Cliquez ici pour écouter la chronique du 1er décembre à L’après-midi porte conseil.

On a longtemps cru que la vitamine D ne servait qu’à améliorer le métabolisme du calcium et, se faisant, la santé des os. Mais depuis une vingtaine d’années, on s’aperçoit que la vitamine D a des rôles beaucoup plus importants et nombreux.

Un peu d’histoire

C’est au début du 19e siècle, vers 1824, que l’on a découvert que l’usage de l’huile de foie de morue traitait le rachitisme.(1) À cette époque, en Angleterre, le smog était pire qu’aujourd’hui (principalement à cause du chauffage au charbon), et filtrait une bonne partie des rayons du soleil. Les enfants manquaient donc presque tous de vitamine D et le rachitisme atteignait des proportions épidémiques. Ce n’est cependant qu’en 1922 qu’on a isolé la vitamine D.

Jusqu’à hier (30 novembre 2010), la consommation quotidienne recommandée de vitamine D était de 200 à 400 UI (5 à 10 microgrammes; 1 µg = 40 UI). Cette recommandation ne se basait pas sur des études scientifiques, mais bien sur l’usage de l’époque… la quantité contenue approximativement dans la fameuse cuillérée d’huile de foie de morue. Elle correspond ainsi à la dose qui permettait de prévenir le rachitisme.

Un intérêt grandissant

L’intérêt actuel pour la vitamine D provient de son rôle dans la prévention du cancer. En 2007, Joan M. Lappe et ses collaborateurs ont publié une étude qui a fait époque. Les chercheurs ont donné à des femmes ménopausées soit 1100 UI de vitamine D avec 1400 mg calcium, soit du calcium seul, soit un placebo. Après 4 ans d’usage continu, le groupe ayant reçu de la vitamine D a eu une réduction de l’ordre de 77% des cancers de tous types (RR ajusté 0.232 [CI: 0.09, 0.60; P < 0.005]).(2)

La vitamine D est aussi utile pour de nombreuses maladies,(3) tant en prévention qu’en traitement, quoique l’usage pour le traitement n’est pas encore prouvé:

Condition

Niveau de preuve

Ostéoporose

+++

Arthrose

+

Fonction neuromusculaire – Tonus et équilibre (prévention des chutes)

++++

Sclérose en plaque

++

Fibromyalgie

++

Diabète type I

++

Sensibilité à l’insuline

++

Maladies cardiovasculaires

+++

Grossesse

++++

Maladies du périodonte (gencives et dents)

++++

Divers cancers (colorectal, prostate, sein, mélanome)

++++

Tuberculose

++++

Hypertension

++++

Maladies inflammatoires intestinales

++++

Modification des apports de référence

Le 30 novembre, l’IOM (Institute of Medicine) (4) a annoncé les nouveaux apports de référence pour le calcium et la vitamine D. Concernant le calcium, les apports recommandés n’ont pas beaucoup changé, sauf peut-être pour la dose limite maximale chez les personnes âgées, qui passe à 2000 mg par jour (réduction de 500 mg).

Pour la vitamine D, je suis vraiment tombé en bas de ma chaise: l’apport de référence passe de 200-400 UI à seulement 600 UI (800 UI pour les personnes âgées) et la dose limite sécuritaire serait maintenant de 4000 UI par jour (ça, c’est nouveau, et un peu mieux que le 2000 UI d’avant). C’est un pas dans la bonne direction, mais comme le mentionnent la plupart des intervenants scientifiques, c’est beaucoup trop peu.

Selon le rapport de l’IOM, la majorité de la population a suffisamment de vitamine D dans le sang et l’apport de référence couvre 97% des besoins de la population en santé… Pourtant, au Canada et dans les pays de même latitude, la documentation scientifique rapporte tout le contraire. (5-9)

La communauté scientifique déçue

La société canadienne de pédiatrie recommande aux femmes enceintes de prendre 2000 UI de vitamine D par jour.

Les grands experts de la vitamine D, regroupés dans une association (http://www.grassrootshealth.net/) pour exiger une augmentation des apports en vitamine D, proposent de recommander un apport quotidien de 2000 à 4000 UI ainsi qu’une dose plafond de 10 000 UI pour les adultes!(10,11) [Notez bien que, pour obtenir des dosages élevés, l’huile de foie de morue n’est absolument pas recommandée, entre autres parce qu’elle contient beaucoup de vitamine A.]

Les demandes de tests pour mesurer le taux sanguin de vitamine D ont tellement augmenté que l’Université de Sherbrooke (CHUS) a fait sa propre enquête.(7) Les chercheurs ont découvert que les taux sanguins sont trop bas chez la majorité des gens. Ils mentionnent même que, durant l’été (période où, théoriquement, personne ne devrait manquer de vitamine D à cause de la présence accrue du soleil), 30% de femmes sont en état de carence. Ils recommandent de prendre des suppléments de vitamine D, au moins tout l’hiver.

Mais d’où viennent les recommandations de l’IOM?

Comment le comité de IOM est-il arrivé, contre toute attente, à des dosages de vitamine D si bas? Primo, ils ont réduit le taux sanguin minimal. Les experts de par le monde utilisent depuis une bonne décennie une mesure de 75nmol/l comme seuil minimum. Le comité a utilisé 50nmol/l. Pourquoi? Je n’en sais rien puisque je n’ai pas retrouvé ce dosage ailleurs que dans leur rapport. Selon ce comité, un dosage plus élevé n’apporte pas de bénéfice… Pourtant, les grands experts mentionnent que des dosages sanguins allant jusqu’à 3 fois la recommandation de l’IOM (donc 150nmol/l) confèrent une protection contre plusieurs cancers.(4)

L’IOM sert-il des intérêts cachés? Qu’est-ce qui a influencé sa décision? Quoique sa mission stipule qu’il agit comme conseiller à la nation américaine pour améliorer la santé, je doute que ce soit la santé qui ait motivé sa décision.

Quant à moi, je continuerai de prendre 4000 UI par jour de vitamine D (au moins 8 mois par année) jusqu’à preuve du contraire.

Références:

1. http://fr.wikipedia.org/wiki/Vitamine_D#cite_note-pls2008-7

2. Lappe JM, Travers-Gustafson D, Davies KM, Recker RR, Heaney RP. Vitamin D and calcium supplementation reduces cancer risk: results of a randomized trial. Am J Clin Nutr. 2007 Jun;85(6):1586-91. PubMed PMID: 17556697. (texte complet gratuit)

3. Heaney RP. Interactions: Vitamin D, Calcium, Safety. http://www.grassrootshealth.net/media/download/2010-04-9-Heaney.pdf

4. Nouveaux apports de références: Dietary Reference Intakes for Calcium and Vitamin D. www.iom.edu/vitamind

—————

Chez des jeunes au Canada:

5. Colombie Britannique: Mark S. Vitamin D status and recommendations to improve vitamin D status in Canadian youth. Appl Physiol Nutr Metab. 2010 Oct;35(5):718. PubMed PMID: 20962929.

6. Québec (93% des jeunes étudiés) : Mark S, Gray-Donald K, Delvin EE, O’Loughlin J, Paradis G, Levy E, Lambert M. Low vitamin D status in a representative sample of youth from Québec, Canada. Clin Chem. 2008 Aug;54(8):1283-9. Epub 2008 Jun 12. PubMed PMID: 18556331.

7. Chez des femmes en âge de procréer, durant l’été: Gagnon C, Baillargeon JP, Desmarais G, Fink GD. Prevalence and predictors of vitamin D insufficiency in women of reproductive age living in northern latitude. Eur J Endocrinol. 2010 Nov;163(5):819-24. Epub 2010 Sep 2. PubMed PMID: 20813789.

En Pologne:

8. Marcinowska-Suchowierska E, Walicka M, Tałałaj M, Horst-Sikorska W, Ignaszak-Szczepaniak M, Sewerynek E. Vitamin D supplementation in adults -guidelines. Endokrynol Pol. 2010 Nov-Dec;61(6):723-9. PubMed PMID: 1104649.

En Angleterre:

9. Macdonald HM, Mavroeidi A, Fraser WD, Darling AL, Black AJ, Aucott L, O’Neill F, Hart K, Berry JL, Lanham-New SA, Reid DM. Sunlight and dietary contributions to the seasonal vitamin D status of cohorts of healthy postmenopausal women living at northerly latitudes: a major cause for concern? Osteoporos Int. 2010 Nov 18. [Epub ahead of print] PubMed PMID: 21085934.

—————

10. http://www.newswire.ca/en/releases/archive/November2010/29/c8516.html

11. Hathcock JN, Shao A, Vieth R, Heaney R. Risk assessment for vitamin D. Am J Clin Nutr. 2007 Jan;85(1):6-18. Review. PubMed PMID: 17209171.

12. Garland CF, Gorham ED, Mohr SB, Garland FC. Vitamin D for cancer prevention: global perspective. Ann Epidemiol. 2009 Jul;19(7):468-83. Review. PubMed PMID: 19523595.

21 commentaires

  1. Pourriez-vous m’indiquer sous quelle forme la vitamine D est la plus efficace? Mon médecin me recommande la vitamine D dans un macérat huileux, alors qu’au magasin d’aliments naturels, on me propose plutôt des comprimés remplis de poudre. Ça n’a peut-être aucune importance? Qu’en pensez-vous?
    Christine

    1. Bonjour Cinnamon
      Les recommandations de l’Institute of Medicine sont de 600UI pour tous et 800UI à 70 ans et plus.
      Certains chercheurs, dont je partage l’avis, trouvent ces dosages trop faibles. La dose de 50 UI à 75 UI par kg a aussi été avancée par certains chercheurs notamment Robert P Heaney. Je trouve que la dose par kg est beaucoup plus réaliste. Je recommande souvent 50 UI par kg.
      Santé!

  2. vitamine D et gouvernement : même Statistique Canada avait reconnu le consensus scientifique mondial du taux sanguin minimal

    Le rapport de l’Institute of medicine (IOM) sur le calcium et le vitamine D (Dietary Reference Intakes for Calcium and Vitamin D, novembre 2010) a déçu une grande partie de la communauté scientifique qui s’intéresse à la vitamine D. L’IOM avait été mandaté par les Gouvernements canadiens et américains pour faire cette revue de la littérature, pour faire la lumière sur le dossier de la vitamine D. Plus de confusion encore règne maintenant.
    Alors qu’existe un consensus scientifique mondial à propos d’un taux sanguin minimal de vitamine D de 30 ng/ml (75 nmol/l) que doivent avoir les gens pour se maintenir en bonne santé (et pas seulement pour une santé osseuse), le rapport de l’IOM recommande un taux sanguin de 20 ng/ml (50 nmol/l), ce qui est suffisant pour assurer une santé osseuse, dit le rapport. Les preuves d’une protection extra squelettaire par la vitamine D ne sont pas présente, affirme les auteurs du rapport.

    Il est intéressant de prendre connaissance d’un rapport de Statistique Canada, publié en 2009,sur la vaste étude menée sur les niveaux sanguins de vitamine D des Canadiens.
    (Référence : Les niveaux de vitamine D chez les
    Canadiens selon les résultats de l’Enquête
    canadienne sur les mesures de la santé,
    2007–2009
    par Kellie Langlois, Linda Greene-Finestone, et associés.
    http://www.statcan.gc.ca/pub/82-003-x/2010001/article/11131-fra.pdf
    On se rend compte que même Statistique Canada avait reconnu ce consensus scientifique mondiale d’un taux sanguin minimal de vitamine D de 30 ng/ml. Maintenant, que fera le Gouvernement canadien, va-t-il reculer en arrière ?
    Citation : « Néanmoins, il est de plus
    en plus généralement admis que des
    concentrations nettement plus élevées,
    spécifi quement, supérieures à 75 nmol/L,
    sont souhaitables pour maintenir un bon
    état de santé et prévenir la maladie3,31-33. »
    De plus, le rapport de Statistique Canada reconnait que le 2 tiers de la population canadienne n’affichent pas ce taux sanguin minimal de 30 ng/ml, tout en présentant ses propres données de façon à minimiser la situation, en présentant ses propres données de façon positive. Ainsi, au lieu de s’inquiéter que le 2 tiers de la population n’affiche pas ce taux sanguin minimal, il préfère dire ceci : « Environ le tiers de la population (33,0 % des hommes et 37,8 % des femmes) avait une concentration supérieure à 75 nmol/L, qui est le niveau
    proposé pour une santé optimale. »

    Voici deux autres citations intéressantes du rapport de Statistique Canada

    « Environ 4 % des Canadiens âgés de 6 à 79 ans présentent une carence en vitamine D, et plus de 10 % n’ont pas une concentration adéquate
    pour le maintien de la santé des os. Cependant, 35 % d’entre
    eux affichent une concentration supérieure au seuil (75 nmol/L)
    récemment proposé comme niveau souhaitable pour le maintien de la
    santé globale et la prévention de la maladie.. »

    « Selon les recommandations de l’IOM5, les concentrations inférieures à 37,5 nmol/L sont jugées inadéquates pour la santé des os, quoique ce recommandations soient en cours de révision »

    Mon commentaire : 10 % des canadiens n’ont pas une concentration adéquate pour la santé des os, selon l’ancien critère de l’IOM de 37nmol/ml (15 ng/ml) qui a été modifié après ce rapport pour passer à 50 nmol/l (20 ng/ml). Maintenant, av ec ces mêmes données provenant des canadiens, quel pourcentage se retrouvent avec un taux sanguin en bas de ce que recommande l’IOM, qui est en plus trop bas ? Il n’est pas possible de le savoir, car les tableaux disponibles nous donnent les informations de pourcentage de gens ayant moins de 27.5 nmol/l (11 ng/ml), moins de 37.5 nmol/l (15 ng/ml) et supérieur à 75 nmol/l (30 ng/ml).

  3. Calcul de la supplémentation en vitamine D nécessaire
    pour des sous-groupes de Canadiens

    Règle connu : pour chaque augmentation de 100 UI par jour en vitamine D (équivalent d’un verre de lait ENRICHI), il y aura, chez les gens non obèses, une augmentation du taux sanguin de vitamine D d’entre 0.7 et 1 ng/ml 2.5 nmol/l). voir référence n.1
    Pour les obèses, qui représentent une portion loin d’être négligeable de la population, il faut plus de vitamine D pour augmenter le taux sanguin.

    Selon une étude effectuée entre 2007 et 2009(référence n.2) sur un échantillon de plus de 5000 Canadiens, par Statistique Canada, en partenariat avec Santé Canada et l’Agence de santé publique du Canada, 4% des canadiens ont un taux sanguin de vitamine D de moins de 11 ng ml. Pour 10 % des Canadiens, le taux sanguin observé était de moins de 15 ng/ml.

    Je m’abstiens de donner les résultats d’une étude menée par l’éminent chercheur de renommée mondiale de la vitamine D, le Dr. Reinold Vieth, qui a démontré un tableau encore plus sombre de la situation du taux sanguin des Canadiens. Je choisis par exprès les données gouvernementales, pour démontrer que les propres données du gouvernement ne correspondent pas du tout à leur recommandation de vitamine D.
    Rappelons tout d’abord les taux sanguin recommandés, afin de faire une comparaison avec le tableau de la réalité chez les Canadiens. Selon un consensus scientifique mondial, le taux sanguin de vitamine D minimal recomandé est de 30 ng/m (75 nmol/L). À la surprise de la communauté scientifique en général, le rapport de l’Institute of medicine (IOM), commandé par les gouvernements américains et canadiens, et acceptés par ces derniers, et qui a été publié en novembre 2010, indique un taux minimal de 20 ng/ml (50 nmol/L). 30 ng/ml ou 20 ng/ml, selon qu’on se fit sur le consensus scientifique mondial ou le Gouvernement, est donc le taux sanguin sur lequel on doit comparer les résultats de la vaste étude menée par Statistique Canada

    Calcul rapide d’une supplémentation de vitamine D
    recommandé pour 10% des Canadiens

    Donc pour en revenir aux données de Statistique Canada, 10% ont un taux sanguin de moins de 15 ng/ml. Si on se fie sur la règle de calcul de base connu des chercheurs, soit 100 UI par jour de vitamine D d’augmentation en supplément pour augmenter le taux sanguin de vitamine D de 0.7 à 1 ng/ml, cela donne cette estimation rapide : pour rejoindre le taux sanguin MINIMAL recommandé par consensus scientifique mondial, soit 30 ng/ml, ce 10% de la population aurait besoin d’augmenter son taux de 15 ng/ml à 30 ng/ml. Calcul rapide en utilisant algèbre : 100 UI apporte 0.7 à 1 ng/ml d’augmentation. Si on veut 15 ng/ml d’augmentation, il faut au moins (car rappelons le 10% des Canadiens ont moins de 15 ng/ml) entre 1500 UI par jour et 2140 UI par jour d’augmentation de suppléments en vitamine D. Cela signifie par exemple qu’une personne qui prenait déjà 400 IU par jour depuis un bon bout de temps et se retrouvaient tout de même avec un taux sanguin de moins de 15 ng/ml devrait augmenter sa supplémentation d’au moins 1500 par jour, et donc prendre au moins 1900 UI par jour au lieu de 400 UI par jour. Et ceci est je le rappelle pour les gens non obèses. Il faudrait augmenter la dose pour les gens obèses.
    Pour atteindre le taux sanguin de 20 ng/ml recommandé par notre gouvernement, 10% des Canadiens auraient à augmenter leur taux sanguin de 15 à 20 ng/ml, donc augmenter leur taux sanguin de 5 ng/ml. Il faudrait une augmentation dans ce cas d’au moins 500 UI et peut-être d’au moins 700 UI, pour les gens non obèses.
    Maintenant la recommandation de vitamine D supplémentaire à l’apport déjà existant pour les 4% des Canadiens qui se retrouvent avec un taux sanguin de moins de 11 ng/ml. Pour eux, dans le but d’atteindre un taux sanguin minimal de 30 ng/ml (consensus scientifique mondial, l’objectif est d’augmenter le taux sanguin de 19 ng/l (30 moins 11). Il leur faudra un minimum d’entre 1900 UI et 2700 UI d’augmentation d’apport de vitamine D par jour.
    On voit très bien avec de simples calculs que les recommandations gouvernementales d’apport en vitamine D sont incohérentes avec leur propres recommandations de taux sanguin minimal de vitamine D, 20 ng/ml.
    Le gouvernement préfère mettre la tête dans le sable avec ce problème en santé publique et affirmer que la majorité des canadiens ont un taux sanguin acceptable pour la santé des os. Le fait qu’une proportion importante de la population se retrouve en carence grave de vitamine D, qui ne couvre même pas les besoins pour la santé des os , n’inquiète pas notre gouvernement qui préfère se féliciter d’avoir une population avec une majorité qui affichent un taux sanguin de vitamine D acceptable. ET si 10% des gens se retrouvaient à l’urgence à l’hopital à la suite d’une épidémie de grippe, croyez-vous que le gouvernement auraient les mêmes critères et dirait que 90% des gens sont en santé ?

    Références :
    1. Robert P. Heaney1,*, Michael F. Holick2Why the IOM recommendations for vitamin D are deficient Journal of Bone and Mineral Research. 2011 http://onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1002/jbmr.328/pdf

    2. Kellie Langlois et collaborateurs. Les niveaux de vitamine D chez les Canadiens selon les résultats de l’Enquête canadienne sur les mesures de la santé, 2007–2009, Statistique Canada
    http://www.statcan.gc.ca/pub/82-003-x/2010001/article/11131-fra.htm

      1. Bonjour Marie-Hélène,
        Je recommande habituellement la moins chère, la marque maison. Les différents produits de vitamine D se ressemblent. Leur absorption est similaire à peu de chose près. Bref, peu importe la marque ou le prix, c’est la dose qui compte. Selon l’endroit où vous vivez, les pharmacies ont habituellement de bons produits moins chers.
        Santé!

        1. Bonjour,
          C’est “quoi” la marque maison ?
          j’ai demandé de la vitamine D en pharmacie et suis rentrée bredouille.
          – “Il faut un avis médical” m’a t-on répondu.
          Donc comment obtenir de la vitamine D
          que faut-il demandé ?
          Merci

          1. Bonjour Marie-Hélène,
            Où habitez-vous ? Cette réponse est aberrante. Si votre pharmacie n’en vend pas (Marque maison signifie la marque commerciale de la chaine de pharmacie ou parapharmacie en France), allez dans une boutique d’aliments naturels qui vend des suppléments. À ma connaissance, la vitamine D est en vente libre partout… mais je ne connais pas la réglementation en Europe.
            Santé!

  4. Bonjour Jean-Yves,
    J’ai lu la réponse donnée à Isabelle. J’ai
    un cas semblable (en âge) avec mes 3 petits-enfants. À ce que je sache, il ne prenne pas de vit.D Toutefois, à tous les hivers, ils ont des nez qui coulent et souvent des toux grasses. Est-ce que la vit. D peut aider à renforcer leur système
    immunitaire. Recommendes-tu en liquide pour enfant où peut-on donner la quantité demandée en donnant un demi-comprimé dit pour adulte.
    Merci! Je continue d’écouter les chroniques
    à R.C. Bravo! Joyeux Temps des Fêtes.
    Maryse

    1. Bonjour Maryse,
      Oui, prendre la vitamine D tout l’hiver (septembre à mars, voire avril) serait une très bonne idée. Est-ce que le petit nez imitera moins les érables ? Je ne saurais dire, mais je peux le présumer. C’est le cas, du moins, pour ma dernière qui a 9 ans.
      Si l’enfant peut croquer, Jamieson a une vitamine D au chocolat que les enfants adorent. S’il peut avaler sans problème, les petites pilules marque maison font l’affaire.
      Comme la dose que je recommande commence à 1000 UI, les doses dites “adultes” font très bien.
      Santé!

  5. Bonjour JY,

    J’ai trois jeunes enfants(1 1/2 ans, 3 ans, 5 ans), est-ce que je devrais aussi y aller pour un 1000 UI par jour ou encore suivre la dose de 75 UI par Kg ? Ils ne sont pas trop jeunes pour prendre des suppléments ?Est-ce que la société canadienne de pédiatrie ou une autre instance reconnue se prononce au sujet des enfants ?

    Merci.

    1. Bonjour Isabelle
      1000 UI est tout à fait sécuritaire et bénéfique pour ces enfants. Sauf peut-être l’été quand ils jouent dehors sans contrainte ni écran…
      On peut aussi se fier à la dose de 50 à 75UI par kilo pr jour. Elle nous donne un ordre de grandeur.
      À ma connaissance, l’association des pédiatres n’a pas émis de dose spécifique à part celle préconisée pour les femmes enceintes de 2000 UI par jour.
      Santé!

  6. Bonjour,

    Article des plus intéressant, bravo! Je continuerai de vous suivre assidument sur ce sujet…

    Quelle dose quotidienne recommandez-vous pour des enfants âgés de 12 et 13 ans?

    1. Bonjour Brigitte,
      La vitamine D n’a pas fini de faire couler de l’encre. La dose que je suggère est autour de 1000 à 1400 UI par jour. Selon la croissance de l’enfant, la dose peut être beaucoup plus élevée. Un aspect dont on ne tient souvent pas compte est le poids. Robert Heaney parle d’une dose de 75 UI par kg. C’est un peu fort, mais l’ordre de grandeur fourni nous aide à ajuster la dose.
      JYD

  7. Bonsoir JY

    Intéressant votre article, bien fait, mais je ne parle pas ici des conclusions de l’IOM qui sont comme vous le dites, bien décevantes.

    Si je comprends bien les recommandations sont de 800UI par jour, mais le seuil de toxicité serait de 10000 par jour, est-ce exact ? Bref chacun va faire ce que bon lui semble entre 800 et 10000 ?

    Le problème avec les vitamines et les trucs naturels, c’est que personne ne peut prouver qu’un seul élément n’est la cause unique des pathologies quelles qu’elles soient. C’est un ensemble de causes et conditions qui déterminent la maladie et chacun croit qu’un élément isolé puisse guérir ou prévenir tel ou tel problème. Sans compter la dimension spirituelle et /ou psychologique.

    Bref avec vous au moins on a l’heure juste et c’est ce que j’apprécie en lisant toutes vos chroniques.

    merci d’être là et de nous informer
    hélène l

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

*