On l’a dit, je l’ai écrit et crié, les perturbateurs hormonaux sont des substances insidieuses qui ont des impacts néfastes sur la santé (voir aussi Les perturbateurs hormonaux: une menace réelle! et Perturbateurs hormonaux… présents!). Ces impacts sont cependant très difficiles à quantifier. La plupart des recherches sont réalisées en éprouvette et les dommages constatés sont souvent obtenus à des dosages impossibles à atteindre chez l’humain à moins d’une intoxication majeure. Les résultats contiennent beaucoup de spéculation et d’extrapolation, ce qui permet aux détracteurs, entre autres, de continuer à affirmer que… les doses sont minimes… les effets non prouvés… notre métabolisme est suffisant pour détoxiquer…

Quelques études sur des humains montrent enfin un lien qui confirme, ou presque, que les risques des perturbateurs hormonaux, notamment le BPA, les phtalates et les insecticides pyréthrines, sont bien réels à des doses obtenues dans notre environnement immédiat.

BPA

Le groupe de chercheurs ayant effectué ces études a évalué les taux urinaires et sériques (sanguins) de BPA en fonction des taux sanguins d’hormones thyroïdiennes et sexuelles chez des hommes qui consultent dans une clinique de fertilité. Résultats: plus les taux de BPA sont élevés, plus les taux d’hormones sont bas.(1)

Phtalates

Ces mêmes chercheurs se sont penchés sur les effets chez l’homme d’un autre agent plastifiant: les phtalates. Même constat: plus le taux du métabolite du phtalate (la molécule produite suite à la dégradation du phtalate par les enzymes du corps) est élevé dans l’urine, plus les taux de testostérone et d’autres androgènes sont faibles. Pire encore, le taux d’œstrogène augmente. On le sait depuis longtemps, plusieurs problèmes de santé chez l’homme, notamment l’hyperplasie de la prostate, sont liés de plus près au rapport œstrogène/testostérone qu’à la valeur absolue de testostérone. Il est donc fort possible que les troubles de fertilité prévalents chez les hommes de plus de 30 ans ainsi que, peut-être, cette fameuse andropause aient un lien avec une cause environnementale.2)

Pyréthrines

Un autre coupable. On a, avec raison, banni les insecticides de nos villes. Par contre, la solution de rechange, les pyréthrines, ne semble pas parfaite non plus. En effet, les chercheurs ont vu une relation entre l’exposition à ces insecticides et une baisse significative des hormones chez des hommes.(3,4)

Ignifuges

Parmi les perturbateurs hormonaux les plus pervers se retrouve la famille des ignifuges (composés appliqués aux tissus, entre autres, pour les rendre ininflammables). Ces derniers, présents sur tous les fauteuils et autres textiles de nos maisons et voitures, ont trouvé une voie indirecte pour nous polluer la vie en passant par la poussière de nos maisons. Ainsi, les chercheurs ont fait un parallèle entre la concentration des ignifuges dans la poussière de maison (recueillie dans les aspirateurs), les taux sanguins de plusieurs hormones et le compte spermatique chez des hommes. Serez-vous surpris? Plus la concentration des ignifuges augmente, plus le taux de testostérone et le compte spermatique baissent et plus le taux de prolactine (une hormone féminine) augmente!(5)

Ils sont partout

Quand on parle de perturbateurs hormonaux, il ne faut pas regarder très loin. Ils sont partout: chez vous, chez moi, au bureau, dans l’auto… L’explication de nombreux problèmes en augmentation chez la gent masculine, depuis l’infertilité jusqu’à l’andropause en passant par les cancers hormono-dépendants et les troubles de prostate, passe peut-être par là…

Santé!

JYD

Références:

1. Meeker JD, Calafat AM, Hauser R. Urinary bisphenol A concentrations in relation to serum thyroid and reproductive hormone levels in men from an infertility clinic. Environ Sci Technol. 2010 Feb 15;44(4):1458-63. PubMed PMID: 20030380; PubMed Central PMCID: PMC2823133.

2. Meeker JD, Calafat AM, Hauser R. Urinary metabolites of di(2-ethylhexyl) phthalate are associated with decreased steroid hormone levels in adult men. J Androl. 2009 May-Jun;30(3):287-97. Epub 2008 Dec 4. PubMed PMID: 19059903; PubMed Central PMCID: PMC2772199. (texte complet accessible gratuitement)

3. Meeker JD, Barr DB, Hauser R. Pyrethroid insecticide metabolites are associated with serum hormone levels in adult men. Reprod Toxicol. 2009 Apr;27(2):155-60. Epub 2009 Jan 24. PubMed PMID: 19429394; PubMed Central PMCID: PMC2692246.

4. Meeker JD, Ryan L, Barr DB, Hauser R. Exposure to nonpersistent insecticides and male reproductive hormones. Epidemiology. 2006 Jan;17(1):61-8. PubMed PMID: 16357596.

5. Meeker JD, Stapleton HM. House dust concentrations of organophosphate flame retardants in relation to hormone levels and semen quality parameters. Environ Health Perspect. 2010 Mar;118(3):318-23. PubMed PMID: 20194068; PubMed Central PMCID: PMC2854757. (texte complet gratuit accessible)

2 commentaires

  1. Bonjour jean-Yves,

    J’aimerais savoir ce que tu penses des poêlons en titanium.

    Crois-tu qu’il y a des riques d’entendre que le titatnium est néfaste pour la santé dans le futur?

    Merci pour ta réponse et félicitation pour le beau travail !

    1. Bonjour Stéphane,
      Très bonne question à laquelle je n’ai pas vraiment de réponse.
      Je sais qu’il existe des cas d’allergie et d’hypersensibilité au titane. On les retrouve principalement chez des gens qui ont des implants en titane (comme des dents). Certaines personnes ne tolèrent pas les tiges de boucles d’oreille en titane.
      Mais dans ces deux cas, on parle de réaction à un contact intime (Plaie ou à l’Intérieur de l’organisme) et prolongé. De plus, ces réactions sont de type inflammatoire et/ou immunitaire.
      Le bioxyde de titane micronisé qui est utilisé comme écran solaire semble avoir le potentiel d’être absorbé si les particules sont trop petites. On suspecte des problèmes, mais je n’ai pas trouvé de cas rapportés (ce qui ne veut absolument pas dire que les cas n’existent pas).
      Pour ce qui est des poêles, il y a plusieurs inconnus : Par exemple, le titane est très résitant tant à l’abrasion qu’à la température (ce qui n’est pas le cas des enduits de teflon). Combien de titane peut se retrouver dans l’aliment? S’il y en a, le potentiel est très faible.
      Donc, je ne crois pas que le titane soit un risque pour la santé dans les casseroles. Mais je préfère la céramique 🙂
      Bon appétit.
      JYD

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

*