D’ici la fin de l’année, les répulsifs (chasse-moustiques) à base de citronnelle seront retirés du marché, sans aucune raison valable. Ces répulsifs sont utilisés dans de nombreux pays, mais Santé Canada considère maintenant qu’ils pourraient être nocifs.

L’hypothèse de la toxicité du méthyl eugénol

La citronnelle (Cymbopogon spp)contient une molécule nommée méthyl eugénol (ME). Des études ont montré que le ME est carcinogène chez les souris et les rats.(1) Sa toxicité commence à apparaitre à des doses orales chroniques de 30mg/kg.

Notez bien qu’il n’existe aucune preuve que le ME est même biodisponible en application topique (par la peau)…

Si le ME atteint la circulation (ce qui n’est pas certain), il doit d’abord être transformé au foie en 1′-hydroxyméthyleugénol pour devenir toxique,(2) ce qui ne se produit qu’à partir d’un certain seuil. En deçà de ce seuil, le ME est éliminé avant de pouvoir causer quelque dommage que ce soit.

L’huile essentielle de citronnelle (que l’on utilise ici sur la peau, et non par la bouche, doit-on le rappeler) contiendrait, selon Santé Canada, 0,09% de ME. Un insectifuge à la citronnelle contient 10% d’huile essentielle de citronnelle. Une dose d’environ 10ml de ce produit contient donc 0,0009ml de ME, que l’on applique sur la peau. Ce dosage est bien en deçà de toute dose toxique ou cancérogène orale connue.

De plus, le composant principal de l’huile de citronnelle, le citral, est un inducteur puissant d’un enzyme de détoxification de phase II. Son effet contrecarre l’action possible du ME.(3)

Finalement, plusieurs autres aliments contiennent du méthyleugénol: la noix de Grenoble, la cannelle, le poivre noir, le romarin, le clou de girofle, la muscade, le piment de Jamaïque, l’estragon, etc. Faut-il arrêter d’en consommer?

Sécurité orale

La citronnelle est documenté pour être non toxique en oral chez l’humain (4) et pour ne causer aucun effet toxique chez des rats ou chez leur progéniture après ingestion de doses correspondant à 20 fois la dose correspondante chez l’humain.(5)

L’Agence de protection de l’environnement (EPA) américaine considère la citronnelle comme un pesticide biochimique qui a une forme d’action non toxique et qui peut être légèrement toxique en usage oral. En cas d’intoxication aigüe à la citronnelle, de simples mesures de dilution sont jugées suffisantes dans la plupart des cas.(6)

On en mange…

La citronnelle est utilisée depuis des millénaires. Elle est traditionnellement employée comme épice dans la cuisine asiatique. L’huile essentielle de citronnelle est d’ailleurs considérée sécuritaire (GRAS – generally recognized as safe) comme additif alimentaire aux États-Unis.(7)

Usage topique

En combinant les données du Canada et des États-Unis, seuls quelques cas de rash (éruption cutanée) ont été rapportés suite à l’usage topique de la citronnelle.(8)

Un comité d’experts indépendants mandaté par Santé Canada pour déterminer si la citronnelle était dangereuse avait conclu, en 2006, qu’elle ne l’était pas.

Est-ce efficace?

Selon une étude parue en 2013, certaines molécules (citral, myrcène, citronellal) de l’huile de citronnelle, une fois concentrées, sont aussi efficaces que le DEET pour chasser les moustiques.(9)

Dans une étude clinique (chez des humains), un produit contenant de la citronnelle a été moins efficace que le DEET, mais a quand même été évalué à 48% d’efficacité pour repousser les moustiques.(10)

Dans une revue systématique (compilation des études publiées sur un sujet), les auteurs mentionnent que, quoique la citronnelle soit moins efficace que le DEET, l’ajout de vanilline en augmenterait l’effet.(11) D’ailleurs, d’autres huiles essentielles sont utiles pour chasser les indésirables vampires, notamment l’eucalyptus, la cataire, les basilics, etc.(12)

Lorsqu’on combine l’efficacité à l’innocuité (sécurité), les huiles essentielles, notamment la citronnelle, représentent des options efficaces à bas risque pour lutter contre les moustiques.(13) Surtout, lorsqu’on les compare à l’option de synthèse, le DEET, qui est un neurotoxique connu (lisez aussi https://www.jydionne.com/chasse-moustiques-sont-ils-vraiment-securitaires/).

Bizarre…

Les cosmétiques contenant de la citronnelle ne seront pas retirés du marché… Certaines personnes considèrent que Santé Canada a cédé aux lobbys de certaines compagnies pour favoriser les répulsifs à base de DEET au détriment de ceux à base de citronnelle. Faudrait-il mettre la Commission Charbonneau là-dessus?

Conclusion

L’huile essentielle de citronnelle est un produit très sécuritaire lorsqu’utilisé comme insectifuge (sur la peau). Sa fiche de sécurité est exceptionnelle, avec seulement quelques cas bénins d’éruptions cutanées rapportés. La biodisponibilité du méthyleugénol à travers la peau reste encore à prouver, et sa teneur dans les différentes variétés de citronnelle est si faible (dans certains cas, elle n’est même pas encore détectée) qu’il n’augmente pas le risque de toxicité dû au ME déjà présent dans les aliments courants.

Je vous encourage à signer la pétition pour demander à Santé Canada d’annuler l’interdiction des chasse-moustiques à base de citronnelle : https://secure.avaaz.org/fr/petition/Sante_Canada_Annuler_linterdiction_des_chassemoustiques_a_base_de_citronnelle/?tRmjFab

 

Références :

  1. National Toxicology Program. NTP Toxicology and Carcinogenesis Studies of Methyleugenol (CAS NO. 93-15-2) in F344/N Rats and B6C3F1 Mice (Gavage Studies). Natl Toxicol Program Tech Rep Ser. 2000 Jul;491:1-412.
  2. Burkey JL, Sauer JM, McQueen CA, Sipes IG. Cytotoxicity and genotoxicity of methyleugenol and related congeners—a mechanism of activation for methyleugenol. Mutat Res. 2000 Sep 20;453(1):25-33.
  3. Nakamura Y, Miyamoto M, Murakami A et al. A phase II detoxification enzyme inducer from lemongrass: identification of citral and involvement of electrophilic reaction in the enzyme induction. Biochem Biophys Res Commun. 2003 Mar 14;302(3):593-600.
  4. Leite JR, Seabra Mde L, Maluf E et al. Pharmacology of lemongrass (Cymbopogon citratus Stapf). III. Assessment of eventual toxic, hypnotic and anxiolytic effects on humans. J Ethnopharmacol. 1986 Jul;17(1):75-83.
  5. Souza Formigoni ML, Lodder HM, Gianotti Filho O et al. Pharmacology of lemongrass (Cymbopogon citratus Stapf). II. Effects of daily two month administration in male and female rats and in offspring exposed “in utero”. J Ethnopharmacol. 1986 Jul;17(1):65-74.
  6. Temple WA, Smith NA, Beasley M. Management of oil of citronella poisoning. J Toxicol Clin Toxicol. 1991;29(2):257-62; discussion 263.
  7. FDA. Center for Food Safety and Applied Nutrition, Office of Premarket Approval, EAFUS: A food additive database. Available at: vm.cfsan.fda.gov/~dms/eafus.html
  8. EPA REDS Fact sheet Oil of citronella no: EPA-738-F-97-002 February 1997.
  9. Hsu WS, Yen JH, Wang YS. Formulas of components of citronella oil against mosquitoes (Aedes aegypti). J Environ Sci Health B. 2013;48(11):1014-9. doi: 10.1080/03601234.2013.816613. PubMed PMID: 23998314. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/23998314
  10. Magesa SM, Kamugisha ML. Evaluation of the bio-efficacy of three brands of repellents against wild populations of anthropophilic mosquitoes. Tanzan Health Res Bull. 2006 Sep;8(3):145-8. PubMed PMID: 18254505. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/18254505
  11. Kongkaew C, Sakunrag I, Chaiyakunapruk N, Tawatsin A. Effectiveness of citronella preparations in preventing mosquito bites: systematic review of controlled laboratory experimental studies. Trop Med Int Health. 2011 Jul;16(7):802-10. doi: 10.1111/j.1365-3156.2011.02781.x. Review. PubMed PMID: 21481108. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/21481108
  12. Nerio LS, Olivero-Verbel J, Stashenko E. Repellent activity of essential oils: a review. Bioresour Technol. 2010 Jan;101(1):372-8. doi: 10.1016/j.biortech.2009.07.048. Review. PubMed PMID: 19729299. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/19729299
  13. Regnault-Roger C, Vincent C, Arnason JT. Essential oils in insect control: low-risk products in a high-stakes world. Annu Rev Entomol. 2012;57:405-24. doi: 10.1146/annurev-ento-120710-100554. Review. PubMed PMID: 21942843. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/19729299

 

Photo : « Serai ». Sous licence Creative Commons Attribution-Share Alike 3.0 via Wikimedia Commons – http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Serai.jpg#mediaviewer/File:Serai.jpg

29 commentaires

  1. C’est drôle, j’ai laissé un contenant de Deet dans mon coffre à pêche et j’ai retrouvé la tablette en plastique qui contenait mes mouches à pêcher qui avaient fondues sous l’effet de ce produit. Tant qu’à l’utilisation de la citronelle , je n’ai rien à redire.

    1. Bonjour Claude
      C’est vrai que tous les dérivés des toluènes sont des solvants puissants pour les plastiques… et toxiques pour notre système nerveux et hépatique.
      Santé!

  2. On devrait parler du DEET qui est reconnu comme un produit nocif. Pour moi, les produits à la citronnelle ne causent pas de problèmes. Cependant, question d’efficacité la citronnelle est relativement ordinaire. J’ai testé le shampoing, le savon pour le corps et le liquide à pulvériser en même temps. Les mouches à chevreuil me couraient après quand même. Pour Druide, une chance qu’ils se sont diversifiés dans d’autres produits comme les savons. On est géré par des clowns.

    1. Bonjour Marc
      Peut-être que dans le ton, il y a une différence. Mais dans la documentation (voir les références), il n’y a pas grand chose à reprocher au régime hypotoxique. J’avoue m’être emporté contre les détracteurs de ce régimes qui n’ont que des lieux communs à offrir comme argument. N’empêche, plusieurs personnes souffrantes sont soulagées.
      Mais bon, on continue son petit bonhomme de chemin.
      Merci pour le commentaire
      Santé!

      1. Je viens de relire l’article en question à tête reposée. En fait, j’écris moi-même des articles sur un site web et je fais probablement plein d’erreurs. Je crois que c’est surtout la mise en contexte. D’un autre point de vue, quelqu’un qui ne connaît pas vos opinions pourrait croire que ce genre d’alimentation devrait être pour tout le monde sans savoir que ça s’adresse principalement aux gens avec des douleurs. C’est probablement le cas des nombreux commentaires. Juste que je n’ai jamais rien eu à noter à vos articles avant.

        1. Bonjour Marc
          J’avoue être un peu verbeux. Il est difficile d’expliquer en peu de mots. Donc, plus il a de mots, plus le risque de confusion augmente… Ce que les anglais appellent Catch 22. (alias un cercle vicieux 🙂 )
          Santé!

  3. Encore un autre cas où Santé Canada cède à l’industrie. Il y a une quinzaine d’années Santé Canda a annoncé 24 h à l’avance qu’une consultation citoyenne était pour avoir lieu à Montréal sur l’approbation de faire irradier certains aliments (poulet, viande, mangue, et autres si ma mémoire est bonne). J’ai demandé qui avait fait la demande : l’industrie. La question suivante, « qui dans l’industrie » est restée sans réponse : « leur identité ne peut pas être révélée ». Lors de cette consultation, seulement les représentants de Santé Canda défendaient la position d’innocuité d’irradier les aliments. Croire que Santé Canada a comme mandat de protéger la population c’est très naïf. Santé Canada existe pour permettre à l’industrie de faire le plus de profit possible le plus longtemps possible. 100 ans ont passé avant que Santé Canada légifère le tabac…. et malgré l’évidence, sa vente continue… même en pharmacie. Si vous n’avez pas lu La cuisine du diable, je vous recommande de le faire. L’histoire ne fait que se répéter. Les années passent, mais notre état d’inconscience ne fait que prendre l’ampleur.

  4. La page Facebook de DRUIDE donne aussi d’autres informations et aussi propose deux actions que les personnes peuvent entreprendre: un commentaire à Santé Canada directement et aussi une pétition citoyenne.
    Souhaitons que cette histoire de Citronnelle provoque une prise de conscience et mène vers une proposition positive qui empêcherait ce genre de bévue.

    Inclure les insectifuges naturels sous la loi des NPS (et non cellle des Antiparasitaires ARLA) serait une solution possible.

  5. Bravo J.-Y.,

    Enfin un article de vulgarisation sur ce sujet qui est digne de lecture. Cet article m’apparaît comme un bijou par sa concision, son spectre socio-scientifique associant le tout à un geste de protestation bien légitime.

    Quel plaisir de vous lire!

    Pierre Boivin

    1. Bonjour Pierre
      Justement, Le DEET est un neurotoxique connu. La gué-guerre contre la citronnelle a commencé quand Santé Canada a forcé les fabricants à réduire le dosage de 95% à 30% ce qui rend les produits à la limite de l’efficacité mais pas moins toxiques.
      Santé!

  6. Merci, à Montréal, on a moins de moustiques et… surtout au 2e étage.

    Ma façon de les éviter est justement de monter chez moi lorsqu’ils sont légion….

    À la campagne, j’utilise celui qu’on m’a recommandé lorsque je suis allée pour un vaccin à Santé-voyage.

    Bonne journée !

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

*