• Recherche

acupuncturePour certains, l’acuponcture ne servirait qu’à soulager la douleur. Elle agirait sur des arcs réflexes qui stimuleraient la libération d’endorphines, ce qui expliquerait les effets extraordinaires constatés lors d’opérations ou d’accouchements. Par contre, si l’acuponcture n’agissait que par ce mécanisme d’action, elle n’aurait pas d’effet sur autre chose que sur la douleur…

Selon les tenants, l’acuponcture agit sur un réseau de méridiens qui parcourent le corps. Ces canaux subtils n’ont pas de réalité anatomique. On ne peut pas les voir comme on peut voir un nerf. Cependant, des variations électriques spécifiques ont été mesurées sur la peau aux différents points d’acuponcture. Ces «canaux virtuels» ont donc une réalité objective.

Des effets réels sur la santé

Le prestigieux journal Archive of Internal Medicine vient de publier en ligne une étude intéressante sur l’usage de l’acuponcture chez des patients souffrant de maladies pulmonaires obstructives chroniques (MPOC). Ces maladies comprennent l’emphysème, la bronchite chronique et d’autres désordres chroniques et dégénératifs du poumon. Les malades atteints de MPOC sont très souvent «à bout de souffle», incapables de vaquer à leurs occupations parce que le moindre effort les essouffle et les épuise.

Dans cette étude japonaise, 68 patients souffrant de MPOC et recevant la médication standard ont été soumis soit à un véritable traitement d’acuponcture, soit à un faux traitement lors duquel les aiguilles étaient réparties aux mauvais endroits (acuponcture placébo) une fois par semaine, durant 12 semaines. Après le traitement, les participants ont subi un test de marche de 6 minutes et on a évalué l’effort et l’essoufflement à l’aide d’une échelle standardisée (Échelle de Borg: voir http://www.kmvert.com/lechelle-de-borg/ ou http://www.kineactif.com/pdf/%E9chelle%20de%20perception%20de%20l’effort.pdf)

Les participants ayant reçu un vrai traitement d’acuponcture ont vu leur performance s’améliorer significativement  sur 12 semaines, alors qu’on n’a perçu aucune véritable amélioration chez ceux qui ont subi le traitement placébo.

L’acuponcture, par un mécanisme encore non élucidé à la façon occidentale, a amélioré la tolérance à l’exercice et diminué la dyspnée (difficulté à respirer) à l’effort. Elle devient donc un adjuvant de traitement intéressant pour ces maladies débilitantes.

Si vous avez apprécié ce texte, vous aimerez peut-être Vitamine D et MPOC.

 

Référence:

19 commentaires

  1. Bonjour,
    Je profite de cette rubrique ‘acuponcture’ pour vous faire part de ma récente découverte du ‘tapis d’acupression’ ; il s’agit d’un tapis recouvert de (petits !) picots (façon planche à clou de fakir , mais en beaucoup plus soft; il en existe différentes versions/dimensions) sur lequel on s’allonge et qui provoque une activation intense de la circulation sanguine périphérique ; je ne taris pas d’éloges sur cet accessoire de santé qui agit comme une « capillothérapie du Dr Salmanoff », médecin qui a défendu le bon état de cette circulation sanguine dans nos petits capillaires qui auraient tendance à se boucher avec l’âge, entrainant un déclin de la santé ; les effets du ‘tapic’ sont la sédation de douleurs, disparition de raideurs, détente profonde (certains s’endorment facilement dessus !), régénération, revigoration, et la sécrétion d’endorphines et d’ocytocine entrainant un mieux-être évident… Un véritable thérapeute à domicile qui ne coûte pas très cher (les prix varient également selon les versions et revendeurs) et fonctionne sans électricité… Il faut juste dépasser l’étape un peu impressionnante du début : ça pique un peu, puis ça chauffe ! Mais on s’y fait très vite, surtout après avoir ressenti les effets secondaires positifs ! Cette invention est géniale pour améliorer son métabolisme en toute simplicité… Je vous encourage à l’essayer !
    Merci pour pour la richesse de vos informations édifiantes ! Bien cordialement.

          1. Bonjour Jean-Yves,
            Malheureusement vos liens n’apparaissent pas dans votre courriel, Si c’est possible SVP de les remmetre ça serait très apprécié.
            Est ce qu’il ya des magasins ou je peux les acheter, ou l’achat devra se faire via internet.
            Merci et bonne semaine.

  2. Je souffre d’emphyseme depuis 13 ans. Je crois à l’acupuncture. Je me cherche un bon acupuncteur.
    Secteur de Terrebonne, Mascouche.
    Merci

  3. Je souffrais d’allergies saisonnières sévères: l’acupuncture a fait en sorte que je retrouve une qualité de vie. Fini les “atchoums”, picottements à la gorge et au palais ainsi que les maux de têtes!

    1. Bonjour Louis,
      Les deux sont bons. (réf. Le petit Robert 2003, Antidote 2011, Le petit Larousse illustré 2005)
      Michèle, Webmestre

  4. J’ai pensé recourir à l’acupuncture pour un problème de circulation dans les jambes et de douleurs dans les mollets et les orteils. Actuellement ni l’hortothérapie, ni l’ostéopatie, ni le traitement des reins par le vinaigré de pissenlit, ni les orthèses n’en viennent à bout.Est-ce une médecine alternative qui pourrait m’aider?

    1. Bonjour Claudette,
      Avez-vous pensé à prendre un extrait de marron d’Inde ou encore de mélilot? Les deux sont utiles pour les troubles de circulation. Essayez le produit Lympho-K, une capsule par jour.
      Santé!

  5. Bonjour Jean-Yves !
    Merci de rapporter cette étude, une parmi celles, de plus en plus nombreuses, démontrant les bienfaits de l’acupuncture. L’action de l’acupuncture relève d’un mode d’action encore bien incompris. Diverses théories ont été avancées, dont celle concernant la stimulation d’endorphines. Sans nier cet effet plausible, il demeure insuffisant pour expliquer l’action des aiguilles dans le traitement des MPOC. Même chose pour expliquer les effets bénéfiques sur plusieurs autres pathologies, ou problèmes de santé, dont l’infertilité, les troubles des règles, les bouffées de chaleur de la ménopause, les troubles digestifs, la rhinite allergique, la sinusite, etc…
    Je ne crois pas que les modèles ou grilles d’analyse habituels de la médecine conventionnelle, souvent dérivés de la biochimie, suffisent à expliquer le/les mécanisme(s) de l’acupuncture. A mon avis, il faudra faire appel à la physique, et possiblement même à l’informatique, pour espérer en dévoiler les « secrets ». Est-ce que le Qi (chi), décrit depuis des millénaires par la Médecine traditionnelle chinoise, cette énergie sur laquelle agirait l’acupuncture, ne correspondrait-il pas à la dimension électro-magnétique de l’être humain ? À suivre…
    Michel Morissette, B.Pharm., acupuncteur

  6. Je vais en acupuncture depuis des années pour divers problèmes de santé et, placebo ou pas selon les réticences des gens, je peux affirmer que dans mon cas c’est souvent très bénéfique. J’y ai d’ailleurs recouru pendant des traitements pour un cancer pour soulager ma fatigue continuelle ainsi que des douleurs articulaires et ça me procurait un réel soulagement. Merci à cette voie médicale parallèle dont je ne saurais plus me passer.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

*