Des chercheurs américains ont identifié un lien important entre la concentration sanguine de quelques substances retrouvées dans les produits cosmétiques et les allergies, tant respiratoires qu’alimentaires.

Ces chercheurs ont évalué la concentration sanguine de différentes substances connues pour être des perturbateurs hormonaux chez 859 personnes (provenant de la cohorte NHANES).

Les substances analysées sont:

  • Biphényle aromatique BPA (agent plastifiant)
  • Triclosan (antimicrobien, agent de conservation)
  • Benzophenone-3 (écran solaire)
  • Parabènes: propylparabène, méthylparabène, butylparabène et éthylparabène (agents de conservation)

Les concentrations sanguines de triclosan et des parabènes ont montré une relation directe avec l’apparition d’allergies tant respiratoires qu’alimentaires. Aucune relation n’a été établie entre les allergies et le BPA ou le benzophénone-3. On sait que le de triclosan et les parabènes sont absorbés par la peau et les muqueuses. Ces substances se retrouvent dans une très grande majorité de produits cosmétiques: crèmes et lotions hydratantes (incluant les crèmes solaires), dentifrices, etc.

Est-ce significatif?

Très significatif. En comparant les personnes qui n’avaient pas ou très peu des substances analysées dans le sang avec les personnes qui avaient les concentrations les plus élevées, les chercheurs ont obtenu des résultats alarmants:

  • Avec le triclosan, le risque de développer une allergie respiratoire est de 85% plus élevé (OR 1,85 [1,15-2,98]), et celui de développer une allergie alimentaire est de 139% plus élevé (OR 2,39 [1,10-5,18]).
  • L’effet des parabènes varie d’une substance à l’autre, mais peut augmenter le risque de développer une allergie respiratoire de 104% (OR 2,04 [1,12-3,74]).

On ne connaît pas le mécanisme de ces sensibilisations par le triclosan et les parabènes. Comme ce sont des antibactériens, peut-être ont-ils un impact sur la flore microbienne protectrice? Cet effet perturbateur irait dans le sens de la théorie hygiéniste qui prône que les allergies sont en partie dues au fait que nous vivons dans un environnement aseptisé et que nos bonnes bactéries ne peuvent plus nous protéger (voir Allergies alimentaires: un fléau occidental et Les antibactériens sont-ils sécuritaires?).

On peut aussi postuler un mécanisme direct sur les cellules du système immunitaire.

De toute façon, voilà un autre argument pour nous encourager à diminuer la charge toxique (chimique ou électromagnétique), que doit endurer notre corps. Il est temps que nous agissions tous, que notre société et nos décideurs se décident à limiter la pollution immédiate, celle qui nous touche, celle qui se retrouve dans nos aliments, nos produits de soins corporels, notre air, etc.

Allons nous attendre d’être tous stériles, allergiques et cancéreux avant d’agir?

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez aussi Peut-on contrer les allergies? et Des perturbateurs hormonaux liés (officiellement) à l’infertilité masculine.

 

Référence:

Savage JH, Matsui EC, Wood RA, Keet CA. Urinary levels of triclosan and parabens are associated with aeroallergen and food sensitization. J Allergy Clin  Immunol. 2012 Jun 14. [Epub ahead of print] PubMed PMID: 22704536.

20 commentaires

  1. Bonjour! Après avoir passé des tests de dépistage d’allergies, de m’être fait dire par le Dr. Allergologue que parfois, des crises d’urticaires sont psychosomatiques, je crois avoir enfin trouvé le coupable. ben oui: ma crème solaire. Je vais faire des tests sur des zones définies de mes bras lors de journées ensoleillées mais jamais plus dans mon visage. C’est l’horreur. Ça brûle, ça pique, ça enfle, c’est rouge comme une tomate et suite à un voyage, je me suis même retrouvée le visage plein d’eczéma. Enfin, je crois bien que c’est la crème solaire. oxybenzoneavobenzone carbomerdans une autre etc 2 crèmes, 2 séries d’ingrédients dont certains sont allergènes ou cancérigènes. J’en suis rendue à avoir peur du soleil, moi qui adore le plein air. Je continue mes recherches toutefois. Jusqu’à ce que j’en suis à 100% fixée. Merci!

  2. Merci encore une fois… je n’utilise plus de dentifrice des grandes marques depuis longtemps ni de shampoing … juste du bio et des trucs très naturel… j’essaie de limiter ces merdes qui nous touchent et nous pénètrent et s’accumulent en nous… nous tue… pourquoi? Ça profite à qui? pourquoi ça leur est si nécessaire? C’Est écoeurant…….

  3. Bonjour Jean-Yves ,

    Merci beaucoup pour ces précieuses informations.

    Si des gens sont intéressé à obtenir de l’aide concernant leur choix de produits de soins corporels , voici un site que je trouve très utile : corneliadum.com

  4. Vraiment inquiétant tout ça …..
    Existe-il des lotions ou crèmes pour le corps ‘sans’ ces trucs ? Nous ici mon garçon est déjà allergique arachides, sésame cru et oeufs crus… Alors on est déjà à l’affût pour lire les étiquettes mais je vais redoubles de prudence et essayer d’éliminer ceux mentionner dans votre article. Ont-il d’autres noms ?

    Merci

    1. Bonjour Geneviève,
      Recherchez les produits bio certifiés par un tiers (Écocert, AB, ou autres sauf USDA). Le bio ne permet pas ces additifs.
      Santé!

  5. “Allons nous attendre d’être tous stériles, allergiques et cancéreux avant d’agir?” cette phrase fait froid dans le dos, merci de nous avertir de ce danger!
    Manon

    1. Merci Geneviève,
      Vous avez raison. Ces sites sont très intéressants. Le principal geste à poser est de lire les étiquettes et de s’abstenir d’acheter ces produits. Au début, il faut un effort, mais quand les marques sont choisies, c’est plus simple.
      Santé!

  6. J’ai remarqué que les crèmes contenant du carbomer me causaient des problèmes. Je croyais que “c’était dans ma tête”. Suite à la lecture de votre article, je me demande si un lien est possible entre cet ingrédient et mes problèmes de digestion.

    Je vous remercie

  7. C’est épeurant tout ça. Ce n’est sûrement nos gouvernements qui vont nous aider. Mais comment se mette complètement à l’abri de ces polluants. Les champs électromagnétiques sont partout. L’étiquettage de nos produits de consommation est insuffisant. Comment faire pour se protéger ?

  8. Ouf, Jean-Yves! Votre texte est inconfortable à lire mais jouer à l’autruche n’est plus une option. J’ai attiré l’attention de mes lectrices et lecteurs (qui sont, pour la plupart, aux prises avec des allergies alimentaires) sur cet excellent article.

    On se sent assez impuissant devant un tel constat mais ce n’est pas une raison pour ne pas tenter de trouver les produits cosmétiques les moins dommageables possible. Si vous pouviez continuer à nous guider en ce sens, cela serait plus qu’apprécié!

    Merci d’être là!

    1. Bonjour Marie-Josée,
      Je m’efforce d’informer autant que je peux. Merci d’avoir fait suivre mon article.
      Le problème des allergies et de toutes ces pathologies qui ont commencé il y a environ 40-50 ans (ou sont en augmentation depuis cette période), est que la science médicale ne cherche pas les causes. Les chercheurs, et surtout ceux qui les subventionnent, ne sont pas intéressés. Chercher un médicament qui bloque le symptôme, ça c’est payant.
      Il faut, pour notre santé, que nous fassions le travail nous même et que nous partagions nos informations.
      Continuez.
      Santé!

  9. Merci Jean-Yves pour cette chronique, je ne mets pas ces crèmes ou cosmétiques, surtout en été, mon allergie doit être à un certain pollen, ou autre. Depuis avril, donc bourgeons, etc.
    Je sais que ça va passer, en attendant, j’espère et vis au ralenti, c’est tout…
    bye

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

*