Il y a longtemps, lorsque j’étais étudiant en pharmacie, on nous enseignait que la tension artérielle normale était de 120 mmHg sur 80 mmHg (ou 120/80 ou, pour mes amis européens, 12/8). On nous apprenait aussi qu’avec l’âge, il était normal que cette tension augmente. Il n’était donc pas recommandé de traiter une personne de 70 ans qui présentait une tension de 140/90 (comme ce l’était pour une personne de 40 ans) puisque les risques associés à cette “hypertension” étaient moindres chez la personne âgée.

La science évolue

Dans les années 1990, les lignes directrices ont changé. À partir de ce moment, la tension normale (115 à 120 mmHg sur 75 à 80 mmHg) demeurait la même peu importe l’âge. Ainsi, une tension élevée devait être traitée de la même façon à 70 ans qu’à 40 ans.

Sphygmomanometre

Par contre…

Il existe plusieurs différences entre le métabolisme et la résistance d’une personne dans la fleur de l’âge et ceux d’une autre dans «l’or» de l’âge. Avec le temps qui passe, notre corps change et nous réagissons différemment aux médicaments. On s’aperçoit d’ailleurs que la personne âgée est plus sujette aux effets secondaires. Ainsi, les antihypertenseurs peuvent entrainer de l’hypotension, de la fatigue et même des pertes de mémoire et un certain déclin cognitif.

Antihypertenseurs et déclin cognitif

En avril dernier, dans la revue JAMA Internal Medicine, des chercheurs ont évalué ce lien entre les médicaments pour l’hypertension et une accélération du déclin cognitif. Le mécanisme est simple. Si la pression sanguine n’est pas suffisante, il s’ensuit une baisse de la perfusion (irrigation sanguine) du cerveau, donc une diminution de l’oxygénation et de l’accessibilité des nutriments nécessaires au bon fonctionnement du cerveau. Dans l’étude en question, les chercheurs ont observé des personnes âgées qui souffraient de déclin cognitif léger. Le lien entre l‘hypotension et l’accélération du déclin a été significatif.(1)

Dans un éditorial au sujet de cette étude, les auteurs font le lien entre un contrôle trop étroit de l’hypertension ou une médication trop «puissante» et les risques cognitifs associés dans la population des personnes âgées.(2)

Un traitement individualisé pour l’hypertension

Les risques pour la santé associés à un début d’augmentation de la tension ne sont pas les mêmes à 40 ans qu’à 70 ou 80 ans. À 40 ans, en traitant l’hypertension, on peut penser diminuer les risques et augmenter l’espérance de vie. Mais à 80 ans, quelle augmentation de l’espérance de vie peut-on rechercher? L’urgence de traiter n’est pas la même. Bien entendu, si la pression est très élevée et menace la vie à court terme, le traitement est nécessaire.

L’approche «taille unique» (one size fits all) n’a pas sa place en santé. Il faut la remplacer par une approche individualisée qui tient compte de l’âge et des autres caractéristiques de la personne (métabolisme, masse grasse, masse maigre, etc.).

En gériatrie (médecine qui s’occupe des personnes âgées), le but premier de tout traitement est l’amélioration de la qualité de vie. Les effets secondaires des médicaments ont donc encore plus de poids dans l’ajustement du dosage des médicaments et dans la décision de prescrire ou pas un médicament.

Pour en savoir plus sur l’hypertension, consultez Quand la tension monte! et Des solutions pour contrer l’hypertension

Santé!

Références :

  1. Mossello E, Pieraccioli M, Nesti N, Bulgaresi M, Lorenzi C, Caleri V, Tonon E, Cavallini MC, Baroncini C, Di Bari M, Baldasseroni S, Cantini C, Biagini CA, Marchionni N, Ungar A. Effects of low blood pressure in cognitively impaired elderly patients treated with antihypertensive drugs. JAMA Intern Med. 2015 Apr 1;175(4):578-85. doi: 10.1001/jamainternmed.2014.8164. PubMed PMID: 25730775. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/25730775
  2. Sabayan B, Westendorp RG. Blood pressure control and cognitive impairment-why low is not always better. JAMA Intern Med. 2015 Apr 1;175(4):586-7. doi: 10.1001/jamainternmed.2014.8202. PubMed PMID: 25730401. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/25730401

8 commentaires

  1. Bonjour,
    J’ai des anti plaquettaires, on m’a rajouté pour la tension un cachet; mais trop mal à la tête, bourdonnements d’oreille, allergique à beaucoup de médicament, J’ai levothyrox depuis 20 ans, car Hashimoto, gougerot, maladie de raynauld.
    Puis je prendre des ampoules bio d’olivier.
    Merci de me répondre.

  2. EST-CE QUE QUELQU’UN A ENTENDU PARLER DE L’ARMOISE(ARTÉMISININE POUR LE TRAITEMENT DU CANCER.SI OUI J’APPRÉCIERAIS VOS COMMENTAIRES.

  3. J’ai le syndrome de la blouse blanche. Ma tension augmente de 20 à 30 points si elle est prise par un professionnel. Le tout a été confirmer par le port d’un appareil qui a prise ma pression pendant 24 heures. Je n’ai pas pris de pilules pour la pression. Je refuse aussi pour un soit disant début de colestérol. Je suis presque végé et je mange bio à 90% avec de l’exercice modérée. De plus je n’utilise que des farines intégrales bio et fraichement moulues. Si avec cela je fais encore de la pression et du colestérol et bien à 69 ans j’assume.

    Benoit Bédard

    1. Bonjour Benoît
      Il y a tout de même certaines choses que vous pouvez faire : l’olive et son huile, le potassium et ses différentes sources, les fibres alimentaires (aliment ou suppléments) et aussi la gestion du stress (peu importe comment) sont tous des gestes qui aident la tension sans jamais causer d’hypotension.
      Je suis à la même place que vous 🙂 Dans mon cas, ce n’est pas la blouse blanche, c’est plutôt l’intolérance au stress (enfin, c’est la leçon de ma vie… 🙂
      Santé et bonne démarche

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

*