• Recherche

Nous avons déjà vu les effets de plusieurs substances dont la vitamine D (Vitamine D et Alzheimer), les omégas 3 (Prévention de l’Alzheimer) et la choline (Garder un cerveau jeune) sur la prévention du déclin cognitif. Juste avant Noël, je vous ai parlé de simples habitudes de vie porteuses de santé et de longévité (Bien vieillir et rester en santé: une petite histoire sans intérêt!). Dans un autre article, il a été question des effets négatifs du sucre sur les performances cognitives (Une autre cause du déclin cognitif).

Voilà qu’une nouvelle arme nous est présentée: l’exercice physique. Je n’ai pas l’intention de me faire l’apôtre des gyms, d’un sport en particulier, ni même des sports en général. Nul n’est besoin de pratiquer un sport de compétition pour obtenir une bonne forme physique. Par contre, il faut absolument inclure des activités physiques dans son horaire. Par exemple, renier l’ascenseur au profit des escaliers, faire des courses et autres emplettes à la marche rapide, sortir dehors dès que possible, etc. Bref, faire fonctionner cette merveilleuse machine qu’est le corps humain.

La forme physique, un important facteur de santé

C’est ce qui a été mis en lumière dans une nouvelle étude pendant laquelle un groupe de chercheurs a suivi 19458 adultes d’âge moyen en santé durant 25 ans en moyenne (de 1971 à 2009). Les participants ont tous effectué un test de tapis roulant au début pour évaluer leur condition physique. Les chercheurs ont également surveillé leur état de santé mentale. Ils ont divisé les participants en 5 groupes (quintiles) en fonction de leur forme physique évaluée par les tests. Au bout des 25 ans, lorsqu’ils ont comparé le groupe le plus en forme à celui qui l’était le moins, ils ont constaté qu’une bonne forme physique, vers l’âge de 40 ans, confère 36% de protection contre les démences et autres troubles psychiques associés à l’âge (0,64 [IC 95%, 0,54 à 0,77]).(1)

Le même groupe de chercheurs a publié en 2012 une autre évaluation du même groupe, en cherchant cette fois la relation entre la forme physique (aérobique / cardiovasculaire) et 8 maladies chroniques (2):

  1. Insuffisance cardiaque
  2. Angine de poitrine
  3. AVC (accident vasculaire cérébral)
  4. Diabète
  5. Maladie pulmonaire obstructive chronique
  6. Maladie rénale chronique
  7. Maladie d’Alzheimer
  8. Cancer du côlon ou du poumon

La même méthode a été utilisée pour diviser les participants en quintiles et comparer les plus en forme avec les moins en forme. Toutes maladies confondues, 15,6 par 100 personnes/années* des hommes en forme ont souffert de maladies chroniques contre 28,2 par 100 personnes/années* dans le groupe moins en forme. Chez les femmes, la même évaluation a donné respectivement 11,4 et 20,1 par 100 personnes/années.

Bref, le simple fait d’être en forme au début de l’étude est plus efficace pour prévenir les maladies chroniques que les autres facteurs mesurés dans l’étude, comme la glycémie, le cholestérol, la consommation d’alcool, etc.

L’étude ne le dit pas, mais on peut présumer que le fait d’être en forme dans la quarantaine est associé à l’habitude de rester en forme. Cette habitude de garder la forme est un bon facteur pour prédire une longue vie en santé et un des plus efficaces pour garder toute sa tête longtemps. D’ailleurs, d’autres chercheurs ont montré que les gens en forme diminuent leur risque de mourir d’une démence (Alzheimer ou autre) de 14% pour chaque MET dépensé.(3) En gros, un MET (équivalent métabolique, Metabolic Equivalent of Task) est la quantité d’énergie qu’on doit dépenser pour faire une activité physique par rapport au repos. Ainsi, plus vous bougez de façon intense (une activité intense est une activité qui vous donne chaud et vous force à respirer profondément), plus vous dépensez des MET, et plus vous améliorez votre forme et prévenez les maladies chroniques.

Morale de cette histoire, c’est une raison de plus d’aller jouer dehors! 🙂

*Note : Pour fins de comparaison, les chercheurs ont utilisé une unité d’incidence des maladies nommée personne/année qui indique le cumul des années de maladies chroniques par personne (voir Incidence sur Wikipédia).

 

Références:

  1. Defina LF, Willis BL, Radford NB, Gao A, Leonard D, Haskell WL, Weiner MF, Berry JD. The association between midlife cardiorespiratory fitness levels and later-life dementia: a cohort study. Ann Intern Med. 2013 Feb 5;158(3):162-8. doi: 10.7326/0003-4819-158-3-201302050-00005. PubMed PMID: 23381040.
  2. Willis BL, Gao A, Leonard D, Defina LF, Berry JD. Midlife Fitness and the Development of Chronic Conditions in Later Life. Arch Intern Med. 2012 Aug 27:1-8. doi: 10.1001/archinternmed.2012.3400. [Epub ahead of print] PubMed PMID:  22928178.
  3. Liu R, Sui X, Laditka JN, Church TS, Colabianchi N, Hussey J, Blair SN. Cardiorespiratory fitness as a predictor of dementia mortality in men and womenMed Sci Sports Exerc. 2012 Feb;44(2):253-9. doi: 10.1249/MSS.0b013e31822cf717. PubMed PMID: 21796048.

3 commentaires

  1. je crois que la santé tiens dans un mélange de toute sorte de chose comment ont a du plaisir a le faire comme marché, magasiné, dansé, bouger le plus possible dehor ou en dedans quand je décide je reste en dedans trop mauvais je fais de la marche sur place 45 minutes des exercises complets du haut et du tronc se n’est pas difficile et tres bénifique

    Voila mon ^programme a 76 ans depuis toujours je suis en parfaite santé
    Au revoir

  2. Merci pour toutes les informations pertinentes que vous nous donner sur votre site. Nous sommes privilégiés de vous avoir.

    Notre principale activité est la marche. Nous allons donc continuer à marcher!

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

*