• Recherche

Une toute nouvelle étude publiée dans Journal of Nutrition fait un étrange lien: les personnes ayant un taux de sélénium sanguin élevé ont aussi un taux de cholestérol élevé…(1) Cette observation est obtenue à partir de données recueillies en Grande Bretagne entre 2000 et 2001. Il s’agit bien entendu d’une constatation qui n’est reliée ni à une explication mécanistique, ni à un constat d’augmentation des maladies cardiaques chez ces gens. Le plus inquiétant dans ce constat est que des données similaires ont été recueillies aux États-Unis.(2)

Dans le communiqué de presse basé sur la première étude, on blâme sans aucun remord les suppléments.(3) On affirme que la majorité des personnes prenait des suppléments, sans pour autant mentionner le type de suppléments (comme s’ils contenaient tous du sélénium)…

Dans la conclusion de l’étude, les chercheurs sont plus prudents. Comme ils n’ont aucune explication mécanistique à fournir, ils concluent qu’il faut plus d’études pour établir un lien de causalité.

Vous l’aurez deviné, quelques détails dans la rédaction de l’étude et du communiqué m’irritent:

1- Aucun effort n’est fait pour expliquer ce lien circonstanciel.

2- Il est connu que les sources de sélénium alimentaires peuvent contenir des gras saturés (ex: noix du Brésil), mais dans le communiqué, on condamne immédiatement les suppléments.

3- Est-ce que le sélénium a un effet négatif sur les lipides sanguins? Ou est-il habituellement présent dans des aliments qui, eux, ont des effets délétères? Ou encore, est-ce qu’un taux élevé de sélénium ne pourrait pas être un facteur de protection contre les effets néfastes des lipides élevés (faudrait connaître la prévalence des maladies cardiaques dans les groupes étudiés)?

4- Ceux qui ont écouté l’émission Découverte de Radio-Canada, dimanche le 15 novembre dernier, ont eu un petit aperçu du débat qui fait rage en science médicale: le rôle du cholestérol comme facteur de risque des maladies cardiaques a été surestimé. Les rôles de l’inflammation et de l’oxydation seraient beaucoup plus importants… Le sélénium est antioxydant!

5- Cette tentative maladroite de lier l’usage des suppléments à un effet néfaste me rappelle étrangement une méta-analyse de 2005 qui clamait que les hauts dosages de vitamine E augmentaient le risque de mortalité toutes causes!(4) Méta-analyse qui a été déboutée nombre de fois, mais qui est encore citée. Eh bien, croyez-le ou non, les mêmes chercheurs signent toutes ces études! Comparez les auteurs des 3 références (1, 2 et 4) citées plus bas et vous y verrez des noms qui se répètent. Doit-on voir dans ces études un motif ultérieur, une vendetta contre les suppléments? On serait porté à le croire quand on lit les communiqués de presse qui y vont d’allègres extrapolations et qui citent les chercheurs apportant des conclusions fort différentes de celles des études. On pourrait aussi être gentil et dire, comme les bayésiens, que les a priori (opinions et croyances des chercheurs avant d’effectuer la recherche) biaisent automatiquement les conclusions de la recherche.(5)

Comme quoi, même en science, ce n’est pas parce que c’est écrit dans la gazette… 🙂

À bon entendeur,

Santé!

JYD

Références :

1. Stranges S, Laclaustra M, Ji C, Cappuccio FP, Navas-Acien A, Ordovas JM, Rayman M, Guallar E. Higher Selenium Status is Associated with Adverse Blood Lipid Profile in British Adults. J Nutr. 2009 Nov 11. [Epub ahead of print] PubMed PMID: 19906812.

2. Bleys J, Navas-Acien A, Stranges S, Menke A, Miller ER 3rd, Guallar E. Serum selenium and serum lipids in US adults. Am J Clin Nutr. 2008 Aug;88(2):416-23. PubMed PMID: 18689378; PubMed Central PMCID: PMC2553708.

3. Selenium supplements linked to high cholesterol By Guy Montague-Jones, 17-Nov-2009 www.nutraingredients.com

4. Miller ER 3rd, Pastor-Barriuso R, Dalal D, Riemersma RA, Appel LJ, Guallar E. Meta-Analysis: High-Dosage Vitamin E Supplementation May Increase All-Cause Mortality. Ann Intern Med. 2005 Jan 4;142(1):37-46. Epub 2004 Nov 10. PubMed PMID: 15537682.

5. Inférence bayésienne sur wikipédia

2 commentaires

  1. Intéressant. Des études récentes ont démontré que le mercure inhibe l’angiogénèse des vaisseaux sanguins. Comme le mercure forme un lien très fort avec le sélénium, je me demande s’il n’y aurait pas un lien puisque le rôle du cholestérol serait de réparer les vaisseaux endommagés, non???

  2. Le sélénium est utilisé aussi dans les cas d’intoxication au mercure. Il est un antioxydant, il aide a sortir le mercure et autres toxines. C’est son travail. Le cholestérol a comme mission de faire sortir par les selles les toxines. Si le taux de cholestérol augmente lors que la personne augmente son niveau de sélénium, c’est une excellente nouvelle. Les deux sont en train de faire leur travail.
    Tout peut être interprété à notre avantage et, pour les compagnies pharmaceutiques, les ventes des “médicaments” pour baisser le taux de cholestérol sont une bonne source de revenus. C’est comme dire que, à chaque fois qu’il y a un incendie, les pompiers sont présents. Par conséquence ce sont les pompiers qui ont allumé le feu… Même chose pour le cholestérol…si il est présent, c’est parce qu’il est en train d’éteindre “le feu” en s’attachant aux toxines et s’assurant qu’elles sont éliminées avec les selles.
    Encore aujourd’hui on recommande aux personnes avec taux de cholestérol élevé de ne plus manger certains aliments comme le beurre. Résultat: si la personne consomme la margarine, son taux de cholestérol monte d’avantage parce que la margarine n’est pas un aliment mais un poison.
    Mangeons du beurre et des oeufs, en modération, et nous serons en bonne santé.
    Si ton taux de cholestérol est bas, c’est inquiétant puisque c’est un indice que ton corps ne te défend plus. S’il le taux est trop haut, cherche la source qui te rend malade…le cholestérol va se normaliser tout seul une fois la source éliminée.
    Pour des raisons financières, on nous fait croire que le cholestérol et maintenant le sélénium sont toxiques…
    Merci de l’avoir mentionné Jean-Yves; c’est important de mettre le pendule à l’heure.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

*