La rosacée, aussi appelée couperose ou télangiectasie, est une maladie de la peau qui se caractérise par des rougeurs et de l’inflammation au visage, sur le nez, les joues, le front et le menton. Parfois, la rosacée s’étend aux yeux et entraîne des blépharites (inflammation des paupières). Le terme acné rosacée est souvent utilisé, mais n’est pas correct puisque la rosacée ne cause pas les mêmes lésions que l’acné. Son mécanisme est tout autre.

La rosacée se développe habituellement chez des personnes au teint pâle et vivant dans des climats froids aux variations de températures considérables. Deux phénomènes physiologiques sont impliqués: une anomalie vasculaire (fragilité et dilatation des capillaires, par exemple) et une inflammation des tissus cutanés probablement secondaire à une sensibilité aux facteurs externes (variation de température, ultraviolet). Ces phénomènes affectent l’immunité de la peau et conduisent à des modifications de la flore cutanée. Il s’ensuit une dilatation des vaisseaux superficiels de la peau qu’on nomme couperose ou télangiectasie. Dans certains cas, particulièrement chez l’homme, la rosacée se développe en rhinophyma: un gros nez bulbeux et rouge et dont la peau est plus épaisse, d’apparence cireuse, et comporte de nombreuses glandes sébacées dilatées. Nommé à tort «nez de l’ivrogne» ou «brandy nose», le rhinophyma peut très bien apparaître chez des individus n’ayant jamais consommé d’alcool.(1,2)

Aggravants et déclencheurs

Aliments

Même si on n’a pas encore trouvé de cause directe à la rosacée, on sait que plusieurs aliments entraînent une aggravation des symptômes. Ces aliments varient d’une personne à l’autre, mais en voici les plus fréquents:(3)

  • Les boissons/aliments très chauds (°C)
  • Les aliments épicés
  • Les aliments gras
  • L’alcool
  • Le café
  • Le thé noir
  • Le chocolat
  • Le vinaigre
  • Les épices fortes, assaisonnements, sauces et marinades pimentées (chaudes)
  • Les piments forts – tous types (même le poivre noir peut avoir un effet)
  • Les tomates
  • Les agrumes
  • Les bananes
  • Les prunes rouges
  • Les raisins secs
  • Les figues
  • Les fromages forts ou vieillis
  • Les sucres
  • Les aliments raffinés (pain blanc, pâtes blanches)
  • Le foie
  • La sauce de soja
  • Les extraits de levure
  • L’aubergine
  • L’avocat
  • Les épinards
  • Les fèves de Lima, haricots blancs, pois
  • Le yogourt
  • La crème
  • La vanille
  • Le homard
  • Les crevettes
  • Les édulcorants artificiels
  • Les agents de conservation
  • Les colorants alimentaires
  • Le glutamate monosodique (MSG, E621).
  • L’aspartame et autres édulcorants artificiels

Produits naturels?

Quelques cas d’aggravations de la rosacée ont été rapportés suite à la consommation de vitamines B6 et B12 à haute dose.(4-6) Aucune hypothèse n’a cependant été avancée pour expliquer le lien entre des mégadoses de vitamines B et la rosacée. Par contre, si vous souffrez de rosacée et prenez des suppléments de vitamines B, il peut être intéressant de faire un essai (cesser les suppléments de vitamines B) pour vérifier cette éventualité.

De même, on rapporte un cas d’une personne ayant subit une aggravation suite à l’usage d’un supplément de cannelle.(7)

Autres aggravants

Toutes les situations qui entraînent une augmentation de la chaleur cutanée (activité physique intense, température élevée) et causent ainsi une vasodilatation et des rougeurs, peuvent aggraver la rosacée et exacerber les symptômes. Plusieurs cosmétiques peuvent également irriter la peau déjà fragile: des solvants (acétone, alcool), des agents de pénétration (propylène glycol), des kératolytiques/antirides (acides alpha-hydroxy), des surfactants (laurylsulfate de sodium), des biocides (libérateurs de formaldéhyde, acide sorbique), des écrans solaires (acide paraaminobenzoïque, cinnamates, benzophénones), des produits aromatisants (menthol, alcool benzylique, camphre), etc.(8)

Dans le prochain billet, il sera question des facteurs (intestinaux, microbiens et immunitaires) qui, selon les études, contribuent au développement de la rosacée.

 

Références :

  1. Cribier B. Physiopathologie de la rosacée. Rougeurs, couperose et rosacée. Ann Dermatol Venereol. 2011 Sep;138 Suppl 2:S129-37. PubMed PMID: 21907872.
  2. Fiche couperose sur passeport santé
  3. http://forgoodness-sake.com/2011/02/rosacea-foods-for-and-against/
  4. Martín JM, Pellicer Z, Bella R, Jordá E. [Rosacea triggered by a vitamin B complex supplement]. Actas Dermosifiliogr. 2011 Apr;102(3):223-4. Epub 2011 Feb 5. Review. Spanish. PubMed PMID: 21296310.
  5. Jansen T, Romiti R, Kreuter A, Altmeyer P. Rosacea fulminans triggered by high-dose vitamins B6 and B12. J Eur Acad Dermatol Venereol. 2001 Sep;15(5):484-5. PubMed PMID: 11763399.
  6. Sherertz EF. Acneiform eruption due to “megadose” vitamins B6 and B12. Cutis.  1991 Aug;48(2):119-20. PubMed PMID: 1834437.
  7. Campbell TM, Neems R, Moore J. Severe exacerbation of rosacea induced by cinnamon supplements. J Drugs Dermatol. 2008 Jun;7(6):586-7. PubMed PMID: 18561592.
  8. http://www.rosacea.fr/rosacee-couperose-rougeurs-soleil-regime-froid.php

15 commentaires

  1. Bonjour je suis atteinte d’une Gastroparesie au solide et ce en raison d’une opération de l’estomac à l’âge de 4 ans (ulcère à l´estomac en raison présupposée d’une bactérie). Je suis atteinte d’une rosacee érythème. Des bouffées de chaleur, des picotements sur la peau, j’ai la eau qui brule les yeux rouges et phénomène étrange il m’arrive d’avoir des brûlures au visage la nuit avec l’apparition d’un Masque rouge. Tjrs les extrémités très froides mains pieds et nez et ensuite visage rouge. Est ce que cela a un rapport avec mes précédents intestinaux et ma maladie chronique. Merci beaucoup

    1. Bonjour Planckeel
      C’est possible mais je ne saurais dire avec si peu d’information. Vous décrivez quelque chose qui est inflammatoire et possiblement allergique. Mais d’où exactement il vient ? Il faudrait une consultation et une analyse approfondie de vos différents résultats de test pour mieux comprendre
      Santé!

  2. Bonjour,
    étant végétalienne (low fat whole food vegan), je prends des suppléments de vitamine b12 et D de manière régulière. Avez-vous des suggestions de substitution?

    De même, la liste d’aliments à proscrire comporte plusieurs de mes “essentiels” (tomate, légume à feuille verte-épinards, légumineuses, banane, aubergine…)

    D’ailleurs, dans cet ordre d’idées, les noix feraient-elles partie des “aliments gras” selon vous? Elle sont ma principale source de gras (surtout oméga 3).

    Quel serait le meilleur aliment de base (végétal, bien sûr) pour faire la diète d’élimination que vous suggérez (journal alimentaire)?

    Merci de nous éclairer de vos lumières.
    Merci.

    1. Bonjour Geneviève
      La première chose à faire est le fameux journal alimentaire.
      Ensuite, les aggravants ne sont pas les mêmes pour tous. Certains sont déclencheurs dramatiques pour certains. D’autres, aucun effet.
      Si vous êtes végétalienne, je vous encourage à continuer la B12. Comme je le mentionne dans l’article, ces aggravations sont inexpliquées. Pour les oméga 3, n’aillez pas peur d’en prendre. Les aliments gras sont plutôt les mauvais gras comme les fritures.
      Santé!

  3. Bonjour M Dionne,

    Merci pour cet article qui m’a permise d’avancer d’un pas vers la guérison. En effet je prends un complément alimentaire à base de vitamines ainsi qu’un complément de vitamine D3. Et depuis ça va déjà un peu mieux.

    Malgré tout, il doit vraiment y avoir un lien avec quelconque problème intestinale. Car j’ai effectivement quelques soucis à ce niveau là.

    C’est pourquoi j’aimerais prendre des probiotiques. Résidant à Paris il est assez difficile de faire un choix.

    C’est pourquoi j’ai trouvé un complément à base des souches suivantes :

    Mélange de 10 germes lactiques revivifiables* : lactobacillus paracaséi – lactobacillus rhamnosus – bifidobactérium lactis – bifidobactérium bifidum – streptococcus thermophilus – lactobacillus acidophilus – lactobacillus plantanum – bifidobactérium longum – lactobacillus bulgaricus – lactobacillus lactus, levure de bière revifiable, prébiotiques : fructooligosaccharides à 80 %, anti agglomérant : stéarate de magnésium, gélule : gélatine chlorophylle naturelle.

    J’ai deux questions :
    – Est-ce que ces souches n’aggraveront pas mon acné rosacée ?
    – La levure de bière est-elle à bannir ?

    Je vous remercie infiniment par avance.

    1. Bonjour Blandine
      L’information est incomplète mais je peux vous dire que les lactobacilles n’aggraveront pas la rosacée.
      La levure de bière comme les comprimés de levure cuite, il est possible que ceux-ci aggravent” par contre, je ne crois pas que ce soit importants. Les probiotiques vont améliorer la fonction intestinale donc avoir à long terme un impact bénéfique.
      Santé!

  4. Bonjour M. Dionne,

    Merci pour votre site que je lis avec grand intérêt depuis Paris et que je recommande chaudement autour de moi à toutes les personnes désireuses de trouver une information claire, neutre et bienveillante sur la santé.

    Je suis atteinte de rosacée. Je n’en suis qu’au stade des flushes, mais ils sont handicapants pour moi, et de plus en plus fréquents et impossibles à endiguer cet automne (avant, des crèmes cosmétiques étaient plus ou moins efficaces pour réguler).

    Or depuis l’été dernier, je consomme quotidiennement 1 gélule d’Arkolevure (Saccharomyces boulardii 250 mg + Inuline 90 mg) pour mon confort intestinal… et je lis dans votre article que les suppléments de levure peuvent aggraver les symptômes (mais lesquels ? ) de la rosacée. D’où ma question : d’après vos informations, est-ce que celui que j’utilise, à la dose que j’utilise, peut expliquer pourquoi mes flushes sont de plus en plus incontrôlables ?

    Merci beaucoup par avance pour votre réponse et pour tout le reste de votre site.

    1. Bonjour Emma
      Le Boulardii n’affectera pas votre glycémie ni ne nourrira les levure de type candida dans votre intestin. Les aliments et suppléments mentionnés affectent la glycémie. Plus elle est élevée ou en yoyo (montées et chutes brusques), pire sera la rosacée. L’inuline, les fibres, les probiotiques (comme le boulardii) réduisent les variations de cette fameuse glycémie et le reste de la santé s’améliore.
      Donc, je ne crois pas qu’il y ait un impact négatif.
      Le flushes peuvent être dus à des stress, une alimentation riche en sucre et féculent (indice glycémique élevé).
      Cherchez à manger plus d’aliments à index glycémique faible.
      Utilisez un nettoyeur pour la peau qui contient de l’huile de théier (alias tea tree ou Melaleuca alternifolia) pour tenter d’éradiquer le fameux parasite microscopique qui se loge dans les pores de peau.
      Bon succès

      1. Mille mercis pour vos éclaircissements et conseils ! Je continue donc Boulardii (et le psyllium pour les fibres), mais je vais avoir du mal à manger moins d’aliments à index glycémique élevé (je ne consomme plus du tout de gâteaux et féculents depuis des années, hormis un peu de pain complet et miel le matin)…

        Vos précieux conseils m’ont mis sur de nouvelles pistes : les variations de la glycémie sont peut-être liées à mon heure quotidienne de jogging… à jeun /o Et vos autres articles sur la rosacée m’ont appris que la niacine produit des flushes. Je suppose que j’en ingère en grande quantité, étant donné mon adoration pour le jambon blanc 🙂

        Merci encore !

  5. Bonjour,

    Super article. Par contre je prends un complément alimentaire contenant des vitamines B (B1,2,3,5,6,8,9,12).

    Quand vous indiquez à “haute dose”, de quelles doses s’agit-il ?

    Merci 🙂

    1. Bonjour Fabio
      Çà dépend où vous vous trouvez. Si vous êtes au canada, alors un complexe B à 25mg ou à 50mg travaille bien. Par contre, si vous êtes en France, il peut être difficile de vous procurer plus puissant que les apports nutritionnels. Si vous pouvez vous procurer un complexe B 25mg, ce serait une bonne dose.
      Santé!

  6. Bonjour Jean-Yves,

    Croyez-vous écrire un nouvel article ou une nouvelle chronique concernant la vitamine D, pour cet hiver prochain ?

    Félicitations encore une fois, pour votre excellent travail altruiste et fort utile ! Lâchez pas !
    Car c’est grandement apprécié !

    Bonne Journée Santé !

  7. Bonjour,

    Votre article est bien intéressant. Et je peux faire part de mon expérience : J’ai eu beaucoup de couperose, qui a commencé à se déclencher d’ailleurs au Québec, avec le froid, les différences de température, et les intérieurs fort secs. Je n’ai pas su y faire grand’chose. Mais cette couperose a disparu, de façon suivante : suppression de la cigarette, stabilisation de la tension artérielle, diminution du poids, et retour à un climat moins cpntrasté (cela a-t-il un effet ??) Je pense que pour moi, les deux premiers : cigarette et stabilisation de la tension artérielle ont été les plus importants. Outre la couperose, j’avais des espèces de “flambées” rouge des joues et du cou, à la moindre occasion et tout cela a disparu.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

*