Les migraines et maux de tête sont fréquents. Statistique Canada nous apprend que 8,3% des Canadiens, soit 2,7 millions de personnes, souffrent de migraine.1 Les maux de tête sont d’ailleurs au 3è rang des causes d’incapacité et les migraines au 6è rang.

Un minéral qui fait la différence

Le magnésium (Mg) est un minéral essentiel qui intervient dans une multitude de réactions enzymatiques cellulaires. Je l’ai surnommé « le minéral oublié » parce qu’on en parle vraiment trop peu.

Rôle du magnésium et effet d’une carence

Au Québec, on estime que 34,8% des adultes n’obtiennent pas l’apport suffisant de magnésium, soit 41,9% des hommes et 27,7% des femmes.2

La carence en magnésium est impliquée dans de nombreux phénomènes reliés à la migraine. Par exemple, la dépolarisation corticale (cortical spreading depression), qui explique probablement l’aura de la migraine, est associée à la carence en Mg. Cette carence est aussi impliquée dans la libération de neurotransmetteurs, l’agrégation plaquettaire, la vasoconstriction, etc., tous des phénomènes associés à la migraine. La libération de substance P, qui pourrait être liée à la douleur de la migraine, est augmentée par la carence en Mg.3

Le magnésium participe également au contrôle des récepteurs NMDA glutamate qui jouent un rôle dans la transmission et l’amplification de la douleur et dans la régulation du flot sanguin cérébral.3

Effet du Mg sur la migraine

Dans une étude clinique, 40 participants ont reçu soit 600 mg de magnésium (sous forme de citrate), soit un placébo. Les résultats montrent une réduction de 50% de l’intensité (p < 0,001) et une réduction de la fréquence moyenne (de 3 par mois [2 à 5] avant à 2,5 [0 à 3] après [p < 0,001]) chez les patients sous Mg alors qu’il n’y a eu aucun changement dans le groupe placébo. 4

La prise de magnésium fait partie des recommandations de la American Headache Society.5 De même, le magnésium est inclus dans la liste des 11 substances fortement recommandées en prévention (topiramate, propranolol, nadolol, métoprolol, amitriptyline, gabapentin, candesartan, pétasite, riboflavine, coenzyme Q10 et citrate de magnésium) par la Société canadienne des céphalées.6,7

L’innocuité des suppléments de magnésium, la fréquence élevée de la carence et la physiopathologie des migraines font que le magnésium est un choix très valable dans la prévention de la migraine.

Migraine et mal de tête

Si vous avez le goût d’approfondir le sujet, je vous ai préparé un Concentré de santé intitulé Migraine et mal de tête

Références:

  1. « Prévalence de la migraine chez la population à domicile au Canada », qui fait partie du numéro en ligne de juin 2014 de Rapports sur la santé, vol. 25, no 6 (Numéro au catalogue 82-003-X), Statistique Canada http://www.statcan.gc.ca/daily-quotidien/140618/dq140618c-fra.htm
  2. Pourcentage des adultes ayant un apport usuel de magnésium inférieur au Besoin moyen estimatif (BME) au Canada. Homme :http://www.hc-sc.gc.ca/fn-an/surveill/atlas/map-carte/male_homme_magnesium-fra.php & http://www.hc-sc.gc.ca/fn-an/surveill/atlas/map-carte/adult_magnesium-fra.php
  3. Mauskop A, Varughese J. Why all migraine patients should be treated with magnesium. J Neural Transm. 2012 May;119(5):575-9. doi: 10.1007/s00702-012-0790-2. Review. PubMed PMID: 22426836. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/22426836
  4. Köseoglu E, Talaslioglu A, Gönül AS, Kula M. The effects of magnesium prophylaxis in migraine without aura. Magnes Res. 2008 Jun;21(2):101-8. PubMed PMID: 18705538. http://www.jle.com/en/revues/bio_rech/mrh/e-docs/00/04/3E/1E/article.phtml
  5. Evidence-based Basics on Nutraceuticals: Herbs, Minerals, Vitamins, and Supplements in Migraine Management. American Headache Society https://americanheadachesociety.org/wp-content/uploads/2016/07/Stuart_Tepper_-_Evidence-based_Basics_on_Nutraceuticals.pdf
  6. http://headachenetwork.ca/wp-content/uploads/CanadianHeadacheSocietyGuidelineforMigraineProphylaxis.pdf
  7. Pringsheim T, Davenport W, Mackie G, Worthington I, Aubé M, Christie SN, Gladstone J, Becker WJ; Canadian Headache Society Prophylactic Guidelines Development Group. Canadian Headache Society guideline for migraine prophylaxis. Can J Neurol Sci. 2012 Mar;39(2 Suppl 2):S1-59. PubMed PMID: 22683887. http://www.guideline.gov/content.aspx?id=38455

5 commentaires

  1. Bonjour Jean-Yves,

    Je me demande sur quoi se base-t-on pour affirmer que le ratio omégas-6 / omégas-3 des produits laitiers provenant de lait de vaches nourries à l’herbe, idem pour les viandes provenant de bétail nourri à l’herbe, des poules élevées en plein air et se nourrissant de grains et autres naturellement, est sensiblement meilleur que celui ( le ration omégas-6 / omégas-3 ) des aliments dits standards, soit non nourris aux herbes et autres ? Parce que lorsque j’examine le nombre de grammes de gras saturés, soit le profil lipidiques sur les divers tableaux des valeurs nutritives, ils sont tous très exactement pareils ! Soit avec très exactement les très mêmes quantités de gras répartis selon les catégories.

    Comment alors est-ce que vous expliqueriez cela ? Merci à l’avance pour vos explications grandement appréciées !

    Bonne Journée Santé !

  2. Bonjour Jean-Yves,

    J’aimerais savoir si selon vous il est risqué pour moi de prendre 4 000 UI de vitamine D en comprimés pour les mois de mai, juin, juillet et août, en plus de m’exposer assez régulièrement de manière normale au soleil durant ces 4 mois où on peut réellement synthétiser de la vitamine D via notre peau ? À noter que je prends 6 000 UI de vitamine D en comprimés pour tous les autres huit mois de l’année, c’est-à-dire du début septembre à la fin avril inclusivement. Je mesure environ 1 m 80 et je pèse environ 68 kg, donc je suis un grand mince et j’ai 58 ans.

    Je présuppose que si j’avais proche de 70 ans ou plus, je n’aurais nullement à m’inquiéter pour mon taux sanguin de cholécalciférol ( 25 (OH) D ), étant donné que la peau rendu à cet âge vénérable avancé, synthétise beaucoup moins les rayons UVB durant la période estivale. Est-ce exact de penser ainsi ? À noter également que je ne fais jamais tester mon taux sanguin de cholécalciférol (OH) D par un médecin, en raison de vous savez probablement très pourquoi …… !

    Je vous remercie beaucoup à l’avance pour votre réponse grandement appréciée !

    Bonne Journée Santé !

    1. Bonjour Daniel
      Il serait utile de faire tester le taux de vitamine D 25(OH), en privé ou ailleurs comme https://www.grassrootshealth.net/ . Ça éclairerait votre réflexion. Déjà à 58 ans, votre peau est moins efficace qu’à 20 ans. 68kg X 50UI/kg = 3400 UI. Donc, logiquement vous n’auriez pas besoin de plus de 4000 UI par jour même l’hiver. Seul un taux sanguin pourra confirmer.
      On cible 100 à 150 nmol/L. Si vous atteignez jusqu’à 200 voire 250, il n’y a pas de risque mais pas de bénéfice au delà de 150 nmol/L. Certains auteurs mentionnent de monter jusqu’à 200 pour des maladies auto-immunes mais ne n’ai pas la validation.
      Santé!

  3. Bonjour Jean-Yves,

    Que pensez-vous de ce lien très récent ( c’est difficile d’avoir plus récent que cela ! ) concernant la vitamine D ?

    https://ici.radio-canada.ca/ohdio/premiere/emissions/Les-matins-d-ici/segments/entrevue/410775/vitamine-d-effets-benefiques-etudes

    J’apprécierais donc grandement avoir vos commentaires à ce sujet ! De mon côté, je suis sceptique …… !
    Merci à l’avance pour votre réponse !

    Bonne Journée Santé !

    1. Bonjour Daniel
      Vous avez raison d’être sceptique. Je ne prendrai pas le temps d’écouter l’opinion de ce médecin. Le biais de base est simple : 1- tout ce qui sort du contrôle médical (donc sans prescription) n’est pas bon ni scientifique
      2- Les études négatives citées sont toujours celles qui ne tiennent pas compte du taux sanguin. Si on ne tient pas compte du taux sanguin ou de la comparaison de celui-ci entre les groupe, qu’est-ce qu’on mesure ? La dose ne veut rien dire si elle n’est pas corrélée à un taux sanguin.
      Santé!

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

*

Pour vous, je garde un pied dans la science et l’autre dans le gros bon sens.