Voici le deuxième article sur l’usage des produits de santé naturels durant la grossesse. Après les multivitamines conçues pour les femmes enceintes, les huiles de poisson sont des suppléments sécuritaires et recommandables à bien des égards. Certains produits plus traditionnels, dont le gingembre et la feuille de framboisier, sont également reconnus utiles et sécuritaires chez la femme enceinte, et ce, malgré la controverse.

Huile de poisson

L’innocuité des suppléments d’huile de poisson est telle qu’aucun danger ni effet secondaire important n’est associé à leur consommation, même pour la future mère et son bébé.(1)

Le DHA, qu’on retrouve presque exclusivement dans les poissons, est nécessaire au développement de la structure cérébrale du fœtus, de son intelligence et de son acuité visuelle. La mère transfère, à partir de ses réserves ou de son apport alimentaire, jusqu’à 2,2 g d’acides gras essentiels (oméga-3 et oméga-6) par jour au fœtus. Évidemment, lorsque l’apport alimentaire est insuffisant, le fœtus et la mère en subissent les conséquences. La prise de suppléments d’huile de poisson par la mère semble favoriser un quotient intellectuel supérieur chez l’enfant.(2) On rapporte aussi d’autres bienfaits comme une réduction des allergies chez l’enfant (3) et une amélioration de l’acuité visuelle.

On sait que le risque de dépression post-partum chez la mère augmente avec le nombre de grossesses. La supplémentation en huile de poisson ou la consommation d’au moins deux portions de poisson par semaine protégerait de la dépression post-partum.(4)

Poisson ou végétaux?

Il est important de faire la distinction entre les omégas 3 végétaux (ALA de l’huile de lin ou des noix) et les omégas 3 à chaîne longue des poissons et fruits de mer (EPA et DHA). Pour être utilisables par le système nerveux, les omégas 3 doivent avoir de longues chaînes de carbones. Les omégas 3 végétaux jouent plusieurs rôles dans le corps et seule une très faible proportion de ceux-ci peut être transformée en omégas 3 à chaîne longue. C’est d’ailleurs ce qui explique que le lait maternel des mères végétaliennes (régime végétarien strict sans aucun produit ou dérivé animal) est plus pauvre en DHA que celui des mères qui ont des diètes variées.(5)

Dose

Une femme qui ne consomme aucun poisson ou qui démontre un ou plusieurs symptômes de carence (peau sèche, trouble inflammatoire, etc.) devrait consommer 1000mg d’oméga 3 et plus par jour. Par contre, une dose d’environ 600mg par jour suffit à une femme qui consomme du poisson occasionnellement.

Feuille de framboisier

Les feuilles du framboisier (Rubus idaeus Linn) étaient déjà utilisées en 60 av. J.‑C. Elles servent à faciliter l’accouchement et soulager des troubles digestifs divers. Malgré leur usage aussi ancien que fréquent (même de nos jours), la documentation scientifique supportant leur utilisation est très pauvre. D’ailleurs, plusieurs sources d’herboristerie mentionnent un présumé principe actif nommé soit : fragrine, framamine ou fragerine dont je n’ai trouvé aucune trace dans les références scientifiques… Une autre source mentionne le nom fragarine qui, en fait, ne provient pas du framboisier mais bien de la rue (Ruta graveolens), une plante toxique!(6) Comme quoi il n’est pas toujours évident de s’y retrouver à travers toutes les informations véhiculées!

Les herboristes et les sages-femmes utilisent et recommandent très souvent les feuilles de framboisier.(7,8) Traditionnellement, on leur prête des effets tonifiants et astringents (qui resserre et raffermit les tissus). On les utilise surtout en infusion durant le dernier trimestre, à raison de 1 à 3 tasses par jour. Certains auteurs mentionnent cependant d’utiliser le framboisier durant toute la grossesse à raison de 1 tasse par jour pour les deux premiers trimestres et de 3 tasses par jour pour les dernières semaines.(7,8) D’ailleurs, en usage à long terme, le framboisier pourrait aider à prévenir les fausses couches. Les feuilles de framboisier consommées sous forme de comprimés ou d’infusion n’ont causé aucun effet adverse, ni chez l’enfant, ni chez la mère.(9)

Finalement, histoire gratter un peu plus loin, une référence in vitro mentionne que l’extrait méthanolique (alcool) de feuilles de framboisier a un effet relaxant de la musculature lisse sur un segment d’intestin de cobaye.(10) Cet effet expliquerait peut-être l’usage traditionnel, mais rien n’est moins certain. Lorsqu’on utilise l’alcool plutôt que l’eau (infusion) comme solvant, les molécules extraites de la plante ne sont pas toutes les mêmes. L’extraction par un solvant autre que l’eau ne rend donc pas un produit équivalent à celui utilisé traditionnellement et ce produit ne peut pas prétendre être aussi sécuritaire, du moins jusqu’à preuve du contraire.

Dans un troisième et dernier article sur le sujet, nous verrons les bienfaits du gingembre, l’usage des produits homéopathiques ainsi que certains suppléments à éviter.

Références :

1. Decsi T, Koletzko B. N-3 fatty acids and pregnancy outcomes. Curr Opin Clin Nutr Metab Care. 2005 Mar;8(2):161-6.

2. Helland IB, Smith L, Saarem K, et al. Maternal supplementation with very-long-chain n-3 fatty acids during pregnancy and lactation augments children’s IQ at 4 years of age. Pediatrics. 2003 Jan;111(1):e39-44.

3. Dunstan JA, Mori TA, Barden A, et al. Fish oil supplementation in pregnancy modifies neonatal allergen-specific immune responses and clinical outcomes in infants at high risk of atopy: a randomized, controlled trial. J Allergy Clin Immunol. 2003 Dec;112(6):1178-84.

4. Hibbeln JR. Seafood consumption, the DHA content of mothers’ milk and prevalence rates of postpartum depression: a cross-national, ecological analysis. J Affect Disord. 2002 May;69(1-3):15-29.

5. Lucas M. Données présentée lors du colloque Oméga 3, les experts se prononcent. Québec, Mars 2005.

6. Paulini H, Eilert U, Schimmer O. Mutagenic compounds in an extract from rutae herba (Ruta graveolens L.). I. Mutagenicity is partially caused by furoquinoline alkaloids. Mutagenesis 1987 Jul;2(4):271-3.

7. http://www.birthwithsol.com/herbalallies.html ou Susun S. Weed. Herbal for Childbearing year. Ash Tree Publishing 1996. Woodstock, New York, USA

8. Le Journal de la Guilde des Herboristes, été 2005;10(1): 7-16.

9. Simpson M, Parsons M, Greenwood J, Wade K. Raspberry leaf in pregnancy: Its safety and efficacy in labor. J Midwifery Womens Health 2001;46:51–9

10. Rojas-Vera J, Patel AV, Dacke CG. Relaxant activity of raspberry (Rubus idaeus) leaf extract in guinea-pig ileum in vitro. Phytother Res 2002 Nov;16(7):665-8.

10 commentaires

  1. Bonjour,
    Je suis enceinte de trois mois, et j’aimerai mettre toutes les chances de notre côté.
    Je prends deux cuillère à café par jour d’huile de foie de morue. J’aimerai savoir si c’est une bonne quantité ou s’il faudrait que j’en prenne plus?
    J’ai aussi entendu dire que le magnésium est très bon pour le fœtus.
    Savez-vous me dire si le chlorure de magnésium est bon aussi ? Et qu’elle quantité je pourrai prendre par jour ? Je possède ça en poudre soluble. (20gr pour 1litre)

    J’espère que vous saurez m’éclairer.
    Merci d’avance !
    Sonia

    1. Bonjour Elkha
      L’huile de foie de morue… ça dépend du fournisseur. C’est une bonne source de vitamine A et D et d’oméga 3 mais si la qualité n’y est pas bien contrôlée, la présence de mercure et autres toxines peut ne pas être idéale pour bébé.
      Le magnésium est oui utile mais la concentration que vous me mentionnez ne me donne pas la dose que vous prenez, 200 à 300 mg de magnésium élémentaire est très bien. Il faut la calculer
      Santé!

  2. Bonsoir,
    Je suis enceinte de 38 semaines. Je prenais du Thyrosense avant la grossesse. Là je suis très débalancée, très épuisée, et je reconnais les symptômes de l’hypothyroïdie avancés. J’ai pris deux capsules de Thyrosense pour pouvoir tenter de me sentir mieux car je crains sérieusement que mon désiquilibre de ma glande affecte mon bébé. Je n’ai pas pris d’avantage car j’ai recherchée thérapeute pour bien m’informer. Je sais que j’ai deux capsules de pris, mais je me demande réellement ce que ça provoque au niveau du bébé car je ne trouve aucunement des recherches qui en parle. Seulement des contre-indications sans explication.
    Je vous remercie beaucoup de prendre le temps de lire et de me répondre. Je vous souhaite de passer une excellente soirée!

    1. Bonjour Michelle,
      Deux des ingrédients contenus dans Thyrosense (ashwagandha et guggul) sont risqués pendant la grossesse. Les deux sont considérés comme pouvant potentiellement augmenter les risques de fausse couche. Je vous rassure: une dose de 2 capsules n’est pas suffisante.
      Pour vous aider, avant d’aller voir le MD pour une prescription de synthroid, essayez de consommer des algues de mer. Elles contiennent de l’iode qui pourrait vous aider.
      Mieux vaut vérifier auprès d’une professionnel
      Santé!

  3. Bonjour!
    Je me demandais si il y avait un ratio EPA/DHA optimal en grossesse? Est-ce que l’un est plus bénéfique que l’autre pour le bébé?

    Merci!

    1. Bonjour France,
      Il n’y a pas de ratio optimal reconnu. Au plus, on dira que le DHA est le plus important pour le bébé, mais on doit avoir les 2 omégas 3. Recherchez un apport global des 2 d’environ 1000 mg par jour (plus n’est pas dangereux et peut-être bénéfique).
      Santé!

  4. Bonjour M. Dionne,

    J’aimerais savoir s’il existe un supplément de EPA/DHA totalement sécuritaire pour les personnes avec une allergie sévère aux poissons ou à l’iode.

    Merci !

    1. Bonjour Odette
      Difficile question. Les EPA-DHA sont extraits des poissons. Par contre, les huiles concentrées (plus de 60%) ne contiennent que des lipides et aucune protéine. On est allergique aux protéines pas aux lipides. Mais le risque, si infime soit-il, est là.
      La compagnie Ocean Nutrition Canada, un des fabricants les plus importants au monde, affirme qu’ils n’ont jamais eu de rapport de cas d’allergie.
      Il n’y a pas de EPA végétal. Il existe un DHA provenant d’une algue (Neuromin, matière première par Martek)
      Autrement, il faut passer par des omégas 3 végétaux (lin ou autres) en quantité significative.
      Donc, si votre allergie est une réaction cutanée, donc pas mortelle, allez-y essayez. Si c’est un choc anaphylactique, alors, je ne sais pas.
      Santé!

  5. Bonjour Jean-Yves,

    Je suis surprise de lire extrait méthanolique et non éthanolique. Le méthanol étant toxique pour l’organisme et non l’éthanol. Merci de clarifier.

    Suzanne

    PS J’aime bien lire tes articles qui sont toujours des plus intéressants.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

*