Eh oui, un Américain moyen avale en moyenne 22 c. à thé (environ 110g) de sucre par jour! Horrible n’est-ce pas?

Les nouvelles recommandations de l’American Heart Association, publiées dans le journal Circulation, sont de 6 c. à thé (30g) par jour pour les femmes et de 9 c. à thé (45g) pour les hommes.

Ces chiffres sont encore élevés, mais, pour quelqu’un qui consomme 22 c. à thé de sucre par jour, imaginez l’effort à fournir pour y arriver, surtout en sachant qu’une seule cannette de boisson gazeuse en contient déjà 9 c. à thé (45g et plus)!

L’accessibilité des produits riches en sucre est telle que d’y résister demande une volonté que les personnes aux prises avec des problèmes de surconsommation n’ont souvent pas. Ces produits sont disponibles partout, mais vraiment partout! Avez-vous déjà vu une machine distributrice de pommes?

Autre problème, les sucres concentrés créent une dépendance. Cet effet est décuplé dans les boissons gazeuses. Le sucre qu’elles contiennent est du sirop de maïs riche en fructose, le pire sucre qui soit (voir à ce sujet Le fructose au banc des accusés). Demandez à n’importe quel utilisateur régulier de cola de cesser d’en consommer du jour au lendemain: c’est presque mission impossible. Il aura des maux de tête, des tremblements et toute sorte de symptômes qui ne s’expliquent pas uniquement par un sevrage de caféine.

Nous sommes devant un problème majeur, mais les organisations officielles, gouvernements et ministères de la santé inclus, n’ont pas encore sonné l’alarme. Il faut donc créer des pressions populaires importantes pour les pousser à agir. La première chose à faire est de sensibiliser les gens (la seule véritable solution passe par la conscientisation individuelle). Ensuite, l’idéal serait de réduire l’accessibilité aux produits contenant du sucre rajouté (en particulier les boissons gazeuses). Sans cet accès, réduire la consommation devient plus facile. Mais là, je rêve en couleur…

JYD

Références:

1. Association recommends reduced intake of added sugars

2. Johnson RK, Appel LJ, Brands M, Howard BV, Lefevre M, Lustig RH, Sacks F, Steffen LM, Wylie-Rosett J; on behalf of the American Heart Association Nutrition Committee of the Council on Nutrition, Physical Activity, and Metabolism and the Council on Epidemiology and Prevention. Dietary Sugars Intake and Cardiovascular Health. A Scientific Statement From the American Heart Association. Circulation. 2009 Aug 24. [Epub ahead of print]

4 commentaires

  1. Pouvez-vous expliquer votre affirmation à savoir que les sucres concentrés créent une dépendance? Par quel mécanisme? Est-ce une dépendance telle q’on peut la définir pour l’alcool par exemple?
    Merci pour vos réponses et vos références.

    1. Bonjour Dany,
      La question à savoir si les sucres, les produits sucrés tels les boissons gazeuses ou, de façon plus large, l’alimentation peuvent entraîner de la dépendance est complexe et particulièrement controversée. Est-ce qu’on peut comparer la dépendance alimentaire à celle de l’alcool ou des drogues? Probablement pas. Les mécanismes ne sont pas aussi clairs. Pourtant, certains modèles animaux semblent montrer des comportements alimentaires compulsifs. Même réalité chez certaines personnes, notamment des obèses qui ont un véritable comportement complusif et irrationnel par rapport à la nourriture. De là le questionnement sur la dépendance produite par des aliments, notamment les aliments sucrés, mais aussi les aliments gras ou, pire, les boissons caféinées et sucrées qui sont à la mode en ce moment.
      Je vous transmets quelques références sur le sujet. Notez en particulier la référence de Taylor et al: “The obesity epidemic: the role of addiction” dans Canadian Medical Association Journal (CMAJ) Dec 2009.
      Si vous observez dans votre entourage, vous constaterez que certaines personnes sont sensibles à ces influences alors que d’autres ne le sont pas du tout.
      Bonne lecture,
      JYD
      Références:
      de Araujo IE, Oliveira-Maia AJ, Sotnikova TD, Gainetdinov RR, Caron MG, Nicolelis MA, Simon SA. Food reward in the absence of taste receptor signaling. Neuron. 2008 Mar 27;57(6):930-41. Erratum in: Neuron. 2008 Apr 24;58(2):295. PubMed PMID: 18367093.

      Berner LA, Bocarsly ME, Hoebel BG, Avena NM. Baclofen suppresses binge eating of pure fat but not a sugar-rich or sweet-fat diet. Behav Pharmacol. 2009 Sep 11. PubMed PMID: 19752722.
      Animal study suggests existence of sugar addiction, says scientist by Caroline Scott-Thomas, 11-Dec-2008 http://www.foodnavigator-usa.com

      Avena NM. Examining the addictive-like properties of binge eating using an animal model of sugar dependence. Exp Clin Psychopharmacol. 2007 Oct;15(5):481-91. Review. PubMed PMID: 17924782.

      Taylor VH, Curtis CM, Davis C. The obesity epidemic: the role of addiction. CMAJ dec 2009

    1. Bonjour Françoise
      Je parie qu’avec du sirop d’érable, vous mettez moins de sucre dans vos confitures parce que le sirop a un goût plus prononcé que le sucre. Et en plus, ces confitures doivent vous apporter des compliments de la part des gens qui les savourent ? 🙂
      Au plaisir… gustatif.
      JYD

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

*