Manger ou ne pas manger des produits génétiquement modifiés, c’est une question de choix. En tout cas, ça devrait l’être. Mais si ça n’est pas indiqué sur l’étiquette, comment pourrait-on choisir?

J’ai reçu de Maria Acosta une information fort intéressante: même si ça n’est pas écrit noir sur blanc, il y a une façon de savoir si les fruits et légumes qu’on achète sont de culture conventionnelle ou biologique, ou si ce sont des produits transgéniques.

Cette information se retrouve sur la petite étiquette collée aux fruits et légumes (celle qui nous fait tant rager parce que la colle est vraiment trop… adhérante). L’étiquette en question contient un code international à 4 ou 5 chiffres, nommé code PLU (price look-up code), dont voici une clef de lecture:

· Lorsque le code ne comprend que 4 chiffres (XXXX), il s’agit d’un produit de culture conventionnelle.

· Lorsque le code est de 5 chiffres et commence par un 9 (9XXXX), il s’agit d’un produit de culture biologique.

· Lorsque le code contient 5 chiffres et commence par un 8 (8XXXX), il s’agit d’un produit transgénique.

C’est intéressant, mais ça n’est pas une information qui vous servira beaucoup, sauf peut-être pour reconnaître les produits bios. Il semble qu’il n’y ait présentement qu’un seul fruit susceptible de porter le code identifiant un produit transgénique au Québec: une papaye produite aux États-Unis. Mais comme ça peut changer, mieux vaut être au courant.

Produits dérivés

Les produits dérivés d’OGM (lécithine de soya GM, farine de maïs GM, etc.) ne sont pas eux-mêmes considérés comme des OGM (parce qu’ils ne peuvent pas se reproduire ni transmettre de matériel génétique) et il n’est pas requis (ni même souhaité par le gouvernement canadien – voir Liberté de choix, santé et agenda commercial) d’indiquer l’origine transgénique du produit. Et, évidemment, si le produit dérivé n’est pas identifié comme provenant d’un OGM, les aliments qui contiennent ce produit (un pain contenant la farine de maïs GM, par exemple) ne seront pas identifiés eux non plus.

Selon le site du gouvernement du Québec sur les OGM, seules 10 espèces de plantes génétiquement modifiées sont présentement approuvées au Canada pour la commercialisation, et la majorité d’entre elles ne sont pas cultivées au Canada pour des raisons climatiques ou de marché.

Références:

1. Gouvernement du Québec: Site d’information sur les organismes génétiquement modifiés (http://www.ogm.gouv.qc.ca/index.htm)

2. Site du International Federation for Produce Standards (http://www.plucodes.com/faqs.aspx)

photo: Sven Teschke

8 commentaires

    1. Bonjour Bibou,
      Je ne suis pas sûr, mais je crois que la Suisse est un des rares pays à obliger l’étiquetage des OGM. Donc, si je ne m’abuse, simplement lire les étiquettes.
      Santé!

  1. Merci Michèle, c’est ce qu’écrivait aussi M. Dionne, mais comme il écrit, ça ne vaut que pour les papayes. Et qu’en est-il des mangues par exemple ?
    merci et bonne journée
    hélène

    1. re-bonjour Hélène,
      Le code commençant par un 8 devrait se retrouver sur tous les fruits et légumes transgéniques. Présentement, il semble qu’il n’y ait que la papaye transgénique qui soit vendue ici, mais si une mangue (ou autre) transgénique venait à être disponible, elle porterait aussi ce code.
      Michèle

  2. oups, moi qui est une fan des papayes, je ne savais pas qu’il y en avait des transgéniques. Alors comment les repérer ?
    Si je me fie à Maria, les grosses papayes seraient sans danger ?
    y a-t-il des pays exportateurs qui nous en envoient des non-transgéniques ?
    voir notre monde tel qu’il est et toutes les manigances de ceux qui ont du pouvoir, est à rendre malade..c’est pathétique!!!
    merci de m’éclairer
    hélène

    1. Bonjour Hélène,
      Regardez l’étiquette collée sur la papaye. Si elle contient un numéro à 5 chiffres commençant par un 8, c’est une papaye transgénique. Sinon, elle ne l’est pas.
      Michèle

  3. Si mon information est bonne, la papaye transgénique vienne de Hawaï et est celle de petit format. Comme la papaye bio est la petite et très chère et la plupart du temps elle n’est pas comestible une fois ouverte…j’achète la non bio, mais celle de gros format.

    Les graines ont des propriétés antiparasitaires…broyés dans l’eau et tu les bois, tel quel ou après les passer dans un passoir. Un goût un peu poivré. http://www.journalducameroun.com/article.php?aid=2927
    http://www.passeportsante.net/fr/Nutrition/EncyclopedieAliments/Fiche.aspx?doc=papaye_nu

    Maria

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

*