• Recherche

Avez-vous comme moi reçu un courriel au sujet de la vaccination pour la grippe H1N1 intitulé Le temps est venu de vous mettre debout ? J’ai déjà écrit 2 articles sur le sujet (Campagne de peur ou de sensibilisation? et Silence on vaccine!) qui ne sont certes pas des éloges à la vaccination, mais là, nous nageons dans l’absurde! Je me disais que j’avais dit ce que j’avais à dire et je me retenais de faire un article sur les faussetés qui circulent, mais lorsque les vérités sont mélangées à des élucubrations sans fondement en ce qui semble être un délire paranoïaque de persécution, ça devient trop.

Voici donc un peu de GBS 101 (gros bon sens) par JY1D1 (moi-même, le communicateur contagieux).

Commençons par la campagne de peur

On s’entend, le camp des pro vaccins nage aussi dans l’absurde quand il compare la virulence de cette grippe à celle de la grippe espagnole de 1918. (voir Grippe porcine et autres épidémies «promises»: comment pouvons-nous y faire face?) La virulence extraordinaire de la grippe espagnole ne s’explique pas par le virus lui-même, mais bien par le moment historique. Qu’est-ce qui se passe en 1918? La fin d’une guerre dévastatrice, non seulement en Europe, mais sur tous les continents. Ici même, au Canada, nous avons eu droit aux coupons de rationnement. Résultat: une population mondiale épuisée, stressée et gravement dénutrie, terreau propice aux mutations des pathogènes et aux épidémies. De plus, la majorité des décès liés à la grippe espagnole n’étaient pas dus au virus lui-même, mais bien à des complications bactériennes (pneumonies, bronchites, etc.).(Pharmacritique) Depuis l’apparition des antibiotiques dans les années 40, les décès causés par ces maladies ont chutés de façon impressionnante.

Il faut aussi distinguer la population générale des organismes de santé publique des différents pays. Ces organismes ont le devoir d’être prêts contre tout scénario de catastrophe. Le SRAS à Toronto en est l’exemple parfait. Ils doivent prévoir le pire. Par contre, pour vous et moi, il n’est vraiment pas nécessaire d’en faire de l’insomnie. Bien sûr, nous devons développer de saines habitudes d’hygiène et d’alimentation et utiliser les outils que Dame Nature a prévu pour garder notre système immunitaire en état de combattre efficacement les maladies. Par contre, je ne crois pas qu’il soit nécessaire de tous se précipiter pour se faire injecter une substance dont ni l’efficacité ni l’innocuité ne sont prouvés.

La campagne médiatique autour de la grippe H1N1 est orchestrée pour engendrer un climat de peur et ainsi décourager l’esprit critique. Elle a été peaufinée avec l’épidémie de grippe aviaire (qui n’a jamais existée) et est maintenant déployée à grande échelle. Et les médias s’en donnent à cœur joie (il faut dire que ça génère de la cote d’écoute).

Du côté du délire paranoïaque de persécution

Voici en gros les arguments mentionnés dans le fameux courriel:

1- Le vaccin sera contaminé par une puce nanotechnologique qui permettra à Big Brother de nous surveiller

Une puce nanotechnologique serait injectée avec le vaccin dans le but de nous contrôler comme du bétail (ses mots, pas les miens).

La puce à laquelle l’auteur fait probablement référence est une technologie issue de la génomique qui permet d’identifier une structure protéique: elle sert à la détection et l’identification du virus. Ce qu’il faut savoir, c’est que nous ne sommes pas dans le monde de Star Trek! Cette puce est intégrée à un appareil qui effectue le screening (dépistage) rapide des pathogènes situés dans une éprouvette (ou l’équivalent). Ce n’est pas une technologie injectable.

La compagnie manufacturière (Verichip corp) fabrique aussi un système de localisation injectable. Cette technologie est hautement douteuse du plan éthique, mais il ne s’agit pas du même concept, ni de la même application. La dimension même de cette mini technologie de détection la rend impossible à injecter avec une seringue normale: le calibre de l’aiguille devra être méchamment plus gros! Elle ne pourrait définitivement pas vous être injectée à votre insu! L’auteur du courriel mélange donc deux informations pour en tirer des conclusions pour le moins échevelées.

Big Brother n’existe que dans un roman de George Orwell: 1984! Il est beaucoup plus facile de suivre nos faits et gestes via l’informatique et l’Internet. Pourquoi faire appel à ce type de concept? Imaginez le coût d’une telle technologie de traçage. Et, encore une fois, qui en profiterait? Quel en serait le but?

2- Le virus fabriqué

Le virus H1N1 aurait été fabriqué de toutes pièces.

Cette affirmation est probablement en lien avec la contamination (un mélange de deux virus dans un vaccin) survenue dans les Laboratoires Baxter (Nouvelle en anglaisNouvelle en français) qui sont présentement sous enquête en Autriche. Bien sûr, ce scénario est possible, mais alors, est-ce vraiment une contamination volontaire, ou une erreur? Impossible de répondre à cette question. Par contre, personnellement, si mon but était de contaminer les gens (pour faire de l’argent ou … pour dominer le monde 🙂 ), je ne choisirais certainement pas un virus de grippe. Une grippe, c’est quand même juste une grippe!

La théorie la plus plausible pour expliquer l’apparition de la grippe H1N1 est que le virus aurait muté accidentellement dans la méga porcherie américaine opérée par Granjas Carroll, une filiale de Smithfield et située à Perote au Mexique. Le milieu de vie de ces pauvres bêtes est l’endroit idéal pour l’éclosion d’un virus mutant à cause de la promiscuité anormale des animaux et des méthodes de production, dont une alimentation tout à fait malsaine. Il est démontré qu’un des facteurs majeurs de mutation des virus et autres pathogènes en souches plus virulentes est la dénutrition (voir Grippe porcine et autres épidémies «promises»: comment pouvons-nous y faire face?). L’histoire du virus coxackie bénin qui se transmute en virus cardiotoxique dans la région de Keshan en Chine est un fait réel. La cause la plus probable de l’existence du virus de la grippe H1N1 est donc la méthode de production des porcs. Malheureusement, la compagnie, qui a déjà fait l’objet de nombreuses plaintes environnementales, va probablement s’en tirer sans même que son nom ne soit diffusé.

3- Le vaccin comme arme de destruction massive

«OMS contribue à créer et ensuite à propager une pandémie virale mortelle. Celle-ci permet à l’OMS de prendre le contrôle des gouvernements d’Amérique du Nord et d’Europe et d’ordonner aussi la vaccination obligatoire des populations par les mêmes compagnies qui ont d’abord créé et propagé le virus mortel, et tout ça sous le prétexte de protéger les populations contre la pandémie qu’ils ont créée. Les compagnies pharmaceutiques sont en train de préparer une série de piqûres létales contenant le virus vivant atténué, des métaux toxiques et d’autres poisons. Les deux piqûres de H1N1 sont conçues pour endommager le système immunitaire et ensuite l’attaquer avec un virus vivant dans le but transformer le vaccin en tueur

Ce texte est extrait de la vidéo intitulée L’OMS prépare une vaccination de masse forcée et citée comme référence dans le courriel.

Je ne sais pas pour vous, mais pour moi, ça n’a vraiment pas beaucoup de crédibilité! Ça fait penser aux films de Mike Myers (Austin Powers). Quand je lis ça, je me pose certaines questions: Qui profiterait de ce génocide mondial? Qui serait assez fou pour créer ce type d’outil alors que le risque d’être lui-même contaminé est toujours présent?

4- Le vaccin inadéquatement testé et l’usage d’adjuvants (voir aussi l’article de Pharmacritique sur le sujet) non sécuritaires

Là, je dois avouer que je partage ces doutes. À ce titre, vous m’avez probablement déjà entendu dire qu’on ne devrait recommander un médicament qu’après 5 ans de commercialisation. Je sais, ça semble un peu contradictoire, mais ça démontre bien ce que je pense de la sécurité des médicaments qu’on met en marché. Après 5 ans (c’est habituellement dans ces années-là que les médicaments qui ont des effets secondaires graves sont retirés du marché) on peut commencer à penser qu’ils sont sécuritaires.

Les adjuvants, qui sont ajoutés pour augmenter l’effet des vaccins (les plus communs étant les sels d’aluminium), sont les principaux ingrédients qui suscitent de l’inquiétude. Plusieurs auteurs leurs attribuent les maladies auto-immunes et les diverses complications neurologiques des vaccins (comme l’autisme). Rien de tout ceci n’est prouvé selon la science orthodoxe, mais le doute subsiste. Comme un adjuvant a pour effet de potentialiser le vaccin, rien ne garantit que cet adjuvant n’aura pas d’autres effets sur les systèmes immunitaire et nerveux.

Conclusion de cet article beaucoup trop long

Contrairement à certains autres pays, le Canada n’a pas rendu la vaccination obligatoire. Le choix demeure donc le vôtre.

Personnellement, je vais faire tout ce que je peux pour améliorer mon système immunitaire et celui de mes proches: 2000 UI vitamine D (autour de 1000 pour mes enfants); un taux de sélénium suffisant; un bon apport en antioxydants (ici on parle beaucoup plus d’aliments que de suppléments); une dose suffisante d’exercices; et de bonnes habitudes d’hygiène, mais pas de push push antiseptique à base d’alcool (le savon est tout aussi efficace). D’ailleurs, pour citer une amie: «Avec les trucs à l’alcool,» – notez combien ils prolifèrent partout… quelle manne pour les compagnies! – «les microbes sont morts, mais ils sont encore sur vos mains…. Eurk! Je préfère le savon. Au moins les bibittes sont éliminées.»

Bref, la santé, c’est d’abord et avant tout une responsabilité individuelle!

JYD

A lire absolument: le blogue de la journaliste Lina Moreco: http://linabmoreco.wordpress.com/

14 commentaires

  1. Bonjour Alexandra,

    QU’est-ce qui vous permet d’affirmer que la poliomyelite à été éradiqué par le vaccin? Faites attention a vos affirmations. Ce n’est pas parce que c’est une idée rependu dans la société, que c’est la vérité et que cela à été prouvé.
    C’est ce que l’on veut bien nous faire croire. mais comme vous le dite, nous devons nous en tenir à notre conscience scientifique et jusqu’à présent rien ne nous le prouve.

  2. Je suis dans le domaine de la santé depuis plus de 10 ans. Je travaille actuellement en recherche et développement de produits de santé naturels. J’ai lu votre article et je suis dans les grandes lignes d’accord avec votre manière de pensée. Cependant, les commentaires des lecteurs me font l’effet contraire: je bondis sur ma chaise en lisant les informations sur les vaccins. Votre article était une réponse à un hoax ou canular électronique et je réalise que les commentaires associés sont parfois à veille d’être aussi des hoax.

    De nos jours, notre esprit critique est mis à rude épreuve. La manipulation médiatique est tellement forte que c’en est à elle seule un vrai fléau. Cependant, nous ne devons pas tout confondre. Quand on parle de vaccination massive pour réduire une pandémie, je m’accorde à penser que les gouvernements utilisent la loi de la probabilité, soit le % de décès dû au vaccin versus le % de mort dû à la grippe ! C’est dégoûtant mais c’est un gros bon sens pour eux. Proposer un vaccin qui n’a pas encore fait ces preuves en sachant qu’on parle en plus de virus qui vont possiblement se modifier au cours du temps, c’est selon moi une grosse machine a fric pour les compagnies pharmaceutiques.

    CEPENDANT, je voudrais intervenir concernant la vaccination en général : on oublie à tort que beaucoup de maladies ont pu être éradiqué par la vaccination comme la polyomyélite et qu’on ne doit pas pour autant retourner au moyen âge en cultivant notre potager, en refusant la sciences et en réduisant l’évolution. Nous avons créé du pire comme du meilleur, alors il faut réfléchir et peser le pour et le contre avec SAGESSE. Pour garder notre esprit critique, quoi de mieux que de regarder les deux côtés de la médaille. Lire des livres d’auteurs en opposition aux vaccins : oui. Mais il faut aussi lire ceux en accord avec la vaccination !! Après notre jugement sera éclairé et pourra se tenir sur de vrai fondement.

    Alors à vos articles ou livres svp…

  3. Je partage avec vous les livres qu’ont changé ma façon de voir les vaccines :

    1. le dessous des vaccinations : doit-on se faire vacciner.
    Scohy, Alain

    614.47
    s422d

    Le Dr. Scohy est dans l’exile en Espagne pour avoir dénoncé les dangers de vaccines.
    2. Vaccinations: Les vérités indésirables.
    Georget, Michel

    614.47
    g351v
    C,est un livre qui donne beaucoup des renseignements au sujet des études dans les pays du tiers monde après les grandes campagnes de vaccination.
    3. Vaccinations: le droit de choisir
    Choffat, François

    614.47
    c545
    Le Dr.Choffat est médecin et homéopathe en Belgique et il parle sur ses expériences.
    4. Natural alternatives to vaccination
    Rona, Zoltan

    616.079
    r768
    Dans ce livre ils font référence le cas de Dre. Yoseline ( Québec) qui a dénoncé les vaccines et le système de santé

  4. Bonjour JY,

    Encore une fois merci pour tes articles. Je remercie le ciel qu’au Québec, il n’y a aucune obligation surtout pour un vaccin qui n’a pas envore fait ces preuves et qui n’est pas nécessaire du tout. Ta théorie des 5 ans est vraiment logique et sage.

    Suzanne

  5. J’ai un GROS scoop pour vous et ça (probablement) vous convaincre de ne plus JAMAIS prendre un seul vaccin, jamais.

    J’ai interviewé, il y a un certain temps, la Directrice de la santé de publique de ************** ——JE NE PEUX PAS VOUS DÉVOILER DE QUELLE RÉGION, TOUT-DE-SUITE—— et elle m’a expliqué que dans le cas du Gardasil —comme pour tous les autres vaccins administrés aux Québécois— un groupe de médecin s’est assis autour d’une table et a décidé qu’au Québec, il y aurait 3 injections de Gardasil plutôt que 4 (comme ça se fait ailleurs) et cette décision aurait été prise —tenez-vous bien— en se basant —à 100%— sur les informations prodiguées par le manufacturier, dans ce cas-ci: Merck.

    Merck, la compagnie qui a tué de 50k à 1M de personnes avec son Vioxx et qui ne s’est JAMAIS excusée formellement!

    Et bien…

    Ce sont les informations de CETTE COMPAGNIE qui ont servi à déterminer que nos fille (incluant nos petites filles) québécoises recevraient 3 injections plutôt que 4 — nos médecins se sont fiés aux données du manufacturier, à 100%!

    Avant d’interviewer cette Directrice de la santé publique, j’étais CERTAIN que le Québec avait une super-équipe de chimistes qui analysaient des lots entiers de vaccins pour s’assurer de la pleine conformité de ce que contiennent les fioles de vaccins mais NON — il n’y a AUCUNE équipe du genre!

    RIEN, aucun chimiste, aucun scientifique, aucune vérification autre que la simple lecture des informations du manufacturier!

    C’est sur ÇA qu’une poignée de médecins se sont fiés pour faire injecter 3 doses de Gardasil sous la peau de nos petites filles québécoises.

    Si ça ne vous fais pas grimper dans les rideaux, attendez de lire ce qui suit.

    J’ai demandé à cette Directrice de la santé publique pourquoi elle faisait autant confiance aux données de Merck, au sujet du Gardasil, et elle m’a répondu “ben voyons, c’est du bon monde, ils ne nous mentiraient jamais” — elle m’a sorti sa réponse raide comme ça — je voulais m’évanouir!

    J’ai manqué échapper mon téléphone tellement ce qu’elle venait de me dire ressemblait à “j’ai confié mes enfants sans défense au tueur en série de la ville et il est tellement gentil, jamais il ne me mentirais” — ou quelque chose du genre. Enfin bref, j’en voyais des étoiles!

    Faire confiance à Merck.

    Les yeux fermés.

    Sans AUCUNE vérification en laboratoire.

    Allôôô???

    Cette Directrice de la santé publique n’est même pas au courant que Merck MENT de manière COMPULSIVE dans ses documents d’information (le Vioxx étant d’ailleurs un exemple éloquent)!

    Elle croit —dur comme fer— que le proverbial loup ne mange jamais les bébé moutons, lorsqu’il en a la charge!

    A-yoye.

    J’aurais voulu enregistrer cette conversation et la faire passer aux nouvelles pour que TOUS les Québécois puissent entendre, par eux-mêmes, à quel point la détermination des vaccins administrés aux Québécois, c’est une grosse farce!

    Imaginez: des médecins autour d’une table qui se fient aux documents du “manufacturier”!

    C’est du délire — on s’attendrait à TELLEMENT PLUS de professionnalisme mais oubliez-ça, au Québec, ce sont des médecins avec des feuilles de papiers dans les mains qui décident quels vaccins (et combien de rappels) vont être administrés et ce, sans jamais voir, manipuler ou étudier UNE SEULE FIOLE DE VACCIN… ils font ça EN TOUTE CONFIANCE à partir des informations des manufacturiers et ce, même si les “études” ont été faites dans des pays de tiers-monde où il n’y a AUCUNE SUPERVISION gouvernementale digne de ce nom.

    Que ça soit clair: cette Directrice de la santé publique m’a semblé être une femme extraordinaire — le genre qu’on veut écouter parler pendant des heures tellement sa voix coule comme de la soie et ses paroles semblent empreintes de sagesse — on parle d’une très, très bonne personne mais là, elle n’avait aucune idée que sa méthode de détermination des vaccins et des doses à donner aux Québécois pouvait être extrêmement dangereux parce qu’on ne teste RIEN, par nos propres moyens… et on ne fait que se fier au manufacturier de chaque vaccin!

    Enfin bref, quand je lui ai demandé s’il y avait du mercure dans les vaccins utilisés au Québec, elle m’a dit NON.

    Quand je lui ai mentionné que j’avais entre les mains un document décrivant le vaccin pour la grippe saisonnière (2008) et qu’il était indiqué qu’il y avait du thimerosal (composé à 65% de mercure), elle a dit qu’elle n’était pas au courant.

    Je flippais tellement au téléphone, je n’en pouvais tout simplement plus.

    Je compte écrire un article complet avec d’autres détails de cet appel mais j’attends parce que j’ai d’autres personnes en autorité à interviewer et je ne veux pas brûler mes chances d’obtenir les renseignements dont j’ai besoin pour monter le dossier le plus clair de toute notre époque prouvant que les médecins qui recommandent la vaccination ne prennent jamais la peine de vérifier par eux-mêmes si les manufacturiers mentent ou non.

    Pour faire une analogie, si on avait mis ces médecins en charge de la protection des consommateurs, ils n’auraient JAMAIS découvert que la peinture des jouets chinois contenait du PLOMB ou encore, que la nourriture pour les animaux contenait de la mélamine… tout comme des préparations de lait pour nourrissons!

    Alors imaginez à quel point ces médecins, qui se présentent comme des “experts”, mettent la vie de TOUS les Québécois en danger en faisant un travail d’amateur (je pèse mes mots) pour la sélection et le dosage des vaccins.

    Amis Québécois, ne vous faites JAMAIS vacciner, qu’importe la virus ou la pandémie — une personne en santé ne tombe JAMAIS malade alors retroussez-vous les manches et retrouvez votre PLEINE SANTÉ, prenez beaucoup de soleil, mangez vos légumes bios qui contiennent toutes les vitamines, minéraux et oligo-éléments dont vous avez besoin. Respirez de l’oxygène aussi pure que possible et évitez les contaminants. C’est ça qui va vous sauver bien avant des vaccins qui provoquent TOUJOURS des effets secondaires, à plus ou moins long terme.

    Pour les gens qui pensaient que Merck, GSK et les autres étaient des “bonnes compagnies” qui veulent “ce qu’il y a de mieux pour les gens” et que le “bon gouvernement du Québec” surveille ce qu’il y a dans les “bons vaccins” et bien, je vais vous sonner les cloches: vous avez intérêt à vous réveiller parce que tous ces intervenants tentent de vous endormir!

    Vous ne me croyez pas?

    Parfait!

    À 9h00, demain matin, décrochez votre téléphone et demandez à parler à la personne en charge de la Direction de la santé publique de votre région.

    Posez-leur les questions suivantes:

    1. Au Québec, qui décide du nombre de doses de vaccins et de rappels (de vaccins) qui sont administrés?

    2. Sur quelles informations se basent ceux qui doivent prendre ces décisions?

    3. Y a-t-il des vaccins qui contiennent du mercure (ou du thimerosal) qui sont actuellement administrés aux Québécois?

    4. Combien de chimistes, payés par le gouvernement du Québec, passent des lots de vaccins au peigne fin (chimiquement parlant) pour déterminer très exactement s’ils contiennent ce que le manufacturier annonce (sur papier)?

    Commencez avec ces questions et vous allez entendre, de vos propres oreilles, les réponses que j’ai entendues.

    Vous allez être SIDÉRÉS d’entendre à quel point la gestion des vaccins, au Québec, c’est une affaire à la limite de la complaisance et du copinage avec les manufacturiers de ces vaccins.

    Honnêtement, je serais profondément soulagé si, dans une autre direction de la santé publique, ils avaient embauché plein de chimistes pour décortiquer des lots entiers de vaccins avant de les passer à la population mais je me suis fait dire, très clairement, que ce n’est pas comme ça que ça fonctionne alors vous avez d’excellentes chances d’entendre très exactement ce que j’ai entendu.

    Chers Amis-Lecteurs, M. Dionne, l’approche que je favorise va dans le sens d’augmenter la puissance du système immunitaire de tout le monde alors que les vaccins, eux, endommagent un peu plus ce même système immunitaire à chaque injection (notamment via les adjuvants, dont le très dangereux squalène et les sels d’aluminium).

    Résistez à la vaccination, pour vous et vos enfants.

    Faites vos recherches.

    Posez vos questions aux autorités et plus vous allez questionner ces “personnes qui sont censées savoir”, plus vous allez vous rendre compte que ce sont les manufacturiers, aidés des directives de l’OMS (qui tombent toujours à point nommé), qui mènent le bal.

    Et comme le ministère de la Santé fait écho aux “directives” des l’OMS comme un perroquet et que vous savez maintenant que l’injection de vaccin est déterminée SEULEMENT selon les informations des manufacturiers, vous avez toutes les raisons de redouter TOUS LES VACCINS.

    Protégez votre santé, chérissez-là et traitez-la comme si c’était un temple sacré et assurez-vous de vous tenir aussi loin que possible des vaccins.

    J’ai déjà été un fan des vaccins (et oui), pensant que c’était une sorte de “protection mur-à-mur” mais ça fait des années que je fais des recherches sur ce sujet et maintenant, j’explique aux autres pourquoi je ne laisserai plus jamais une seule aiguille (vaccinale) m’approcher, ni moi, ni ceux que j’aime.

    Sérieusement, appelez votre direction de la santé publique et CRIBLEZ-LES DE QUESTIONS, ça va vous ouvrir les yeux…

    1. bonjour,merci pour cet article,meme santé canada aurait fait des rappel concernant le danger du vaccin contre le cancer de l¯utérus aux jeune fille.Un site interressant a envoyer a plusieurs personne est mondialisation.ca

      1. Merci Linda pour la suggestion du site mondialisation.ca. J’y suis allé et j’ai lu l’article de Julie Lévesque. Elle y brosse un excellent tableau de la campagne de peur et de désinformation que nous vivons en ce moment. je suis en tout point d’accord avec elle. D’ailleurs, à chaque fois qu’un sujet n’a pas d’opposition ou d’opinion contraire, il faut se poser de graves questions sur l’intégrité de ceux qui nous transmettent le message approuvé.

        J’espère que votre boutique se porte bien. Ça fait des lustre que je ne suis pas allé vous voir. 🙂
        Au plaisir,
        JYD

  6. Le docteur Safran du dépt. d’éthique de la faculté de médecine de l’Université de Montréal interviewé par René Homier-Roy à Radio-Canada mercredi matin a affirmé que l’OMS avait été pressée par les compagnies pharmaceutiques de pouvoir réagir au pire scénario de pandémie de cette grippe. L’OMS a donc conseillé aux gouvernements de vacciner le plus d’individus possible et les gouvernements ont acheté 50 millions de doses à 15. $ la dose (faites le calcul!) de vaccins de ces compagnies pharmaceutiques.

    En fait, la grippe H1N1 ne dure que trois jours, est très benigne et beaucoup moins forte que la grippe saisonnière, de continuer le Dr Safran. Mais les gouvernements ont investi l’argent des contribuables dans ces stocks de vaccins et ne savent plus quoi en faire – autre que de vacciner la population pour justifier les dépenses. De plus, les manufacturiers pharmaceutiques ne pourront être tenus responsables de complications suite à l’administration du vaccin; ils sont protégés par la loi des gouvernemnets qui ont acheté les vaccins!!!

    Je vais maintenir mon système immunitaire en top shape en mangeant, pensant et dormant bien. Si jamais j’attrappe la grippe malgré tout, je prendrai mon petit trois jours de congé. Les vaccins pour moi, pas question!

  7. Félicitations pour vos commentaires et pour votre objectivité .J’ai beaucoup lu sur ce sujet et après avoir courriellisé avec le Collège des Médecins et l’AMC , j’ai reçu une réponse très intéressante et très instructive . Toutefois , lorsque j’ai demandé s’il n’y avait pas danger d’une augmentation du nombre des complications neurologiques telles : syndrome de Guillain-Barré avec l’addition d’adjuvant( Thimérosal, squalène , Aluminium ou lyposomes pour augmenter l’efficacité du vaccin , je n’ai pas eu de réponse à cette question . J’ai conclus qu’on n’en savait rien et c’est pourquoi j’hésite encore à me faire vacciner même si je suis convaincu que la vaccination a sauvé bien des vies .

  8. Il un peu plus d’un (1) an, j’ai écrit un article à propos d’une grande clôture qui avait été installée autour du complexe de GSK Biologicals, dans le Parc technologique de Ste-Foy, à Québec.

    Je ne savais pas pourquoi ils avaient installé une clôture aussi imposante autour d’un édifice où il ne se faisait, prétendument, que de la recherche générale.

    Avec les 60M$ de dollars (et plus) versés par notre gouvernement pour faire fabriquer le vaccin contre l’influenza A(H1N1), on comprend mieux pourquoi les lieux ont été autant “sécurisés“.

    Ça voudrait donc dire que GSK savait (ou se doutait) au moins un (1) an à l’avance ce qui s’en venait.

    Notez qu’il y a un (1) an, c’était LE SEUL complexe à Québec à être muni d’une telle clôture et c’est pour ça qu’elle paraîssait déjà suspecte.

    Maintenant, on voit de grosses clôtures s’élever un peu partout, comme celle de la Gare maritime Champlain, en bordure du fleuve St-Laurent.

    Ça faisait des décennies qu’il n’y avait aucune clôture du genre dans le port de Québec et là, tout d’un coup, les zones autrefois accessibles au public sont considérées comme sécurisées et l’accès est physiquement interdit via des clôtures en plus d’être surveillées avec des caméras.

    En soi, ces évènements ne veulent probablement rien dire mais il ne faut pas toujours être trop naïfs parce qu’historiquement, ceux qui se protègent derrière des clôtures ont un agenda secret qu’ils cachent au public.

    Je recommande aussi aux citoyens de soigner leur santé et de manger beaucoup d’oignons, d’ail et de gingembre frais, à tous les jours.

    Continuez de questionner les renseignements que vous recevez mais ne doutez pas un seul instant que le nouvel ordre mondial existe puisqu’Obama, Sarkozy, Brown, Harper et même Charest l’ont mentionné, officiellement!

    1. Bonjour Claude Gélinas
      Il est en effet curieux que des compagnies comme GSK, qui est mandatée pour nous fabriquer ledit vaccin, soient au courant de développements nouveaux 1 an avant le fait. J’essaie de rester objectif… mais cette fois-ci la campagne de peur à propos d’une grippe … une simple grippe… me fait plus penser à un mauvais mélodrame qu’à un réel effort de sensibilisation et d’information. Par contre (suis-je trop idéaliste?), je n’embarque pas non plus dans la théorie du complot et de la création d’une arme biologique à visée commerciale.
      Il est vrai que, tant qu’à faire une arme biologique pour faire de l’argent, une virus de la grippe c’est suffisamment bénin pour passer inaperçu… On ne ferait tout de même pas un mutant du virus ébola… tant de questions et si peu de réponses intelligibles. Et dire qu’il y a des chaînes de TV et de radio dédiées uniquement au sport… “Du pain et des jeux”, quoi!
      Merci pour votre commentaire.
      JYD

    2. il en mette trop tout le temp ,il on predit la fin du monde 20 fois ,la h1n1 ,chuis pas mort et non vacciner ,la il sont rendue a dire quil y a une pandémie de gens endetter

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

*