Troisième chronique vidéo sur les oligoéléments par Jean-Yves Dionne, votre apothicaire.

Visionnez (lisez) les deux premières chroniques sur le sujet:

  1. https://www.jydionne.com/les-oligoelements-cest-important/
  2. https://www.jydionne.com/mineraux-toxiques-ou-necessaires/

 

Bonjour et bienvenue à cette chronique de l’apothicaire.

À la demande générale, je vais vous parler des oligoéléments une autre fois, parce que ça a l’air que je n’ai pas fini ma job. 😉

Alors je vous ai dit, dans les 2 premières capsules, que les oligoéléments sont de petits minéraux dont j’ai besoin en très petite quantité. Aujourd’hui, je vais vous parler de quelques-uns, notamment la silice (silicium).

Silice

Le silicium, on le retrouve dans la prêle, dans l’ortie, on le retrouve aussi sous forme de colloïdale dans l’eau. Colloïdal, ça veut juste dire que c’est en suspension en très petits morceaux…

Dites-vous que la silice, c’est le nutriment de la cohésion des tissus. Mais pourquoi le vend-on? Pour les ongles, les cheveux… remarquez que moi je n’en ai peut-être pas besoin, mes cheveux ne sont pas très longs 😉

Les ongles et les cheveux, on appelle ça les phanères, donc tout ce qui pousse de mon corps. Pour que la protéine, la kératine (qui est la structure) se tienne, j’ai besoin de silice. Même chose pour mes os, même chose pour mes articulations. Donc, la silice est un oligoélément dont j’ai besoin, des dosages entre 5 et 100 mg. Moi, j’ai un faible pour le végétal, des sources comme la prêle ou l’ortie, voire le bambou. Intéressant pour tout ce qui a besoin de durcir et d’avoir une cohésion.

Vanadium

Le vanadium, un qui est oublié, parce que souvent on entend ‘vanadium = attention danger’. C’est vrai, le vanadium peut être un polluant. Mais en microquantité, c’est un oligoélément dont j’ai besoin pour le métabolisme du sucre. Et l’autre, pour le métabolisme du sucre, c’est le chrome.

Chrome

Le chrome, ce qui est intéressant, c’est que, oui, ça travaille dans ma cellule… vous savez, un gros récepteur dans la membrane de la cellule, l’insuline se branche sur le dessus, et l’effet se fait sentir dans la cellule. Dans le récepteur, il y a une protéine qu’on appelle la chromoduline. Pour que ça fonctionne, j’ai donc besoin de chrome à cet endroit.

Par contre, on vient d’avoir quelques études qui montrent que ce n’est peut-être pas aussi vrai qu’on pense que le chrome va améliorer votre métabolisme du sucre, que vous allez maigrir avec ça, que vous allez régler votre diabète…

En fait, l’inverse est vrai. Vous mangez trop de sucre, vous êtes un fan des boissons gazeuses, là vous flushez votre chrome, et là vous tombez dans le problème. Avec le chrome, on parle de corriger une carence, et non d’améliorer un état pathologique, ce n’est pas la même réalité.

Les oligoéléments travaillent souvent comme ça : corriger une carence.

Je veux terminer en vous parlant des oligoéléments qui n’en sont pas. Historiquement, il y en a un qu’on a utilisé… vous allez sauter… c’est l’arsenic!

Oligoéléments qui n’en sont pas

Arsenic

Jusqu’à il n’y a pas si longtemps, l’arsenic était donné sous forme de comprimé pour aider à maigrir! Et comme tonique… Mais on sait tous que c’est cancérigène, que c’est toxique, c’est même neurotoxique. Les premiers symptômes de l’arsenic sont des problèmes de peau. Ce n’est pas un oligoélément, je n’en veux pas.

Fluor

Un autre, qu’on nous vend à coup de publicité, c’est le fluor. Le fluor, chimiquement, est dans la famille du chlore et de l’iode. Mais il n’a aucun rôle biologique dans mon corps. Je me répète, le fluor n’a pas de rôle biologique dans le corps. Il a un effet de fixation dans les matrices où j’ai du calcium, les dents et les os. Il aide à durcir les dents, à durcir les os. Par contre, attention, si je durcis les os, on se dit ‘ah, c’est le fun contre l’ostéoporose!’ Quand j’étais jeune pharmacien, on en vendait, une petite pilule rouge, 5 mg de fluor, c’est extraordinaire comme ça durcissait les os. Oui, mais après un certain temps, qu’est-ce qui se passe? Ça casse. Les os deviennent friables. Mauvaise idée.

Aluminium

L’aluminium, il y en a partout. Oui, mais l’aluminium est associé à des maladies de dégénérescence, comme l’Alzheimer. Non… ce n’est pas un oligoélément.

Et il y en a comme ça, tous ceux qu’on associe à des pathologies. Dans certains cas, comme le chrome et le vanadium, ça peut être des toxiques à hauts dosages, mais à petits dosages, j’en ai besoin. Mais l’aluminium, je n’en ai pas besoin; l’arsenic, je n’en ai pas besoin; le fluor, je n’en ai pas besoin. La pâte à dent peut avoir un rôle à jouer, mais de prendre un supplément de fluor… Dans les années 1990, on donnait ça aux enfants, mais on a arrêté de le donner parce que ça ne marche pas et ça cause des problèmes dentaires et osseux.

Donc, minéral + petit = bon, mais pas toujours! Faites attention, les minéraux il y en a des bons, et il y en a qu’on veut éviter.

Sur ce, je vous dis à la prochaine!

Image : Andreas Lischka from Pixabay

8 commentaires

  1. Bonjour Jean-Yves,

    Si j’ai bien compris votre réponse relativement aux pommes de terre et aux pâtes refroidi(e)s au réfrigérateur après leur cuisson, pourtant, cela ne devrait poser aucun problème, même pour un régime cétogène strict ou sévère, puisque tous les glucides nets sont ainsi métamorphosés en amidons résistants, donc en FIBRES. Et les fibres peuvent alors être consommés quasiment à volonté ou ne pas avoir à être limités dans le calcul des glucides nets, n’est-ce pas ?

    Donc, des pommes de terre et des pâtes refroidi(e)s ne contiendraient que des bonnes FIBRES, exclues du calcul des glucides nets. Merci pour préciser ici le fond de votre pensée à ce sujet !

    Bonne Journée Santé !

  2. Bonjour Jean-Yves,

    Que pensez-vous des aliments très glucidiques ayant des indices glycémiques relativement élevés, qui se transforment une fois refroidis ( comme par exemples les salades de pâtes et de pommes de terres ) au réfrigérateur, en amidons résistants ?

    Leurs contenus en glucose demeurent-t-ils alors les mêmes ? Ces sucres dits amidons, se comporteraient apparemment comme les fibres et ils seraient ainsi acheminés directement dans le colon, d’où leurs ” soi-disant ” étonnantes propriétés d’abaisser leurs index glycémiques, stabiliser la glycémie ou de réduire la résistance à l’insuline. Est-ce que tout cela est véridique, crédible, et applicable dans le cadre d’une alimentation faiblement glucidique ( moins de 100 g par jour ) LCHF ?

    Merci pour m’avoir lu et pour votre réponse !

    Bonne Journée Santé !

    1. Bonjour Daniel
      Tout est dans la quantité de glucides nets vs la quantité de fibres. Dans l’exemple de la patate, le fait de la faire refroidir transforme les glucides nets en amidon résistant à la digestion, donc, fibres.
      Mais dans le cadre d’un LCHF stricte (céto), il y a encore trop de glucides. Pour une LCHF libéral (100g), ça devient acceptable. Question de choix personnel.
      JYD

  3. Re Bonjour Jean-Yves,

    De toute manière, avec ou sans lipides et / ou protides, réduire ou couper à quasi néant cet apport glucidique quotidien à moins de 100g, représenterait déjà selon moi, la base d’une future éventuelle saine alimentation. Et pareillement, avec des
    matières grasses saturées provenant d’aliments gras tel les fromages et le bacon pour ne nommer entr’autres que ceux-là !

    Car ces fameux gras saturés seraient également, apparemment beaucoup moins nocifs que ce qu’on a toujours essayé de nous faire à croire depuis maintenant déjà une bonne cinquantaine d’années ……. ! ? Seuls les gras trans industriels ou non retrouvés à leurs états naturels, seraient dommageables pour la santé ! Qu’on se le dise une bonne fois pour toutes !
    Comme quoi le ridicule ne tue pas avec ce ” lavage de cerveau ” qu’on nous a fait subir depuis tant et tant d’années …….. ! ?

    Bonne Journée Santé !

  4. Bonjour Jean-Yves,

    Plusieurs personnes croient encore ( à tort ? ) de nos jours, qu’en suivant l’alimentation ou le régime cétogène ou
    faible en glucides ( LCHF ), que l’apport élevé en gras pourrait ainsi boucher les artères et augmenter du même
    coup les risques de maladies cardiaques. Si on consomme tous ces aliments gras seuls ( même ceux de types saturés tel les fromages et le bacon ) ou accompagnés de protéines plutôt que de glucides raffinés ( et non les bons non raffinés comme des légumes verts et une poignée d’oléagineux ), je ne pense pas qu’il y ait alors de problèmes ou de complications côté santé. Autrement dit, si on ne mélange pas les glucides avec les lipides, les risques possibles d’artères bouchées et de maladies cardiaques seraient alors considérablement diminués. Est-ce que je me trompre de croire ou de comprendre cela ainsi ? Ne mêler quasiment jamais des glucides raffinés avec soit des lipides ou encore soit même des protéines ou protides ? Qu’en pensez-vous ?

    Merci pour vos réponses éducatives ou éclairantes !

    Bonne Journée Santé !

    1. Bonjour Daniel
      Vous êtes sur la bonne voie.
      Le plus grand risque : inflammation. Le 2e résistance à l’insuline (qui est un facteur majeur pour le 1er )
      Santé!

  5. Que j’aime vous lire . Toujours aussi intéressant et instructif. Vous avec la manière de dire les choses avec humour et simplicité, ce qui fait en sorte que nous en voulons toujours plus . Merci de nous instruire et de travailler pour notre santé .

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

*