• Recherche

Déjà en 2010, l’arsenic a fait la manchette à cause d’un courriel qui circulait nous mettant en garde contre des crevettes soi-disant empoisonnées à l’arsenic (https://www.jydionne.com/des-crevettes-empoisonnees/). En fait, il s’agissait d’un canular comme on en reçoit des centaines.

En 2012, ce fut le tour des barres tendres sucrées au sirop de riz de tomber sous la loupe des journalistes (https://www.jydionne.com/de-larsenic-dans-un-produit-sante/).

Aujourd’hui, le vin de Californie est présumé coupable par association. Les titres à sensations portent bien entendu sur l’un des vins californiens les plus populaires au Québec, le Ménage à trois (http://www.journaldemontreal.com/2015/03/21/de-larsenic-dans-le-menage-a-trois).

Question de forme et d’élimination

Il est vrai que l’arsenic est un poison. Par contre, il existe sous deux formes distinctes qui ont des toxicités fort différentes : l’arsenic métal (ou inorganique) et l’arsenic organique.

L’arsenic métal, que l’on retrouve dans l’eau, est de loin le plus toxique. Historiquement, certaines contrées ont connu des épidémies de toxicité à l’arsenic, l’eau de leurs puits artésiens contenant naturellement des taux de l’ordre de 342 à 896 μg/litre.(1) L’arsenic métal est bien absorbé; il se diffuse et s’accumule dans les tissus et son élimination est faible.

L’arsenic organique, c’est-à-dire celui qui a été métabolisé par des plantes, est très peu toxique parce qu’il est facilement éliminé par le corps humain. En effet, 90% de ces formes organiques sont éliminées dans les premières 12 heures suivant leur ingestion.(2)

Pour en savoir plus sur la toxicité réelle de l’arsenic : https://www.jydionne.com/la-toxicite-de-larsenic/

Question de dose

Comme pour tout produit de consommation, la dose est importante. Par exemple, pour empoisonner votre prochain 😉 (effet aigu mortel), il faut 2 grammes d’arsenic métal.(1) Si personne n’a décidé de vous empoisonner, vous devrez consommer régulièrement et en quantité des sources d’arsenic métal pour développer un effet de toxicité chronique.

Santé Canada a fixé une norme très faible (10 µg/L) de contenu en arsenic dans l’eau potable (arsenic métal, rappelons-le) parce que la consommation d’eau est importante (facilement 2 litres par jour) et constante.(3) Par contre, lorsqu’on parle de vin, cette consommation n’est généralement ni importante, ni constante. Quant aux grands buveurs, ils subiront plus de dommages à leur santé dus à l’alcool qu’à quelque contaminant que ce soit.

Dans le vin…

vinDans le vin, les 2 formes d’arsenic sont potentiellement présentes puisque le raisin aura métabolisé au moins en partie l’arsenic métal provenant du sol où il pousse en arsenic organique.

La fameuse poursuite allègue que les vins californiens contiendraient entre 10 et 50 ppb (parties par milliards [billions] ou µg/L) d’arsenic, mais ne spécifie pas la composition chimique ou le ratio d’arsenic organique vs inorganique. Finalement, à ces doses, et considérant que le corps élimine rapidement l’arsenic organique, il faudrait consommer plusieurs litres, probablement aux environs de 7 bouteilles par jour, pour s’approcher de la dose de toxicité chronique. De plus, il faudrait en boire 2 millions de litres en peu de temps pour atteindre la dose de toxicité aigüe!

Personnellement, je ne m’empêcherai pas de boire les vins californiens que j’aime. Par contre, si jamais je déménage en Californie (ou à tout autre endroit où l’arsenic est présent de façon notable dans le sol), je m’assurerai de boire de l’eau exempte d’arsenic métal.

Que cherchent-ils?

C’est à se demander ce que cherchent les gens qui ont entamé cette poursuite. Je sais qu’aux États-Unis les poursuites de ce genre sont légion, mais quand on regarde les chiffres, il est évident qu’ils ne pourront pas gagner en cour. Alors, quel est leur objectif?

Santé!

Références :

  1. Environmental Health Criteria 224: Arsenic and Arsenic Compounds, chap. 8. WHO Nov 2004 http://www.who.int/ipcs/publications/ehc/ehc_224/en/
  2. Arsenic Institut national de santé publique du Québec Septembre 2002 (mise à jour juil. 2006) http://www.inspq.qc.ca/PDF/publications/198-CartableEau/Arsenic.pdf
  3. L’arsenic Santé Canada 2006 http://www.hc-sc.gc.ca/ewh-semt/pubs/water-eau/arsenic/index-fra.php#a1

7 commentaires

  1. Par contre, Jean-Yves, il y a de l’arsenic dans la bière pour garder la mousse plus longtemps et plus belle. En Belgique, je ne citerai pas la marque, mais il existe une bière très connue donne plus de maux de tête que les autres. La vérité est que sa mousse est plus belle et dure plus longtemps, car elle contient un peu plus d’arsenic que les autres. Moralité : une bière dont la mousse tombe rapidement ne vous donnera pas de maux de tête, car elle a moins ou pas d’arsenic. A votre sante, Jean-Yves…

    1. Ce serait sympa de dire de quelle bière il s’agit afin d’éviter que d’éventuels buveurs ne s’intoxiquent.
      A vous lire je commence à avoir des craintes car j’aime bien la Duvel qui a justement une mousse très développée et fine.

    2. Bonjour Jean-Marc
      Es-tu sûr que ce soit de l’arsenic ? Il y a les dérivés de propylène glycol qui font ça : la texture et le mal de tête. Ici dans nos chères Amériques, la Bud est connue pour ça.
      J’aimerais (moi-aussi) savoir de quel sel d’arsenic il s’agit. À ma connaissance, l’arsenic n’a pas d’effet texturant.
      Santé!

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

*