 2007 May;10(3):504-8. Epub 2007 Mar 8.

 

 

Partagez!

Classé sous: Chroniques médiaNéfaste foodSommeil

Mots-clefs:

FluxCommentaires (8)

Inscrire un commentaire | Trackback URL

  1. Merci beaucoup pour ce billet très pertinent. Nous ne savons plus comment convaincre les jeunes de cesser d’en boire. L’interdit est tellement perçu comme quelque chose d’attirant ! J’ai même déjà vu un jeune de 8-9 ans me « challenger »… Il est allé s’acheter une boisson NOS (quelque chose de très très caféiné) juste après que je lui ai parlé des méfaits de ses boissons… Il était dont fier de me prouver qu’il allait survivre, malgré tout ! Je me demande si le message inverse ne ferait pas en sorte de diminuer la consommation !
    Bonne soirée,
    Geneviève.

    [Répondre]

    JYD répond:

    Bonjour Geneviève,
    Comme je vous comprends. Je vis avec un :-)
    La raison est plutôt rarement utilisée par nos jeunes qui sont sur-stimulés par les messages commerciaux insidieux.
    Une approche qui marche (parfois) est de confronter la personne ou l’enfant avec l’aspect négatif ou la conséquence.
    Par exemple, au lieu de d’interdire, provoquez-le en lui suggérant de prendre la boisson le soir et mettez-le au défi de bien dormir.
    Évidemment, il affirmera avoir bien dormi, mais le message fait son chemin… trop lentement, mais bon.
    Une autre façon est de lui demander comment il se sent 3 heures après la boisson. Est-il nerveux ? A-t-il une faim dévorante ? Est-il fatigué ? Bref, lui faire objectiver la conséquence pour lui.
    Pas évident. Trop souvent, on fait face à un mur d’incompréhension volontaire issue du syndrome de superman. Mais qui sait? Une petite graine peut faire son chemin.
    Ne lâchez pas!

    [Répondre]

    Cathy répond:

    ou simplement lui laisser le droit de choisir…

    Maintenant que je t’ai dis ce que j’en pense, les dangers qui en découlent, je te laisse choisir d’en prendre ou pas. Je te fais confiance, tu prendras sûrement la bonne décision pour toi…

    Ça marche vraiment, et dans notre coeur d’adulte, ça nous permet de nous détacher et de respirer…

    Bonne journée!

    p.s. en passant la dose maximale pour un adulte en bonne santé est plutôt de 400mg de caféine selon les récentes données de Santé Canada.

    [Répondre]

  2. Pierre dit :

    Juste un pti message de félicitation pour la qualité de l’article, étant moi-même de manière très occasionel consommateur de red bull, j’ai apprécié le contenu !

    [Répondre]

  3. Très intéressant. Merci Jean-Yves, de partager tes connaissances des dessous des PSN avec nous. Je vais mettre un lien sur ce texte dans ma page Facebook

    [Répondre]

  4. [...] Remèdes : Fatigué? [...]

  5. Nell dit :

    Bonjour,
    Mon fils de 25 ans boit même du Red Bull comme petit déjeuner… à notre grand désespoir ! le problème pour lui est une fragilité des os : 4 fractures humérus + greffe osseuse + 3 côtes + 2 côtes, tout cela sur 1an et demi. J’ai lu récemment que la taurine du red bull pouvait provoquer une déminéralisation donc une fragilité osseuse; évidemment mon fils ne veut pas en entendre parler, ce sont des « co….ries ». Quelqu’un saurait-il plus précisément ce qu’il en est ? merci par avance;

    [Répondre]

    JYD répond:

    Bonjour Nell,
    Pour être franc, ce comportement de votre fils, étant donné son état et ses antécédants, ressemble à un suicide à petit feu. La caféine, le sucre et la taurine (à un moindre degré) sont tous néfastes pour son ossature.
    Alors, si les conseils santés sont des co…ries, alors son attitude est quoi ???
    Il joue avec le feu. Je présume que son alimentation est le reflet de son déjeuner ?
    DANGER. Si les problèmes osseux ne sont pas un avertissement suffisant, qu’est-ce que ça prend?
    Je veux bien comprendre le syndrome superman chez quelqu’un qui n’a pas de problème évident de santé, mais là, c’est inadmissible.
    Sur un autre plan, à 25 ans, il est majeur. Que peut-on faire si ce n’est le lâcher prise.
    Bon courage.
    Faites-lui lire quelques articles de ce blogue, notamment cette réponse et le billet Acidification: mythe ou réalité

    [Répondre]

Inscrire un commentaire