Souffrez-vous de douleurs chroniques?

La crise de décès dus aux opioïdes soulève un débat profond. Notre société semble aux prises avec une épidémie de douleurs chroniques. Y a-t-il autre chose à faire que de gober des analgésiques comme des bonbons?

Consommation d’opioïdes

Au Canada, nous sommes parmi les champions de l’usage des analgésiques et des opiacés / opioïdes (opioïdes fait référence aux narcotiques naturels comme la morphine ainsi qu’aux molécules de synthèse, comme le fentanyl).1 Le problème est sérieux. Sur la carte de Opioid Consumption Maps — Morphine, mg/capita, 2015, le Canada, les États-Unis et plusieurs pays d’Europe se trouvent dans le peloton de tête en ce qui concerne la consommation de ces substances.

Des substances pas banales

Nous connaissons les risques de toxicité, de dépendance et de tolérance des dérivés de la morphine.

Outre une dépendance psychologique, ces substances causent une dépendance organique, pharmacologique. Le corps crie pour avoir sa dose. Ce n’est plus seulement une question de soulager la douleur initiale. La douleur est exacerbée par le « sevrage » lorsque le médicament ne vient pas; les douleurs sont présentes tout le temps.

Le phénomène de tolérance fait référence au fait que le corps a besoin d’une dose de plus en plus élevée pour obtenir le même soulagement.

Sachant ceci, les opioïdes devraient être la dernière solution pour une douleur chronique. Pourtant, force est de constater que ce n’est pas le cas.

Les anti-inflammatoires

L’usage d’anti-inflammatoires n’est pas nécessairement mieux. On a cru, avec l’arrivée des médicaments de la classe des inhibiteurs COX-2 comme Celebrex (Celecoxib), que tout serait plus simple puisque ces molécules affectent moins (ou différemment…) l’estomac.

Le retrait du tristement célèbre Vioxx™ en 2004 nous raconte une tout autre histoire.2,3 Cet anti-inflammatoire cause une toxicité cardiaque importante qui augmente avec la durée d’utilisation.

Qui plus est, cette toxicité n’est pas propre au Vioxx™, ni même aux inhibiteurs de la même famille (COX-2). En effet, une chercheure de Montréal, Michelle Bally, a tout récemment démontré que cette toxicité cardiaque se retrouve chez tous les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS).4 L’ibuprofène, le diclofénac, le naproxène et tous ces médicaments courants sont donc nocifs pour le coeur.

Que faire pour aider à diminuer les douleurs chroniques?

Tout d’abord, plusieurs approches intéressantes, qui sortent de mon champ de compétence, sont efficaces contre les douleurs chroniques. Pensons à l’acuponcture, la chiropractie, les TENS (appareils de neurostimulation électrique transcutanée), les exercices spécifiques, certaines approches psychologiques comme la thérapie cognitivo-comportementale, l’hypnose et la pleine conscience (voir http://www.jydionne.com/douleur-chronique-pleine-conscience/).

Côté produits naturels, 2 substances « banales » ont retenu mon attention au fil de mes recherches: la vitamine D et le magnésium.

Vitamine D

L’usage de vitamine D pourrait réduire la douleur jusqu’à 57% ! 5

La première chose à comprendre est que la carence en vitamine D est beaucoup plus fréquente que ce que l’on présumait. En effet, Santé Canada montre que 41% des gens n’ont même pas le taux sanguin minimum (50 nmol/l) pour prévenir le rachitisme (voir http://www.jydionne.com/vitamine-d-etes-vous-en-carence/).

Mais la vitamine D n’est pas juste utile pour prévenir le rachitisme! Elle joue aussi un rôle important dans le contrôle de l’inflammation.6,7 Plus votre taux sanguin de vitamine D est élevé, plus les facteurs d’inflammation se normalisent. Ainsi, le taux sanguin que Santé Canada recommande est beaucoup trop bas. Selon les experts, le minimum sanguin devrait être de 75 nmol/l. Dans les maladies inflammatoires, on devrait même tendre vers un taux de 150 nmol/l (à tout le moins, au-delà de 110 nmol/l).

Études sur le lien entre la vitamine D et les douleurs chroniques

La Dr Marie-France Le Goaziou de l’Université Claude Bernard à Lyon, en France, a publié un travail admirable sur ce sujet.

Lien entre la carence en vitamine D et les douleurs chroniques: Sur 135 femmes en douleurs chroniques, 39,3% avaient un taux de vitamine beaucoup trop bas (< 30 nmol/l). Chez les 61 femmes portant le voile, le taux moyen était encore plus bas, soit 20,1 nmol/l.8 D’ailleurs, pour ces femmes, le risque de carence sévère est augmenté de 637% par rapport à une femme qui ne porte pas ce genre de vêtement.8

Lien entre la prise de suppléments de vitamine D et l’amélioration des douleurs: Dans un groupe similaire, le taux de vitamine D était très faible au départ (26 nmol/l en moyenne). Dr Le Gaoziou a montré qu’en corrigeant ce taux rapidement avec des doses massives de 400 000 UI à 600 000 UI de vitamine D, les douleurs chroniques et la qualité de vie étaient grandement améliorées.9

Des doses moins importantes (5 000 UI et plus), mais prises à chaque jour, peuvent apporter les mêmes bienfaits. Parlez-en à votre médecin traitant pour faire vérifier votre taux sanguin de vitamine D.

Magnésium

Le magnésium est un minéral oublié. Pour une grande partie de la population (42,9% des Canadiens selon Santé Canada), l’alimentation ne couvre pas le besoin estimé moyen.10

Quelques études sur le magnésium et les douleurs chroniques

  • À l’hôpital, le fait de donner du magnésium en intraveineux permet de diminuer les doses de morphine de 7,6 mg en moyenne.11
  • Le magnésium aide à réduire les douleurs lombaires.12
  • Il est même utile pour les douleurs neuropathiques.13
  • On connait aussi son utilité dans le syndrome prémenstruel, les douleurs menstruelles, les migraines, etc. 14

Quel supplément de magnésium choisir?

Évitez les suppléments contenant de l’oxyde de magnésium. C’est le plus fréquent et le moins cher, mais certainement pas le mieux absorbé. Préférez le citrate, le bisglycinate, le lactate ou l’aspartate de magnésium.15,16

Des doses de 300 à 400 mg de magnésium par jour sont utiles pour les douleurs chroniques et sont sécuritaires.

Conclusion

Il y a bien d’autres suppléments qui peuvent aider à soulager les douleurs chroniques, selon leurs causes. Mais ces deux suppléments, vitamine D et magnésium, peuvent être utiles et faire la différence entre un traitement médical décevant et un traitement qui soulage réellement.

Références:

  1. Destiné V. Où consomme-t-on le plus d’opioïdes dans le monde? La réponse en carte http://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1018883/crise-opioides-monde-reponse-carte adapté de https://ppsg.medicine.wisc.edu
  2. http://www.ledevoir.com/societe/sante/65223/merck-retire-le-vioxx-du-marche
  3. http://www.liberation.fr/societe/2004/10/01/le-vioxx-retrait-mondial-sur-ordonnances_494476
  4. Bally M, Dendukuri N, Rich B, Nadeau L, Helin-Salmivaara A, Garbe E, Brophy JM. Risk of acute myocardial infarction with NSAIDs in real world use: Bayesian meta-analysis of individual patient data. BMJ. 2017 May 9;357:j1909. doi: 10.1136/bmj.j1909. Review. PubMed PMID: 28487435; PubMed Central PMCID: PMC5423546. http://www.bmj.com/content/357/bmj.j1909.long
  5. Wu Z, Malihi Z, Stewart AW, Lawes CM, Scragg R. Effect of Vitamin D Supplementation on Pain: A Systematic Review and Meta-analysis. Pain Physician. 2016 Sep-Oct;19(7):415-27. Review. PubMed PMID: 27676659. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/27676659
  6. Calton EK, Keane KN, Newsholme P, Soares MJ. The Impact of Vitamin D Levels on Inflammatory Status: A Systematic Review of Immune Cell Studies. PLoS One. 2015 Nov 3;10(11):e0141770. doi: 10.1371/journal.pone.0141770. eCollection 2015. Review. PubMed PMID: 26528817; PubMed Central PMCID: PMC4631349. http://journals.plos.org/plosone/article?id=10.1371/journal.pone.0141770
  7. https://chfa.ca/images/uploads/2011/11/CHFA_RechercheEtSante_2015Q1_2.pdf
  8. Le Goaziou MF, Contardo G, Dupraz C, Martin A, Laville M, Schott-Pethelaz AM. Risk factors for vitamin D deficiency in women aged 20-50 years consulting in general practice: a cross-sectional study. Eur J Gen Pract. 2011 Sep;17(3):146-52. doi: 10.3109/13814788.2011.560663. PubMed PMID: 21348788. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/21348788
  9. Le Goaziou MF, Bodier E, Souweine G, Moreau A, Perdrix C, Flori M, Dupraz C. Douleurs musculo-squelettiques non systématisées diffuses et déficit sévère en vitamine D. Étude avant-après en médecine générale. Presse Med. 2013 Apr;42(4 Pt 1):e106-13. doi:10.1016/j.lpm.2012.09.021. PubMed PMID: 23332894.
  10. http://www.hc-sc.gc.ca/fn-an/surveill/atlas/map-carte/male_homme_magnesium-fra.php
  11. Albrecht E, Kirkham KR, Liu SS, Brull R. Peri-operative intravenous administration of magnesium sulphate and postoperative pain: a meta-analysis. Anaesthesia. 2013 Jan;68(1):79-90. doi: 10.1111/j.1365-2044.2012.07335.x. Review. PubMed PMID: 23121612.
  12. Yousef AA, Al-deeb AE. A double-blinded randomised controlled study of the value of sequential intravenous and oral magnesium therapy in patients with chronic low back pain with a neuropathic component. Anaesthesia. 2013 Mar;68(3):260-6. doi: 10.1111/anae.12107. PubMed PMID:23384256. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/23384256
  13. Pickering G, Morel V, Simen E, Cardot JM, Moustafa F, Delage N, Picard P, Eschalier S, Boulliau S, Dubray C. Oral magnesium treatment in patients with neuropathic pain: a randomized clinical trial. Magnes Res. 2011 Jun;24(2):28-35. doi: 10.1684/mrh.2011.0282. PubMed PMID: 21659058.
  14. Parazzini F, Di Martino M, Pellegrino P. Magnesium in the gynecological practice: a literature review. Magnes Res. 2017 Feb 1;30(1):1-7. doi:10.1684/mrh.2017.0419. Review. PubMed PMID: 28392498. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/28392498
  15. http://lanutrition.fr/bien-comprendre/les-complements-alimentaires/les-principaux-complements-alimentaires/les-complements-correcteurs-de-l-alimentation/le-magnesium/quel-magnesium-choisir.html
  16. Driessens F. C. M. ; Boltong M. G. ; Planell J. A On formulas for daily oral magnesium supplementation and some of their side effects. Magnesium-Bulletin 1993, vol. 15, no1, pp. 10-12.

14 réflexions au sujet de « Souffrez-vous de douleurs chroniques? »

    1. C. Fournier

      je prends la vitamine D et magnésium 2 fois par jour, sa diminue les douleurs chroniques presque completement, apres 3 mois de traitement.
      j,ai été conseillé de prendre au coucher du Tylenol mais je suis contre car sa n’aide pas la source du probleme .
      Tres bonne article que vous donnez sur le sujet

      Répondre
    1. Jean-Yves Dionne Auteur de l’article

      Merci David,
      Mais avec la graphie « rectifiée » et l’origine de mes lecteurs (55% en France), les 2 épellations sont bonnes. Voir Druide.
      Santé!

      Répondre
  1. Laura Dessureault

    Un vidéo à voir : The sacred plant. Une plante naturelle qui agit comme antidouleur, anti-cancérigène, anti-convulsivant et autres…

    Répondre
    1. Jean-Yves Dionne Auteur de l’article

      Bonjour Laura
      Il faudra, un jour, arrêter d’avoir un regard puritain et de voir de péché partout. Le cannabis est vraiment une plante fascinante. Si le THC effraie, on n’a qu’à prendre un produit riche en CBD et pauvre en THC.
      Santé!

      Répondre
  2. Gelinas Francine

    Merci pour ces informations. Elles tombent à point, en ce qui me concerne. J’essaie de me sevrer progressivement des anti-inflammatoires et des analgésiques prescrits il y a un mois pour une fracture d’une vertébrale stabilisée. J’attends une évaluation en physiothérapie. J’hésite à dépasser la dose de 2000 UI de vitamine D3 die. Jusqu’à quelle dose et pendant combien de temps puis-je l’augmenter? Merci pour votre réponse.

    Répondre
    1. Jean-Yves Dionne Auteur de l’article

      Bonjour Francine
      La dose devrait se situer entre 50 UI par kg par jour et 75 UI par kg par jour. calculez avec votre poids.
      Dites-vous que les risques sont minimes. Suggestion rajoutez du magnésium en supplément à 300 – 400 mg par jour
      Santé!

      Répondre
    1. Jean-Yves Dionne Auteur de l’article

      Bonjour Michel
      Tous les sels de magnésium provenant d’acides organiques sont bons. L’aspartate eut avoir un bémol puisque chez certaines personnes l’acide aspartique en quantité pourrait activé la voie des neurotransmetteurs excitants (glutamate/NMDA) donc, dans un cas de douleurs, ce n’est pas un premier choix. Mais pour les autres, OK
      Santé!

      Répondre
  3. johanne paquin

    bonjour que pensez-vous des appareils qu’on se place les pieds dessus vendu dans la plupart des pharmacie pour activé la circulation des jambes annoncé à la télé aussi

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *