• Recherche

Contrairement aux médicaments et à la médecine en générale, la nutrition et les produits de santé naturels (compléments alimentaires ou suppléments alimentaires) ont pour but de maintenir la santé, d’améliorer la santé ou de prévenir la maladie. Mais la santé, qu’est-ce que c’est? Améliorer la santé, qu’est-ce que ça veut dire?

L’OMS a une définition de la santé qui date de 1946: « La santé est un état de complet bien-être physique, mental et social, et ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d’infirmité.»(1) Intéressant, mais particulièrement subjectif et flou…

Une étude qui vient tout juste d’être publiée (26 septembre 2012) nous permet d’envisager, dans un futur proche, une définition de la santé basée sur des critères précis.

Une étude différente, sur le curcuma

Les études sur le curcuma sont généralement effectuées avec des doses très élevées (jusqu’à 12000mg par jour) et sur des gens malades, quelquefois gravement malades comme dans les cas de cancers. Pourtant, le consommateur de curcuma sous forme de produit de santé naturel (extrait) est rarement cette personne très malade. De plus, il consomme habituellement des doses beaucoup plus faibles.

Dans la nouvelle étude, les chercheurs ont évalué l’effet d’un extrait de curcuma à dose relativement faible (80mg de curcuminoïdes, les principes actifs) chez des volontaires sains.(2) La dose de 80mg est assez élevée lorsqu’on la compare à la quantité fournie par l’aliment, mais vraiment faible par rapport à celles des études cliniques.

L’extrait utilisé dans l’étude a ceci de particulier que les fabricants en ont amélioré l’absorption en enrobant l’extrait de lécithine. En effet, les curcuminoïdes sont généralement très mal absorbés, à moins de 0,1%. [C’est aussi pourquoi le Dr Béliveau, dans son livre Les aliments contre le cancer, mentionne de prendre le curcuma avec du poivre, une autre substance qui en améliore l’absorption.(3)]

Effets du curcuma chez des personnes en santé

38 personnes en santé, âgées entre 40 et 60 ans, ont reçu durant 4 semaines soit un placébo, soit l’extrait de curcuma (80mg/jr). Les chercheurs ont fait des prélèvements sanguins et de salive. Le placébo n’a causé aucun changement entre le début et la fin de l’étude. Quant au curcuma, il a significativement:

  • Diminué les triglycérides sanguins;
  • Diminué l’amylase salivaire, une enzyme qui digère l’amidon;
  • Augmenté la capacité antioxydante de la salive;
  • Augmenté l’activité de la catalase plasmatique, une enzyme antioxydante importante;
  • Diminué de façon importante la concentration plasmatique des protéines bêta amyloïdes, associées au développement de la maladie d’Alzheimer et du déclin cognitif;
  • Réduit le taux de sICAM (Soluble Intercellular Adhesion Molecule-1), une protéine associée à la maladie cardiaque;
  • Augmenté le taux de myéloperoxydase plasmatique, une enzyme de protection contre les radicaux libres;
  • Augmenté le taux d’oxyde nitreux, associé à un meilleure dilatation des vaisseaux sanguins;
  • Diminué l’activité de l’enzyme alanine amino transférase, une enzyme qui augmente lorsque le foie est en mauvais état.

Bref, tous ces paramètres montrent qu’une relativement petite dose de curcuma améliore la santé de personnes que l’on considère déjà en santé! Pour en connaître plus sur le curcuma, lisez : Route des épices: le curcuma, Inflammation sourde: des outils de prévention et Du curcuma pour les joueurs de tennis.

Ainsi, avec des marqueurs précis, il sera éventuellement possible de définir la santé et de mieux comprendre comment la préserver et l’améliorer à l’aide d’outils relativement simples.

 

Références:

  1. La définition de la santé de l’OMS http://www.who.int/about/definition/fr/print.html
  2. Disilvestro RA, Joseph E, Zhao S, Joshua B. Diverse effects of a low dose supplement of lipidated curcumin in healthy middle aged people. Nutr J. 2012 Sep  26;11(1):79. [Epub ahead of print] PubMed PMID: 23013352. (texte complet accessible gratuitement)
  3. Richard Béliveau et Denis Gingras. Les aliments contre le cancer. Trécarré, 2005. 216 pages

22 commentaires

  1. Merci! Je vais sûrement prendre le curcuma de new roots (95%) en capsules ou de natural factors mais il est plus cher et pas de précision sur sa concentration à part qu’ils disent qu’il est très bien absorbė par leur système spėcial. Merci

      1. Bonjour JYD,

        Merci pour votre articles qui sont très intéressants, je voudrais poser une question: chaque jour j’utilise une c.c de curcuma + 1 c.c gingembre + un peu de poivre noir et un morceau de cannelle dans de l’eau bouillant, je filtre et je bois. est ce que cette méthode est bonne pour avoir le bienfait de tout ces épices.
        Merci

        1. Re bonjour Travels
          Oui, et non. Le curcuma a besoin d’huile pour être absorbé. Le prendre en tisane vous enlève une bonne partie de ses bénéfices. Pour la cannelle et le gingembre, cette façon va bien
          Santé!

    1. Bonjour Isabelle
      1- Dans la tradition Indienne, le curcuma ne se prend pas dans l’alcool
      2- je ne crois pas que la teinture alcoolique augmente ou améliore l’absorption des principes actifs du curcuma.
      3 – à tout prendre, je préfère un extrait en capsule concentré… pris avec du poivre, s’il n’est pas déjà dans la formule.
      Santé!

  2. Bonsoir

    Intéressantes conversations ! Quand vous parlez de 80 mg de curcuma vous parlez sans doute de curcuma en capsule ? mais combien un petit sapoudrage de curcuma (bio surement) contiendrait-il de mg ? J’aime bien mêler ensemble curcuma et cumin…que du rouge dans mes salades et même parfois j’ajoute un peu de cari au tout.

    Excellent article ! merci JY

    hélène

    1. Bonjour Hélène,
      Faisons des chiffres ensemble :
      Le 80mg est le principe actif, les curcumines ou curcuminoïdes.
      L’épice qu’on achète, si elle est orange et non jaune, contient environ 3 à 5 % de curcumines. Donc, pour un très bon curcuma, il vous faudrait entre 1600mg et 2660mg d’épice. En gros, un demi cuillère à thé.
      Santé!

    1. par contre, je suis un peu septique sur “une étude récente […] nous permet d’envisager une définition de la santé basée sur des critères précis”.

      Qui a fait l’étude? Qui l’a subventionné/financé?
      Je vais me permettre une pointe de sarcasme pour finir:
      est-ce que l’État québécois, particulièrement son système de santé, est prêt à intégrer cette définition de la santé à critères bien précis? Aura-t-elle besoin de siphonner encore plus d’argents de l’État? o_O
      Ou bien, est-ce encore hors de notre portée, ça, comme bien d’autres réalités qui font le succès d’autres systèmes de santé, tel qu’en France ou en Suisse?
      Ça va comment au Congo, Pauline?

  3. 🙂
    N’oubliez pas, cher amis/es, qu’il ne faut pas négliger le sommeil, primordiale source réparatrice neurologique et cellulaire. Bien s’alimenter ne pourra pas vous ‘sauver’ la santé sans miser sur un bon rythme de vie anti-stress régénérateur d’énergie!
    C’est bien de penser micro, mais il faut aussi travailler en “macro” (oui, il faut améliorer/focusser sur chaque éléments, mais encore faut-il regarder l’Ensemble, que le tout s’harmonise bien et ‘balance’, au final).
    🙂

  4. @Francine
    Si vous relisez bien l’article, et si vous revenez sur ce qu’a déjà mentionné Dr.Béliveau dans une certaine émission de la SRC, il est PRÉFÉRABLE et SOUHAITABLE, pour augmenter l’absorption du curcuma dans l’organisme, de le mélanger avec un corps gras (peu importe, celui qui fera votre bonheur, même de l’huile de noix / de poisson, de la margarine, du beurre, des morceaux d’avocat feraient l’affaire) et, si possible, si désiré, d’ajouter le poivre pour en multiplier les effets bénéfiques. N’oubliez pas: le poivre est aussi un excitant/astringeant… alors on choisi en fonction de ce que l’on veut obtenir, chère dame! Certains peuvent trouver que le poivre ne leurs convient pas…
    KAMPAÏ!

    @Ghislaine
    mmm, intéressant… je n’y avait pas pensé, mais j’me demande si la conservation d’un ou l’autre (poivre ou curcuma) pourrait en être affecté?
    Gardez-nous au courant si votre moulin à poivre se “jamme” 😉
    Personnellement, j’ai un “shaker” à curcuma + un moulin à poivre sur ma table de cuisine en permanence: je met toujours plus de curcuma que de poivre, et cela dans presque tout, j’y vais au goût, et même si j’en ai déjà préalablement mis en cuisinant le repas… particulièrement dans ma sauce spaghetti. C’est très bon, ça rehausse beaucoup les saveurs!

    (je me suis permis de répondre pour soulager JYD, car il est probablement très occupé… et je ne fais que répéter ce qui a été déjà abondamment décrit)

    Merci JYD pour cet excellent résumé d’étude! Bien condensé, comme j’apprécie!

  5. Bonjour JYD,

    Je vois un problème dans la diminution de l’amylase salivaire, une enzyme qui digère l’amidon. Ne faut-il pas une bonne quantité d’amylase salivaire. Quand pensez-vous d’une diminution de l’amylase? Merci et santé!

    1. Bonjour Asabelle,
      Je me suis posé la question, mais je ne crois pas que ce soit significatif. L’amylase est produite en fonction de la mastication. Plus les gens mastiquent, plus la salive en produit.
      Santé!

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

*