On décrit souvent les épicuriens comme étant à la merci de leurs plaisirs. Il est vrai qu’un épicurien recherche les plaisirs, mais selon la doctrine d’Épicure, tous les plaisirs ne sont pas égaux. Certains sont plus intéressants, anoblissant l’âme, alors que d’autres le sont moins, avilissant celle-ci.

Bien sûr, la majorité des personnes qui se décrivent comme épicuriens apprécient le vin. Par contre, ces mêmes personnes sont les premières à parler limite et modération, mais également qualité et dégustation.

Ainsi, dans cette recherche de plaisir, l’épicurien met la qualité avant la quantité. Dans l’alimentation, le gout et le plaisir de chaque bouchée dépasse de loin le volume de la chose. Je vois mal un épicurien gagner un concours du plus grand mangeur de hotdog!

Alimentation, santé et plaisir

Dans les articles de ce site, vous trouvez souvent des critiques des dogmes alimentaires. Mais au-delà des critiques, un concept se dégage au fil des lectures : celui de coefficient plaisir. Si, pour des raisons d’amélioration de santé, vous entreprenez une démarche, quelle qu’elle soit, et que le plaisir n’est pas au rendez-vous, que vous avez un ressentiment, un certain dégout (qui va habituellement en s’amplifiant) chaque fois que vous implantez un changement, alors vous courez à l’échec.

Par contre, si le changement est associé au plaisir, les bénéfices de vos efforts sont multipliés. Vous avez non seulement le gout de ce changement, mais les résultats sont plus rapides et plus importants simplement parce que l’inhibition du « déplaisir » n’est pas présente.

Dans votre assiette, au-delà des aliments (groupes alimentaires) et des macronutriments qu’ils contiennent, il y a des saveurs et des textures. Voilà où se cache la différence entre plaisir et sacrifice. Manger les meilleurs aliments santé du monde, si le gout n’est pas au rendez-vous, alors… c’est PLATTE (platte, c’est bien plus ennuyeux qu’ennuyeux)!!!

Épices et fines herbes au rendez-vous

Les plus grands alliés de votre santé ne sont ni les calories, ni les groupes alimentaires, ni les régimes complexes. Ces alliés sous-estimés, ce sont les épices et fines herbes.

Ces substances sont antioxydantes et anti-inflammatoires,(1) elles améliorent le métabolismes et permettent même de l’augmenter et de soutenir vos efforts pour atteindre un poids santé.(2) Et en plus, elles ajoutent du plaisir à votre assiette.

Une étude

Une étude a montré que la consommation de clou de girofle, de gingembre, de romarin et/ou de curcuma, à des doses usuelles dans l’alimentation, diminue l’oxydation des LDL-cholestérol et l’expression d’un facteur inflammatoire important (le TNF-alpha). De plus, ces mêmes épices, ainsi que le paprika, la sauge et le cumin, ont permis de réduire les dommages à l’ADN des globules blancs et ont diminué les marqueurs de l’inflammation.(3)

Effets sur l’inflammation et le syndrome métabolique

Dans le même journal, des chercheurs ont cumulé une liste des épices et autres plantes médicinales qui ont un effet anti-inflammatoire et le potentiel d’affecter le syndrome métabolique.(4) Ce fameux syndrome, qui comprend une élévation de la glycémie, une augmentation du tour de taille et une détérioration des lipides sanguins, triglycérides et cholestérols ainsi que de la sensibilité à l’insuline, est à la base de bien des maladies de société comme le diabète, les maladies cardiovasculaires et même l’obésité (https://www.jydionne.com/liens/definitions/#S, https://www.jydionne.com/la-consommation-moderee-de-fructose-cause-le-developpement-du-syndrome-metabolique/, https://www.jydionne.com/?s=syndrome+métabolique).

La liste compilée par ces chercheurs comprend les épices mentionnées plus hauts ainsi que plusieurs autres. La voici donc :

  • Poivre de Jamaïque (Allspice) (Pimenta officinalis)
  • Basilic (Ocimum basilicum)
  • Feuille de laurier (Laurus nobilis)
  • Poivre noir (Piper nigrum)
  • Piment fort (Capsicum annuum), pâte de curry rouge
  • Cannelle (Cinnamomum cassia)
  • Clou de girofle (Syzygium aromaticum)
  • Coriandre (Coriandrum sativum)
  • Curcuma (Curcuma longa)
  • Fenouil (Foeniculum vulgare)
  • Gingembre (Zingiber officinale)
  • Thym, citronné ou vulgaire (Thymus vulgaris)
  • Citronnelle (Cymbopogon citratus)
  • Marjolaine (Origanum majorana)
  • Menthe (Mentha spp)
  • Noix de muscade (Myristica fragrans)
  • Origan (Origanum onites)
  • Pérille de Nankin (Perilla frutescens)
  • Romarin (Rosmarinus officinalis)
  • Safran – crocus d’automne (Crocus sativus)

Un autre groupe de chercheurs y ajoute la liste suivante : (5)

  • Anis (Pimpinella anisum)
  • Pomme (pelure) (Malus domestica)
  • Bleuet / myrtille (Vaccinium myrtillus, Vaccinium angustifolium)
  • Cacao (Theobroma cacao)
  • Carvi (Carum carvi)
  • Cardamone (Elettaria cardamomum)
  • Fenugrec (Trigonella foenum graecum)
  • Ginseng (Panax ginseng)
  • Café (vert, 45% acide chlorogénique) (Coffea arabica)
  • Basilic sacré / tulsi (Ocimum sanctum)
  • Réglisse (Glycyrrhiza glabra)
  • Paprika (Capsicum annuum)
  • Grenade (Punica granatum)
  • Thé Rooibos (Aspalathus linearis)
  • Sauge (Salvia officinalis)

Ce à quoi nous pouvons rajouter les membres de la famille des alliums : ail, oignons, poireau, etc.

Bref, il devient facile d’allier plaisir de la table, gouts complexes et satisfaisants, et amélioration de la santé. Comme vous le constatez dans cette longue liste, les options sont nombreuses, les combinaisons infinies. Amusez-vous à expérimenter, découvrez de nouvelles saveurs. Et ne vous gênez pas pour en mettre! Pour apporter gout, plaisir et santé, les épices doivent être présentes en quantités non négligeables. Développez votre gout et votre intérêt pour les saveurs et variez les recettes. D’ailleurs, je vous encourage à lire la série d’articles « La route des épices » https://www.jydionne.com/?s=la+route+des+épices pour en savoir plus et comprendre que l’intérêt des épices et fines herbes ne date pas d’hier… et pas seulement parce que ça goute bon!

Bon appétit!

 

Références

  1. Mercola : Top Anti-Inflammatory Foods, Herbs, and Spices http://articles.mercola.com/sites/articles/archive/2015/02/02/anti-inflammatory-foods-herbs-spices.aspx
  2. Mercola : 10 Spices, Herbs That Aid Weight Loss http://articles.mercola.com/sites/articles/archive/2012/11/26/herbs-and-spices.aspx
  3. Percival SS, Vanden Heuvel JP, Nieves CJ, Montero C, Migliaccio AJ, Meadors J. Bioavailability of herbs and spices in humans as determined by ex vivo inflammatory suppression and DNA strand breaks. J Am Coll Nutr. 2012 Aug;31(4):288-94. PubMed PMID: 23378457. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/23378457
  4. Jungbauer A, Medjakovic S. Anti-inflammatory properties of culinary herbs and spices that ameliorate the effects of metabolic syndrome. Maturitas. 2012 Mar;71(3):227-39. doi: 10.1016/j.maturitas.2011.12.009. Review. PubMed PMID: 22226987. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/22226987
  5. McCrea CE, West SG, Kris-Etherton PM, Lambert JD, Gaugler TL, Teeter DL, Sauder KA, Gu Y, Glisan SL, Skulas-Ray AC. Effects of culinary spices and psychological stress on postprandial lipemia and lipase activity: results of a randomized crossover study and in vitro experiments. J Transl Med. 2015 Jan 16;13(1):7. [Epub ahead of print] PubMed PMID: 25592751. http://www.translational-medicine.com/content/13/1/7/abstract

9 commentaires

  1. Bonjour Jean-Yves, À l’aube de ces études peut-on conclure que les huiles essentielles, qui sont de 50 à 70% plus concentrées que les herbes, aies les mêmes propriétés que les herbe (fraîches ou séchées) au niveau du syndrome métabolique ou autre recherches du genre? Merci de vulgariser le tout car Pub Med est un peu déroutant pour des non sientifiques comme moi!

    1. Bonjour Marie-Josée
      C’est un peu court de dire que les huiles essentielles sont à 50 à 70% plus concentrées. En fait, les HE sont très puissantes, peut-être les produits les plus puissants, mais elles ne contiennent que les molécules volatiles. Donc, quand on parle de plantes médicinales et/ou d’Épices, on veut aussi les molécules solubles non volatiles comme les flavonoïdes. Donc, on ne peut pas comparer. Dans le cas spécifique du syndrome métabolique, ce que j’ai lu parle des plantes entières ou des extraits solubles, pas des huiles essentielles
      À l’opposé par exemple, dans le système respiratoire, ce sont souvent les HE les plus intéressantes et efficaces.
      Santé!

  2. Que penser ddes articles aux titres sediucteurs de jean marc dupuis pour ensuite nous proposer un abonnement. Viennent ils de votre site,si oui j’aurai davantage confiance. Micheline D.

    1. Bonjour Micheline
      Vous l’avez dit : article séducteur…
      Je l’ai reçu un temps. Trop franco-français pour moi. Et trop : “Je sais comment vous guérir”
      Je n’aime pas les affirmations “ex-cathédra” fussent-elles du monde médical orthodoxe ou du monde alternatif.
      Santé!

  3. Bonjour Jean-Yves, est-ce que les propriétés des fines herbes séchées sont aussi intéressantes que les fraîches? De plus, nous trouvons à l’épicerie des sachets de fines herbes à différents prix; est-ce que plus cher est gage d’une meilleure qualité et meilleures propriétés santé? Merci pour tous ces excellents articles qui nous accompagnent quotidiennement dans ma démarche de santé globale.

    1. Bonjour Chantal
      Les fines herbes séchées vs fraiches sont différentes mais en gros elles ont les mêmes propriétés. Mais ce n’est qu’une généralisation : pensez au basilic, à l’ail, au gingembre (épice) qui sont fort différents secs ou frais.
      Question prix. Oui, la qualité a un prix. Les épices et fines herbes pas cher… ne valent pas cher!
      Fait un test : le curcuma. le “pas cher” est jaune serin et goute la… poussière. Le vrai est orangé et goute fort.
      Santé!

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

*