Cliquez ici pour écouter ma chronique du 9 mars à L’après-midi porte conseil.

Souvent, quand on entend les propos des activistes de l’environnement, on se sent un peu coupable. Malgré tous nos efforts, la tâche à faire semble infinie et un sentiment d’inéluctable nous écrase. Nous retombons trop facilement dans nos vieilles façons parce que… finalement, à quoi ça sert!

Quand on entend les passionnés de santé, moi inclus, il peut sembler que tous les plaisirs de la vie deviennent des interdits et que, pour être en santé, il faille vivre une vie ascétique.

Et puis, il y a ceux qui critiquent les pesticides, les emballages, les gaz à effet de serre, sans parler de ceux de schiste. On nous met en garde contre les additifs alimentaires, le néfaste food, l’étalement urbain, les micro-ondes…

MAMAN!!!

Peut-on penser différemment?

Oui, il est possible de laisser le plaisir guider nos actes! Bien sûr, il y a plaisir, et plaisir… Épicure faisait d’ailleurs une hiérarchie des plaisirs et c’est exactement ce que l’éco-gastronomie propose. Comme dans toutes choses, certains plaisirs immédiats comportent une facture à payer passablement salée. Il peut être très plaisant de faire bombance et de bien arroser le tout, mais si on dépasse le raisonnable, le lendemain matin sera difficile… et certainement moins plaisant. De même, la boisson gazeuse entraine une augmentation perpétuelle des portions et des grandeurs de vêtements…

Mais le plaisir peut être sain! Il suffit souvent simplement de changer de lorgnette pour voir votre assiette en rose!

Le plaisir sain, sans culpabilité, reproductible, durable (comme dans développement) de l’éco-gastronomie devient un moteur économique local qui supporte le bio, l’environnement, etc. Laissez-vous séduire!

Provenance des aliments

D’où viennent les fraises du supermarché? L’importation, passe encore en hiver, mais en saison? Retrouvez le plaisir de « faire votre marché… dans un vrai marché », de jaser avec un producteur agricole passionné. Favorisez les aliments de saison produits localement et le moins emballés possible.

Transport: camion, bateau, train ou avion?

Plus ça vient de loin, plus le transport coûte cher. Le hic, c’est que le prix du transport n’est pas ajouté au prix des aliments (à cause des subventions au commerce). Il arrive même que le produit local coûte plus cher que le produit importé! Mais acheter local fait rouler l’économie d’ici, encourage l’effort des PME d’ici, et limite l’impact écologique de nos achats (moins de transport = moins de gaz à effet de serre). Réservons nos achats d’importations pour ces produits qui ne peuvent pas se faire ici. La banane, par exemple, ne pousse pas ici et voyage en bateau (un moyen de transport moins dommageable pour l’environnement que l’avion). La mûre, quant à elle, se cultive ici et, lorsqu’elle est importée, voyage en avion. Écologiquement, le choix n’est pas difficile!

La bonne façon de faire bouger les choses dans le bon sens est de:

· Poser des questions

· Comme disait ma mère, « mettre des produits en pénitence », c’est-à-dire ne pas acheter les produits qui ne respectent pas vos critères.

Transformé ou entier?

Les aliments transformés sont plus énergivores (réchauffage, emballage, etc.). La meilleure façon de réduire l’usage de produits transformés est évidemment de cuisiner. Retrouvez (ou développez) le goût pour la cuisine à base d’aliments frais et savoureux. Des cours de cuisine? L’expérimentation maison? Vous verrez, plus vous inclurez de produits frais à votre alimentation, plus vous aurez de plaisir à les manger. En plus, les aliments sucrés et le néfaste food, avec leur gamme limitée de goûts, perdront graduellement leur attrait.

Moins de viande, plus de légumineuses

On nous le répète, manger beaucoup de viande est mauvais pour la santé. Si, au lieu d’y aller à la négative, on pensait positif: avez-vous essayé des recettes indiennes de lentilles, un curry de Madras, un chili aux fèves rouges, une potée de lentille (France), un couscous végétarien (Magreb), ou même une bonne vieille soupe aux pois! Faites le tour du monde dans votre assiette, tout en mangeant local! En plus, les légumineuses sont les sources de protéines les moins chères. Le but n’est pas de devenir végétarien à tout prix, mais bien de varier les aliments. La santé et le plaisir passent aussi par la variété!

Crus ou cuits

Bonne question. Certains vantent les mérites du crudivorisme. Mais, que cela vous convienne ou non, une chose est certaine: manger plus d’aliments crus (fruits et légumes) ne vous apportera que des bienfaits. Par exemple, les légumes crus contiennent plus de vitamines que les cuits. De nos jours, toute une panoplie d’aliments crus mais cuisinés (comme les produits de Kirlian Café ou de Crudessence) est disponible dans les épiceries.

BIO

La production des aliments biologiques est plus respectueuse de l’environnement, des travailleurs et des gens en général. De plus, les produits bio goûtent meilleur. Faites le test vous-même.

OGM?

Quelle est la logique derrière l’usage des OGM (organismes génétiquement modifiés)? La rentabilité des productions agricoles? Réduire la famine dans le monde? La santé? Non, la seule et unique raison de leur existence est le profit des corporations qui en détiennent les brevets.

La preuve de l’innocuité des OGM, pour nous et pour l’environnement, n’a toujours pas été faite hors de tout doute. Malheureusement, comme l’étiquetage de ces produits est inexistant, la seule véritable façon de les éviter est d’acheter bio. (Voir aussi Reconnaître les fruits et légumes GM.)

Les habitudes, ça se change!

J’ai personnellement éliminé les McDonald de ce monde de mon alimentation par choix. Maintenant, je n’y vais plus par goût! Je préfère nettement un repas sain au néfaste food! Oui, les goûts changent. Ma conjointe, qui voulait réduire sa consommation de produits laitiers, a un jour troqué son verre de lait pour un verre de jus de pomme comme accompagnement d’un dessert au chocolat. Au début, ça n’était pas aussi satisfaisant, mais maintenant, le goût du chocolat est associé au jus de pomme plutôt qu’au lait.

Il y a souvent un petit effort à faire lorsqu’on commence à changer une habitude. Par contre, la satisfaction et le plaisir de manger sont rapidement au rendez-vous, surtout lorsque le changement a un impact positif sur notre santé et sur l’environnement. Penser plus loin que le bout de sa langue n’a jamais été aussi savoureux!

Venez me rencontrer à l’Expo manger santé et vivre vert

Montréal, Palais des Congrès du 18 au 20 mars

Québec, Centre des congrès les 26-27 mars

http://www.expomangersante.com/pages_fr/porteparole.html

2 commentaires

  1. Bonjour, je vous ai écouté hier mais vous pouvez dire à Dominique Poirier que c’est trop court, toujours pressée d’aller à un autre invité, pourquoi pas en avoir moins et leur donner du temps????

    Je viens de lire que vous mettez un bémol sur les produits laitiers… vous pouvez en parler ?

    SVP pouvez-vous nous donner des heures où vous serez présent au Salon car nous ne pouvons pas y être durant toutes ces heures et vous non plus !

    Merci, j’aimerais bien vous rencontrer après tous ces courriels….

    1. Bonjour Claudette,
      À quelques minutes près, je serai à l’Expo Manger Santé Vivre Vert tout le temps. À Montréal et à Québec, je donne aussi 2 petites conférences. Allez sur le site de Manger Santé pour les détails. Au plaisir de vous y rencontrer.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

*