Cliquez ici pour écouter ma chronique du 21 mars à L’après-midi porte conseil.

Les allergies alimentaires sont en augmentation dans tous les pays occidentaux. C’est un fait indéniable. Mais pourquoi retrouve-t-on moins d’allergies dans certains pays? Qu’est-ce qui cause ces allergies?

Des chiffres alarmants

Le Dr Guy Delespesse, professeur à la Faculté de médecine de l’Université de Montréal et directeur du Laboratoire de recherche sur les allergies, rappelle dans un article de Nouvelles de l’Université de Montréal (2) que «Au cours des 30 dernières années, le nombre de patients traités pour des allergies et des maladies inflammatoires a doublé dans les pays développés. Alors qu’en 1980, 10% de la population occidentale souffrait d’allergies, cette proportion est passée à 30%. Aujourd’hui, 1 enfant sur 10 est asthmatique et la mortalité due à cette affection a augmenté de 28% entre 1980 et 1994.» L’augmentation des allergies et celle des maladies auto-immunes sont donc reliées dans nos sociétés contemporaines. En plus d’augmenter en nombre, elles augmentent aussi en gravité. D’ailleurs, dans les années 50-60, on ne parlait jamais de choc anaphylactique, et les arachides n’étaient pas considérées comme des armes de destruction massive!

Qui est touché?

Un article paru dans La Presse (1) fait état d’une enquête qui a relevé un taux plus élevé d’allergies chez les enfants de parents scolarisés. Est-ce réellement un facteur prédisposant? Avant de répondre à cette question, voyons d’abord deux théories qui sont mises de l’avant pour expliquer l’augmentation des allergies.

L’hypothèse hygiénique

Cette hypothèse part du constat que, dans nos sociétés modernes, les enfants sont moins en contact avec les «saletés de l’environnement», les animaux domestiques et/ou ceux de la ferme, etc.; qu’ils sont plus vaccinés et qu’ils consomment plus d’antibiotiques que les enfants d’autrefois ou des pays en voie de développement. Bref, leur maison, leurs aliments et même leur corps sont aseptisés. Cet environnement propre, propre, propre aurait pour effet de ne pas permettre à notre système immunitaire de se familiariser avec un grand nombre de substances. C’est ce qui nous rendrait plus susceptibles aux allergies.

L’alimentation raffinée

Les aliments industriels pourraient aussi être liés à cette augmentation des allergies. La consommation régulière de ces aliments dévitalisés et vidés de leurs qualités nutritionnelles (pour en faire des objets stables qui se vendent bien) pourrait engendrer des carences en omégas 3, en fibres, en oligo-éléments (minéraux), en vitamines, etc. Ces carences pourraient être responsables d’une augmentation des allergies.

De même, les additifs, couleurs et agents de conservation pourraient affecter la qualité et/ou l’intégrité de la muqueuse intestinale, ce qui permettrait le passage dans le sang de substances qui, normalement, demeurent dans l’intestin. Une fois dans la circulation, ces substances peuvent provoquer des allergies.

Et la scolarité?

On sait que, de façon générale, plus les parents sont scolarisés, plus les enfants arrivent tard dans leur vie. Peut-être y a-t-il un lien entre les allergies et l’âge de la grossesse?

Les parents scolarisés sont aussi habituellement plus prompts à traiter, donc leurs enfants reçoivent plus d’antibiotiques et de vaccins. Le nombre d’enfants par famille est aussi plus bas chez les personnes très scolarisées.

Ces différents liens sont observés, mais existe-t-il réellement une relation de cause à effet? Nul ne peut l’affirmer hors de tout doute.

Quand doit-on introduire les aliments?

Deux clans s’opposent quant à la façon d’aborder le problème. D’un côté, certains experts affirment qu’il est préférable de NE PAS introduire les aliments potentiellement fautifs avant un certain âge et que même les mères enceintes devraient éviter les principaux allergènes.

De l’autre, en se basant sur le constat que, dans les pays où on introduit très tôt les aliments, il y a moins d’allergie, certains experts affirment qu’il est préférable d’introduire de très petites quantités des aliments potentiellement allergènes très tôt pour engendrer la tolérance du système immunitaire plutôt que sa sensibilité.

Lors du congrès de l’American Association for the Advancement of Science (AAAS) de février 2010, des chercheurs britanniques ont montré les résultats d’une étude dans laquelle ils ont donné à des enfants allergiques aux arachides de très petites doses d’arachides (1mg dispersé dans un yogourt). Ils ont augmenté très graduellement la dose et 19 des 23 enfants se sont désensibilisés. Par contre, durant le processus, les enfants ont ressenti des symptômes d’allergies comme des picotements de la langue, mais ces derniers étaient tolérables.(3) Évidemment, ce n’est pas quelque chose à essayer à la maison…

Quoi faire?

Consultez aussi Peut-on contrer les allergies?

Allaitement

Le premier geste à poser pour prévenir les allergies chez le nourrisson est d’allaiter. Les risques de développer des allergies diminuent significativement si l’enfant est allaité 6 mois et plus. Encore ici, les experts ne s’entendent pas sur l’âge d’introduction des aliments. Autrefois, le mot d’ordre était l’allaitement exclusif pour 6 mois, mais maintenant, on permet des inclusions alimentaires à partir de 4 mois.(4)

Des probiotiques à la rescousse

En se basant sur la théorie hygiéniste, des chercheurs ont eu du succès en donnant des probiotiques à maman et/ou à bébé. Les allergies et l’eczéma ont diminué en fréquence.(5) (voir aussi La santé par les probiotiques)

Des omégas 3

Donner des huiles de poisson à maman pourrait réduire les allergies et l’eczéma.(6,7) Par contre, une étude a montré une diminution des allergies aux œufs, mais pas aux autres allergènes alimentaires.(5)

Certains produits chinois (PSN)

Plusieurs références mentionnent des produits de plantes chinoises pour contrer les allergies.(4,8) Par contre, la consultation avec un praticien compétent en médecine traditionnelle chinoise est essentielle.

Des ressources pour les parents

Lorsqu’on a un enfant allergique, l’angoisse de le voir faire un choc anaphylactique est très importante. Les parents sont souvent démunis. Depuis quelques années, des ressources fiables et pratiques sont apparues. On trouve maintenant des sites Internet et des livres riches en information et en trucs pour permettre de survivre lorsque notre enfant est «allergique à tout»!

· Le site de Marie-Josée Bettez, Déjouer les allergies, est une de ces très belles ressources. Cette mère nous propose des outils, des livres et un espace pour mieux composer avec les allergies.

· Les allergies alimentaires, l’épanouissement de chacun dans le respect des autres est le site de Lise, mère de 3 adolescents, aux prises avec des allergies et qui partage ses trouvailles.

· En anglais, The Food Allergy & Anaphylaxis Network (FAAN™), a vu le jour en 1991 sous l’initiative d’Anne Muñoz-Furlong. Ce site contient une quantité importante d’information.

Différentes associations et agences gouvernementales s’impliquent aussi dans la lutte aux allergies alimentaires:

· Association québécoise des allergies alimentaires (AQAA) http://www.aqaa.qc.ca/accueil.asp

· Agence canadienne d’inspection des aliments: Allergies alimentaires et étiquetage des allergènes, l’information des Consommateurs http://www.inspection.gc.ca/francais/fssa/labeti/allerg/allergf.shtml

· Santé Canada: Les allergies alimentaires et les intolérances alimentaires http://www.hc-sc.gc.ca/fn-an/securit/allerg/index-fra.php

· Agriculture, Pêcheries, alimentation Québec: Les allergies alimentaires http://www.mapaq.gouv.qc.ca/fr/consommation/allergiesalimentaires/pages/allergiesalimentaires.aspx

· Sur Caducée.net, un site français très bien fait, Les Allergies alimentaires http://www.caducee.net/DossierSpecialises/nutrition/allergie-alimentaire.asp

Références:

1. Plus d’allergies dans les familles scolarisées, 29 janvier 2012, La Presse Canadienne sur Cyberpresse. http://www.cyberpresse.ca/sciences/medecine/201201/29/01-4490524-plus-dallergies-dans-les-familles-scolarisees.php

2. L’excès d’hygiène menace notre santé, 12 avril 2010. http://www.nouvelles.umontreal.ca/recherche/sciences-de-la-sante/20100412-lexces-dhygiene-menace-notre-sante.html

3. Vers un traitement pour les allergies alimentaires. Mariève Paradis, le 23 février 2010, http://www.sciencepresse.qc.ca/actualite/2010/02/23/vers-traitement-pour-allergies-alimentaires

4. Brandtzaeg P. Food allergy: separating the science from the mythology. Nat Rev Gastroenterol Hepatol. 2010 Jul;7(7):380-400. Review. Erratum in: Nat Rev Gastroenterol Hepatol. 2010 Sep;7(9):478. PubMed PMID: 20606633.

5. Li XM, Sampson HA. Novel approaches for the treatment of food allergy. Curr Opin Allergy Clin Immunol. 2002 Jun;2(3):273-8. Review. PubMed PMID: 12045426.

6. Dunstan JA, Mori TA, Barden A, Beilin LJ, Taylor AL, Holt PG, Prescott SL. Fish oil supplementation in pregnancy modifies neonatal allergen-specific immune responses and clinical outcomes in infants at high risk of atopy: a randomized, controlled trial. J Allergy Clin Immunol. 2003 Dec;112(6):1178-84. PubMed PMID: 14657879.

7. Palmer DJ, Sullivan T, Gold MS, Prescott SL, Heddle R, Gibson RA, Makrides M. Effect of n-3 long chain polyunsaturated fatty acid supplementation in pregnancy on infants’ allergies in first year of life: randomised controlled trial. BMJ. 2012 Jan 30;344:e184. doi: 10.1136/bmj.e184. PubMed PMID: 22294737; PubMed Central PMCID: PMC3269207.

8. Sicherer SH, Sampson HA. Food allergy. J Allergy Clin Immunol. 2010 Feb;125(2 Suppl 2):S116-25. Epub 2009 Dec 29. Review. PubMed PMID: 20042231.

Photo : David Castor (dcastor)

30 commentaires

  1. Bonjour,

    Au sujet des intolérances alimentaires (dont je souffre)pourriez-vous commenter les livres de Michel Lallement, Les clés de l’alimentation santé et de Jean-Pierre Willem, Les intolérances alimentaires? Ce sont, enfin, deux médecins qui reconnaissent le rôle des intolérances alimentaires et qui parle de Kousmine, Seignalet, etc. Ils proposent tous deux des façons de s’en sortir, à l’aide de l’alimentation et de suppléments notamment. Est-ce réaliste, y a-t-il des gens qui s’en sortent des intolérances? Je suis prête à mettre de côté les produits laiters, le gluten pour des raisons de santé, mais pour d’autres aliments pour lesquels je suis intolérante (amande, oeufs) et qui sont bons pour la santé, est-ce possible de renverser la vapeur et de les réintégrer à nouveau? Y a-t-il des études ou des cas du moins qui vous sont connus?
    Merci, et votre blog est vraiment extrêmement utile!

    1. Bonjour Marie Catherine
      Pour des cas complexe, la meilleure approche est de consulter un thérapeute qui s’y connait en intolérance.
      L’important dans l’approche est de :
      1- enlever les principaux allergènes pour réduire l’inflammation
      2- rebâtir la muqueuse avec des probiotiques, des fibres solubles (comme l’acacia) et de la protéger avec de la glutamine.
      Santé!

    1. Bonjour Ramalhosa,
      Je suis allé voir sur le site. À lire les commentaires, cette méthode semble très intéressante, mais je ne peux pas vraiment la juger par manque d’information.
      Santé!

  2. “Autrefois, le mot d’ordre était l’allaitement exclusif pour 6 mois, mais maintenant, on permet des inclusions alimentaires à partir de 4 mois.(4)” Vraiment?!?
    Étant nutritionniste, je me permets de vous corriger en disant qu’autrefois on recommandait l’introduction des aliments complémentaires à partir de 4 mois et que maintenant les recommandations sont d’attendre que bébé soit prêt soit vers l’âge de 6 mois. De nombreuses références vont en ce sens!
    Merci.

    1. La « réalité » est éphémère et non objective : vous parlez de votre réalité en tant que nutritionniste en 2012. En règle générale, dans l’histoire de l’humanité, les femmes allaitaient leurs enfants environ deux ans. Les aliments solides étaient introduits tardivement et seulement locaux et de saison.

      Dans notre « réalité » actuelle, les aliments ne sont plus les mêmes; ils ont « évolué » mais pas notre système digestif. Au même temps nous mangeons des aliments peu nutritifs parce qu’ils sont récoltés avant maturité pour les préparer pour le long voyage et d’une variété inouïe.

      Pour vous donner une idée sur l’introduction d’une des deux seules et uniques céréales originaires du continent américain et qui de plus était la seule à être cultivée, le maïs, en Mésoamérique il était introduit très lentement dans la vie des enfants et ce n’était qu’à l’âge de 13 ans qu’ils mangeaient pas plus de deux tortillas par jour, comme les adultes.

      Selon le Codex Florentin, c’est à partir de l’âge de trois ans que l’enfant pouvait manger une demi tortilla; de quatre à cinq ans une tortilla en entier; de six ans à douze ans, une tortilla et demi. Aujourd’hui, grâce aux conquistadores qui ont asservi ce peuple, la tortilla est devenue l’aliment de soutient. Ils ont passé de deux tortillas au maximum à minimum dix par jour et sans respect d’âge.

      Effectivement, depuis 2001 l’OMS recommande l’allaitement maternel exclusif jusqu’à l’âge de six mois. Ils dissent bien « allaitement maternel » et ne pas de donner le biberon qui est un excellent moyen de développer des allergies.

      Il y a 200 ans il n’y avait pas de lait maternisé, si la mère décédait, l’enfant mourait aussi ou était allaité par une autre femme ou on essayé de le nourrir avec des laits d’autres mammifères mais ses chances de survie étaient limités. Ce n’est qu’à la fin du XIX siècle que le premier lait « maternisé» a été commercialisé mais c’est à partir de 1950 que les femmes ont opté en majorité d’utiliser ce lait au lieu d’allaiter.

      Comme il n’y avait pas de « blender » et que les solides pour bébés ont été commercialisés que très récemment (dans l’histoire de l’humanité), l’introduction de solides chez l’enfant allaité se faisait avec des aliments de saison et locaux, mastiqués par la mère pour que l’enfant puise le digérer et avaler.

      L’introduction de lait maternisé et des solides était pour une minorité d’enfants qui ne pouvait pas être nourrit autrement. Malheureusement, grâce à la publicité des manufacturiers, ils sont devenus la norme avec les conséquences que nous connaissons et c’est pour cette raison l’OMS a fait sa recommandation de 2001.

    2. bonjour,
      je viens de lire vos commentaires et je suis très surprises. J’allaite ma petite fille qui a 4 mois et demi et ma pédiatre vient de me dire qu’il faut que je commence la diversification avec fruits et légumes. Comme j’étais surprise (mes autres filles ont commencé à 6 mois) elle m’a expliqué que les dernières études ont prouvé que les aliments introduits trop tard (6 mois) favorisaient l’appartion des allergies et que les recommandations étaient revenues à une diversification dès 4 mois. Alors où est le vrai ?

      1. Bonjour Lartigue,
        1- Les études n’ont pas prouvé que les aliments introduits trop tard (sic!) favorisent les allergies.
        2- Les études montrent que dans les pays où on introduit les aliments allergènes plus tôt, comme le Japon, il y a moins d’allergie.
        La question est à savoir: est-ce que vos enfants sont à risque d’allergie ? est-ce que vos autres enfants sont allergiques ?
        Au moins, votre médecin recommande de commencer par les fruits et légumes, c’est mieux que les céréales…
        Dans ce domaine, comme dans bien d’autres, il n’y a pas de réponse absolue. Suivez votre instinct. Le deux façons de procéder sont probablement aussi utiles.
        Santé!

  3. Bonjour,

    Mon expérience peut servir de bae de réflexion, car je ne suis pas un cas unique. J’ai plus de 60 ans, et depuis jeune, je bois beaucoup de lait (1l par j), puis, j’ai diminué à 1/4 par j. Vers l’âge de 45 ans, j’ai commencé à avoir des problèmes intestinaux, que les médecins ont attribué “au syndrome du colon irritable”, colonoscope, endoscopie de l’estomac, pour me dire : vous n’avez RIEN, c’est nerveux, votre affaire, et ainsi pendant 15 ans, avec aggravation. Finalement, c’est moi qui ai compris que c’est une allergie AU LAIT, en supprimant le lait pendant 15 jours, ce qui est tout simple. Et cà a été le début d’une très grande amélioration de mon état général. MORALITES : 1) se prendre en charge soi-même dans le cas de maladie chronique; 2) une allergie peut surgir même si on a très bien supporté cet alliment des années; 3) je pense que l’industrialisation de l’allimentation, avec pesticides, hormones, etc dont vous ne parlez pas dans l’article, joue un rôle considérable dans les allergies.

  4. En tant que travailleuse sociale, je suis inquiète que certaines familles aux prises avec les allergies alimentaires soient privées d’une vie sociale aussi riche qu’elles le souhaiteraient. En effet, plusieurs célébrations et traditions impliquent le partage d’aliments et en voulant éviter les dangers qu’ils représentent, certains risquent de s’isoler socialement.
    Merci d’avoir mentionné mon site!

    1. Bonjour Marcel,
      Avez-vous essayer de cliquer sur le “Imprimer cet article” juste en haut de l’article, à gauche ? Le site vous donne ainsi un format imprimable compatible.
      Santé!

  5. Merci Jean-Yves pour un sujet très à jour. Effectivement, le taux d’allergies continue à augmenter et celles-ci sont de plus en plus graves. Nous, particulièrement dans les pays du « premier monde », avons plus des facteurs qu’influencent une santé moindre.

    Les vaccins s’attaquent au système immunitaire et le débilitent; plus grave dans le cas des enfants qui n’ont pas un système immunitaire très développé. Les maladies contagieuses étaient graves uniquement pour les faibles (mal nourris ou déjà malades) ; elles étaient cycliques et c’est grâce à une meilleure hygiène de vie qu’elles se maintiennent à des très bas niveaux. Elles reviennent, en étant cycliques, et c’est toujours dans les populations le plus vaccinées qu’elles font plus des ravages. Elles ne sont pas efficaces : « dans le temps » quand un enfant avait la « picote », toutes les mamans du voisinage amenaient leur bébé pour ainsi le « vacciner »; cette méthode marchait à vie. Aujourd’hui il faut vacciner plusieurs fois pendant la jeune enfance et continuer une fois adulte…efficaces les vaccins?

    En plus des vaccins et leurs toxines, nous sommes confrontés à plus de 100 000 molécules de synthèse. Il ne faut pas oublier que nous avons le même système digestif qu’il y a 45 000 ans et pour la première fois dans l’histoire de la planète, nous introduisons non seulement des virus, métaux lourds, toxines, cellules humaines, de singe, etc. directement dans la circulation sanguine (vaccins) mais nous ingurgitons des milliers des produits synthétiques. Nous donnons du fil à retordre à notre foie.

    Effectivement, quoi que les femmes allaitent plus aujourd’hui qu’il y a 40 ans, ne pas allaiter est très enraciné encore dans notre culture et ces bébés non seulement sont alimentés d’une manière peu nutritive (peu importe combien tu modifie une formule « maternisée », elle n’égalera jamais ce que la Mère Nature a prit des millions d’années à perfectionner) mais sont introduits à des molécules toxiques dans cette lait ainsi préparée; sans oublier que le lait maternelle introduit des anticorps et renforce le système immunitaire. Ensuite puisque le cercle familiale est brisé dans notre société, (la mère dans une ville, les grand-mères ailleurs, les tantes et cousines dans une autre, etc.) elles n’apprennent plus les cycles du développement (ex. : poussés de croissance) de leur bébé et commencent à donner des solides trop tôt.

    Pour la première fois dans l’histoire de l’humanité, depuis 100 ans ce sont les hommes qui nous dictent quoi faire, quoi manger, comment accoucher, etc. sous le sarreau protecteur de la médicine. Cette responsabilité a toujours été celle de la femme; j’aimerais bien que le médecin que place une femme dans la position horizontale pour accoucher qu’il ait faire ses besoins dans la même position…Les femmes ont toujours accouché debout, agenouillées, etc. C’est-à-dire dans le sens de la gravité et pas pour satisfaire le médecin entre ses jambes.

    Les aliments n’ont jamais été plus modifiés depuis le début de la planète : chimifiés au sol, germé dans des sols appauvris, OGM, irradiés, etc. Le blé d’aujourd’hui en contienne plus de gluten que jamais dans l’histoire de l’agriculture; on enlève les parties nutritives pour ensuite « fortifier » la farine avec de suppléments qui ne sont ni dans le même ratio qu’originalement, ni les mêmes, ni dans une forme facilement assimilable. Toujours avec l’idée de produire le plus en le moindre temps, la farine n’est pas vieillie naturellement pendant 10 jours pour la blanchir mais elle est blanchie artificiellement (et nous mangeons cette toxine); le pain n’est pas préparé avec du levain et permit de lever deux fois mais plutôt on utilise une levure chimique qui accélère le processus. Sans oublier de réchauffer le tout dans un four aux micro-ondes parce que nous ne savons plus attendre; nous sommes éternellement pressés.

    Puisque notre bêtise n’a pas de limite, maintenant nous ajoutons la pollution des différents radiations (electrosmog) : moniteur sans fil dans la chambre du nouveau né, veilleuses dans les chambres à coucher, TV, radio, système de son, etc. dans la chambre à coucher. Combien des fois on ne voit pas des parents leur donner leur cellulaire à leur très jeune enfant? Combien d’enfants de moins de 5 ans n’ont pas déjà leur propre ordinateur sans fil dans leur chambre? Combien d’enfants au primaire n’ont pas déjà leur propre cellulaire? Au secondaire c’est plus facile compter ceux qu’ils n’ont pas et au cégep 95+% se promène avec leur cellulaire dans l’oreille….quand les manufacturiers recommandent de ne pas le placer à plus de 8 cm de la tête et ne pas l’utiliser en mouvement?

    Et on se demande encore pour quoi notre santé va de pire en pire? Les compagnies d’assurance ne vous couvrent pas si vous avez de problèmes de santé suite à une exposition à l’amiante, à une vaccination, ni à différents radiations incluant la technologie sans fil. Si vous avez le cancer dans votre famille, les primes sont tellement hautes que découragent toute adhésion à une assurance. On se pose encore des questions sur le pour quoi des allergies? Elles ne sont que la porte d’entrée à un état de santé qui ne va pas qu’empirer. Vaut mieux trouver la cause et corriger la situation au plus vite possible.

    Effectivement l’herboristerie chinoise aide à vider le baril et normaliser le malade. La prise quotidienne de poireau, qui nettoie l’intestin, est un autre traitement efficace MAIS il faut éviter de remplir le baril de toxines à nouveau…

    Oui à l’alimentation vivante en autant que ne soit pas exclusive : nous sommes omnivores et pas des herbivores. Certains semences doivent être mangés cuites pour les rendres non seulement plus digestes mais pour fractionner leurs toxines; les viandes, particulièrement le poisson, vaut mieux ne pas le manger style tartare parce que le mercure s’évapore en partie avec la cuisson. Il ne faut pas oublier que les germinations sont très riches en nutriments mais aussi en toxines; question de se protéger. Notre alimentation doit être variée et moderée.

  6. Allergique aux protéines bovines, aux produits laitiers, aux arachides, au gluten!… C’est la meilleure nouvelle que l’on puisse apprendre car ces substances ne sont pas nécessaires à une saine alimentation!… Prenez des cours en alimentation vivante… Découvrez les bienfaits et les riches saveurs…

    MISE EN GARDE: l’alimentation vivante peut entraîner une peau radieuse, plus d’énergie et un poids santé!

    1. Bonjour Christian,
      Vous avez raison que les alternatives ne manquent pas et que le fait d’être exclu du “main stream” alimentaire n’est pas la fin du monde. L’alimentation n’est pas une seule chose, pareille pour tous.
      Au plaisir et… la sainteté à la fin de vos jours 🙂

  7. Merci encore Mr Dionne de votre excellent travail.
    Naturopathe agrréé,et formé à la méthode NAET de déprogrammation des allergies et intolérances alimentaires, je me rends compte qu’il y a des intolérances aux nutriments élémentaires(exemples:vit A-vit B,vit C, fer, levures,d’autres) c’est un constat. Je ne vois pas d’autres explications à ces intolérances que l’ingestion des pesticides et insecticides déboussolant le système immunitaire. Comme c’est trop long à expliquer, je donne le lien d’un article que j’ai rédigé à ce sujet sur mon site ameliorermasante: http://ameliorermasante.com/2009/06/05/mais-pourquoi-y-atil-tant-dallergies-et-dintolerances-alimentaitres/

    Autre exemple, il y a très fréquemment des intolérances aux oeufs, je suis convaincu que cela résulte des résultats de vaccinations car les vaccins sont cultivés sur des embryons d’oeufs.Comment le corps peut-il s’y retrouver?
    La malbouffe et les vaccinations à outrance désoriente notre système immunitaire.Après il faut le remettre en ordre,c’est un cadeau considérable qu’amène cette méthode NAET pour cela!Et puis il faut réorienter son alimentation proche ds la nature…

  8. Bonjour

    Intéressant pour le gluten.
    Les vaches ne mangent plus la même chose qu’avant et les substances laitières sont PARTOUT (substances laitières modifiées, poudre de petit-lait, saveur de beurre (dans la margarine) la couleur caramel etc etc) . Les allergies au soya (très OGM !!!) ont augmenté. De plus tout le monde se vautre dans le Febreeze, les plug-in, la lessive parfumée avec des produits synthétiques DOUTEUX (cancèrigènes ?) , sans parler des agents de rinçage dont l’odeur reste collée sur les vêtements et sans doute dans vos poumons. Vous allez moucher ,tousser, râler : les crépitements ne seront pas causés par l’électricité statique……. En plus il y a le très romantique et décadent brûleur de bois des villes (je vis dans l’archaïque Laval; sans loi) qui boucane et pollue sans se soucier du bien-être de la dense population autour de lui. Plus de cas d’asthme ? Plus de cas d’allergie ?? Comme je suis surprise !!!!!Attendez de voir les cancers qui viendront avec toute cette pollution…..INNOCENCE OU BÊTISE ?

  9. Il semble bien qu’un ensemble de facteurs soient responsables de la hausse de la prévalence des allergies et de l’asthme. Les mères d’enfants souffrant d’allergies alimentaires ont trop souvent le réflexe de culpabiliser, de penser qu’elles sont responsables, d’une façon ou d’une autre, de la condition de leur enfant alors qu’on parle ici d’une tendance généralisée qui touche tous les pays industrialisés.

    En tout cas, merci pour cet excellent texte, Jean-Yves. Et merci d’avoir cité mon site parmi les ressources utiles!

    1. Bonjour Marie-Josée,
      Votre site représente, à mon avis, une des meilleures ressources sur le sujet.
      Continuez s’il vous plait à supporter les parents, surtout les mères, dans ce cheminement de survie aux allergies.
      Santé!

  10. Bonsoir JY, Le blé, de nos jours, a été modifié et contient plus de gluten… pour des pains plus volumineux et mousseux! Ce qui crée plus d’intolérance. Bonne santé.

    1. Bonjour Isa-belle,
      Non seulement plus de gluten, mais un gluten plus gros et donc plus difficile à digérer. Résultat, plus d’allergie, plus d’intolérance, plus d’embonpoint…
      Santé… quand même!

  11. Dernier ajout, c’est a propos des probiotiques, je veux vous mentionner qu’il y a 2 écoles de pensés a ce sujet car malgrès que mon fils a eu un long traitement antibiotique, TOUT les spécialistes de la santé que j’ai rencontrée que ce sois médecins,infirmières,pédiâtre et pharmacien m’ont dit de ne pas en donner. Alors, j’ai préférée les croire mais je respectes votre opinion.

  12. Cette année, je suis tombée sur une discussion a rdi santé qui parlais des vaccins et selon une étude récente les parents plus ‘scolarisé’ font moins au contraire vacciner leurs enfants.La preuve qu’étude en étude se contredit. DONC, oeut-on faire un lien entre le fait que les allergies sont plus nombreuses dans des familles de parent plus ‘scolarisé’ qui ne font PAS vacciner ?????
    Petit b-mol, les vaccins procurent des anticorps aux enfants contre des maladies dangereuses qui maintenant sont presque ou complètement disparue et ici je ne parle pas des vaccins contre la grippe ou gastro mais ceux de base.
    Autre b-mol, je n’ai jamais vécue dans des millieus asceptisés avant de tomber enceinte et mon fils dès sa naissance était allergiques aux protéines bovines et aant de recevoir le moindre le vaccin a 6 semaines, il a été hospitalisé pour une infections inconnu dangereuse qui avait attaqué son genoux droit (arthrite sceptique) pourtant il n’a pas de problème avec son systeme immunitaire et il ne c’était pas blessé a aucun endroit. Alors je peux vous dire que mon opinion a changer drastiquement a propos des vaccins et je crois ardament que les effets moindres possibles que les vaccins peuvent avoir sont beaucoup moins pire que les maladies.

    Bonne journée !

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

*