Faut-il éliminer les plastiques?

Cliquez ici pour écouter la chronique du 13 octobre à L’après-midi porte conseil.

Vous avez peut-être entendu la chronique d’Ariane Paré-Le Gal à L’après-midi porte conseil, le 29 septembre dernier. Cette chronique, intitulée Vivre sans plastique… pendant une semaine, portait sur son défi mensuel qui était, cette fois-ci, de n’utiliser aucun contenant de plastique dans la cuisine pendant toute une semaine. Ce défi d’envergure est particulièrement difficile à relever de nos jours où, il me semble, tout est en plastique. Quoique j’aie déjà parlé des perturbateurs hormonaux en avril dernier, son exploit m’a donné le goût de vous en parler plus à fond. Je remercie d’ailleurs Ariane d’avoir si gentiment partagé ses références avec moi.

Un problème réel

Les perturbateurs hormonaux présents, entre autres, dans les plastiques, sont un problème réel, mais minimisé par plusieurs. Ces substances chimiques sont associées à divers problèmes de santé (voir Perturbateurs hormonaux… présents!).

Comment agissent les perturbateurs hormonaux?(1)

Ils se fixent sur les récepteurs des hormones naturelles où ils peuvent exercer une action indésirable et/ou bloquer l’action désirable des hormones naturelles.

Durant la grossesse, ils peuvent nuire irrémédiablement à l’embryon en modifiant le nombre de récepteurs sur ses cellules. Les perturbateurs hormonaux influent également sur le taux d’hormones circulant en augmentant la quantité de transporteurs (SHBG, etc.) de ces hormones, diminuant ainsi la partie libre (et donc active) des hormones.

Que faire pour nous protéger et surtout protéger nos enfants plus sensibles?

Pour ce qui est des plastiques, il faut faire comme Ariane et éviter le plus possible de s’en servir dans la cuisine. Comme alternatives, les plats et pots en verre et en acier inoxydable.

Certains plastiques sont aussi moins pires que d’autres.(2) Regardez le numéro inscrit dans le symbole de recyclage (le petit triangle composé de 3 flèches). À éviter:

· #1 (PETE): Contient un métal lourd (antimoine). L’eau embouteillée dans des bouteilles de ce plastique contient 30 à 100 fois plus de ce métal que l’eau non embouteillée.

· #3 (PVC): Contient des phtalates. Libère des dioxines dans l’air et l’eau lors de sa fabrication et de son élimination. Ces substances très toxiques se retrouvent ensuite dans différents produits de consommation (viande, produits laitiers, etc.).

· #6 (PS – polystyrène): le styrène sort du plastique, surtout lorsqu’il est exposé à la chaleur ou à des substances grasses.

· #7 (PC – polycarbonate): contient du BPA (bisphénol A) qui agit comme une hormone féminine. À proscrire particulièrement chez la femme enceinte pour ses effets nocifs chez le fœtus. Vérifiez vos bouteilles d’eau réutilisables, plusieurs sont constituées de ce plastique.

Selon les connaissances actuelles, les plastiques #2 (HDPE), #4 (LDPE) et #5 (PP – polypropylène) ont beaucoup moins de chances d’être toxiques.

Évitez absolument d’exposer les plastiques à la chaleur car celle-ci augmente la libération des substances nocives contenues dans les plastiques. Dites-vous aussi que, plus un aliment est en contact (en durée et en surface) avec le plastique, plus la transmission est grande. Ainsi, il est nettement préférable de mettre les liquides dans des pots en verre. Les aliments gras augmentent aussi le transfert des perturbateurs hormonaux des plastiques vers les aliments.

Pour en savoir plus sur les perturbateurs hormonaux autres que les agents plastifiants, sur la façon de les éviter et d’aider notre corps à les éliminer, consultez Perturbateurs hormonaux… présents! Voici quelques informations complémentaires à cet article.

Parfums d’intérieur

Le groupe EWG (Environmental Working Group) a testé le fameux Febreze® (parfum d’ambiance) et y a trouvé 89 contaminants relâchés dans notre air intérieur à chaque vaporisation. Parmi ceux-ci, un est reconnu comme cancérigène et un autre comme neurotoxique.(3)

Tissus contenant des ignifuges

Les ignifuges sont des composés fluorés associés entre autres à des effets hormonaux, et tout récemment à des taux de cholestérol élevés chez des enfants ainsi qu’à des troubles d’apprentissage et de développement. (4,5)

Références:

1. http://www.sabotage-hormonal.org/spip.php?article10

2. http://www.inise.ca/index.php?option=com_content&view=article&id=62:guide-pratique-sur-les-plastiques&catid=56:plastiques&Itemid=111

3. http://www.ewg.org/schoolcleaningsupplies/cleaningsuppliesoverview?id=219

4. http://www.sabotage-hormonal.org/IMG/pdf/PBDE.pdf

5. http://shatterlimits.com/flame-retardant-chemicals-lead-to-mentally-retarded-children/

Lectures complémentaires:

6. Le site Sabotage hormonal, une œuvre du Réseau des femmes en environnement: http://www.sabotage-hormonal.org/

7. http://www.ourstolenfuture.org/Myths/myths.htm

8. Environmental Defence (auparavant connu comme le Canadian Environmental Defence Fund): http://www.environmentaldefence.ca/

9. http://www.environmentaldefence.ca/protecting/toxicnation.htm

10. http://www.environmentaldefence.ca/toxicnation/resources/publications.htm

11. Environmental Working Group. Un site américain dédié à la conscientisation et à l’action contre les divers polluants et toxines environnementales: http://www.ewg.org/

Les références d’Ariane Paré-Le Gal:

12. Institut national d’information en santé environnementale: http://www.inise.ca/index.php?option=com_content&view=category&id=56&Itemid=111

13. Vivre sans plastique: http://lifewithoutplastic.com/fr/accueil.html

14. Green Guide, liste de quelques contenants de plastiques sécuritaires faciles à trouver sur le marché: http://www.thegreenguide.com/buying-guide/plastic-containers/product_comparison

image : Wikipédia, User:Tomia

14 réflexions au sujet de « Faut-il éliminer les plastiques? »

  1. SuzanneG

    Bonjour Jean-Yves,

    Merci pour cet article très intéressant. Il y a déjà un bon bout de temps que j’évite de mettre tout contenant de plastique au four à micro-ondes.

    Ton commentaire concernant le Febreeze me préoccupe particulièrement. Ayant un joueur de hockey à la maison qui, soit dit en passant, n’aime pas les mauvaises odeurs. Il utilise le Febreeze sur son équipement lorsqu’il le met à sécher. Aurais-tu des suggestions d’un autre produit qui pourrait avoir la même utilité tout en étant plus santé? NB il lave son équipement régulièrement et le met toujour à sécher, aussitôt qu’il arrive à la maison. Ch’te dirait qu’il sent très bon par opposition à d’autres joueurs qui n’en fonat pas autant.

    Merci pour tes conseils et bon weekend.

    Suzanne

    Répondre
    1. JYD Auteur de l’article

      Bonjour Suzanne,
      En fait, appliqué sur l’équipement mis à sécher dans un endroit bien ventilé, il n’y aura pas de problème. Le véritable problème arrive dans des pièces peu ventilées (comme on nous le montre dans les commerciaux) lorsqu’il est vaporisé dans l’air. Il s’ensuit une accumulation de COV (composés organiques volatiles) qui peuvent causer des problèmes de santé aux personnes sensibles.
      Je suis un cas… Le simple fait de passer devant une boutique de « sent bon » (chandelles, parfums ou produits cosmétiques), et un mal de tête me prend.
      Santé!
      Quand même 🙂
      JYD

      Répondre
  2. Guylaine

    Moi je connais un produit que j’utilise pour éliminer odeurs de toutes sortes et tâches également de toutes sortes (même si il est indiqué pour animaux)un produit écologique, efficace et sans odeur,
    compagnie: natureclean (depuis 1963)
    « produit pour éliminer les taches et odeurs d’animaux » bout de 1 litre
    composition: eau déionisée, peroxyde d’hydrogène
    je le retrouve chez Loblaw’s et ou chez TAU

    Répondre
  3. Maria Acosta

    Merci de nous rappeler l’importance d’éviter le plastique dans notre quotidien. Dans mon cas, pour transporter la nourriture, j’utilise les contenant en verre avec couvercle en plastique et je m’assure qu’il n’ait pas de contacte entre la nourriture et le couvercle.
    Même de grade alimentaire, les toxines se dégagent quand le plastique est chauffé…pire dans le cas d’un four micro-onde puisque la température n’est pas ni contrôlée ni uniforme.
    Dans ma cuisine il n’y a pas de micro-onde et je cuisine avec des casseroles en terre-cuite, fonte, ou verre. Exceptionnellement, pour faire cuire les pâtes, j’utilise l’acier inoxydable. L’acier inoxydable contienne du nickel qui se retrouve dans la nourriture; encore plus quand elle est très acide comme une sauce tomate. Aucune casserole avec du plastique et fluor type Teflon ne se trouve dans ma cuisine non plus. Les ustensiles sont surtout en bois, en terre cuite et en acier inoxydable quelques uns.
    Comme tu as bien mentionnée, l’antimoine se transmet à l’eau embouteillée et le transfert est pire à la température de la pièce mais très présent même si réfrigérée. Selon une étude, l’eau embouteillée européenne dégage d’avantage que la canadienne (Contamination of bottled waters with antimony leaching from polyethylene terephthalate (PET) increases upon storage). Ces même bouteilles PETE dégagent le formaldéhyde et l’acétaldéhyde, deux cancérogènes très connus (Migration of formaldehyde and acetaldehyde into mineral water in polyethylene terephthalate (PET) bottles) Comme tu peux t’imaginer, mon eau se trouve dans une bouteille en verre…
    Ce n’est pas facile changer nos habitudes et c’est vrai que le plastique est commode mais il faut apprendre à diminuer son utilisation et mieux choisir son plastique.
    Si seulement les producteurs de viande bio pouvaient arrêter d’emballer leur viande directement sur le plastique ou la styromousse…la viande bien enveloppée dans le papier brun et ensuite le plastique ça pourrait diminuer de beaucoup la contamination… 
    Encore une fois merci d’un excellent article.

    Répondre
  4. Claude Gélinas

    On s’attendrait à ce que ce genre d’information soit prise en compte par Santé Canada mais bon, ils ont trop occupés à supprimer notre accès à des produits naturels pour s’occuper des sources d’empoisonnement qui enrichissent les transnationales étrangères…

    Bravo pour cet article fournissant, en boni, des références en béton!

    Répondre
    1. JYD Auteur de l’article

      Bonjour Mimi
      Difficile de répondre. La réponse facile serait : Autant que les autres plastiques. Il y a 30 ans. Personnes, ou presque, ne parlait des dangers associés aux plastiques. Donc, il n’y avait pas de code pour les reconnaître. Si les codes ne sont pas là, on doit présumer que ce ne sont pas des bons plastiques. De plus, vous avez probablement mis des aliments chauds dedans, comme moi d’ailleurs. Ainsi, le risque que le plastique soit devenu poreux et relâche des additifs est plus grand.
      Idéalement, avec le temps, il faudrait se départir des plus vieux et les remplacer par des solutions plus sécuritaires. Pour les nouveaux, vérifiez à l’endos pour le code.
      Santé!

      Répondre
  5. Francoise

    En mars 2011 il n’y a AUCUN plastique sécuritaire!
    Study: Even « BPA-Free » Plastics Leach Endrocrine-Disrupting Chemicals
    http://ecocentric.blogs.time.com/2011/03/08/study-even-bpa-free-plastics-leach-endrocrine-disrupting-chemicals/

    Article des chercheurs qui donnent la solution pour les NOUVEAUX plastiques, les manufacturiers doivent implanter ces solutions dès que possible!

    Most Plastic Products Release Estrogenic Chemicals: A Potential Health Problem That Can Be Solved
    http://ehp03.niehs.nih.gov/article/fetchArticle.action?articleURI=info%3Adoi%2F10.1289%2Fehp.1003220

    Répondre
  6. Ping : Faut-il éliminer les plastiques?

  7. Marie-Andrée Bouchard

    Bonjour M. Jean-Yves

    peut-on considérer que le PVC utilisé comme matériaux comme pour les fenetres est aussi dangereux à l’intérieur de nos maisons?

    merci

    Marie-Andrée

    Répondre
    1. JYD Auteur de l’article

      Bonjour Marie Andrée
      Le problème du PVC arrive quand il est chauffé ou qu’il brule. Alors, il dégage des composés toxiques. Autrement, il est sécuritaire.
      Santé!

      Répondre
  8. Ping : PharmaBlogue, De la véritable prévention

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *