Depuis des années, on nous dit que le vin rouge, avec modération, est bon pour le cœur. On suppose que ce sont les polyphénols du vin rouge qui sont responsables de son effet. Mais que font-ils, ces fameux polyphénols?

Consommation modérée

Lorsqu’on entend parler des bienfaits cardiaques de l’alimentation, les mots « diète méditerranéenne » ne sont habituellement pas loin. Cette diète comprend, entre autres, une consommation modérée de vin rouge (voir La diète méditerranéenne augmente la longévité!). Mais d’abord, il faut s’entendre sur la signification de «consommation modérée». Selon les auteurs d’une récente étude sur les bienfaits des polyphénols du vin rouge, la consommation modérée correspond à 300 ml de vin par jour ou moins.(1) À cette quantité, le vin rouge fournit jusqu’à 1 gramme de polyphénols par jour. Par rapport aux fruits, le vin, grâce à ses processus de fermentation et de vieillissement, change les polyphénols. Il les combine en molécules plus complexes et les rend plus puissants et plus assimilables. Une alimentation santé riche en végétaux, qu’elle soit méditerranéenne ou asiatique, fournit environ 10g de polyphénols quotidiennement.(2)

Ce que l’on ne savait pas

Selon les auteurs cités ci-haut, les polyphénols du vin rouge auraient la capacité d’augmenter la résistance des acides gras sanguins à l’oxydation par les radicaux libres. De surcroit, cet effet est plus marqué sur les omégas 3 anti-inflammatoires (ADH et AEP) que sur les omégas 6 pro-inflammatoires (pour en savoir plus sur les omégas 6, voir Viande de bœuf: néfaste?). Donc, comme les omégas 3 ont des effets protecteurs pour le coeur (voir aussi L’inflammation sourde, votre pire ennemi), il s’en suit que le vin rouge, qui les protège, est bon pour la santé cardiaque.

Si on rajoute à cela les effets directs des mêmes polyphénols (resvératrol, quercétine, etc.) et de leurs dérivés propres au vin rouge, on obtient un cocktail anti-inflammatoire particulièrement intéressant.(3) En effet, les polyphénols du vin rouge ont des effets anti-inflammatoires directs sur les principales cascades du processus d’inflammation, notamment sur les facteurs nucléaires (NFkB). Ces facteurs nucléaires sont impliqués dans l’inflammation en amont, bien avant l’apparition des symptômes. C’est pourquoi, malgré que vous ne soulagerez pas une tendinite avec un verre de vin, le fait de prendre un verre de vin par jour pourrait prévenir l’apparition de la maladie cardiaque. D’où le fameux paradoxe français, ou paradoxe de Bordeaux (qui est le suivant : les Français, ayant une diète riche en gras, souffrent moins de maladies cardiaques que d’autres populations ayant une diète similaire).

C’est une explication parmi tant d’autres. D’ailleurs, si vous n’aimez pas le vin, ne commencez pas à en consommer juste à cause de ces informations. Par contre, si vous aimez le bon vin, c’est une bonne excuse de plus pour l’apprécier… avec modération.

Santé!

Références:

1. Cazzola R, Cestaro B. Red wine polyphenols protect n-3 more than n-6 polyunsaturated fatty acid from lipid peroxidation. Food Research International 2011 Nov;44(9) :3065-3071. doi: 10.1016/j.foodres.2011.07.029

2. Brouillard R, George F, Fougerousse A. Polyphenols produced during red wine ageing. Biofactors. 1997;6(4):403-10. Review. PubMed PMID: 9388306.

3. González R, Ballester I, López-Posadas R, Suárez MD, Zarzuelo A, Martínez-Augustin O, Sánchez de Medina F. Effects of flavonoids and other polyphenols on inflammation. Crit Rev Food Sci Nutr. 2011 Apr;51(4):331-62. Review. PubMed PMID: 21432698.

4. Research suggests basis for red wine heart benefitsBy Nathan Gray, 11-Aug-2011

Photo : Amanda Velocet (sur Wikipedia)

10 commentaires

  1. Je ne suis pas assez connaisseur pour commenter cet article , mon cher Jean-Yves ,
    Personnellement , je préfère le vin blanc avec les poissons ,
    Pour mes artères , je consomme régulièrement un bon verre de rouge en prononçant régulièrement : Resvératrol…Resvératrol.!!!

    J.L.

  2. Un vin à base de pinot noir, qu’il soit de Nouvelle-Zélande, Californie, Orégon etc…ou de Bourgogne bien entendu, va très bien avec le saumon.

    Le poisson à chair blanche, c’est moins évident avec le rouge; à la limite, un rouge le plus léger possible (à base de cépage gamay par exemple) est envisageable…

  3. Wow, on a même des photos pour agrémenter les chroniques, on n’arrête pas le progrès!
    J’essaierai un vin rouge doux avec poisson, pas certaine mais la chronique est intéressante et vaut la peine de la prendre au sérieux!
    Merci et bonne fin de semaine !!!

    1. Étant amateur de bons vins , oui je suis d’accord avec Dominique. Les vins rouges ne s’accommodent pas souvent avec le poisson, et surtout avec les sauces qui l’accompagne(éviter citron, et vinaigrette).
      On évitera des vins copieux tel des bordeaux grands crus, excellents avec les viandes.
      j’irais avec un bourgogne, cépage pinot, sans oublier que certains producteurs le font très bien en bio.
      essayez le poisson et le vin devraient s’entendre.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

*