Je suis témoin d’une prise de position médiatique que je ne comprends pas. Sur les ondes de TVA, Isabelle Huot y est allée d’affirmations sans nuance à propos des prétendus dangers du régime hypotoxique proposé par Mme Jacqueline Lagacé dans ses livres (http://jacquelinelagace.net/).

Outre les erreurs scientifiques dans ces affirmations, une phrase m’a frappé: «les céréales proposées dans le régime Seignalet vont entrainer des carences en glucides…»

Euh… est-ce que j’ai bien entendu? Des carences en glucides? Alors qu’une grande partie de la population se bat contre un embonpoint justement dû à un excès de glucides???

[Correction en date du 13 novembre: comme je le mentionne dans Retour sur le régime hypotoxique, cette citation n’est pas exacte. Mme Huot fait bien la distinction entre remplacer les céréales par les grains admis par le régime Seignalet, et suivre ce régime « tout croche » en éliminant tous les grains (ce qui, selon elle, pourrait entrainer des carences). ]

Les interventions d’Isabelle Huot sont disponibles à:

http://tva.canoe.ca/emissions/salutbonjour/chroniques/sb/nutrition/168636/les-regimes-sans-gluten-et-paleolithiques

http://tva.canoe.ca/emissions/salutbonjour/chroniques/sb/nutrition/131081/la-diete-sans-gluten

La réponse particulièrement bien étoffée de Jacqueline Lagacé peut être lue sur son site: http://jacquelinelagace.net/2012/10/19/reponse-de-jacqueline-a-isabelle-huot-salut-bonjour-16-octobre-2012/

On me demande de prendre position et d’expliquer

Mon premier commentaire va à la position de «personne référence médiatisée» qu’est Isabelle Huot. Quand on a ce statut, comme je l’ai eu à quelques reprises, on ne peut pas y aller d’affirmations ex cathedra comme celles qu’elle a faites. Le premier risque est de se faire accuser de conflit d’intérêt…

Ensuite, quand on aborde un sujet controversé, il faut être blindé. Si nos opinions de spécialiste sont polémiques (croyez-moi, c’est une position que je connais intimement), il faut être plus documenté et plus sûr de nos sources d’information que les tenants des opinions opposées. Ici, ce n’est pas le cas. Dans une société riche comme la nôtre, on ne peut pas parler de carence en glucides (c’est d’ailleurs pourquoi Santé Canada n’a jamais établit d’apport nutritionnel recommandé (ANR) pour les glucides). Des glucides, il y en a partout, et le régime hypotoxique en contient amplement (plusieurs grains et tous les fruits et légumes). Personne ne peut démontrer que le fait d’éliminer certains grains, les produits laitiers et certaines formes de cuisson peut entrainer des carences. Quelles carences?

Des régimes néfastes?

Les généralisations à outrance sont nos ennemies. Mettre dans le même groupe les régimes pour maigrir et les régimes hypotoxiques est un exemple de généralisation. On peut affirmer qu’un régime à la Atkins qui prône une alimentation très pauvre en glucides et riche en viandes, sans égard aux types et quantités de gras, peut apporter des troubles de santé. L’augmentation de l’apport en viande peut entrainer une augmentation de l’inflammation et donc, potentiellement, des effets nocifs.(1) Par contre, ces effets néfastes ne peuvent pas être reliés à la réduction des glucides et féculents. On peut même montrer que, pour certaines pathologies qui n’ont rien en commun avec la problématique du poids, les diètes très pauvres en glucides (cétogéniques) peuvent aider grandement. C’est par exemple le cas de l’épilepsie.(2,3)

J’aimerais bien qu’on me dise, si les diètes qui restreignent les aliments «modernes» sont si nocives, pourquoi on constate un engouement qui perdure pour:

La question du gluten

Contrairement à ce que pense Mme Huot, le gluten est une protéine qui peut entrainer de nombreuses pathologies, depuis la maladie céliaque jusqu’à l’eczéma, en passant par des maladies neurologiques (4,5) et des troubles respiratoires.(6,7) Le gluten est aussi mis en cause dans des cas de diabète de type I.(8,9) J’ai trouvé un cas rapporté dans la documentation médicale d’un enfant de 6 ans qui a vu son diabète juvénile disparaitre lorsqu’on a éliminé le gluten de son alimentation.(10)

Ces études et cas rapportés ne veulent pas dire que le gluten, tout comme la caséine du lait, doivent absolument être évités par tous. Ils signifient que, si vous avez des doutes quant à votre tolérance à ces produits ou que vous souffrez d’une maladie inflammatoire, il est légitime d’essayer de les enlever de votre alimentation.

Non, les biopsies et autres tests médicaux ne sont pas nécessaires pour tenter l’expérience d’un régime hypotoxique. Le diagnostic n’est nécessaire que pour confirmer la pathologie et convaincre le médecin. Vous et moi, en temps que patient, pouvons très bien, à l’aide d’un journal alimentaire et de nos propres expériences, arriver à la conclusion que notre santé va mieux sans gluten. C’est mon cas. Avant de couper le gluten, j’avais des problèmes respiratoires importants: rhinites, sinusites, asthme, etc. Depuis que j’ai coupé les sources de gluten, je respire mieux. Il y a quelques années, j’ai tenté de réintroduire le gluten dans mon alimentation. Au début, rien. Après 3 jours, BANG: mal de ventre, flatulences, mucus respiratoire important, toux, ronflement, etc. Je n’ai jamais eu de confirmation médicale de mon intolérance au gluten. En ai-je besoin?

Sortir des sentiers battus pour prendre sa santé en mains

J’aimerais terminer en vous parlant d’une nutritionniste qui, tout comme moi, dérange: Anne Marie-Roy. Elle est végétalienne, ce qui est à contrecourant chez les nutritionnistes. Elle est très articulée, très compétente et très bien informée. Depuis quelques temps, elle tient une clinique particulière où elle aide des groupes de gens à se reprendre en main pour combattre diabète, hypertension, syndrome métabolique. Son approche très étayée au végétalisme donne des résultats renversants. Sa clinique s’appelle d’ailleurs La clinique renversante ! Pourquoi? Parce que, preuve à l’appui, elle renverse des diabètes de type II, des hypertensions et autres maladies métaboliques par l’alimentation.

Bref, cet exemple confirme que l’alimentation standardisée de «ce qui est bon pour un est bon pour tous» et «il ne faut pas démoniser un aliment» (oui, le sirop de maïs riche en fructose est un vrai démon pour notre santé) est une erreur. Il faut adapter, individualiser son alimentation et son propre style de vie.

Pour en savoir plus:

Allergies alimentaires: un fléau occidental

Produits laitiers: aliments essentiels ou néfastes?

Une cause d’allergies?

Une précision

Je tiens à préciser que je ne suis pas végétarien. La seule chose qui est exclue de mon alimentation est le blé et les sources de gluten. Par contre, je restreins volontairement ma consommation de produits industrialisés et je limite les sucres et féculents. Pour moi, ça fonctionne bien. Qu’est-ce qui fonctionne pour vous?

 

Références:

  1. Pan A, Sun Q, Bernstein AM, Schulze MB, Manson JE, Stampfer MJ, Willett WC, Hu FB. Red meat consumption and mortality: results from 2 prospective cohort studies. Arch Intern Med. 2012 Apr 9;172(7):555-63. doi: 10.1001/archinternmed.2011.2287. Epub 2012 Mar 12. PubMed PMID: 22412075.
  2. Lee PR, Kossoff EH. Dietary treatments for epilepsy: management guidelines for the general practitioner. Epilepsy Behav. 2011 Jun;21(2):115-21. Epub 2011 Apr 21. Review. PubMed PMID: 21514240.
  3. Kossoff EH, Hartman AL. Ketogenic diets: new advances for metabolism-based therapies. Curr Opin Neurol. 2012 Apr;25(2):173-8. Review. PubMed PMID: 22322415.
  4. Hadjivassiliou M, Sanders DS, Grünewald RA, Woodroofe N, Boscolo S, Aeschlimann D. Gluten sensitivity: from gut to brain. Lancet Neurol. 2010 Mar;9(3):318-30. Review. PubMed PMID: 20170845.
  5. Wills AJ, Unsworth DJ. The neurology of gluten sensitivity: separating the wheat from the chaff. Curr Opin Neurol. 2002 Oct;15(5):519-23. Review. PubMed PMID: 12351994.
  6. Sapone A, Lammers KM, Casolaro V, Cammarota M, Giuliano MT, De Rosa M, Stefanile R, Mazzarella G, Tolone C, Russo MI, Esposito P, Ferraraccio F, Cartenì M, Riegler G, de Magistris L, Fasano A. Divergence of gut permeability and mucosal immune gene expression in two gluten-associated conditions: celiac disease and gluten sensitivity. BMC Med. 2011 Mar 9;9:23. PubMed PMID: 21392369;  PubMed Central PMCID: PMC3065425.
  7. Carroccio A, Mansueto P, Iacono G, Soresi M, D’Alcamo A, Cavataio F, Brusca I, Florena AM, Ambrosiano G, Seidita A, Pirrone G, Rini GB. Non-Celiac Wheat Sensitivity Diagnosed by Double-Blind Placebo-Controlled Challenge: Exploring a New Clinical Entity. Am J Gastroenterol. 2012 Jul 24. doi: 10.1038/ajg.2012.236.  [Epub ahead of print] PubMed PMID: 22825366.
  8. Sharp J, Pizer B, Kokai G, Auth MK. Anaplastic large-cell lymphoma in a child with type I diabetes and unrecognised coeliac disease. Case Rep Pediatr. 2012;2012:269689. doi: 10.1155/2012/269689. Epub 2012 Oct 3. PubMed PMID:23082267; PubMed Central PMCID: PMC3469071.
  9. Knip M, Simell O. Environmental triggers of type 1 diabetes. Cold Spring Harb Perspect Med. 2012 Jul;2(7):a007690. PubMed PMID: 22762021; PubMed Central PMCID: PMC3385937.
  10. Sildorf SM, Fredheim S, Svensson J, Buschard K. Remission without insulin therapy on gluten-free diet in a 6-year old boy with type 1 diabetes mellitus. BMJ Case Rep. 2012 Jun 21;2012. doi:pii: bcr0220125878.  10.1136/bcr.02.2012.5878. PubMed PMID: 22729336.

102 commentaires

  1. Bonjour Jean-Yves, Je crois que votre site est finalement victime de son propre succès….il faut aller à la fin complètement de la section des commentaires sur un sujet donné pour voir qui en répond…c’est lourd comme procédure. Serait-il possible d’avoir les derniers commentaires en haut de page afin d’en faciliter l’accès et d’encourager les commentaires des abonnés ? merci et encore merci pour votre engagement, helene

  2. bonjour Marie-France
    j’ai fait beaucoup de recherches pour trouver ton blog afin de jaser un peu avec toi et de ne pas alourdir inutilement le blog de Jean-Yves….mais je n’ai pas trouvé….je te reviens donc ici afin que tu puisse me lire. Tu as tellement raison en ce qui concerne nos médecins dit “de famille”. Manque d’intérêt ? je ne sais pas. Dépassés ? je pense que oui. J’ai vécu la même expérience que toi suite à de bons résultats suite au régime hypo toxique (Jacqueline Lagacé) et mon conjoint et moi ne sommes même pas cœliaques. On a juste réglé pas mal de problèmes et …douleurs inutiles. J’ai une suggestion pour toi à ce stage-ci de ta démarche…une naturopathe, bien choisie, qui connait et reconnait les bienfaits du programme hypo toxique et qui comprendra, bien mieux que votre médecin de famille, vos besoins respectifs. Il est possible, via la naturopathe, de faire faire une analyse de cheveux, et cela identifiera vos lacunes en minéraux, souvent causés par la prise de médicaments à long terme. Les médicaments d’ordonnance amènent leur lot de problèmes additionnels…il faut trouver une façon de s’en départir…vite, vite, vite. Je te souhaite de trouver le chemin de la santé…c’est long, mais on se supporte. N’oublie pas l’alimentation biologique…ça permet d’éliminer beaucoup de toxines donc beaucoup moins d’efforts à les éliminer. Courage et comme dirait notre mentor…santé! helene

  3. Diagnostiquée avec l’arthrite rhumatoide, l’ostéopénie et de l’arthrose dans la colonne vertébrale l’été dernier, je n’avais que 2 choix. Soit me bourrer de pilules ou essayer le régime hypotoxique que je venais de découvrir dans un magazine. J’ai décidé de l’essayer avant d’aller rencontrer un rhumatologue. Et bien, après quelques mois, j’ai constaté que je n’avais plus aucun symptômes, douleurs, rien. C’est pas des blagues, rien. J’allais chez le chiro, le physio et l’acupuncteur depuis des années pour des douleurs, des tendinites, des douleurs au dos. Je suis tellement convaincue que j’ai écris un blog il y a quelques semaines pour partager l’expérience de ma famille mon mari a été très malade faute d’avoir été diagnostiqué pour l’intolérance au gluten) et dire à qui veut bien l’entendre notre histoire. Non seulement je n’ai plus de symptômes mais je sais que mes maladies inflammatoires INCURABLES vont disparaître et ne pas progresser tant que je ferai ce régime MAIS qu’elles reviendront par la consommation de ces aliments qui me rendent malade. Les médicaments n’auraient même pas empêcher la maladie de progresser. Lors de ma visite médicale, mon médecin n’était même pas intéressé à en savoir plus lorsque je l’ai rencontré il y a 3 semaines et que je lui ai dit que je n’avais plus aucune raison d’aller voir un rhumatologue. Je n’en reviens pas, mais je m’en fiche car pour moi, ma santé est ce qu’il y a de plus important et avec ce régime, j’ai trouvé encore plus, une qualité de vie.

    1. Merci Marie France de partager votre témoignage.
      L’adage “que ta nourriture soit ton médicament” prend tout son sens.
      Et concernant la réaction de votre MD, ne vous en faites pas. À chacun sa place. C’est juste dommage que la notion qu’un patient puisse se prendre en main et guérir ne chemine pas assez vite.
      Santé!

  4. Félicitations Reine et Louise mais surtout, merci de partager avec nous votre cheminement…il nous donne un petit coup de pouce et nous encourage à continuer dans notre démarche. Ce n’est pas simple n’est-ce pas ? c’est vrai que ça prend du temps…moi j’en aie fait mon projet de retraite ! il faut presque être à la maison pour avoir le temps de préparer tous les repas à partir de bons ingrédients frais, de préférence biologiques. Je sens qu’on est un bon groupe et qu’on commence à avoir du poids…même les grandes chaînes comme Costco on mis sur les tablettes pleins de produits sans gluten et même biologiques. Il ne faut pas se gêner d’en parler à notre marchand…croyez-moi…ils nous écoutent ! Bonne chance à tous ! Helene

  5. Je suis d’accord avec vous: s’informer, expérimenter et juger par soi-même. Mais cela demande du temps que peu de gens ont (et que certains ne veulent pas prendre non plus). Ce qui est désespérant c’est qu’on ne puisse même plus se fier sur quelqu’un qui a un doctorat en nutrition. Dans le fond, après réflexion, je comprends ceux qui décrochent de leur propre santé car, n’ayant pas le temps d’étayer une thèse sur le sujet, ils ne savent plus qui croire entre une docteure en nutrition comme Mme Huot (bien payée pour annoncer du pain avec gluten…) ou le service de nutrition d’une université (subventionné par qui…?) qui vous disent que l’absence de gluten dans votre alimentation c’est dangereux pour votre santé, et Jacqueline Lagacé qui suggère un régime hypotoxique sans gluten et sans produits laitiers (et qui n’a aucun intérêt financier rattaché à sa position).

    Je ne comprends toujours pas que des nutritionnistes contredisent encore Mme Lagacé malgré tous les témoignages de guérison ou d’amélioration. Même une chroniqueuse culinaire est contre elle! Se mettre à jour demande-t-il tant de temps encore une fois? (toujours ce foutu temps… 😉 )

    M. Dionne est aussi une de mes sources de référence importantes.

  6. Bonjour, ce n’est pas la première fois que je prône le “régime” hypotoxique sur votre site. Je vais faire ça simple. Dans ce régime on élimine les produits laitiers qu’on nous recommande de consommer pour le calcium. J’ai remplacé le lait de vache par la boisson d’amande qui en contient autant, sinon plus, ainsi que de la vitamine D et autres vitamines et minéraux. D’autres aliments contiennent du calcium. Il n’y aurait pas assez de fibres selon madame Huot: les farines recommandées en contiennent ainsi que pour certaines, du fer, calcium, autres minéraux et des protéines. On retrouve des fibres dans les fruits et légumes, entre autres. Mes intestins fonctionnent admirablement bien et surtout naturellement. Madame Huot souligne une carence en glucide : les fruits et certains légumes en fournissent amplement. Je me fais des muffins avec du sucre brut. Je consomme du miel et à l’occasion du sirop d’érable. Je fais cuire mes poulets à basse température. Ils sont délicieux. J’utilise une mijoteuse pour grand nombre de recettes. Je ne suis pas nutritionniste mais il est facile de s’informer sur nos besoins en vitamines et minéraux et se servir de son jugement pour aller chercher ce qu’il nous faut dans notre alimentation ou des suppléments si nécessaire. J’ai adopté le régime hypotoxique parce que j’ai eu des douleurs à la hanche tellement intenses que je marchais difficilement tant je sentais mes os frotter l’un contre l’autre. J’ai passé une radio et on n’y voit plus de cartilage. Donc, je suis en attente d’une chirurgie de remplacement de la hanche. Entre le moment où j’ai commencé à ressentir des douleurs et aujourd’hui en passant par l’adoption du régime hypotoxique (1 an maintenant), mes douleurs ont diminué de façon spectaculaire. Ce régime ne promet rien pour les cas d’arthrose aussi avancée que dans mon cas. Je prends de la glucosamine ainsi que de la chonroïtine mais sans un changement dans mon alimentation, je ne crois pas que j’aurais obtenu ces résultats. Je ne prends aucun analgésique. J’ai perdu 45 livres et ça n’a jamais été aussi facile de perdre du poids. J’avais aussi des douleurs d’arthrose aux pouces : complètement disparues. On dira pour ma hanche que la perte de poids a aidé mais mes pouces? J’avais fait des tests sanguins à l’été 2012 avant l’adoption du régime hypotoxique et comme toujours, tout était parfait. Au mois de juillet 2013, j’ai demandé à mon médecin de faire de nouveaux tests sanguins. Il ne voyait pas la nécessité de le faire mais je lui ai dit que je voulais vérifier si mon changement d’alimentation avait détérioré quelque chose puisque qu’il est supposément dangereux d’éliminer le gluten si on ne souffre pas de la maladie coeliaque. Comment les personnes qui souffrent de celle maladie font-elles pour être en santé sans gluten?J’ai obtenu les résultats d’une jeune fille de 20 ans (aux dires de mon médecin) et j’en ai 60. J’ai fait comme toujours: je m’informe,j’expérimente et je juge par moi-même. Mon corps apprécie et ça me suffit maintenant. Mon témoignage n’a absolument rien de scientifique et je ne comprends pas ce débat sur oui ou non le gluten. À part donner du volume et de l’élasticité aux produits de boulangerie, en quoi me priver de gluten peut nuire à ma santé, si je trouve ailleurs ce qui est important dans le gluten? Je ne suis pas diabétique et ma consommation de sucre est limitée. Dois-je attendre ou non d’être diabétique pour éliminer le sucre? Y aura-t-il un débat là-dessus?

    J’aimerais vous dire que je consulte votre site parce qu’il est intéressant mais aussi vous donnez des avis impartiaux alors qu’un site dit oui un autre dit non. On ne sait pas à qui se fier. Vous êtes ma référence maintenant.

    1. Merci Louise
      Merci pour votre témoignage
      Merci pour votre encouragement. Ce n’est pas toujours facile d’être à contre courant… et pas très payant… 🙂
      Au plaisir
      JYD

  7. Bonjour,
    Voici pour info un article du 6.06.2013, visible sur le blog du Médecin / Nutritionniste Philippe Fievet, spécialiste de l’intestin :
    “Peut-être avez vous entendu que les tennismen adoptent de plus en plus un régime alimentaire sans gluten (Tsonga et consorts) ? Même s’ils ne sont pas malades ou bien simplement intolérants ? Ils ne sont d’ailleurs pas les seuls sportifs à s’autoriser une optimisation de leurs performances métaboliques, on en voit dans des équipes du Tour de France, des footballeurs, des nageurs, etc. et non des moindres.

    Il y a plusieurs causes au fait que le gluten devienne indésirable dans notre société. Des arguments sérieux de différents niveaux.

    Le contexte nutritionnel de l’intestin (eh oui, on nourrit son intestin comme on nourrit ses muscles ou bien son cerveau…) est globalement modifié par l’apparition de l’alimentation industrielle et /ou occidentale. Les problèmes de perméabilité sont maintenant évoqués ouvertement par les biologistes et les médecins (qui évidemment prennent le temps de se pencher sur l’affaire).

    Il est bien clair que la consommation de gluten déclenche une inflammation chronique. Les preuves biologiques sont là, indiscutables (voir une référence récente en bas de page).

    J’y reviendrai prochainement dans un article de synthèse.

    Si vous assistez à la conférence que je donne “regards sur le gluten”, vous serez abasourdi. Ni plus ni moins. Toutes les références utilisées (plus de 200) proviennent exclusivement des banques de données scientifiques mondiales recensant les meilleures revues.

    Pour aujourd’hui, faites simplement un essai honnête d’une quinzaine de jours : éliminez le gluten de votre alimentation. Même si vous ne vous plaignez de rien, constatez par vous même, ça en vaut la peine.

    Dans mon livre “L’intestin carrefour de mon destin”, vous pourrez faire par exemple votre petit bilan, page 83.

    Le but n’est pas de de faire du gluten un ennemi à proscrire. Dans certains cas, oui, évidemment, lorsqu’une maladie disparaît après sa suppression. L’idée à comprendre, c’est que l’on en consomme bien trop… et ce gluten sort maintenant d’usines industrielles après avoir été mofidié, puis rajouté partout (même dans des plastiques pour les rendre malléables…) Le marché du gluten est proprement gigantesque !”

    Soares FL, de Oliveira Matoso R, Teixeira LG, Menezes Z, Pereira SS, Alves AC, Batista NV, de Faria AM, Cara DC, Ferreira AV, Alvarez-Leite JI. Gluten-free diet reduces adiposity, inflammation and insulin resistance associated with the induction of PPAR-alpha and PPAR-gamma expression. J Nutr Biochem. 2012 Dec 17.

  8. Donc si je résume les propos et avec “le bon sens”, je pourrais affirmer que d’éviter le gluten aide réellement des gens souffrant de certaines maladies ou inflammation. Quelque chose du genre. Maintenant, est-ce que les céréales sans gluten (orge, sarrazin, quinoa) contiennent tous des fibres alimentaires et contiennent toutes les vitamines du groupe B..? Ou, du moins, ceux étant essentielles à la santé? Je suis à vérifier.

    1. bien sûr, le quinoa contient tous les acides aminés essentiels! Et côté vitamines, outre qu’ils en contiennent au moins autant, ils contiennent moins de chélateur naturels que sont les phytates que le blé, donc permettent de mieux absorber les oligo-éléments et minéraux que sont fer, zinc, magnesium, calcium…

      1. Il y a certainement des lobbys des deux côté, pro-gluten et pro-sans-gluten.
        Ms qd je lis ce qu’Alice albin écrit le 10 Novembre :
        “TON CORPS EST LA MEILLEURE REFERENCE… je fais tout ce que je faisais a 50 ans et j ai 74 ans, ma peau a changé mes ongles n’en finissent pas de pousser. Mes cheveux sont brillants, plus de jaune dans les yeux… selles normale etc…
        EST CE QUE MON CORPS ME MENTIRAIT a ce point? NON.
        J’ai passe des test pour l’arthrose après 1 an de ce régime sans gluten, rien à voir avec les résultatsd’un autre examen passé 2 ans auparavant qui me diagnostiquait ARTROSE SEVERES à MORBIDE avec risques de fractures, je ne vivais plus a cause de la douleur.”
        je suis conforté ds le fait que si qd vs vs faites plus âgé, vs ne souffrez de rien de ts ces symptômes, tant mieux, c sûrement que vs n’avez ps forcé (ou été forcé) sur les vaccins, que vs n’êtes ps tp produits laitiers et que le gluten que vs avez tjrs consommé avec modération est tjrs bien toléré par votre corps.
        Par contre, si vs avez un quelconque symptôme désagréable, éviter le plus possible le gluten peut certainement être une révélation sur le vrai niveau de santé auquel vs avez dt comme ns ts! On n’est ps condamné à avoir des problèmes d’arthrites, arthrose, peau, ongles, yeux, digestion, intestins, selles, enurésie et autres…
        Le gluten est inflammatoire au niveau intestinal, ds gluten, il y a glu, et ça met 8 jours à descendre le tractus intestinal qd tt va bien. Et comme ttes les maladies autoimmunes (et ts les symptômes sus-nommés en sont la manisfestation) font leur lit ds les intestins où se forme l’immunité, un déséquilibre de la flore intestinale qui se développe de façon anormale et très déséquilibrée (multiplication de la “mauvaise flore intestinale, candida, escherichia coli, ….) dans le tractus non digéré, riche et anaérobie favorisé par le gluten . Et ceci est vrai quelque soit le gluten, ou l’individu. Le gluten, au même titre que la caséine, sont des protéines à chaine longue difficilement digestibles, nos peptidases (enzymes) viennent difficilement à bout des ces chaines qd elles fctonnent bien, alors si jamais elles sont affaiblies, en nombre insuffisant pr faire face au niveau de consommation, c là que se déclenchent les phénomènes inflammatoires de tt poil…

        1. Bonjour Philippe,
          Vous avez raison, le meilleur juge reste vous-même.
          Si votre “mal a dit”, il faut l’écouter. Comme dirait un de mes vieux professeurs, un médicament n’a jamais guérit personne. C’est la personne qui guérit.
          Santé!

    2. Bonjour Janic,
      La réponse est un peu complexe. Au sens où vous demandez “toutes les fibres, etc.” Ces grains sont de bonnes sources de fibres et d’autres nutriments. Par contre, il n’existe pas d’aliment complet. Par principe, une bonne alimentation doit chercher ses composés un peu partout. C’est l’ensemble qui crée le tout et l’équilibre.
      Santé!

  9. En fait, ce que je veux dire, c’est que comme le 50%+1 de la population n’a aucun problème d’intolérance au gluten, pourquoi se soucier de l’enlever de notre alimentation..? Est-ce que mon corps est réellement “inflammé” et je vais devenir malade bientôt?

    1. Re bonjour Janic,
      Les anglais ont un adage : If it’s not broken, why fix it ? Si ce n’est pas brisé, pourquoi le réparer. Bref, toutes ces discussions ne mènent nulle part si vous n’avez aucun symptôme. Ce régime restrictif n’est pas pour vous.
      De toutes façons, il est difficile d’appliquer une restriction alimentaire, n’importe laquelle 🙂
      Santé!

  10. Je n’ai pas lu l’entièreté des commentaires et des articles scientifiques proposés mais il me semble que la question est posée à l’envers…Puisque la majorité de la population (50%+1) n’a aucun problème avec le gluten, pourquoi le démoniser et faire passer ceux qui en consomment pour des gens qui ne savent pas ce qu’ils mangent…? Car je n’ai pas lu ou entendu ce qu’Isabelle Huot en a dit mais ce que je sais, c’est qu’il y a beaucoup plus de gens qui critiquent ceux qui en consomment que de gens qui critiquent ceux qui l’évite. Je travaille comme kinésiologue et entraîneur et le courant actuel en santé, je le connais. Merci de m’éclairer.

  11. Bonjour, merci beaucoup pour ces articles.

    Juste une précision : je trouve les naturopathes un peu facilement encensés dans les témoignages. Quand j’ai commencé le régime Seignalet, il y a un peu plus de 12 ans, certains étaient très virulents contre l’exclusion du blé, sans réel recul. La situation a évolué devant l’accumulation de témoignages, mais ils ont tendance à proposer beaucoup de solutions, sans forcément de hiérarchie, et des compléments alimentaires à des dosages très variables selon les sources, des huiles essentielles qui sont des produits très puissants, qui n’ont pas le même niveau de suivi que des médicaments .. Prudence donc aussi avec les naturopathes svp.

    Un des nutritionnistes a témoigné sur l’absence d’études randomisées pour Seignalet : tout le monde l’attend, mais qui va dégager un budget suffisant pour ça ? (a priori, environ 800 000 euros pour un essai randomisé de taille suffisante, et suivi minimal sur 4 ans.)
    Avec une méthodologie à adapter pour ce type d’étude, sans double aveugle possible. En attendant un début hypothétique, devant l’accumulation de témoignages concordants, même pour des maladies sans rapport évident avec la nourriture (pour l’asthme et la bpco : http://forum.doctissimo.fr/sante/asthme-bronchite/asthme-bpco-alimentation-sujet_149596_1.htm, plus de 70 % de réussite nette, c a d quasi disparition des crises, avec des témoignages de confirmation sur plusieurs années, après recueil des témoignages disponibles sur le net et dans la presse écrite, 25 % avec une amélioration nette mais persistance de crises, environ 5 % d’échec).
    Faut il (je m’adresse aux diététiciens – nutritionnistes) attendre tout ce délai pour vous saisir à bras le corps de cette méthode ? Et accompagner au mieux les personnes qui s’y lancent ?

    12.5 ans de régime seignalet, pas de carence constatée, avec un suivi régulier. Très faible utilisation de complémentation alimentaire.

    Cordialement

    1. Merci Olive pour ces précisions.
      Il est vrai que, quand on parle de naturopathie, selon les endroits, les standards de pratique peuvent laisser à désirer. Surtout si, comme ici au Québec, cette pratique n’est pas reconnue, donc pas encadrée, ce qui laisse la porte ouverte à toutes sortes de choses.
      Santé!

  12. ”Outre les erreurs scientifiques dans ces affirmations, une phrase m’a frappé: «les céréales proposées dans le régime Seignalet vont entrainer des carences en glucides…»
    Euh… est-ce que j’ai bien entendu? Des carences en glucides? Alors qu’une grande partie de la population se bat contre un embonpoint justement dû à un excès de glucides???

    Ba parce qu’il en faut des glucides… ! pas d’exès mais il en faut c’est bien évident…

    1. Ps forcément.
      De Suisse ns vient un régime hypotoxique qui porte le nom de Régime des Glucides spécifiques, et il consiste tt simplement en l’élimination de ts les sucres, tant simples (sutt raffinés), sans parler des édulcorants évidemment, que complexes : les fameux glucides. Et ce régime n’entraine aucune carence, ne donne donne que des résultats impressionants sur le rétablissements de l’Etat de santé (baisse du nive

      1. …au d’inflamation général, la fameuse inflamation sourde). Lorsque j’ai expliqué que mon fils autiste suivait ce régime à l’âge de 6 ans et demi, les éducatrices de l’Hôpital de jour où il était en garderie (et oui, la France en est encore là) ont fait une formation accélére pour suivre des diabétiques, de peur qu’il ne fasse un coma par hypoglycémie. Incroyable non! Il ne grossissait ni ne grandissait plus, avec un ventre gonflé et plus de selles, ou alors sous forme d’encoprésie, et là, suite à ce régime, il s’est remis à grandir, à grossir… CQFD. Tout le monde autour de moi continue de ne pas prêter la moindre attention à ce type de régime jugé drastique à tort. Que leur ai-je affirmé avec conviction pour couper court à ttes protestations : tout simplement ce que je redis ici, que l’énergie si tant est qu’il en faille de façon explicité (le corps se débrouille pr la fabriquer), elle peut parfaitment venir des graisses, c même la mailleure source. Les bonnes graisses, VPPF, non trans, non hydrogénées, non transformées. Le corps fabrique son propre cholestérol, et c ce Cholestérol qui va donner son énergie aux muscles, dt ps le moindre est le coeur, dc attention à ne ps taper tp fort (et surtt chimiquement) sur ce fameux cholestérol. Le sucre, il est tout simplement poussé dans le sang vers les cellules par l’insuline, ce qui est important, c’est que le taux de glycémie reste stable à 1g/l de sang, ni plus ni moins. Tout écart provoque une suite de réaction qui font tout pr que ce niveau revienne vers la norme, sortir de l’état de détresse (au sens médical) dans lequel nous avons mis notre corps. Le cerveau n’a pas plus besoin de sucre qu’un autre, il veut au contact le sang à 1g/l. arrêtons les mythes… Et dc les sucres complexes, ps nécessaires du tt, ce sont eux qui vont générer des dépôts de graisse par le corps qui serviront à faire face au prochain état d’hypoglicémie déclenché par l’ingestion de sucres rapides et/ou édulcorants. Pic d’hyperglicémie suivi d’un pic d’hypoglicémie (qd l’insuline tp vite libérée va faire son effet de façon tp rapide également), ps génération par le fois de glucose à partir du glycogène (= les fameux dépôts de graisse) pr rétablir l’équilibre, sans parler au passage du signal de manque de sucre généré au niveau du cerveau qui va vous faire replonger vers les boissons sucrées, bonbons, chewing gum, cigarette (et oui, elle est sucrée à 10% en moyenne) … avec une variation de la glicéie au final qui ressemble à une sinusoïdale qui s’atténue (cycle de 2 h environ).

  13. Bonjour, je suis nutritionniste et suis souvent déçue du manque de connaissances de certaines de mes collègues sur le point de vue des besoins en glucides, des effets néfastes du gluten et des grains et de l’inocuité des gras saturés…

    Je supporte la diète Paléo, une approche sans produits céréaliers et produits transformés qui est près de ce qui est encouragé par le régime hypotxique… mais encore mieux à mon avis.

    Vous pouvez consulter mon livre électronique à partir du 18 décembre ici: http://www.eat-real-food-paleodietitian.com/nutrition-paleo-en-francais.html.

  14. Je dirais que 100% des gens sont intolérants au gluten. Et c’est tout à fait normal. Parce que le blé est consommé la plupart du temps sans le son et le germe. Donc notre organisme ne reconnait plus le grain et les problèmes de santé s’en suivent. Pourquoi séparer le grain? En fait, les petits malins de l’industrie alimentaire isolent l’endosperme (et son gluten bien sur) pour question de conservation du grain (le germe va faire rancir la céréale) et l’autre raison est pour satisfaire les pâtissiers (qui ont horreur du son) qui eux ont besoin seulement de l’endosperme qui leur permet d’obtenir cette élasticité afin de faire monter la pâte et qu’elle ne craque pas (pensons à leurs gâteaux, viennoises, pâte à pizza, panninis, brioches). Rappelons que la céréale de blé est composé de trois éléments : le son, l’endosperme et le germe. Alors si vous consommez du blé, il est très important que les 3 éléments soient présents sinon votre organisme va mal réagir. Recherchez blé INTÉGRAL qui lui contient les 3 éléments. Le blé entier ?… c’est de la foutaise car Santé Canada permets aux producteurs d’enlever le germe et de permettre l’appellation ‘’grain entier’’ quand même.

    http://www.hc-sc.gc.ca/fn-an/nutrition/whole-grain-entiers-fra.php

    En passant, le germe de blé contient de nombreuses vitamines, des acides aminés, des minéraux et des enzymes. Qui n’a pas entendu que la vitamine E, aux vertus anti-oxydante contenue dans l’huile de germe de blé, prévient le vieillissement prématuré de la peau en protégeant les cellules contre les agressions des radicaux libres.

    Autre raison de consommer les grains intégrals est qu’il a un indice glycémique plus bas que le grain soit disant entier.

    Favorisez l’épeautre… l’agriculture conventionnelle à grande échelle l’a écarté parce qu’il donne moins de rendement. Mais il est de bien plus grande qualité.

    Une des plus belle nouvelle que vous pouvez apprendre dans votre vie est que l’on vous dise que vous êtes intolérant au gluten !… Parce qu’ainsi vous serez obligé de couper toutes ces saloperies qui contiennent que de l’endosperme… et du gluten!… Vous ne saurez plus quoi manger ?… Normal !… lâcher la télé et inscrivez-vous à des cours de cuisine végétalienne et ateliers d’alimentation vivante, inspirez-vous de gens prônant le ‘’raw food’’ sur la toile… vous découvrirez un nouveau monde!

    1. Vous dites nimporte quoi franchement. Les gens qui sont intolérant au gluten ne peuvent pas consommer du blé intégral, ni toute autre forme de blé.

  15. Bonjour M. Dionne,

    Je crois que le rôle des professionnels de la santé est avant tout de soutenir les gens qui souhaitent suivre le régime hypotoxique en leur fournissant toutes les informations nécessaires.

    J’ai d’ailleurs une question. En suivant le lien suggéré dans votre article concernan la diète paléolithique, on souligne que le quinoa contient d’importantes quantités de saponine, une substance qui pourrait être nuisible. Qu’en est-il?

    Merci

    1. Bonjour Mme M,
      Les saponines ne sont pas toutes néfastes. Dans certaines plantes médicinales, ce sont même les principes actifs (comme dans le marron d’Inde). Dans le cas du quinoa, les saponines lui donne un gout amer. C’est pourquoi on recommande de le faire cuire dans 2 eaux. Ainsi, les saponines sont emportées dans la première eau de cuisson.
      Santé!

      1. Merci M. Dionne pour votre réponse.
        Je ne suis cependant pas certaine de comprendre ce que vous voulez dire par deux eaux. Nous cuisons habituellement 1 part de quinoa dans 2 parts d’eau, comme le riz. Mais l’eau est entièrement absorbée par les grains, donc les saponines restent?

        1. Bonjour Mme M,
          Soit on le rince abondamment, soit, à mi cuisson, on enlève l’eau pour en remettre de la fraiche. Mais si le quinoa n’est pas amer, faites simplement ce que vous faites déjà.
          Santé!

  16. Je suis également diététiste-nutritionniste et très fière de l’être. Je me questionne finalement qui a plus d’ouverture d’esprit dans tout ça! L’important c’est le bien être du client et non pas notre orgueil personnel ou professionnel. Il n’y a pas de recette miracle dans peut importe le régimes, diète, thérapie il doit y avoir un esprit critique et voir l’ensemble de la personne. Ne pas croire que notre décision est la meilleure pour tous les clients et que les autres ont tort.
    Plus nous allons travailler ensemble en équipe plus la société va en bénéficier !

    1. Bonjour Paola,
      Nous sommes exactement sur la même longueur d’onde. Le patient qui vous consulte n’a que faire des dogmes. Il veut être aidé et se sentir bien. Il n’y a pas les bons et les méchants…
      Santé!

  17. Un petit mot concernant la nécessité de diagnostiquer une maladie coeliaque. Les gens atteint de cette maladie sont à risque de développer des cancers à long terme et doivent donc éviter TOUTES TRACES de gluten. Par exemple, si sur un produit il est mentionné “assaisonnements” dans la liste des ingrédients, il est impératif pour une personne coeliaque de s’informer qu’aucune trace de gluten n’est présente. Certaines colles à timbres et à enveloppes peuvent être à éviter de lécher également en plus de certains médicaments pouvant en contenir. La restriction est bcp plus sévère et doit être à 100%. La biopsie d’une personne suivant déjà une restriction au gluten peut être négative en raison de l’amélioration de la muqueuse intestinale et cela peut avoir des conséquences graves pour la personne qui ne suivrait pas les restrictions sévères à 100% par la suite puisqu’on est passé à côté du diagnostic.

    Bien que cela concerne un faible nombre de personne, l’impact peut être majeur.

  18. Je suis nutritionniste-diététiste et je suis loin de me reconnaître dans les propos tenus dans ce blogue et je suis d’accord avec le fait que si on se sent mieux après ce régime, il peut s’agir d’une solution bénéfique.
    Tout comme il y a différentes approches en psychologie et autres domaines, il y a des différentes approches/mentalités en nutrition.

    Également, il faut tenir compte du fait que la nutrition évolue plus rapidement que d’autres domaines et que les mentalités de n’importe qui demandent du temps à s’ajuster et ce, peu importe la profession. Combien de médecins par exemples sont encore accrochés à d’anciens dogmes. On dirait une chasse aux sorcières contre les nutritionnistes qui sont toutes mises dans le même panier.

    À noter que plusieurs nutritionnistes ne considèrent pas le guide alimentaire canadien comme un outil de référence, toutes mes collègues et moi l’utilisons que très exceptionnellement. Pourtant il est perçu comme provenant et approuvé par toutes les nutritionnistes alors que bien d’autres gens de professions variées ont participé à son élaboration et que plusieurs nutritionnistes ne l’utilisent même pas.

    Personne ne peut nier que des études randomisées n’ont pas encore été effectuées, même Jacqueline Lagacé le mentionne sur son blogue à une personne qui demandait ce type d’étude, ce type d’étude est requis pour documenter clairement les effets de ce régime. Cependant, il est aussi vrai que si plusieurs gens en retirent des bienfaits, il peut s’agir d’une voix intéressante à explorer même si non prouvée de la méthode la plus rigoureuse pour le moment.

    Des nutritionnistes ou techniciennes en nutrition de ma connaissance ayant des problèmes de santé l’ont tenté sur de longues périodes, parfois avec des résultats parfois non. Ce régime peut ne pas être la solution pour certaines personnes, il faut aussi mentionner cela.
    Également, il est bien connu et documenté que beaucoup de gens sont loins de consommer suffisamment de légumes et fruits. Si ces gens décident de couper complètement les grains (comme j’en ai vu plus d’une fois dans ma pratique) il est très réaliste de penser qu’ils peuvent connaître des manques en glucides. Les glucides demeurent le carburant de base entre autres du cerveau et plusieurs de ces personnes connaissaient des épisodes de fatigue dans la journée qu’un ajustement a permis de résoudre. D’où la nécessité de bien se renseigner ou d’être encadré.

    Les solutions miracles n’existent pas, par contre certaines conviennent à certains et pas à d’autres. Point final.

  19. Bonsoir,

    Je suis diététiste-nutritionniste et fière de l’être parce que chaque jour j’ai des commentaires de gens qui améliorent leur santé, leur énergie, leur sommeil, leur glycémie, diminuent leur maux de ventre, leur poids, etc. grâce à des conseils prodigués suite à une évaluation nutritionnelle complète.

    Je pense qu’au delà du débat sur le bien-fondé ou non du régime hypotoxique, il y a une guerre d’égo et se serait bien que chacun des acteurs en santé, nutritionnistes, naturopathes, médecins, pharmaciens, homéopathe, etc. admettent un peu cela pour ensuite s’ouvrir un peu plus à ce que chacun apporte de bon avec ses conseils et que chacun garde sa juste place.

    Cas concret. Une femme dans la trentaine me consulte récemment pour perte de poids et fatigue. Cette personne suivait le régime hypotoxique depuis 2 mois et avait perdu beaucoup de poids et se sentait fatiguée. Par contre, ses multiples points de douleurs avaient disparu. Elle avait enlevé le gluten mais n’avait pas substitué par des féculents sans gluten. En faisant ce constat, je lui ai recommandé d’inclure des féculents sans gluten à chaque repas (quinoa, patate sucrée, riz, sarrasin, etc.) et résultat: son poids s’est stabilisé et son énergie revenu.

    Comme le disait ma collègue Geneviève, la plupart des acteurs en santé veulent le bien pour leur patient et s’il y a une science qui évolue constamment c’est bien la science de la nutrition. Et quand on critique le GAC, ça me choque parce que seulement une faible proportion de la population le suit vraiment. Et avez-vous remarqué que le quinoa et le riz brun sont des grains entiers recommandés ainsi que les légumineuses, les noix, la boisson de soya, etc.dans le GAC de 2007? Avez-vous lu les recommandations du GAC? Savez-vous qu’il est inscrit textuellement dans les recommandations du GAC ceci:

    Consommez au moins la moitié de vos portions de produits céréaliers sous forme de grains entiers.
    Consommez une variété de grains entiers comme l’avoine, l’orge, le quinoa, le riz brun et le riz sauvage.
    http://www.hc-sc.gc.ca/fn-an/food-guide-aliment/choose-choix/grain-cereal/index-fra.php

    Enfin, je propose une collaboration plutôt qu’une confrontation entres professionnels de la santé afin d’aider le plus de gens possibles en bout de piste.

    1. Le soja, fermenté, sinon le remède est pire que le mal, entre les isoflavones et les phytates, qui sont des chélateurs d’oligo-éléments (ils empêchent d’assimiler le fer, le calcium, le zinc, le magnésium…), dix fois plus présents dans l’enveloppe de la grine de soja que dans celle des autres céréales.
      La fermentation permet de se débarasser des substances non indésirables et potentialisent toutes celles qui sont bénéfiques tout en les conservant.
      D’où le verre de vin rouge à chaque repas par exemple.
      Dc, ntto, Miso, et c’est ce qui est consommé en asie, ce sont les bonnes formes de soja à consommer, surtout pas le lait ni le pain ou les steaks!

  20. Les naturopathes font un excellent travail pour nous aider à bien manger et ce, depuis de très nombreuses années. Jamais je n’irai consulter une nutritionniste pour me dire quoi manger mais plutôt un(e) naturopathe!

    1. La naturopathie est l’art et la science visant à promouvoir un niveau de santé optimal par le recours à des moyens naturels et écologiques. Donc, selon la définition, une nutritionniste qui vise à promouvoir un niveau de santé optimal via une saine alimentation pratique donc aussi la naturopathie. Des titres professionnels c’est bien beau, mais aussi bien vague. Encore là, mettre toute les nutritionnistes dans le même bateau fait place à une fermeture d’esprit, la même reprochée aux nutritionnistes. Rien ne vaut que d’en juger par vous-même via l’expérience.

    2. Je suis d’accord avec vous Stéphanie. J’avais déjà demandé à une naturopathe pourquoi leur discours était si différent de celui des nutritionnistes et elle m’avait répondu: ils ont un tel retard à rattraper…

  21. Bonjour,
    J’apprécie beaucoup l’appel à:
    – ne pas mettre tout le monde dans le même panier
    – faire des tests pour sa propre tolérance ou non
    – références si le sujet est controversé

  22. Merci infinimment pour cet article.
    Je mange sans gluten et sans produits laitiers depuis plus d’un an, et je dois dire que je ne me suis jamais sentie aussi bien depuis de nombreuses annees. Et lorsque je vois mes amies autour de moi qui souffrent de plusieurs pathologies, j’essaie de leur donner des conseils et suggestions pour ameliorer leur qualite de vie, mais en reponse, je ne recois que des commentaires du genre: je ne pourrai jamais me passer de pain et de bons fromages ! Alors, je les regarde souffrir sans pouvoir rien faire de plus. je trouve ca triste qu’il n’y ai pas plus d’etudes sur les effets du gluten ou autres aliments sur la sante’ des gens.

  23. Lorsque l’on prend des positions très publiques sur quelque chose, et lorsqu’il y a en plus des intérêts financiers en jeu, ou tout simplement lorsqu’on a été orienté vers un paradigme toute notre vie, il est extrêmement difficile, voir impossible de revenir en arrière.

    Je ne mange plus aucun gluten depuis un bout de temps, qu’un peu d’avoine, de riz ou de quinoa très occasionnellement, et je ne m’en porte que mieux. Je le ré-itère pour ceux qui ne l’ont pas vu, mais dans un livre sorti l’an dernier du Dr William Davis intitulé Wheat Belly (Comment le blé nuit à votre santé) que Mme. Lagacé recommande en complément à son livre d’ailleurs, ce docteur nous explique ses théories troublantes sur les multiples effets nocifs du blé moderne qu’il avance. Selon lui, les problèmes reprochés actuellement au gluten contenu dans le blé ne constituent que la pointe de l’iceberg.

    En terminant, Jean-Yves, je ne comprends pas pourquoi vous émettez des réserves sur la diète Atkins, mais semblez en avoir moins sur la diète paléolitique. Il n’y a pas beaucoup de différence entre les deux, sinon que dans la Atkins les produits laitiers ne sont pas proscris, on recommande toujours la consommation régulière de fruits et de légumes et conseille seulement de limiter les plus riches en hydrates de carbone, et la consommation de céréales est permise à une étape ultérieure de la diète. La diète paléolitique aussi recommande la consommation de vastes quantités de viande et de gras animaux. En fait les deux diètes sont à un stade de flux et disposent de nombreuses variantes si bien qu’il est difficile de définir très clairement ce qu’est une diète Atkins ou paléo.

    En ce qui concerne votre lien qui établirait un lien entre une consommation de viandes plus grande et plus d’inflammation et de troubles de santé, je ne suis pas surpris de voir qu’il s’agit d’une étude observationnelle qui repose entièrement sur des questionnaires alimentaires qui sont notorieusement très peu fiables, ou les catégories alimentaires ne sont pas bien divisées (les hot dogs et la pizza étant le plus souvent considérés comme de la viande), et ou ultimement il on établit des corrélations plutôt douteuses.

    Je suis content de voir que lorsqu’il s’agit d’essais cliniques bien faits, les problèmes associés à la consommation de viande semblent curieusement disparaître. 😉

    Je suis d’accord que la cuisson de la viande à des températures élevée peut être problématique, comme on tente de l’exposer dans la diète Seignalet, mais même là il n’y a pas de corrélation établie avec de la viande non-industrielle de qualité.

    Du moins, une consommation de viande et de gras animaux en grande quantité fonctionne pour moi, et fonctionne pour la santé de bon nombre de gens aussi, nombre d’entre eux depuis de nombreuses années. J’attends toujours la venue de ces symptômes négatifs, et je ne m’en inquiète pas outre mesure. 😉

    1. Bonjour Lucien,
      Je suis tout à fait d’accord avec vous. D’ailleurs, ce que j’écrit est : On peut affirmer qu’un régime à la Atkins qui prône une alimentation très pauvre en glucides et riche en viandes, sans égard aux types et quantités de gras, peut apporter des troubles de santé. L’augmentation de l’apport en viande peut entrainer une augmentation de l’inflammation et donc, potentiellement, des effets nocifs.(1)
      En fait, ce que je veux dire est: on peut l’affirmer mais, comme vous le mentionnez justement, il faut faire des distinctions. Est-ce que manger du saucisson de Bologne (alias le Baloney) roti est équivalent à un steak tartare de bison ?
      La réponse est évidemment non. Mais, dans notre société, le premier exemple est beaucoup plus fréquent que le second.
      Santé!

  24. Bonjour, j’ose dire que je suis diététiste-nutritionniste. J’ai étudié quatre ans à l’Université de Montréal. Dans le programme de nutrition, nous n’apprenons pas à avoir la réponse à tout. Nous voyons comment répondre à des problématiques cliniques: comment modifier les recommandations nutritionnelles en cas de cancer, de diabète, de cirrhose du foie, etc. en plus d’avoir des notions de gestion et de nutrition publique. Mais surtout, nous apprenons à nuancer et à être critique à l’égard des études et des publications qui renseignent le public et tentent de faire modifier leurs habitudes alimentaires. Ce que je trouve intéressant dans le régime hypotoxique, c’est qu’il y a une démonstration que la nutrition est une science qui évolue, et qui nous permettrait, peut-être, de soigner des gens qui ont de réels problèmes de santé, peut-être même de les enrayer. Toutefois, je pense qu’il faut y voir certaines nuances. Ce que je n’aime pas dans les “régimes”, c’est que la plupart du temps, les gens qui les prônent croient avoir la solution à tout, LA solution miracle. Éliminer des aliments et couper dans des petits plaisirs de la vie, pour moi, ça ne relève pas d’un miracle. Ça exige de faire des concessions et de changer complètement son mode de vie. Ça n’a rien de facile. Peut-être trouvez-vous que les messages de nutritionnistes demeurent trop généralistes, mais dites-vous qu’il y a des gens qui aiment manger un hamburger et des frites tous les jours. Ce sont eux, à mon avis, qu’il faut convaincre de changer : pas les gens qui sont déjà semi-végétariens et qui pensent peut-être à éliminer le gluten. Selon moi, ces gens-là sont déjà très sensibles à l’égard de leur alimentation. Si je dis à l’ensemble de la population qu’il faut surveiller la consommation de gluten, éliminer les produits laitiers, manger du tofu et dire adieu à la viande, il y a une grosse partie d’entre elle qui ne m’écoutera jamais, parce que mes conseils sont irréalistes et trop éloignés de leur quotidien. Donner des recommandations basées sur le Guide alimentaire canadien ne plaît peut-être pas à la partie de la population qui est prête à de gros changements, et à suivre une diète paléolithique. Toutefois, c’est encore une majorité de personne qui ne mange pas de légumes et de fruits. Il y a un énorme travail à faire. Et ce n’est pas parce que je dis aux gens de manger des grains entiers et de la viande maigre que je prône personnellement la surconsommation de pain brun et de volaille. Je comprends que vous avez une perception X de notre profession, mais sachez que plusieurs diététistes nutritionnistes demeurent très ouverts et critiques à l’égard de tout ce qui apparaît dans notre science.

    Personne parmi nous ne désirent tromper le public, nous sommes là pour les aider, à notre mieux possible. Et parfois, cela passe aussi par aider les multinationales à améliorer leur offre alimentaire. Il demeure impossible de se passer d’aussi grandes entreprises, très influentes du point de vue de notre offre alimentaire. Notre rôle, en tant que spécialiste et en tant que public, c’est de les éclairer et de les accompagner pour améliorer leurs produits. En fermant la porte et en démontrant de la frustration, je ne pense pas qu’on arrivera à changer les choses.

    Maintenant, je souhaiterais dire quelque chose: je suis une passionnée de nutrition et de saine alimentation. Je m’investis corps et âme dans ma profession, j’essaie de me demander, chaque fois que je pose un geste, comment cela pourra-t-il améliorer la santé de mes pairs. Personne n’a de mauvaises intentions, nous souhaitons tous faire avancer les choses dans le respect mutuel de chacun. Je trouve cela très difficile de vous lire aujourd’hui. Je sais que personne n’est parfait, et que nous avons tous à nous améliorer, mais jamais tout ce que je fais en terme de nutrition n’aura pour but d’enrichir mon porte-feuille ou celui des multinationales. je veux améliorer les choses, de façon réaliste et adaptée pour les besoins de tous et chacun. Or, si vous êtes prêt à éliminer le gluten, c’est votre choix personnel. Et il y a moyen d’y arriver avec des précautions. Je vous aiderai une fois rendu là. Mais si vous êtes encore à manger des friandises tous les jours, on commencera tranquillement, par de petits changements. Car rien n’oblige à faire des modifications dans notre alimenation en absence de plaisir.

    Merci de m’avoir lu et j’espère que nous pourrons tous aider la population dans le respect de tous et chacun.
    Genevieve.

    1. Je pense à consulter une nutritionniste bientôt pour m’aider dans la tenue d’un journal alimentaire afin d’identifier si, justement, le gluten me cause des problèmes, et pour m’aider dans les remplacements et idées de recettes. J’espère en trouver une comme vous. 🙂
      Je pense qu’une grande part de la responsabilité ici devrait aller au milieu médical, qui n’est pas beaucoup ouvert à considérer le régime hypotoxique comme un traitement possiblement valable pour certains. Ou tout autre solution de médecine alternative, par ailleurs.

    2. Bonjour Geneviève,
      Merci beaucoup pour votre commentaire.
      Je suis de tout coeur avec vous et vous constaterez que le logo de Harmonie santé est sur ma page d’accueil. Comme je l’ai dit souvent et que je le répète ad nauseam, vous avez une des professions les plus difficiles. Il est plus facile de déplacer une montagne que de changer une habitude.
      Mon message est, par trop souvent, controversé voire polémique, mais vous et moi pensons et agissons dans la même direction.
      Encore une fois, merci pour votre commentaire.
      JYD

    3. Bonjour, je suis nutritionniste aussi, diplômée de l’université McGill.
      J’aimerais ajouter que les gras des animaux qui ont mangé de l’herbe plutôt que des grains et sont sorti dehors voir le soleil sont très bons.

      Que la démonisation des gras est une chose du passé.

      Il y a un très bon livre : Good Calories, Bad Calories: Fats, Carbs, and the Controversial Science of Diet and Health par l’excellent journaliste scientifique Gary Taubes.

      J’aimerais qu’il y ait des cours sur la flore bactérienne à l’université. En ce moment le traçage de l’ADN du microbiome est en cours et cela va, je l’espère apporter de l’eau au moulin sur l’impact qu’a notre cerveau viscéral.

      Je pratique et j’enseigne le régime hypotoxique.
      Les gens ont besoins de l’essayer pour sentir ds leur corps si cela est ce qu’il leur faut.

      Mais pour la majorité, prendre une pilule et avoir mal est une chose connue, donc plus facile.

      Combien de patient viennent me voir avec un colon irritable et un surpoids. Je leur parle de cette alimentation. Ils ne se donnent pas la peine de débuter. Et me disent, mais moi je veux perdre du poids, sans comprendre, qu’ils sont carencés et qu’ils souffrent d’inflammation chronique suite à une alimentation non adaptée.

      Je continue, comme plusieurs à prêcher par l’exemple et je crois que c’est ce qui gagnant!
      Merci.

      1. Bonjour Héloïse,
        J’aimerais tellement que la “démonisation des gras” soit chose du passé. Elle l’est pour ceux qui savent…
        Pour ce qui est des cours sur la flore bactérienne, je suis bien d’accord. Par contre, je doute beaucoup voir de tels cours apparaitre sous peu. Il y a trop de zones nébuleuses. Sans parler des conflits d’intérêts. Avez-vous déjà vu une étude qui comparait deux probiotiques ?
        Santé!

      2. La meilleure source d’omega 3, c un boeuf qui a mangé de l’herbe (et oui, on l’a oublié ms ils sont herbivores)!
        Et les bons ouefs, ce sont ceux de poules qui ont mangé de tt, herbe, vers, grains, pelures de fruits, légumes.
        D’où le pb d’un poulet bio ou d’oeuf bio, si cela signife juste qu’ils ont consommé des tourteaux de soja et maïs (fermentés svt, dc alcoolisés!), ou juste des protéagineux, certes bio, ms cela n’en fait pas pr autant des aliments adaptés à notre organisme.
        Maïs, soja, omega 6, c ps ce que ns avns besoin de renforcer ds notre alimentation, ms les omega 3 (ps d’inflammation, de respiration cellulaire… si déséquilibre).
        Le cholestérol, associé à tort à l’explosion des crises cardiaques ds les années 60 : ce qu’on a retrouvé comme dépôt ds les artères (arthériosclérose), c l’isomère du cholestérol (photo ds le miroir), dc ps la même structure moléculaire ds l’espace, et ça l’organisme, il ne le reconnaît ps, dc ne sait ps l’utiliser, ds le meilleur des cs l’élimine, ms ds le pire le stocke, le dépose… Le cholestérol est avt tt synthétisé par le foie, et se dépose ds les artères pr colmater les microfissures dues à leur état inflammé. Un certain médicament avait tellement bien bloqué la synthèse au niveau du foie que cela provaquait des crises cardiaques : le cholestérol est le carburant de nos muscles, dt le plus important est le coeur! En régle générale, la prise de statines est à éviter, tout au moins à miniser le plus possible. C résoudre le pb à l’occidentale, en supprimant le symptôme (dépot de cholestérol), plutôt que de rechercher la cause (prq ce cholestérol et ss cette forme).
        Tt ce qui est tranformé n’est ps reconnu par l’organisme de façon optimale, d’où risque d’encrassement, d’inflammation… Pdre des huiles Vierge Première Pressionà Froid, dc non chauffée (préservation de la Vitamine E), et surtt ps raffinée.
        Les ouefs, bon cholestérol si poule bien nourrie, et les consommer le matin, qd ns avons ds le sang la concentration maximale d’enzyme (qui baisse tt au lg de la journée) pr assimiler les graisses. Bénéfique pr le sacro saint taux de cholestérol (ms on l’a vu de quel cholestérol parle-t-on, et je ne vs parle ps du soi-disant bon vs mauvais, il y a un rapport à respecter, et il faut ajouter ds l’équation les tryglicérides) le matin dc, et détrimental le soir.
        sinon, moins de pdts laitiers (le beurre, et encore de bonne qualité, au lait cru, les fromages au lait cru idem, et plutôt brebis et chèvre, le reste, on oublie…), moins de sucres (y compris lents comme les pâtes, pommes de terre…), surtt le soir, et c gagné pr le surpoids, le diabéte et la cholestélorimie. c la variation trop fréquente et forte de la glycémie (comme une sinusoïdale, pic de glycémie, réponse tp forte donnée par les glades surrénales au pancréas qui libère tp vite tp d’insuline, dc hupogluycémie qui s’ensuit, ps le foie métabolise -et oui, ps seulment du cholestérol – du glycogène – graisse – pr relancer le ts de glucose ds le sg à la hausse…), qui crée le fameux syndrome métabolique (on fait du diabéte, de la graisse, du cholestérol pr mal résumer).

  25. Pas surprenant ce discours venant de Madame Huot. Elle est égale à elle-même. Ses propos sont non rigoureux et biaisés. Son approche sur le gluten induit le spectateur en erreur notament au niveau des sucres sans aucun discermement au niveau des sucres lents et des sucres rapides.

    Il est à noter qu’elle ne favorise pas le biologique. En d’autres termes, elle permet tous les agents de conservation, les exhausteurs de goût, les colorants alimentaires, les pesticides, les OGM, les huiles hydrogénées, les émulsifiants et j’en passe. Quoique je vous dirai qu’à peu près tous les nutritionistes ont ce discours à l’exception de certains comme Anne-Marie Roy. En fait, les nutritionistes sont formés en ce sens. On ne peut totalement les blâmer.

    Il faudrait plutôt redéfinir sérieusement les orientations et objectifs du cours Baccalauréat en nutrition (B.Sc.) dans nos universités.

    Il suffit aussi de lire le livre de Michael Pollan qui s’intitule ”NUTRITION, MENSONGES et PROPAGANDE” dans lequel vous apprendrez comment l’alimentation moderne nous rend malade, pourquoi les nutritionistes se trompent et comment renouer avec une alimentation saine et respectueuse. On peut y lire notament comment les nutritionistes deviennent portes paroles de plusieurs multi-nationales.

    Apprenez donc à réfléchir… apprenez à avoir un esprit critique vis-à-vis les clichés véhiculés par les médias de masse dépendant. Bien souvent, ils ne donnent qu’un côté de la médaille… celui qui penche vers les intérêts ($$$) de certains!

    LE DÉBAT FAIT RAGE, PRENEZ POSITION !

    1. Bonjour Christian,
      La meilleure médecine demeure l’information et la sensibilisation.
      Le professionnel de la santé n’est qu’un conseiller. Je ne crois pas qu’il faille blâmer en bloc toute cette profession. Ceux et celles que je connais font un travail clinique remarquable.
      Mais au fond, on n’entend que ce qu’on veut bien entendre. Et ne dit-on pas que choisir le conseiller, c’est choisir le conseil ?
      Je maintiens, comme je l’écris à répétition, que la santé est une démarche personnelle.
      Certains philosophes nous enseignent que nous sommes tous sur la voie, simplement pas au même endroit.
      Merci pour vos commentaires fréquents et appréciés.
      Santé!

  26. à me relire je voit bien que j’ai oublié de dire que les alternatives au blé sont peu nombreuses. Je consomme uniquement du sarrazin et autres pseudo-céréales. Je n’ai pas modifier la farine que je mange pour faire un substitut au pain. J’ai modifié ma façon de manger. Si nous consommons des produits en magasin “sans gluten”, nous jouons le jeu des industriels. Profitons de ce régime pour nous libérer. Et économiser. Cdt.

  27. Bonjour Jean-Yves, Je suis toujours contente de recevoir votre newsletter. Je suis le régime du Dr Seignalet depuis 2 ans. Sans problème particulier, j’ai suivi ce régime pour accompagner mon compagnon qui souffrait depuis 10 ans d’une allergie très grave qu’aucun médecin n’a pu identifier (ils lui suggéraient la psychothérapie…. pourquoi pas l’exorcisme 🙂 Au bout d’un an, les traces d’allergie on disparu. Et de mon côté, je ne me suis jamais senti aussi bien. J’ai même amélioré mes performance en jogging. Ce régime est particulièrement difficile au petit dej quand on aime bien les tartines et le chocolat au lait 🙂 Je pense qu’il faut revoir l’ensemble de nos habitudes alimentaires pour suivre les conseils du Dr Seignalet. Cela peut être une révélation pour certaines personnes. Et il n’y a rien à payer. Selon moi, c’est le fait de ne pas avoir la possibilité de dire “j’achète ma santé” qui est le plus déstabilisant. Je suis triste aussi de voir des gens de mon entourage, refuser de suivre ces conseils, sous des prétextes pleins de préjugés, alors qu’il s’agit que d’un “essai”, soyons clair. Si ces efforts ne sont pas concluant, au bout d’un an, vous pouvez laisser tomber, si vous voulez. On voit bien là la pression sociale sur les individus, le formatage à plusieurs niveaux, le “bourrage de crâne”. J’ai espoir que les comportement changeront malgré tout et nos amis et parents, un jour, viendront vers nous, intéressés. Pour le moment, la seule chose à faire est de continuer et propager l’information par notre exemple. Amitiés. Fred

  28. Le Guide alimentaire canadien sur lequel bien des nutritionnistes formés dans nos universités se basent, offre aux consommateurs une voie axée sur les denrées alimentaires produites massivement au Canada. On s’entend qu’au départ, il répond ainsi à l’industrie alimentaire en matière de marketing. Nous avons qu’à penser aux publicités de l’industrie du lait et des prodits céréaliers de consommation de masse. Madame Huot en est une excellente porte-parole à ce niveau. Contrairement à Madame Lagacé dont j’ai lu les livres, elle expose sa compréhension à partir d’une expérience personnelle et plusieurs expériences professionnelles, elle est tout fait à l’opposé. Il faut donc mettre en perspective le fait que l’être humain est en constante évolution; sa nutrition et son système digestif aussi. Il subi ces changements souvent de façon dramatique. Les malaidies auto-immunes viennent d’ou alors? Les produits d’exception comme les ”sans gluten” coûtent 2,5% de fois plus chère que ceux proposés par la grande industrie alimentaire. Celle-ci appuyée par les médias avec leurs moyens extraordinaires n’ont pas fini de nous influencer vers une seule voie: celle de consommation massive au détriment de de la santé communautaire.

    1. Les recommandations de l’AFSSA en France sont totalement dictées par l’industrie agro-alimentaire. Même combat pr les médoc vs laboratoires. Les produits laitiers comme classe d’aliments, on rêve! On a une pub Nutella ici en cemoment qui explique que l’huile de palme, c aussi bien que le beurre! Pr commencer, tt dépend du beurre, et du niveau de virginité de l’huile…

  29. Vous dites que les légumes sont riches en glucides ? Ce sont , au contraire des aliments contenant très peu de glucides, en règle générale. Ils ne sont pas considérés comme des aliments apportant une quantité appréciable de glucides et c’est là leur intérêt: riches en vitamines et minéraux variés, riches en fibres, mais pauvre en glucides (sauf certains, comme les carottes, les betteraves, etc.)
    Consulter “Valeur nutritive de quelques aliments usuels “,
    livret publié par le gouvernement du Canada, mais aussi disponible sur Internet.

    1. Bonjour Mireille,
      Je ne dis pas qu’ils sont des sources importantes. Je dis simplement que la consommation de légumes est suffisante pour prévenir des prétendues carences en glucides.
      Contrairement aux viandes, les végétaux sont d’abord des structures de glucides.
      Santé!

      1. Notre cerveau a besoin de 120g de glucides par jour pour fonctionner adéquatement. Et cela est un minimum. Il serait très difficile de parvenir à ce chiffre avec seulement des légumes.
        Les glucides que les légumes contiennent sont en majorité des fibres, qui, malgré tous leurs bienfaits, ne peuvent faire partie des 120g de glucides requis par notre cerveau car ils ne transforment pas en sucre simple.
        Vous parlez des nutritionnistes qui ne sont pas ‘blindées’ quand ils parlent d’un sujet controversé…j’en dirais de même pour vous.

        1. Vs semblez juste oublié une classe nutritionnelle : les graisses, les bons acides gras (et il en faut pr ts les goûts : omega 3, 6, 9…).
          Qd on tbe en hypoglycémie après que nos glandes surrénales ont envoyé une réponse trop forte au pancréas qui va libérer trop rapidement trop d’insuline après une ingestion de sucres rapides (qui peut juste être des pommes de terre cuites, ou du pain blanc, raffiné donc, pas forcément du sucre blanc – je dis toujours, héroïne, cocaïne, sucre blans, même procédés pour raffiner un produit à 90%, figurez-vous, regardez une betterave et pensez sucre blanc!-), que fait notre foie…? Il métabolise du glycogène pour remonter notre taux de glucose dans le sang au taux optimal de 1 g/l (c ce que j’avais en tête, ps 1.2g/l), glycogène = … graisses. Et c prq notre corps stocke des graisses en prévision de la prochaine alerte d’hypoglycémie (notre corps entre en état de détresse, terme à considérer ss son angle médical). Le cycle de la glycémie déclenché par une prise de sucres rapides est sinusoïdal, en s’atténuant : hyper qui entraine une hypo ps hyper à nv…. tt ça pr dire ds le cs présent, que les graisses suffisent au corps à stabiliser le taux de glucose dans le sang, qui doit rester le plus stable possible. C le secret pr ne ps grossir ou se sentir mal, soigner sa glycémie (d’où ne ps grignoter, ce qui cprds proscrire les café, sodas ttes les 2 heures…). Le foie pourvoit, au cholestérol, au glucose… il faut juste le laisser faire son travail ss le saturer (de mauvaises graisses qu’il éliminera ds le meilleur des cs, stockera au pire, ou d’additifs alimentiares, de fructose – au-delà de 12g/j, soit 2- pièces de fruits, et on parle sans prise de sucre par ailleurs -ou d’alcool).
          Qd j’ai voulu mettre mon fils autiste au régime au RGS (Régime des glucides spécifiques, soit aucun glucide de sucres complexes), le personnel de l’hôpital de jour a fait une formation accélérée pour les comas diabétiques, ils pensaient que mon fils allaint faire des épisodes de faiblesse notables. Ils ne me croyaient ps sur l’inocuité de ce régime, éprouvé et suivi ss pb par des milliers de personnes. Mon fils est allé bcp mieux, a recommencé à grandir et grossir. Le contraire des années où il était alimenté à bases de cérales, si riches n’est-ce pas, mais qu’il n’assimilait clairement pas du tout!

      1. Oui, *quelques* protéines qui sont mal absorbées par notre organisme. Le fait que les giraffes, hippopotames et gorilles sont en santé en mangeant des légumes, c’est qu’ils en mangent une quantité énorme. Il est certain qu’à ce moment les besoins en protéines sont comblés. Même le végétalien le plus strict ne peut arriver à combler ses besoins (et de loin) avec seulement des légumes!

  30. Wow! Des commentaires intelligents, équilibrés, sensés…
    Bravo de nous aider à réfléchir et non de nous gaver comme si nous étions des imbéciles (je ne nommerai personne).

    Merci M. Dionne.

    Diane
    Gatineau

  31. Je vous félicite pour votre site internet que je met aujourd’hui même dans mes favoris ! un beau complément au site de Jacqueline Lagacé. J’espère tellement que vos commentaires ont été acheminés à Salut Bonjour, il faut qu’il y ait une mise au point en onde pour défaire tout le mal qu’Isabelle Huot a fait en 5 minutes. Avez-vous pensé au nombre d’auditeurs qui ont vu son intervention en onde et qui y croieront ??? même Gino Chouinard la remercier de cette mise en garde contre ces régimes mauvais pour la santé ! qui ne croierait pas Gino ?

  32. Article intéressant. Reprocher autant de maux au gluten pourrait faire très mal à l’économie et aux intérêts de certains. Voilà mon hypothèse pour tout les détracteurs du régime hypotoxique. Depuis maintenant presque deux ans,une alimentation extrêmement minime en gluten et produits laitiers ma permis de grandement réduire mes syptômes. En prime, mon taux de gras à aussi baissé. Le régime sans gluten est bien présent et va rester, rien à voir avec une simple mode. La santé n’est pas une mode.

    Alors je le fais pour moi, car ca marche. Peu importe les opinions.

    1. Euh….Pardon, je suis désolé, je ne dis pas qu’éliminer le gluten ne peut pas être bénéfique, mais c’est plutôt l’industrie du sans gluten qui cherche à s’imposer et à s’enrichir:
      http://articles.latimes.com/2012/oct/23/business/la-fi-mo-gluten-free-market-20121023

      En passant, les études démontrent qu’environ 1% de la population a une réelle intolérance au gluten. Comme le lactose et le soya. Ça existe mais c’est loin de la majorité.

      1. Bonjour Janic,
        Attention à 2 choses :
        1- Qu’est-ce qu’on mesure quand les études affirment que 1% des gens sont intolérants ?
        2- À côtoyer les gens de toutes les industries (alimentaire, pharmaceutique, produits de santé naturels, cosmétiques, etc.), il n’y a pas de cohésion dans l’industrie du sans gluten. Ce sont de petits joueurs qui sont pour la plupart arrivés là à cause de leur propre problème et du fait qu’il n’y avait pas de produit satisfaisant.
        Mais vous avez raison, ce n’est pas la majorité… plus que 1%, mais certainement moins que 50% 🙂
        Santé!

      2. Bonjour Janic,

        En effet, l’industrie du sans gluten fait et fera probablement de gros profits. Mais…ce n’est surtout pas à cause de la promotion de ce régime, mais surtout à cause que les gens ne cuisinent plus. Je suis ce regime depuis un mois, et comme je suis une gourmande qui mange surtout avec les yeux, je ne m’en prive pas à dresser de jolies assiettes qui me coutent…environ 25% moins qu’avant le regime. Le riz, le quinoa, le sarrazin entre des mains amoureuses de la bouffe peuvent donner des plats incroyablement gouteux et beaux à voir.Or comme j’ai supprimer les produits laitiers et réduit la viande…voilà de bonnes économies.

  33. M.Dionne
    Je suis très déçue de votre article. J’ai écouté 2 fois sinon 3 le vidéo d’Isabelle Huot et par exemple, je n’ai vraiment pas entendu la phrase que vous citez dans votre article: «les céréales proposées dans le régime Seignalet vont entrainer des carences en glucides…». Elle parle plutot de gens qui pour faire simple vont couper tous les produits céréaliers “sans” les remplacer par des produits permis ( et elle les nomme: quinoa,etc)et que cela peut entrainer certaines carences. Son but est de mettre en garde les gens tenter de suivre ce régime ( et de mal le suivre) pour la perte de poids seulement ( ce qui vous en conviendrez n’est pas le but de ce régime.
    On dirait que cela vous plaît (ou vous sert) d’interpréter ses propos à votre façon. Vous faites assez dans le sensationnalisme selon moi.
    Je ne vais pas reprendre ici tous vos propos qui m’ont déplu mais je terminerai en vous mentionnant que quand vous dites que Santé Canada n’a jamais émis d’ANR pour les glucides, c’est FAUX puisqu’il y en a depuis longtemps. Vous devriez aussi faire attention à ce que vous dites. Certaines personnes ont tendance à vous croire…et j’étais de ceux-là avant de lire cet article.

    1. Bonjour Nathalie et merci pour les remontrances.
      Vous avez raison, je suis allé trop vite et trop loin. C’est pourquoi je me suis permis de publier une second article sur le sujet et de m’expliquer directement avec Isabelle Huot.
      Par contre, concernant l’apport en glucides, Santé Canada ne mentionne pas d’apport en glucides spécifique, mais bien une proportion ou un ordre de grandeur des glucides dans l’alimentation.
      Peut-être fais-je du sensationnalisme, mais c’est un reproche qu’on peut faire à plusieurs passionnés.
      Je fais dans l’excès… de passion.
      Santé!

      1. Encore une fausseté.

        Il y a bel et bien une ANR pour les glucides dont le calcul est basé sur les besoins pour le cerveau soit 130 g par jour pour les adultes et les enfants (sauf pour les nourrissons les femmes enceintes ou allaittantes qui ont des recommandations différentes).

        Vous n’avez qu’à lire comme il faut les tableaux de SANTÉ CANADA.
        http://www.hc-sc.gc.ca/fn-an/alt_formats/hpfb-dgpsa/pdf/nutrition/dri_tables-fra.pdf

        Je sais pas pour les autres nutritionnistes mais je me rapelle très bien d’avoir appris ça dans mes cours au Bacc. Et si on en sait pas on s’abstient ou on vérifie comme il faut.
        Pour reprendre vos écrits:
        “Ensuite, quand on aborde un sujet controversé, il faut être blindé. Si nos opinions de spécialiste sont polémiques (croyez-moi, c’est une position que je connais intimement), il faut être plus documenté et plus sûr de nos sources d’information que les tenants des opinions opposées. ICI, ce n’est pas le cas”!

        Vous ne prêcher vraiment pas par l’exemple… Au moins Isabelle faisait du directe alors que vous en écrivant vous auriez pu réviser un peu…

        1. Bonjour Céline,
          Merci pour la précision. Tout comme Isabelle, j’accepte la critique. Nous avons communiqué ensemble. J’admets avoir été trop loin.
          Je saurai qu’il y a bel et bien un ANR pour les glucides. Par contre, je maintiens qu’on ne m’a toujours pas montré le danger d’éliminer les principaux grains.
          Santé!

  34. Je suis d’accord avec vous pour dire qu’il y a conflit d’intérêt dans cette intervention de la part d’une effigie qui représente une compagnie de pain et qui propose sa propre gamme de produit alimentaire…sans commentaire!
    Merçi de vous donner en exemple comme quoi même des professionnels peuvent être ouvert à expérimenter ce qu’ils prêchent aux autres et en démontrer le bien qu’ils en reçoivent. Bien à vous

  35. Bravo Jean-Yves!!
    Je suis ce régime hypotoxique depuis 3 mois avec bénéfices. Je n’hésite pas à en faire le promotion quoique sur un mode plus restreint étant récemment retraité.
    Un ancien compagnon de travail
    Gilles Charette m.d.

  36. Merci pour cet excellent article.
    Je viens tout juste de prendr connaissance de votre site … ça manquait un site comme ça par un pharmacien. Bravo !

    Avez-vous posté cet article à TVA ?

  37. Merci pour cet article, dommage que certains nutritionnistes ne remettent pas en question ce qu’ils ont étudier..Tout peut changer!!! et quand c’est pour le mieux on ne peut qu’apprécier..

    1. Bonjour Lise,
      On ne peut pas mettre tous les nutritionnistes, pas plus que tous les pharmaciens, dans le même sac! 🙂
      Tout change. On espère pour le mieux.
      Santé!

  38. Merci pour ce fabuleux article. J’en ai marre des nutritionnistes qui parlent juste de vitamines… à quand un changement dans leur programme d’étude? On est tellement arriéré… et puis le message toujours simplifié pour parler à la “masse”…. finalement, ça mélange toujours les gens et ils n’y comprennent plus rien. Je connais plusieurs personnes qui prenaient de fortes médications contre la douleur depuis longtemps et qui ont pu tout couper avec le régime hypotoxique. On mange toujours la même chose! Oeufs, laits, blé, maïs… c’est ridicule! Il faut réapprendre à manger….

    1. Bonjour Madame Guenette, je ne crois pas que la faute repose entièrement auprès des nutritionnistes. Les programmes d’études ne sont pas près de changer et surtout l’enseignement du Guide Alimentaire Canadien (que je trouve inapproprié) est loin de s’éteindre. Nous avons des examens sur ledit Guide Alimentaire. Nous n’avons pas d’enseignement sur ce qui se fait ailleurs ou sur des études démontrant que des civilisations végétariennes ne consommant pas de produits laitiers se portent en meilleure santé que la nôtre.
      Ce n’est pas toutes les nutritionnistes qui sont ouvertes aux autres types d’alimentation, si je peux m’exprimer ainsi, au risque de passer pour marginale. Tout dépend, si on décide de se mettre des oeillères ou non.
      Bref, je suis en accord avec votre commentaire.

    2. Bonjour Annick,
      Il faut faire une grande distinction entre le discours public et la réalité clinique. Certain(e)s nutritionnistes ont des résultats très intéressants et ne sont pas dogmatiques.
      Santé!

  39. Merci pour cet article. Je suis d’accord qu’il faille être proactif en ce qui a trait à notre bien-être et notre santé ! Souffrant de maladie inflammatoire, j’essaie présentement de changer mes habitudes alimentaires (régime hypotoxique) et je dois dire que les résultats sont rapides et très positifs. J’ai quant à moi pris conseil auprès d’une naturopathe.

    Santé !

  40. Wow! Tellement contente de lire votre article. C’est super de voir les pendules être remises à l’heure! Si ça fait du bien, pourquoi se poser encore des questions?

  41. Bonjour Jean-Yves,
    J’avais bien senti que l’un de vos précédents billets prenait sa source dans cet événement. J’ai justement il y a quelques semaines commencé à tenir un journal alimentaire et à couper le gluten le plus possible (pain, pâtes surtout), mais en “trichant” parfois ou sans toujours tenir compte du gluten dans une soupe en boîte (par la farine de blé comme ingrédient épaississant). Je dois dire qu’en 10 jours, j’ai vu une différence (sans vouloir en ajouter, surtout les matins où je trichais et mangeais une tranche de pain St-Méthode, qui contient du gluten de blé en plus de la farine de blé… autre histoire!). Malgré tout, je veux rencontrer mon médecin à ce sujet, car j’avoue être un peu craintive de “m’embarquer” dans du sans gluten sans un certain encadrement. Reste à savoir si elle sera réceptive…
    Question (après tout ce blabla!) : quelqu’un comme vous (non diagnostiqué) ou moi qui coupe le gluten doit-il le faire complètement (toutes toutes toutes les sources) ou seulement de couper les sources principales (tous les pains, biscuit, pâtes) suffit-il?
    Merci et… santé!

    1. Bonjour jean yves je me permets de donner mon opinion..voici depuis presque deux ans que je connais le regime ipo…j,etais joliment amoche.. (Voir mon temoignage sur le site de j.lagace message epoustouflant de alice a celine). J ai commence par etre tres stric avec ce regime aux bout d une semaine c, etait incroyable et petit a petit je suis devenue moins cigilante donc un tit peu par ci untit peu par la…dans la nourriture en concerve ..une petite sauce,un tit biscuit etc…..apres environ un mois case depart douleurs etc etaient revenues. Donc je suis sans me poser de question scientfique ou l avis de mon medecin et patati et patata, et tout ce que les gens supposes souffrants se complique la vie par toutes sortes de questions ….TON CORPS EST LA MEILLEURE REFERENCE… Je ne suis plus la meme une sante a faire envie a certainnes personne .je fais tout ce que je faisais a 50 ans et j ai 74 ans ..plus besoin de prendre calcium vitamines supplements ma peau a change mes ongles ne cinissent pas d ,allonger hi..hi. Mes cheveux son brillants plua de jaune dans les yeux..selles normale etc… EST CE QUE MON CORPS ME MENTIRAIT a ce point NON.J!ai passe des test pour l arthrose apres .1an de cette facon de manger.,,, les resultats en comparaison. D un autre examen passe 2 ans auparavent qui me diagnostiquait ARTROSE SEVERES A MORBIDE avec risques de fracture s en plus que je ne vivais plus a cause de la douleurs…….Donc quand je lis ou entends des gens dire ou ecrire a savoir si si si …preuves scientifiques la radio a dit ,la televison a dit mme a dit mr a dit ca me renverse.QUE VOUS DIT VOTRE CORPS…il a mal il fonctionne pas bien ben bon dieu servez vous de votre logique …VOTRE CORPS VOUS PARLE BEAUCOUP SACHEZ

      LUI FAIRE CONFIANCE….fAire confiance a tout a chaqu’un mene souvent a la confusion !et je signe Alice au pays des merveilles ( depuis seulement 2 ans)

      1. Merci Alice pour ce témoignage touchant.
        Vous confirmez ce que je dis et j’écris. La santé est une démarche personnelle. Tant mieux si maintenant, vous vous sentez si bien. Comme vous le dites, votre corps est la meilleure référence.
        santé!

    2. Bonjour Catherine,
      Oui, il faut le faire correctement et complètement. Par contre, il est utile voire important de remplacer ces grains par d’autres sécuritaires. Vous êtes dans une démarche de changement. Elle comporte un apprentissage. Il faut réapprendre certaines choses… comme comment manger.
      Des nutritionnistes sont prêt(e)s à vous aider dans votre démarche. Par exemple, vous pouvez contacter le groupe Harmonie Santé qui est affiché sur mon site et sur celui de Mme Lagacé. Vous y trouverez des professionnels attentifs.
      Santé!

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

*