Suite à la chronique du 2 décembre dernier à Radio-Canada (avec Dominique Poirier à son émission L’après-midi porte conseil), on me demande de résumer mon approche sur les vitamines. Alors voici, en essence, le propos tenu lors de cette émission.

Lien entre vitamines et prévention de maladies chroniques

Dans la documentation scientifique, on fait depuis longtemps le lien entre les carences nutritionnelles et l’apparition de maladies. Rappelez-vous ces maladies pour ainsi dire absentes des sociétés modernes: scorbut (carence en vitamine C) et béribéri (carence en vitamine B1). Ou encore celles rares, mais tout de même un peu plus fréquentes, comme les anémies (carence en fer ou en vitamine B12).

Plusieurs publications font état d’un effet protecteur des multivitamines (lorsqu’elles sont prises à très long terme) sur l’apparition de maladies chroniques comme des cancers, maladies cardiaques, cataractes, etc. Il faut cependant rappeler qu’une multivitamine, si bonne soit-elle, ne remplace pas l’effort diététique ni ne valide les écarts et excès alimentaires, comme veulent nous le faire croire certains commerciaux.

Dans cette société d’abondance qu’est la nôtre, on rencontre relativement souvent des personnes suralimentées, mais paradoxalement dénutries. On parle alors d’apports sub-optimaux en nutriments et ces derniers sont liés aux maladies chroniques. Par exemple, le risque de cancer augmente chez les personnes qui ont un faible taux sanguin de lycopène et d’autres antioxydants. Certains nutriments spécifiques ont donc un impact de prévention, voire même de traitement:

· Le sélénium pour le cancer de la prostate;

· Les vitamines B6, B12 et acide folique entrainent une diminution du taux d’homocystéine qui est un facteur de risque des maladies cardiaques;

· Les suppléments d’acide folique sont responsables de la diminution (éradication) des maladies du tube neural du fœtus;

· Etc.

Malgré tout, ces données demeurent controversées parce que la preuve est loin d’être claire (voir Les études cliniques sont-elles les meilleurs outils pour évaluer les effets des nutriments?).

Vitamines: doses antioxydantes vs ANR

Les doses spécifiées par les apports nutritionnels recommandés ou encore apport quotidien recommandés (ANR) sont infimes par rapport aux doses antioxydantes, par exemple:

· Vitamine E: ANR = 15 unités internationales (UI); dosage antioxydant = entre 100UI et 800UI (400UI étant la dose de choix)

· Vitamine C: ANR canadien = 60mg; dose antioxydante = 500 à 3000mg et plus

La toxicité prétendue des vitamines et minéraux

Les vitamines sont parmi les substances les plus sécuritaires sur nos tablettes.

Une seule vitamine a une dose toxique qui peut être atteinte en combinant alimentation et suppléments. Il s’agit de la vitamine A, le rétinol. Uniquement celle-ci. Cette vitamine est par contre vitale et son apport nutritionnel devrait se situer entre 2333 UI et 3000 UI. La limite supérieure de cet apport est établie à 10 000 UI, mais cette limite n’est vraie que pour la vitamine A d’origine animale. De plus, même à cette dose, la toxicité n’apparaitra que chez de rares personnes et surtout après un usage prolongé (plusieurs mois, voire plusieurs années). Les pro-vitamines A (plusieurs carotènes, comme le bêta-carotène) sont quant à elles très sécuritaires et on peut en consommer de très hautes doses sans s’inquiéter d’une éventuelle toxicité. Ces pro-vitamines ne sont pas toxiques parce que le corps ne convertit en vitamine A que ce dont il a besoin, sans plus. Au pire, les carotènes peuvent s’accumuler sous la peau colorer la peau en orangé.

Sachez qu’il est impossible d’obtenir une surdose simplement en ajoutant une multivitamine avec minéraux (en respectant la posologie) à la diète, si bonne soit-elle!

Dans le prochain article, j’aborderai les causes des carences nutritionnelles ainsi que l’avis des experts sur la pertinence de prendre des suppléments.

4 commentaires

  1. bonjours j y je chercher des informations sur la vitamine A ; entre les recherches du beta carotène et le rétinol pas facile de choisir :)un complément alimentaire .

    cordialement

  2. Je vous met cette information; très intéressant ce qui est ressorti sur les marques Centrum et One a day lors des tests.

    Free Radical Biology & Medicine, Vol. 45, Supp. 1, 2008, pg. S128.

    Minimization of free radical damage by metal
    catalysis of multivitamin/multimineral supplements
    A B Rabovsky1, A M Komarov2, J Ivie1, and G.R. Buettner3
    1Research & Technology Development, Melaleuca Inc.,
    2Department of Biochemistry, GWU, 3The University of Iowa
    Multivitamin/multimineral complexes are the most common dietary supplements. Besides quality ingredients and the amount of each ingredient in a product, bioavailability is a major concern.
    Unlike minerals in natural foods that are incorporated in bioorganic structures, minerals in dietary supplements are usually in an inorganic form: sulfates, chlorides, oxides etc.
    Unfortunately, the majority of minerals in these forms precipitate at the neutral pH of the small intestine, making adsorption questionable. In addition, some minerals catalyze free radical
    generation, depending on their form. Thus, antioxidants in supplements could be oxidized during digestion. We have created a new complexing environment for minerals that
    consists of an amino acid chelate and non-digestible oligosaccharide (AAOS). All essential minerals in this form are soluble at intestinal pH. Even though soluble, the commonly
    used form of copper – gluconate – generates a flux of free radicals similar to the inorganic forms. Monitoring of ascorbate radical generated by different forms of copper shows that ascorbate is oxidized much more slowly with the AAOS matrix.
    Direct measurement of the oxidation of ascorbic acid (vitamin C) and gallic acid (a typical antioxidant ingredient derived from fruits) by different forms of minerals confirmed the ability of AAOS to slow these oxidations. Similar results were observed with iron-catalyzed formation of hydroxyl radicals (Fenton reaction), as measured by EPR spin trapping. In addition, the relative rates of oxidation of 2’,7’-dichlorodihydrofluorescein by
    H2O2 with copper were: sulfate > gluconate > glycinate > AAOS.
    When compared to traditional forms of minerals used in supplements, we conclude that the oxidative loss of antioxidants in solution at physiological pH is much slower when AAOS is
    used.

    1. Bonjour Anthony,
      Mis à part l’évident biais commercial, cette étude in vitro n’est pas très applicable à quelque marque de commerce que ce soit. En fait, Il s’agit d’une présentation lors de congrès (communément appelés actes, donc une étude non révisée). Dans cette étude, on montre que les minéraux dans principaux sels minéraux utilisés dans les multivitamines ont la capacité d’oxyder les antioxydants comme la vitamine C ou l’acide gallique. C’est vrai, c’est connu. Et c’est en éprouvette. Ces chercheurs montrent que si on allie ces minéraux à une matrice de polysaccharides, ce processus d’oxydation est éliminé. OK
      Mais, cette étude ne montre pas ce qui se passe dans l’intestin. Elle ne montre pas de différence d’absorption, etc.
      Dites-vous que le pH de l’estomac (entre 1 et 4) est suffisamment oxydant pour invalider toute l’information de l’étude (lesdits antioxydants seront très fortement oxydés). Pourtant, ils jouent quand même un rôle dans le corps et on peut en démontrer une absorption.
      Ensuite, quel est le rôle des aliments ? Vont-ils faire tampons et empêcher toute cette réaction ?

      Là où je suis d’accord est sur le fait que les compagnies de vitamines usuelles choisissent des sels minéraux en fonction du prix et de la teneur du minéral choisi (par exemple, l’oxyde de magnésium est à la fois le moins cher, le plus concentré… et un des moins bien absorbé). Les compagnies qui fabriquent des produits de meilleure qualité portent attention au choix de ces sels minéraux. Ces compagnies se retrouvent dans tous les réseaux depuis les boutiques, les pharmacies jusqu’aux paliers multiples.
      Autre point, (pas vraiment rapport, mais bon, tant qu’à y être) l’usage de prébiotiques augmente l’absorption des minéraux (calcium, magnésium et zinc… peut-être d’autres).
      Bref, merci pour l’information, mais il faut la prendre avec une grain de sel… minéral.
      Santé!
      JYD

    2. Re bonjour Anthony,
      Autre point, plusieurs naturopathes mentionnent à leur clients de choisir une vitamine qui ne contient pas de cuivre, ni de fer… justement parce qu’ils sont pro-oxydants.
      😉
      Santé JYD

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

*