L’hypertension artérielle (HTA) est probablement le facteur de risque cardiovasculaire le plus important et le plus grave. En effet, si la tuyauterie du corps humain fonctionne avec une pression trop élevée, il peut y avoir des fuites (pouvant causer un AVC), des blessures des tuyaux (maladie artérielle périphérique) et une atteinte de la pompe (infarctus ou maladie cardiaque). Pour en savoir plus sur le quoi, le pourquoi et les risques de l’hypertension, lisez l’article Quand la tension monte! (https://www.jydionne.com/quand-la-tension-monte/)

L’hypertension: une maladie silencieuse

Le plus gros problème avec l’hypertension est qu’elle est silencieuse : elle ne cause souvent aucun symptôme. Alors, les gens se demandent pourquoi ils devraient prendre un médicament pour quelque chose qu’ils ne ressentent pas… Par contre, que ce soit avec un médicament ou d’une autre façon, il faut s’en occuper ou risquer d’en subir les conséquences (voir Quand la tension monte!).

J’ai déjà parlé de diverses solutions naturelles :

Alors maintenant, j’ai pensé faire un tour d’horizon des médicaments.

Médicaments pour l’hypertension

Les médicaments utilisés pour les troubles cardiovasculaires sont sous ordonnance, principalement parce que les maladies cardiovasculaires requièrent absolument un suivi médical… Les risques sont trop grands.

On regroupe les médicaments servant à traiter l’HTA en diverses catégories selon leurs mécanismes d’action.

Diurétiques

Ces médicaments agissent au rein pour augmenter l’élimination de l’eau et du sel par l’urine. Par contre, le mécanisme exact sur l’HTA n’est pas connu puisque l’effet sur la pression continue longtemps après que l’effet sur l’eau soit terminé.

Il existe plusieurs types de diurétiques, qui ont des modes d’action divers:

Les 3 diurétiques suivants peuvent augmenter la perte de potassium: furosémide (Lasix® ou générique), hydrochlorothiazide (Hydrodiuril® ou HCT générique), indapamide (Lozide®).  À long terme, il faut voir à augmenter les apports, prendre un supplément de potassium, ou diminuer les pertes en utilisant plutôt un diurétique conservateur de potassium.

Diurétiques conservateurs de potassium: triamtérène (en combinaison avec hydrochlorothiazide = Dyazide®), amiloride (en combinaison avec hydrochlorothiazide = Moduret®).

Antagoniste du récepteur de l’aldostérone (l’aldostérone est l’hormone responsable de la rétention d’eau et de sel): spironolactone (Aldactone®).

Bêtabloquants

Les bêtabloquants sont des antagonistes d’un type de récepteur à l’adrénaline. Ils agissent donc en bloquant ce récepteur. L’adrénaline est produite lors de stress et son effet est multiple:

  • augmente la fréquence cardiaque,
  • augmente la quantité de sang que le coeur pompe,
  • contracte certains vaisseaux,
  • dilate les bronches,
  • etc.

En bloquant les récepteurs de l’adrénaline, les bêtabloquants diminuent la pression sanguine et la fréquence cardiaque (plus ou moins, selon la spécificité du médicament). Ils réduisent aussi la force d’éjection du sang par le coeur.

Les bêtabloquants comprennent: propranolol (Indéral®), métoprolol (Lopresor®), labetalol (Trandate®), atenolol (Ténormin®), acébutol (Sectral®), pindolol (Visken®), sotalol (Sotacor®), etc.

Inhibiteurs du canal calcique

Ces médicaments bloquent la capacité des muscles lisses des artères d’utiliser le calcium qui sert à la contraction. Ils provoquent donc une dilatation (relaxation) des vaisseaux, une baisse de la tension et une diminution de l’effort cardiaque. Ils comprennent: diltiazem (Cardizem®), vérapamil (Isoptin®), amlodipine (Norvasc®), félodipine (Plendil®, Renedil®), nifédipine (Adalat®).

Inhibiteurs de l’enzyme de conversion de l’angiotensine (IECA)

Les IECA agissent au rein, là où se produit le contrôle primaire de la tension (système Rénine-Angiotensine-Aldostérone). Ils empêchent le rein de fabriquer l’angiotensine 2, une molécule dont le rôle est d’augmenter la pression sanguine et de conserver le volume sanguin (utile, par exemple, lors d’une hémorragie). Dans l’hypertension, le processus de contrôle de l’angiotensine 2 est souvent déréglé.

Les IECA comprennent: bénazépril (Lotensin®), captopril (Capoten®), enalapril (Vasotec®), cilazapril (Inhibace®), fosinopil (Monopril®), lisinopril (Prinivil®, Zestril®), périndopril (Coversyl®), quinapril (Accupril®), ramipril (Altace®), trandolapril (Mavik®).

Antagonistes des récepteurs de l’angiotensine (aussi appelés sartans ou ARA).

Plutôt que d’empêcher la formation de l’angiotensine, les ARA empêchent son action en bloquant son récepteur. Ces médicaments comprennent: candésartan (Atacand®), éprosartan (Teveten®), irbésartan (Avapro®), losartan (Cozaar®), olmésartan (Olmetec®), telmisartan (Micardis®), valsartan (Diovan®).

Effets secondaires des médicaments pour l’hypertension

Tout médicament peut avoir des effets secondaires. Chaque classe de médicament a des effets secondaires différents et, dans une même classe, la gravité de ces effets varie d’un médicament à l’autre, d’une personne à l’autre.

Les effets secondaires les plus fréquents sont:

  • Fatigue: C’est logique, puisque votre corps est habitué de fonctionner sous tension. En abaissant cette tension, vous pouvez ressentir de la fatigue. De plus, la fatigue peut être un effet secondaire d’une baisse de sodium. Consultez votre médecin ou votre pharmacien si la fatigue est trop grande.
  • Vertiges: Occasionnellement, en début de traitement.
  • Baisse de libido, peut-être d’érection.
  • Ralentissement des battements du cœur (attention si votre rythme cardiaque est déjà lent).
  • Insomnie

N’hésitez pas à consulter votre pharmacien si vous éprouvez un effet indésirable. Il est très important de NE PAS CESSER UN MÉDICAMENT POUR L’HYPERTENSION sauf sous conseil médical. Cela pourrait causer un retour en force de l’hypertension et vous occasionner un tort irréparable, comme un AVC.

Si vous croyez que votre médication devrait être diminuée, parlez-en à votre pharmacien ou à votre médecin.

Pour plus d’information sur les effets adverses, consultez:  https://sante-medecine.journaldesfemmes.fr/faq/1975-antihypertenseur-effets-secondaires

Références:

  1. Fiche Hypertension sur www.passeportsante.net
  2. https://sante-medecine.journaldesfemmes.fr/faq/1975-antihypertenseur-effets-secondaires

Image par Myriam Zilles de Pixabay

25 commentaires

  1. Bonjour Jean-Yves,

    Est-ce que le site web du Dr Joseph Mercola en est un crédible selon vous ? Merci pour votre réponse !

    Bonne Journée Santé !

    1. Bonjour Daniel
      À part son ton alarmiste, les textes de son équipe sont très bien documentés. Mais comme toujours, il faut garder son sens critique.
      Santé!

  2. Bonjour Jean-Yves,

    Je crois avoir ici une excellente et très pertinente question pour vous ! Une interrogation relativement à l’alimentation faible en glucides ou LCHF, question qui ne vous a fort probablement jamais été adressée auparavant ! Alors, la voici :

    Considérant qu’on ne doit pas dépasser le seuil des 30 à 50 g de glucides nets par jour afin de réellement produire les fameux corps cétoniques en régime cétogène, que se passe-t-il donc pour tous ceux et toutes celles, qui comme moi, préfèrent avoir seulement une alimentation faiblement glucidique ( LCHF ), étant donné qu’on consomme plutôt entre 50 et 100 g de glucides net ? Si le cerveau nécessite au-moins 130 g de glucides / jour afin de pouvoir bien fonctionner, et qu’en LCHF, il ne peut donc pas suppléer par la combustion des corps cétoniques ?

    Merci à l’avance pour votre éclaircissement fort apprécié à ce sujet !

  3. Bonjour Jean-Yves,

    J’aimerais savoir pourquoi manger gras n’épuiserait pas le foie et le pancréas en alimentation cétogène et même lors de celle faible en glucides LCHF ? Pourtant, ne dit-on pas souvent que ces deux organes peuvent s’encrasser à force de trop souvent exécuter leur travail de détoxication de l’organisme ? Merci pour votre réponse !

    Bonne Journée Santé !

  4. Bonjour Jean-Yves,

    D’accord et merci pour les explications ! Mais ma question concernait plutôt sur des effets nocifs probables d’une consommation importante de sodium, de gras, et même de viandes rouges, SUR LA FLORE INTESTINALE OU LE MICROBIOTE. Je vous crois sur parole concernant le fait que les bons gras et une consommation modérée de sel peut être avantageuse pour nos fonctions vitales et nos cellules, mais qu’en serait-il pour ses effets sur le microbiote ?

    Car j’ai déjà souvent lu des articles traitant de la perméabilité intestinale qui endommagerait ainsi la muqueuse de l’intestin grêle, provoquant une fuite des nutriments, bactéries et déchets toxiques de l’intestin au flux sanguin. Les substances étrangères entrant dans le sang et pourraient alors provoquer une réponse auto-immune de l’organisme.

    Qu’en pensez-vous alors ?

    Merci pour votre réponse !

    Bonne Journée Santé !

    1. bonjour Daniel
      Pour L’instant, nous sommes plus en spéculation qu’en fait avéré.
      https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/31281229/
      https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/29804833/
      Une des explications de l’effet anti-épilepsie de la diète céto passe par le microbiote
      Pour ce qui est du sel, la seule donnée négative que je trouve est chez des souris, même pas chez des primates
      Pour le reste, vous pouvez faire vos recherches mais surtout, allez au fond des choses et ne pas prendre des articles d’opinions pour des recherches
      Santé!

  5. Bonjour Jean-Yves,

    Si manger surtout du gras en régime cétogène ou même en alimentation LCHF est bénéfique pour la santé générale, comment expliquez-vous alors que de nombreux experts en santé et même des scientifiques émérites, recommandent de limiter notre consommation de lipides DE TOUS TYPES, et aussi, la consommation de sel ( à pas plus de 3 000 mg de sodium / jour ), jugeant ces deux derniers éléments ( les lipides et le sel ) passablement nocifs ou qui ALTÈRENT la flore intestinale ou le microbiote. Manger gras serait définitivement NOCIF À LONG TERME POUR LE MICROBIOTE. Qu’en pensez-vous ? Merci à l’avance pour votre réponse grandement appréciée et au plaisir de continuer à vous lire en 2021 !

    Bonne et Heureuse Année Santé 2021 Jean-Yves !

    1. Bonjour Daniel
      Quand ces experts me donneront des études cliniques chez des humains, sur une période suffisamment longue (6 mois et plus), alors j’écouterai. POur l’instant, tout ce que je lis me dit le contraire. Et ces « experts » citent plus des opinions ou des extrapolations que des études cliniques bien faites. Par exemple le sel, chez l’humain est un minéral vital. Il est vrai qu’il peut avoir un effet pour augmenter la tension chez les hypertendus sensibles au sodium. Mais ce n’est pas vrai pour la population, ni même pour la majorité des hypertendus si ces derniers consomment suffisamment de potassium
      Beaucoup de ce qui circule est basé sur des études chez des rongeurs. Par exemple, on peut causer un foie gras chez un rongeur avec la diète céto mais on guérit le foie gras chez l’humain avec la même diète.
      Santé!

  6. Bonsoir,

    J.ai 60 ans et je suis depuis bien des années sous traitement pour l’hypertension car je suis en surpoids 🙁 actuellement je prends acebutolol 2/jJ indapamide 1/j Rilménidine 2/J et je suis traiter la nuit avec un appareil pour apnée du sommeil de puis 2 ans on arrivait à stabiliser ma tension à 13/6 et depuis 1semaine celle ci est instable elle varie de 14/8 jusqu’à 18/7 mon médecin n’a pas souhaité me redonner un autre cachet et m’a conseillé de revoir ma cardiologue mais celle ci ne peut me recevoir que mi janvier pour réévaluer mon traitement et me faire un doppler mais vu ma tension instable cela m’angoisse un maximum j’ai peur de faire des complications car cela me parait long qu’en pensez vous personnellement?? Merci

    1. Bonjour Véronique
      la pire chose à faire est de stresser ou d’angoisser sur la tension artérielle. Le stress fait monter la tension. Donc, prenez ça avec un grain de sel. Ensuite, parlez à votre pharmacien. Il a votre dossier pharmacologique. Il saura vous donner de judiceux conseils
      Santé!

  7. Bonjour Jean-Yves,

    J’aurais juste apprécié recevoir de toutes dernières réponses à mes dernières questions demeurées en suspens ……. !
    Je ne crois pas que je vous importunerai encore avec d’autres questions aussi complexes au cours des prochaines
    semaines …… Vous avez été jusqu’à présent pour moi, toute une Référence et d’un précieux secours au sujet de ma santé !

    Bonne Journée Santé !

  8. Bonjour Jean-Yves,

    Le saumon d’élevage de l’Atlantique contient davantage de gras omégas-6 que celui sauvage de la côte ouest du Pacifique ou encore de l’Alaska, mais même à cela, le ratio omégas-6 / omégas-3 est encore surement légèrement favorable aux omégas-3. C’est sûr aussi que le saumon sauvage contient moins d’omégas-6 et plus d’omégas-3 que celui d’élevage, et par le fait même, un ratio omégas-6 / omégas-3 très nettement plus important en faveur des omégas-3.

    Mais n’est-ce pas plutôt un tel ratio d’omégas-6 par rapport aux omégas-3, qui nous permet de conclure que c’est davantage une histoire de goût et de préférence, si la plupart des consommateurs préfèrent celui d’élevage de l’Atlantique ( canadien ou chilien ) à celui sauvage de la côte ouest du Pacifique, ou encore à celui de l’Alaska ?

    Tel est mon cas, je préfère nettement celui contenant plus d’acides gras omégas-6, soit celui d’élevage chilien !

    Tout cela parce que je sais que vous ne recommandez pas du tout de manger des poissons d’élevage, principalement en raison de l’alimentation déficiente ( huile de maïs et grains de toutes sortes entre autres ) de ces poissons d’élevage en pisciculuture ou retenus dans des bassins de rétention dans l’océan. Mais en manger trois fois par semaine ne tue pas !?

    Bonne Journée Santé !

  9. Bonjour Jean-Yves,

    Pourriez-vous m’indiquer si la plupart des fromages gras tel le cheddar et le mozzarella qui contiennent au-moins 25 % de matières grasses, ont une haute teneur en omégas-6 ou un ratio omégas-6 / omégas-3 défavorable genre 1:5 ou plus ?

    Car étant donné que les fromages sont riches en graisses saturées et qu’un important ratio défavorable de ces mêmes omégas-6 constitue un facteur aggravant pro-inflammatoire. Merci beaucoup pour votre réponse, car j’ai déjà fait passablement de recherches, mais je n’ai jamais pu rien trouvé à ce sujet ( ratio omégas-6 / omégas 3 des produits laitiers gras et principalement des fromages, étant donné que ce sont des graisses animales nourries aux grains et aux maïs = moins santé !

    Bonne Journée Santé !

  10. Bonjour Jean-Yves,

    Est-ce que le yogourt nature et le kéfir de lait se distinguent et sont moins pro inflammatoires et acidifiants que juste les produits laitiers ne contenant pas de cultures bactériennes actives tel que le lait, la crème et le beurre ? Autrement dit, est-ce que ce sont les cultures bactériennes qui rendent ces deux produits laitiers bénéfiques pour la santé, malgré la présence plutôt nocive de la caséine et du lactosérum toujours présentes dans le lait , base de leur élaboration ?
    Merci de m’éclairer à ce sujet !

    Bonne Journée Santé !

  11. Bonjour Jean-Yves,

    Si les bienfaits ou les effets bénéfiques des bactéries probiotiques contenues dans divers yogourts nature semblent nettement exagérés ou avoir une réputation surfaite, en est-il de même selon vous, relativement à celles ( bactéries probiotiques ) contenues dans le kéfir de lait ? Plus de variétés de souches bactériologiques disponibles ? Car dans plusieurs yogourts nature vendus dans les supermarchés commerciaux, il n’y aurait apparemment qu’environ 2 milliards de probiotiques par portion de 200 ml. Ce qui est encore insuffisant ! Donc, ma question est la suivante : Y en a-t-il nettement davantage dans les kéfirs ( de marques Liberté et Choix du Président entre autres pour ne nommer que celles-ci ), en plus grandes variétés, et surtout, est-ce qu’elles sont réellement davantage efficaces ou bénéfiques dans le kéfir de lait comparativement à celles contenues dans les yogourts nature commerciaux ? Merci à l’avance pour toutes vos réponses ! Bonne Journée Santé !

  12. Bonjour Jean-Yves,

    Croyez-vous aux grands principes d’une saine alimentation en lien avec les groupes sanguins ?
    Y accordez-vous tout de même une certaine crédibilité ?

    Bonne Journée Santé !

  13. Bonjour Jean-Yves,

    Auriez-vous une huile végétale ayant un bon goût soit fruité, orangé ou citronné, ou autre, à me proposer ?

    Dans le cadre de mon alimentation faible en glucides, je veux désormais essayer de m’en tenir à la répartition des macronutriments suivante. Soit pas plus de 20 % de glucides, au-moins 60 % de lipides, et environ 20 % de protéines.

    J’ai déjà goûté l’huile d’olive extra-vierge première pression à froid, et même pour bien asperger une salade, je la trouve piquante et plutôt amère à mon goût ! Si je réussirais à trouver une huile avec un goût assez agréable en bouche, j’apprécierais en mettre partout sur beaucoup de mes aliments et je pourrais même en prendre quelques cuillérées à soupe comme cela pure ! Donc, je me demandais si vous aviez des suggestions en ce sens pour moi ?

    Je sais que l’huile de coco est très réputée pour ses acides gras à chaînes courtes je crois, un bon goût, mais le hic,
    c’est lorsque j’en avais déjà acheté une bouteille au supermarché, celle-ci était à l’état solide ……..

    J’essaye juste d’ajouter des cuillérées à soupe de bons gras végétaux ou d’omégas 3 pareillement, afin d’atteindre
    mon plateau minimum que je me suis fixé, soit au-moins 135 g de lipides bénéfiques totaux de toutes sortes dans mon alimentation quotidienne. Je pratique également de temps à autre un jeûne intermittent d’au-moins 18 heures consécutives. Tout cela dans un but évident d’améliorer ma sensibilité à l’insuline et par ricochet, ma santé générale !

    Je n’ai aucun problème de surpoids, bien au contraire, puisque j’ai un indice de masse corporel ( IMC ) approximatif
    qui tourne toujours autour de 19. J’aimerais juste me faciliter la tâche en joignant un bon goût en bouche aux gras
    que j’absorbe à tous les jours, afin de prendre davantage de plaisir à ce genre d’alimentation saine ou santé !

    Merci à l’avance pour vos recommandations ou conseils santé !

    Bonne Journée Santé !

  14. Bonjour Jean-Yves,

    Croyez-vous aux principes de l’alimentation dissociée et des non associations alimentaires, tel que de ne jamais mêler les glucides avec les lipides lors d’un repas comme par exemple ? Y accordez-vous tout de même une certaine crédibilité ?

    Merci à l’avance pour toutes vos réponses !

    Bonne Journée Santé !

  15. Bonjour Jean-Yves,

    Merci pour vos réponses ! Concernant l’amidon résistant, j’avais déjà lu certains articles sur le web à ce sujet lors de recherches. Mais ce que je me demande, est-ce qu’on doit faire re bouillir les pâtes une fois qu’elles ont été refroidies au réfrigérateur, ou tout simplement, leur passer de l’eau bouillie par-dessus dans une passoire ? Doit-on les laisser refroidir davantage que juste quelques heures au réfrigérateur ? C’est tout de même appréciable de pouvoir déduire environ entre 30 et 50 % des glucides totaux ! Ça, je ne le savais absolument pas du tout ! Merci pour cette information !

    Je présuppose qu’on peut faire réchauffer les pâtes au four pareillement, après qu’elles aient été préalablement refroidies au frigo ? Donc, si je vous ai bien compris, rien ne sert d’en acheter à grains entiers, si on applique cette technique ? D’autant plus que les pâtes de blé entier sont moins appétissantes au goût que les blanches traditionnelles !

    Merci encore, et Bonne Journée Santé !

  16. Bonjour Jean-Yves,

    Les nouvelles recommandations relatives à la prise quotidienne de vitamine D sont plutôt de 75 UI / kg / jour, plutôt que les anciennes de 55 à 60 UI / kg / jour. Le saviez-vous ? Ci-joint, je vous envoie le lien web pertinent à ce sujet :

    https://bnisupplements.ca/calculer-son-besoin-en-vitamine-d-en-fonction-de-son-poids/

    Il y est entre autre mentionné ceci ……. :

     » En 2013, j’ai publié les résultats d’études plus récentes dans mon livre Gluten, comment le blé moderne nous intoxique. Cette fois, les chercheurs ont affiné leurs calculs : ils conseillent maintenant un apport quotidien de l’ordre de 75 UI par tranche d’un kilo de poids corporel, soit pour un adulte de 60 kilos, 60 x 75 = 4500 UI.  » Très Intéressant !

    Les chercheurs déconseillent aussi de dépasser une dose quotidienne de 10 000 UI dans le cadre d’une supplémentation

    Bonne Journée Santé !

    1. Bonjour Daniel
      C’est incomplet mais correct. La référence pour le 75UI/kg/jr Heaney RP, Davies KM, Chen TC, Holick MF, Barger-Lux MJ. Human serum 25-hydroxycholecalciferol response to extended oral dosing with cholecalciferol [published correction appears in Am J Clin Nutr. 2003 Nov;78(5):1047]. Am J Clin Nutr. 2003;77(1):204-210. doi:10.1093/ajcn/77.1.204 https://academic.oup.com/ajcn/article/77/1/204/4689654
      Pour obtenir 100 nmol/L comme taux sanguin, il faut en moyenne avoir 2mcg /kg ou 75/08 UI. J’ai moins même baissé ce chiffre à 50 UI pour obtenir 75nmol/L au lieu de 100, ce qui représente le consensus actuel.
      Santé!

  17. Bonjour Jean-Yves,

    Nous savons que les pâtes de blé entier sont meilleures pour la santé en raison d’un plus faible index glycémique et de la présence des fibres rassasiantes, Mais j’ai remarqué que sur les 60 g de glucides totaux d’une portion, il n’y a à mon grand étonnement que 8 g de fibres. Cela signifie donc que pour les 52 grammes restants de glucides, ce n’est que de l’amidon !

    Cela me semble encore beaucoup trop pour une personne, qui comme moi, surveille sa consommation quotidienne de glucides nets à la baisse, dans le cadre d’une alimentation de type faible en glucides ou LCHF. Comment peut-on espérer s’en tenir à une consommation de moins de 100 g / jour de glucides nets, en voulant manger des pâtes de blé entier, parce que c’est soi-disant meilleur pour la santé ……. ! ?

    Il me semble que cela aurait été plus raisonnable d’espérer soustraire au-moins 15 à 20 g de fibres alimentaires sur une telle portion, ne pensez-vous pas ? Lorsque les nutritionnistes ou les diététistes nous les recommandent, est-ce donc à dire que les effets bénéfiques de ces pâtes de blé entier sont largement surestimés par rapport à notre très ou trop grande consommation journalière de glucides de toutes sortes ? Je sais qu’à défaut du moins pire mal on devrait

    toujours se contenter de celui-ci, mais bon, la réputation surfaite de ces types de pâtes me semble nettement exagérée, surtout en tenant compte de la proportion des fibres ( à peine 15 % ) par rapport aux glucides totaux contenus dans une portion de 85 g. 52 g de glucides nets restent tout de même 52 g de glucides qui seront convertis en glucose sanguin, !

    Merci pour votre réponse toujours grandement appréciée et pour m’avoir lu !

    Bonne Journée Santé !

    1. Exact. Si on veut vraiment manger LSHF, la pâtes sont difficiles à inclure. Par contre, il existe une info qui n’est pas diffusée : L’amidon résistant. C’est à dire, les sources d’amidon, une fois refroidies, deviennent plus résistantes à la digestion par nos enzymes. Donc, l’amidon se transforme en partie en fibre soluble. Donc, on fait refroidir nos pâtes et on peu déduire quelque chose comme entre 30 et 50% des glucides (lorsque réchauffées)
      Mais ne vous fiez pas aux grains comme source de fibre 🙂
      Santé!

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

*

Pour vous, je garde un pied dans la science et l’autre dans le gros bon sens.