De nos jours, avoir une alimentation santé peut être à la fois plus facile et plus difficile (surtout au resto). Dans nos épiceries, l’accessibilité à des aliments de qualité a augmenté. Par exemple, il est plus facile qu’avant de trouver du Bio sur les tablettes. Cependant, l’industrie alimentaire a aussi augmenté son offre d’aliments ultra-transformés. Il faut donc, encore et toujours, lire les étiquettes et se tenir informé pour bien manger.

Selon une étude récente de l’Université Harvard, les gens mangent de plus en plus au resto et leurs choix sont de moins en moins bons.1 Et quand on va au resto, il n’y a pas d’étiquette nutritionnelle pour guider nos choix. Ou quand il y en a une (comme dans certains restaurants de néfaste food franchisés) la qualité n’est habituellement pas au rendez-vous. Alors que fait-on pour bien manger au resto?

Voici un petit guide de survie au resto, basé sur une alimentation santé pauvre en glucides et riche en bons gras.

Pièges à éviter au resto

Les types d’aliments suivants devraient être limités ou complètement omis :

  • Le pain
  • Les pâtes
  • Le riz et les nouilles de riz
  • Les panures
  • Toutes les fritures
  • Les desserts

Tous ces aliments fournissent beaucoup trop de glucides et peuvent donc entrainer une résistance à l’insuline (premier pas vers le diabète), sans parler d’un surpoids…

Remplacez…

… les frites et les féculents par des légumes ou une salade

On peut toujours demander de remplacer les patates ou l’à-côté de pâtes ou de riz par des légumes divers ou une salade.

… les viandes panées par des viandes grillées ou en sauce

Les fritures sont, dans toutes les compréhensions de l’alimentation, une cause d’inflammation et de mauvaise santé. Donc, il va de soi qu’on veuille les limiter.

En plus d’être une source de glucides inutiles, la panure sur les viandes et poissons a deux effets pervers :

  • elle peut masquer des aliments de moins bonne qualité;
  • elle est souvent preuve que l’aliment est frit.

Ajoutez…

… du gras dans votre assiette, dès que vous le pouvez : du beurre sur le steak (ou même dans le potage), de l’huile d’olive dans la salade, une entrée de saumon fumé et avocat, de la mayonnaise, etc.

Favorisez…

… les plats en sauce et les mijotés

Il s’agit souvent d’une spécialité du chef dans le menu. Habituellement moins couteux que les viandes grillées, les plats mijotés sont cuits à plus basse température et contiennent plus de gras, ce qui vous procure une énergie durable. Vérifiez cependant que la sauce n’est pas sucrée.

… la salade en entrée ou en accompagnement

C’est la façon la plus simple et efficace d’augmenter vos apports de légumes et d’antioxydants. Choisissez la salade qui vous plait, sauf si elle contient des croutons, des patates ou des pâtes.

N’oubliez pas d’y ajouter de l’huile d’olive. La vinaigrette qu’on vous sert contient souvent un mélange d’huile et de vinaigre, mais à cause de la tendance « faible en gras », elle peut ne contenir que très peu d’huile. N’hésitez pas à en demander en plus.

Déjeuner au resto

Le petit déjeuner au resto est très tendance. On nous offre des assiettes colorées très appétissantes. Mais ici aussi, il y a des pièges.

Évitez ou diminuez le pain (toasts), les gaufres, les crêpes et surtout les petites patates rissolées

Ce sont des sources importantes de glucides. Pris le matin, ces aliments ont encore plus d’impact sur la glycémie parce que le cortisol (qui fait aussi monter la glycémie) est naturellement plus élevé le matin.

Limitez les fruits

Les fruits sont une autre source importante de glucides. Manger des fruits, c’est bien, mais beaucoup de fruits (en particulier la banane), ça fait monter votre glycémie en flèche et vous laisse à plat deux à trois heures plus tard en matinée.

Évitez les smoothies

Habituellement faits de fruits et de jus de fruits, ils provoquent une forte montée de glycémie.

Éliminez les jus de fruit

Ils sont encore pires que toutes les sources de glucides ci-haut parce qu’ils ont perdu une bonne partie de la nutrition du fruit complet… sauf le sucre! Un grand verre de jus d’orange contient à peu près la même quantité de sucre qu’une boisson gazeuse.

Préférez des aliments sources de protéines et de lipides

Œufs, viandes diverses, poissons gras (ex : saumon fumé), tofu, fromages, yogourts gras (nature), etc. Ces aliments vous fournissent les nutriments qui vous soutiendront toute la journée.

Remplacez les fruits par des légumes, comme une salade

Tout aussi, sinon plus nutritifs que les fruits, les légumes contiennent moins de glucides par rapport à la densité nutritionnelle qu’ils offrent.

Plaisir coupable?

Avec ce petit guide, manger au resto sera encore plus une activité de plaisir (à long terme)… le coupable en moins. Vous verrez aussi que moins vous mangez sucré, moins vous aurez le gout de manger sucré et plus votre bien-être et votre énergie seront au rendez-vous.

Ça n’empêche pas de succomber de temps en temps… Mais vous le ferez en connaissance de cause! 

Bon appétit !

Mes prochains évènements et conférences

Référence

  1. Liu J, Rehm CD, Micha R, Mozaffarian D. Quality of Meals Consumed by US Adults at Full-Service and Fast-Food Restaurants, 2003-2016: Persistent Low Quality and Widening Disparities. J Nutr. 2020 Jan 29. pii: nxz299. doi: 10.1093/jn/nxz299. [Epub ahead of print] PubMed PMID: 31995199. https://www.sciencedaily.com/releases/2020/01/200129091401.htm

Image par PublicDomainPictures de Pixabay

Articles connexes

Deux œufs par jour éloignent le docteur pour toujours?

Diète cétogène (LCHF) = danger?

Bon gras, mal gras

54 commentaires

  1. Bonjour Jean-Yves,

    J’aimerais savoir quelle est l’utilité pour les personnes qui souffrent d’intolérance au lactose, de consommer des yogourts nature SANS LACTOSE, si ceux réguliers nature qui en contiennent très peu, étant donné les bactéries qui digèrent le peu de sucre ( le lactose ) du yogourt, les transforment alors en ferments lactiques ? S’il n’y a alors quasiment plus de lactose dans un yogourt nature, pourquoi donc le choisir sans lactose, sauf peut-être exception faite si ce ne serait que pour son goût moins acide ( le lactose scindé en glucose et galactose ) ?

    Est-ce que l’un ou l’autre de ces deux yogourts serait alors préférable quant à son efficacité des bonnes bactéries probiotiques lactiques sur le microbiote ? Pour ma part, je préfère celui sans lactose de la marque Liberté !

    Merci pour vos réponses !

    Bonne Journée Santé !

    1. Bonjour Daniel
      Il n’y a pas de différence véritable, sauf le gout.
      Il est vrai que la majorité des yogourts nature n’ont pas ou très peu de lactose. De toute façon la réactivité au lactose demande plusieurs grammes pour avoir un effet de fermentation.
      le reste, c’est du marketing
      Les bactéries sont souvent les mêmes et leur effet probiotique est mineur
      Santé!

  2. Bonjour Jean-Yves,

    Lorsque vous faites allusion à la réalité individuelle de chacun(e) relativement à la tolérance aux aliments, est-ce qu’il pourrait également en être de même concernant l’alimentation cétogène ou faible en glucides LCHF, versus le type de morphologie ( ectomorphe, mésomorphe, endomorphe ) ?

    Comme par exemple, dans mon cas je suis du type ectomorphe avec un indice de masse corporelle IMC de 19.
    Donc, est-ce que cela pourrait signifier que je devrais augmenter mon ratio de glucides à au-moins 25 à 30 % de ma consommation calorique totale, ou pas nécessairement selon vous ? Serait-ce alors peut importe mon type morphologique, toujours un apport calorique strict d’au gros maximum 20 % de glucides consommés quotidiennement ?

    Je sais que lorsqu’on fait mention d’une consommation quotidienne d’environ 100 g ou plus de glucides, il ne s’agit alors plus du tout d’une alimentation de type LCHF. Mais ce que j’aimerais ici savoir, est-ce que vous suggérez ou préconisez de consommer davantage de glucides ( genre plus de 100 g ou voire même 150 g par jour ) à une personne mince comme moi, et donc avec un métabolisme plus rapide, qu’à une autre ayant une morphologie plus imposante ?

    Je ne connais pas votre type de morphologie et ni votre indice de masse de corporelle, mais je me demandais juste si les facteurs de la morphologie et du métabolisme devraient alors être sérieusement considérés avant d’entreprendre une alimentation de type cétogène ou voire même faible en glucides LCHF ?

    Merci pour vos précieux éclaircissements à ce sujet !

    Bonne Journée Santé !

    1. Bonjour Daniel
      Il n’y a pas de lien, à ma connaissance, entre les bienfaits céto/LCHF et l’IMC. Dès que vous dépassez le 100g/jour de glucides vous perdez les bienfaits. J’ai eu des cas de personnes avec IMC très faibles (<19) qui ont vu leur masse musculaire augmenter et donc leur IMC aussi mais de la bonne façon. Le plus souvent, si l’IMC est très bas malgré une bonne alimentation, il faut regarder l’alimentation et le style de vie pour détecter les sources de cette incapacité à prendre du poids : par exemple, ce pourrait être une intolérance alimentaire qui maintient une inflammation qui empêche la prise de poids.
      Santé!

  3. Bonjour Jean-Yves,

    Ne tenez pas compte de la dernière phrase répétée à la toute fin de mon commentaire précédent concernant les personnes frileuses, puisque c’est une erreur, désolé !

    Et en passant, on parle souvent des effets bénéfiques des bactéries des yogourts nature sur le microbiote, mais je suis souvent tiraillé lorsque j’en mange, à cause des effets néfastes insulinogènes ! C’est bon au goût et pour la santé de la flore intestinale, mais ça creuse pourtant toujours simultanément l’appétit ! Et en plus, c’est un aliment liquide ( à cause du lactosérum, les effets yo yo pervers de l’insuline sécrétée et libérée par le pancréas ) rapidement assimilé ou digéré, donc ça augmente sans cesse la faim ou ça favorise les fringales !

    Bonne Journée Santé !

    1. Bonjour Daniel
      Justement, vous pointez du doigt la réa;ité individuelle. Chacun réagit de façon unique. Per exemple, les porduits laitiers de vahce, pour moi, causent de l’inflammation et le plus souvent des troubles respiratoires. Mais c’est moi, pas vous. Donc chacun tolère des aliments et ne tolère pas d’autres
      Santé!

  4. Bonjour Jean-Yves,

    Je ne savais vraiment pas à propos des personnes frileuses qui voient leur confort ainsi amélioré par temps froid. De mon côté, je suis pourtant toujours assez frileux ! Il est vrai que je suis très mince avec un IMC avoisinant 19 ! Peut-être que ma frilosité est justement causée par ma trop grande minceur et mon manque de muscles développés !

    Mais bon enfin bref peut importe, je tenais à vous envoyer ce lien ci-joint https://www.ketosublime.com/ au cas où vous ne le connaissiez pas déjà ! Car je sais que vous êtes un fervent adepte et défenseur de l’alimentation faible en glucides LCHF ou cétogène kéto. J’espère juste que ce lien que je vous ai envoyé pourra vous être utile !

    Vous faites tellement de bien aux gens et vous êtes vraiment un excellent vulgarisateur hors pair ! J’ai pu visionner certaines de vos récentes capsules vidéos très très intéressantes et animées ! Je ne suis pas membre de Facebook, mais j’ai quand même pu tomber sur une liste de certaines de vos capsules sur le jeûne intermittent, le processus de l’autophagie, les mesures prises entourant le coronavirus, l’alimentation faible en glucides, les mythes kéto, le petit déjeuner : important ou pas ?, etc ……. Ma parole ! BRAVO ! Mes plus sincères Félicitations Jean-Yves !

    Vous expliquez tout tellement bien simplement et vous rendez service à toute la communauté ! Vous êtes vraiment mon Idole ! Excellente continuation dans tous vos projets entrepris et Bonne Santé ! Ne lâchez surtout pas car on a très besoin de bon(s) professeur(s) simple(s) et très Authentique(s) comme vous le faites, et vous en êtes tout Un ! Merci !

    Au plaisir de vous poser d’autres questions qui je l’espère, aideront plusieurs autres personnes en plus de moi !

    Je sais que les personnes frileuses voient leur confort amélioré par temps froid

  5. Bonjour Jean-Yves,

    J’aimerais savoir si vous croyez qu’une alimentation cétogène ou voire même faible en glucides LCHF, favorise la thermorégulation de notre corps par temps chaud ou caniculaire ? Bref, pensez-vous que le fait de consommer peu de glucides quotidiennement, genre de 50 à 75 g, peut aider à avoir moins chaud, à mieux s’adapter, et à souffrir moins lors des grosses périodes de chaleurs estivales humides tel c’est actuellement le cas ! Merci pour votre réponse grandement appréciée !

    Bonne Journée Santé !

    1. Bonjour Daniel
      Aucune idée. Je sais que les personnes frileuses voient leur confort amélioré par temps froid. Mais l’inverse ? je ne sais aps
      Santé!

    1. Bonjour Daniel
      J’ai bien lu cet article. Le hic, c’est qu’on parle de souris. En plus, la recherche, telle qu’elle est publiée, rend impossible la corrélation avec le corps humain. Par exemple, les chercheurs parlent d’une bactérie L. murinus (murine signifie souris) qui n’existe que dans le microbiote des souris. Donc, ces résultats sont loin, très loin, de s’appliquer à l’humain.
      Par contre, vous avez en partie raison, la dose de sel n’est pas une dose exacte. Elle doit être fonction de l’élimination. Donc, si vous transpirez, si vous faites du sport, si vous subissez une canicule, assurez-vous d’avoir suffisamment de sel.
      Le seul message à retenir est de ne pas limiter le sel selon des règles abstraites qui ne sont basées ni sur la science ni sur la physiologie de la population. Assurez=vous d’avoir suffisamment de sel pour ne pas : être fatigué, faire de crampe, ne pas avoir de mal de tête
      Santé!

  6. Bonjour Jean-Yves,

    Là où je suis en total désaccord ( pour une rare fois ! ) avec vous, c’est lorsque vous préconisez une consommation quotidienne ou régulière d’entre une à trois cuillérée(s) à thé de sel. Si on tient compte du fait qu’une seule cuillérée à thé de sel contient 2400 mg de sodium, j’estime plutôt qu’on pourrait même se contenter de moins d’une seule par jour !

    Quelques études démontrent qu’une alimentation riche en sel altère le microbiote, et que ces altérations peuvent être associées avec l’hypertension artérielle et les maladies auto-immunes comme la sclérose en plaques, et ce, à la fois chez les souris mais également les humains. Pour ma part, je considère que plus d’une cuillérée à thé quotidiennement, pourrait possiblement détruire nos précieuses bactéries, les Lactobacillus !

    Je trouve que 6 g de chlorure de sodium à chaque jour, cela me semble déjà amplement suffisant pour nos besoins, et ce, même en pleine saison estivale ! Sauf peut-être exception faite si on s’entraîne et sue excessivement par temps chaud ! À ce moment, là ce serait surement pleinement justifiable ! Merci de m’avoir lu !

    Bonne Journée Santé !

  7. Je voulais plutôt dire : Si peu pour une portion TOUT DE MÊME APPRÉCIABLE de 30 g de son d’avoine …… !
    Une proportion trop faible de fibres en grammes par rapport à la quantité APPRÉCIABLE de cette portion de 30 g !

  8. Bonjour Jean-Yves,

    Merci pour votre réponse ! Donc, je ne vérifierai désormais que le nombre de glucides NETS dans une portion de céréales ou d’un autre type d’aliment à prédominance glucidique ! Et avec mon exemple cité de cette portion de son d’avoine, j’interprète donc votre réponse comme quoi j’avais absolument raison de considérer trop peu importante, la quantité de fibres par portion, soit seulement 4 g / 20 g de glucides totaux …….. ! Puisque comme vous me l’avez mentionné, c’est donc la quantité restante, la balance ou le ” solde ” des glucides NETS auquel il faut davantage porter une attention plus particulière. Et dans cet exemple-ci, 16 grammes de glucides NETS sur une si petite portion de seulement 30 g, c’est définitivement beaucoup trop, alors qu’il existe d’autres sortes de céréales qui à l’intérieur de cette même portion de 30 g, contiennent moins de 10 g de glucides NETS ! Comme quoi, il faut toujours tout bien examiner !

    Bonne Journée Santé !

  9. Bonjour Jean-Yves,

    J’aimerais savoir quel est le rapport ou le pourcentage de fibres, qui par rapport aux glucides totaux d’une portion, est considéré comme soi-disant acceptable, afin de ralentir significativement la glycémie ? Quel calcul doit-on alors faire pour convenir que le nombre en g de fibres est suffisant pour ralentir assez la glycémie ?

    Comme par exemple, pour le son d’avoine, une portion de référence de 30 g contient 20 g de glucides totaux, dont seulement 4 g de fibres, et pourtant, toute la balance ou tout le reste de cette portion n’est constitué que de glucides néfastes ( amidon de la céréale ). Aucun sucre répertorié d’accord, mais n’est-ce pas si peu, seulement 4 g de fibres sur un total de 20 g de glucides totaux ?

    Afin de ralentir vraiment significativement la glycémie, est-ce que cela n’exigerait pas plutôt comme par exemple un minimum de 40 ou 50 % en fibres sur le nombre de glucides totaux ( 40 % X 20 g = serait plutôt anti glycémique à 8 g par portion de 30 g, et non pas seulement 4 g de fibres par 30 g, tel que l’indique le tableau de la valeur nutritive ) ?

    Je n’ai jamais pu trouver d’informations pertinentes à ce sujet nulle part, et cela fait longtemps que je me pose cette question. Tout ce qu’on retrouve à titre d’allégations nutritionnelles, ce sont toujours les fameux termes de source peu élevée, élevée, ou très élevée, en fibres alimentaires. Mais je préfèrerais moi-même faire mes propres brefs calculs, plutôt que de toujours me fier aux soi-disant recommandations nutritionnelles de Santé Canada ! Ils me rendent parfois sceptiques ! Merci beaucoup pour vos éclaircissements à ce sujet !

    Bonne Journée Santé !

    1. Bonjour Daniel
      Tu ne trouveras pas la réponse pour 2 raisons :
      1- ce n’est pas ça l’effet des fibres
      2- il n’y a pas d’intérêt à répondre à cette question pour les compagnies fabricantes de produits céréaliers.
      Considère plutôt les fibres comme “remplaçant les glucides” et non comme “ralentissant la glycémie”. Tout ce que je peux trouver est que la présence de fibre diminue la glycémie. Vrai. Mais l’effet des fibres de “s’agglomérer aux glucides simples et donc de diminuer leur absorption” n’est simplement pas validé en science.
      Ainsi, la présence de fibres diminue l’index glycémique d’un aliment simplement parce que le % de glucides assimilables (nets) diminue dans l’aliment.
      Santé!

  10. Bonjour Jean-Yves,

    J’aimerais savoir votre opinion si l’alimentation cétogène peut être acidifiante en raison de l’augmentation de la sécrétion de la bile ( reconnue comme étant acidifiante ) par le foie ? Également, est-ce plausible de croire que ce même type d’alimentation cétogène aurait un quelconque lien ou pourrait stabiliser l’hyperplasie bénigne de la prostate, ce qui est mon cas ! Merci pour vos réponses !

    Bonne Journée Santé !

    1. Bonjour Daniel,
      Vraiment vous devriez suivre ma formation. Tout y est
      L’acidification n’est pas due à la bile. La notion que l’alimentation est acidifiante est un concept naturopathique qui a des limite. le fait d’être en cétose rend nos cellules dans un étant “antioxydant, anti-inflammaotire et neutre (7,4)” mais oui, l’urine sera acide
      Santé!

  11. Bonjour Jean-Yves,

    Si on ne mange que des aliments non industriels ou non transformés, une quantité recommandée de une à deux cuillèrées à thé de sel au quotidien est alors impossible à atteindre. À moins de saler systématiquement des plats composés de salades, huiles, légumes, poissons et viandes, etc …… Car étant donné que le sel n’est pas présent dans ces aliments …….. Le sodium peut se retrouver à l’état naturel dans beaucoup d’aliments naturels, mais en quantités fort négligeables !

    Alors, comment pourrait-on atteindre autrement cet apport quotidien recommandé ( AQR ) de sodium ( ou 1-2 cuillérées de sel ) ? Merci pour votre réponse !

    Bonne Journée Santé !

    1. Bonjour Daniel
      Vous devriez vous inscrire mes webinaires sur la diète céto https://bit.ly/webinaire-ceto
      Vous y trouverez beaucoup de réponses.
      Oui, les aliments brutes contiennent généralement peu de sel. par contre, le sel est un aliment brute. Il n’est donc pas incompatible d’obtenir les apports en sel utiles à la santé en consommant des aliments non transformer. Cuisiner fait partie de la santé. De toute façon, les apports nutritionnels devraient toujours être adapté à votre réalité et non l’inverse, adapter sa réalité pour atteidnre les apports…
      Santé!

  12. Bonjour Jean-Yves,

    J’avais juste oublié de vous demander lors de mon commentaire précédent, si les yogourts sans lactose conservent tout de même leurs caractéristiques ou propriétés intestinales bénéfiques que les yogourts ordinaires ( les deux étant à saveur nature ) ? Et également, si je vous avais demandé relativement au chlorure de sodium, c’est parce que le sel nuirait apparemment à l’équilibre acido-basique, lorsque consommé en quantités appréciables. Bien que durant l’été, c’est vrai qu’on transpire nettement davantage, et que donc, on perd plus de sels minéraux ! Est-ce que le chlorure de calcium nuirait lui pareillement ( à l’équilibre acido-basique de notre organisme et au Ph de l’estomac ) ? Merci !

    Bonnes Journées plus confortables ! Santé !

    1. Re Bonjour Daniel
      Plus le produit est industriel/transformé, moins il sera utile.
      Pour le sel, dites-vous que des doses physiologiques sont entre 1 et 3 cuil. à thé par jour, plus si vous transpirez, avez des crampes musculaires et/ou de la fatigue
      Santé!

  13. Bonjour Jean-Yves,

    Je me suis dernièrement acheté du yogourt sans lactose. Quelle ne fut pas ma surprise de constater qu’il y a autant de grammes de glucides et de sucres nets que sur celui régulier de la même marque, soit Liberté, pour ne pas lui faire de publicité ! Je tiens à vous préciser que les deux yogourts en question sont natures ( régulier et sans lactose 2 % comparés ).

    Pourriez-vous alors m’expliquer pourquoi on retrouve encore du sucre dans celui spécifié ” sans lactose “, alors que le sucre, le lactose, lui a pourtant été retiré ?

    Également, vous dites qu’on ne devrait pas s’inquiéter outre mesure de notre consommation de sel au quotidien, que bien souvent on en fait trop une obsession, mais cependant, ne croyez-vous pas que le sel est nocif pour le sain équilibre de notre flore intestinale ou microbiote ? Sans trop d’exagération bien entendu non plus …… !

    Et comme je vous l’avais déjà mentionné antérieurement dans l’un de mes commentaires précédents, je souffre du syndrome du colon irritable, devrais-je alors rechercher ailleurs que dans les fibres, une saine nourriture équilibrée et variée, afin d’améliorer mon microbiote pensez-vous ? En plus, la consommation d’aliments gras ne m’est pas toujours aisée ! Merci pour toutes vos réponses grandement appréciées !

    Bonne Journée Santé !

    1. Bonjour Daniel
      avec toutes ces questions, peut-être qu’une consultation privée serait utile 🙂
      Le lactose n’est pas retiré. Il est digéré. On ajoute à la fin du processus, de la lactase qui digère le lactose en glucose et galactose. Le but est d’enlever le lactose fermentescible, pas d’enlever le sucre. Ce serait beaucoup trop compliqué
      Le sel est vital. Il n’a pas d’effet néfaste sur le microbiote.
      Et voici une proposition dans le champs gauche : essayez de diminuer beaucoup les fibres. Vous verrez si votre intestin irritable ne se calmerait pas.
      Santé!

  14. Bonjour Jean-Yves,

    Je vous envoie ci-joint, un lien audio qui prône encore et toujours, la Très Sempiternelle, nettement insuffisante recommandation ( relativement à sa posologie ) de la vitamine D ! 400 UI ( et non au-moins 3000 UI ) de vitamine D par jour de novembre à mars ( et non de septembre à mai ). Comme quoi, ce ne sont Très Évidemment pas tous(tes) les pharmacien(ne)s qui sont soi disant aussi Professionnel(le)s que vous, vous l’êtes Jean-Yves ! Merci de m’avoir lu !

    P.S. : Et une dose maximale quotidienne de seulement 2000 UI, alors qu’on sait très bien qu’on pourrait en prendre au-moins 5000, sans risquer quoi que ce soit, au niveau d’une hypervitaminose …….. Aberrant, n’est-ce pas ! ?

    https://www.fm1047.ca/extraits-audios/opinions/306674/chronique-du-pharmacien-martin-beaucage-la-vitamine-d-pour-mieux-combattre-la-covid-19

    Bonne Journée Santé !

  15. Bonjour Jean-Yves,

    J’aimerais savoir s’il serait contre-indiqué de suivre une alimentation cétogène avec plus ou moins 50 g de glucides nets par jour, étant donné que je suis une personne très mince avec un IMC indice de masse corporelle d’environ 19 ? Je me demandais juste si cela serait préférable pour moi, de ne m’en tenir qu’à une alimentation de type LCHF faible en glucides avec au-moins 100 g ? Bref, y aurait-il des risques pour ma santé, si je me limiterais aux 50 g de glucides nets quotidiennement ?

    Également, concernant un jeûne de quelques jours, comment notre organisme peut-il ainsi continuer à s’approvisionner en vitamines et minéraux, et en électrolytes essentiels à sa survie, tel le calcium, le sodium, le magnésium, le potassium, etc …. s’il ne reçoit alors plus d’aliments ou de nourriture solide durant ces quelques jours ? Et me recommanderiez-vous plutôt un jeûne intermittent, vu mon poids plume ? En passant, j’avais déjà lu que le jeûne intermittent ou non, permettrait de soulager les symptômes du syndrome du colon irritable dont je souffre, est-ce vrai ?

    Merci à l’avance pour vos réponses fort utiles et grandement appréciées !
    Félicitations pour votre excellent travail ( blogue, ateliers et conférences ) !

    Bonne Journée Santé !

    1. Merci Daniel
      Il n’y a pas de contrindication pour une alimentation Céto bien équilibrée même à 20g par jour. Pour le jeûne, je ne suis pas un fan chez les gens avec un IMC en bas de 20 comme vous.
      Normalement, les risques de carences sont minimes pour les jeûnes de moins de 7 jours
      Santé!

  16. Bonjour Jean-Yves,

    Croyez-vous au possible effet néfaste sur la vitamine D ou sur le cholécalciférol, lors de la consommation des produits laitiers ? Je vous cite en exemple ce texte extrait du site suivant :

    ” Les chercheurs ne savent pas encore pourquoi seul le lait est mis en cause dans le développement du cancer de la prostate. Mais ils émettent l’hypothèse que la graisse animale présente dans le lait pourrait désactiver des gènes de suppression de tumeurs cancéreuses ou encore que le calcium pourrait détruire un métabolite de la vitamine D qui aide à freiner la croissance des cellules cancéreuses. ”

    https://www.maxisciences.com/lait/cancer-de-la-prostate-boire-trop-de-lait-favoriserait-son-apparition_art6236.html

    Accordez-vous une certaine crédibilité à cette hypothèse émise que ” le calcium pourrait détruire un métabolite de la vitamine D qui aide à freiner la croissance des cellules cancéreuses. ” ? Merci à l’avance pour votre éclairement à ce sujet !

    Bonne Journée Santé !

    1. Bonjour Daniel
      non, le calcium pourrait peut-être avoir un impact sur la cellule cancéreuse mais de postuler qu’il agisse via la vitamine D ne tient pas la route.
      Pour l’instant, ce lien porduit laitier et cancer de la prostate vient d’étude de cohorte (observation), donc la notion de cause à effet n’est pas prouvée. Tout au plus a-t-on un association dans le temps et le pays (USA). Il y a tellement d’autres facteurs confondants, notamment la quantité de glucides, d’aliments raffinés et ultratransformés dans l’aimentation américaine qu’il est difficile de juger
      Santé!

  17. Bonjour Jean-Yves,

    J’aimerais savoir si vous considérez les fromages gras à pâte ferme comme un aliment souhaitable ou à privilégier lors d’une alimentation faible en glucides ou même cétogène ? Car certains experts kéto prétendent que non, en les considérant comme inflammatoires, tandis que d’autres ( également sur d’autres sites web crédibles tel Clinique Reversa ) les reconnaissent ou les acceptent comme le beurre ou les bonnes huiles. Alors, qu’en est-il au juste selon vous ? Merci pour votre réponse !

    Bonne Journée Santé !

    1. Bonjour Daniel
      Il y a une donnée qui manque : la tolérance individuelle. Certaines personnes tolèrent très bien les produits laitiers. D’autres, comme moi, ont une réaction inflammatoire. Il faut individualiser le conseil
      Santé!

  18. Bonjour Jean-Yves,

    Si J’ai bien compris l’un des principes d’une alimentation faible en glucides ou LCHF, il est permis d’augmenter ( sans excès non plus ) notre consommation quotidienne de sodium, étant donné qu’en coupant drastiquement tous les types de glucides sans exceptions, la rétention d’eau dans notre corps s’en trouve par le fait même amoindrie. Donc, comme par exemple, ce ne serait pas nocif de manger des aliments gras salés, même de types saturés, comme entre autres les fromages et le lard ? Car après tout, ces graisses dites saturées, le sont à leur état naturel respectif ! Merci pour votre réponse !

    Bonne Journée Santé !

    1. Bonjour Daniel
      Allez voir les différents textes que j’ai écrit sur le sel et le sodium. Il faut augmenter le sel si on réduit les glucides. La restriction imposée par Santé Canada n’est pas basée sur la science. Elle est beaucoup trop basse pour la majorité des gens.
      Santé!

  19. Bonjour Jean-Yves,

    J’aimerais savoir si selon vous, avoir une alimentation faible en glucides ou voire même cétogène, peut aider à renforcer notre système immunitaire, et ainsi pouvoir mieux nous défendre face à l’ennemi invisible, soit le coronavirus ou le covid-19 ? J’avais déjà lu que ce type d’alimentation protègerait contre divers microbes envahisseurs, mais qu’en serait-il concernant son efficacité face aux virus ? Merci à l’avance pour votre réponse !

    Bonne Journée Santé !

  20. Bonjour Jean-Yves,

    Je voulais plutôt dire si ce ne sont pas uniquement des aliments contenant des fibres tel les fruits et légumes,
    les grains entiers et les noix, quels autres types d’aliments ne contenant alors que très peu de fibres, recommanderiez-vous afin d’améliorer la santé de notre flore intestinale, et plus particulièrement dans un cas comme moi, qui doit justement faire attention à ne pas trop en consommer ( des fibres, sauf peut-être celles solubles douces pour les intestins ), en raison du syndrome du colon irritable ! Merci encore pour ces précisions !

    Bonne Journée Santé !

  21. Bonjour Jean-Yves,

    Si les fibres ne représentent donc pas les seuls nutriments acceptables des bactéries intestinales bénéfiques, pourriez-vous alors nous énumérer quels autres ou quelques-uns des autres principaux nutriments qui peuvent grandement améliorer notre microbiote, et par le fait même, notre santé générale ? Merci pour votre réponse !

    Bonne Journée Santé !

    Et les fibres ne sont pas les seuls nutriments des bactéries intestinales bénéfiquesn

  22. Bonjour Jean-Yves,

    Si je me souviens bien, lors de l’une de mes lectures sur l’un des sites Medscape ou Dr Mercola, j’avais alors retenu que le sel, mais aussi les gras, pouvaient altérer sérieusement le microbiote, et ainsi détruire nos bonnes bactéries tel les lactobacilles pour ne nommer que celles-ci entr’autre. Apparemment que les fibres contenues dans : les tablettes de chocolat noir ( genre au-moins 90 % pur cacao ), les petits fruits des champs, les légumes, les grains entiers, les probiotiques quoi, etc ….. favorisent grandement une flore intestinale bien entretenue ” sainement “. Qu’en est-il selon vous, considérant mes deux autres commentaires précédents. Merci, bien à vous et Bonne Journée Santé !

    1. Re Bonjour Daniel
      Le seul type de gras à éviter : les oméga 6 chauffés (tous les polyinsaturés chauffés)
      Le reste ne tient pas la route. Et les fibres ne sont pas les seuls nutriments des bactéries intestinales bénéfiques
      Santé!

  23. Bonjour Jean-Yves,

    C’est bien beau le régime cétogène ou l’alimentation appauvrie en glucides de toutes sortes ( sauf les fibres ), MAIS …… :

    J’aimerais savoir pourquoi il est souvent mentionné sur des sites web très crédibles, que le gras est nocif pour la flore intestinale ou le microbiote ? Pourtant, il y a les bons et les mauvais gras. Beaucoup d’informations me semblent très contradictoires : mangez des noix ( bons gras, mais ce sont des gras pareil ! ), des poissons gras, mais évitez toutes formes de lipides, afin préserver l’imperméabilité de la paroi intestinale. Apparemment que les divers gras rendraient l’intestin poreux et détruirait les bonnes bactéries lactobacilles, sans compter tous ceux qui comme moi, souffrent du syndrome du colon irritable. Bref, quoi et qui croire au-travers de toutes ces suggestions contradictoires …….. ?

    Bonne Journée Santé !

    1. Bonjour Daniel
      Bienvenu dans la réalité. Il y a tellement de contradiction et tellement d’intérêts divergents dans ce monde de la nutrition, qu’on ne sait plus qui croire. Il faut une bonne dose de sens critique. Par exemple, beaucoup d’information véhiculée vient des études de cohortes (observation de populations sur de très longues périodes). Ces études ne permettent jamais de tirer des conclusions. Et pourtant, nos experts citent ces études comme étant des faits et non des hypothèses. voir https://www.apothicaire.ca/epidemiologie/
      Santé!

  24. Bonjour Jean-Yves,

    J’ai trouvé cet article fort intéressant, instructif et pertinent ! Un seul doute cependant, et c’est au sujet de consommer des yogourts nature ( sans saveur d’accord c’est logique ) gras. Ma seule interrogation, étant donné que les yogourts contiennent beaucoup de lactosérum ou cette fameuse protéine de petit-lait, soi-disant très insulinogène ( index insulinique approximatif de 120 ), serait-il alors préférable de ne s’en tenir qu’aux fromages, et particulièrement ceux qui sont affinés à pâtes fermes ? Car à ce que je sache, seuls la crème ( sans additifs ! ) et les fromages, ne contiennent que très peu de lactosérum ? Très d’accord avec vous concernant le beurre, mais le hic, c’est qu’en restaurants, celui-ci est
    surement non biologique, donc plus de gras omégas-6. Idem pour les oeufs servis ! Mais bon, vaut mieux du beurre et des oeufs que rien du tout ! Merci pour m’avoir lu et pour vos réponses !

    Bonne Journée Santé !

    1. Bonjour Daniel
      Vous avez raison. Mais ce guide de survie se veut “la meilleure façon dans le contexte d’un resto”, donc des compromis. Pour le yogourt, c’est vrai qu’il contient du lactosérum et que dans bien des cas, mieux vaut s’abstenir
      Santé!

    1. Bonjour Monique
      L’intérêt est d’avoir suffisamment de lipides pour maintenir l’énergie. les viande c’est bien mais trop souvent ce sont des viandes maigres qu’on nous sert.
      Santé!

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

*

Pour vous, je garde un pied dans la science et l’autre dans le gros bon sens.