Voici le texte de la chronique En santé autrement du 25 août à L’après-midi porte conseil.

Qu’est-ce qu’ont en commun les mouvements de population (immigration et voyages), le réchauffement climatique et le commerce international? Ce sont 3 sources de développement et d’apparition des plantes adventices.

Qu’est-ce qu’une plante adventice?

Une plante adventice est une espèce végétale étrangère à la flore indigène d’un territoire dans lequel elle est accidentellement introduite et peut s’installer. Ce sont souvent des plantes qui s’adaptent très bien et prennent la place de plantes autochtones. Pensons aux roseaux qui ont remplacés les quenouilles dans les fossés, le long des autoroutes.

Une plante adventice est indésirable à l’endroit où elle se trouve. Elle peut même être une menace pour l’agriculture, notamment dans la culture sous régie biologique(1) (pensez au liseron des haies, pratiquement impossible à arracher avec ses racines de 10 mètres). Certaines sont par contre inoffensives, comme le plantain et le pissenlit.

Source d’information:

1. http://www.agbio.ca/Docs/TechnicalBulletins08/TechnicalBulletin45web_weed_f.pdf

Berce du Caucase

L’été dernier, on a fait grand cas d’une de ces plantes, la berce du Caucase, une immense plante verte (5m) à éviter puisqu’elle peut causer des lésions cutanées, dermatites et autres. (pour plus de détails, voir Berce du Caucase: pas dans ma cour!)

Néprun cathartique (Rhamnus cathartica)

Le néprun est une autre plante adventice potentiellement dangereuse, mais tellement jolie! C’est un arbuste qui peut atteindre 6 mètres (20 pieds) de hauteur. Ses feuilles ovales d’un vert foncé très attrayant sont nervurées et relativement lustrées. Ses fruits ressemblent à de petites cerises noires et poussent directement sur le tronc. Le néprun a été introduit au 18e et 19e siècles. Utilisé comme plante de haie, il s’est disséminé un peu partout parce qu’il est très résistant et s’adapte à toutes sortes de milieux. De plus, certains oiseaux participent à sa propagation.

Il ne faut pas confondre le néprun avec le merisier, ou cerise sauvage, qui donne des fruits plus pâles, ni avec la cerise à grappe (qui pousse en grappes).

Le néprun pousse souvent en ville, dans les haies et les terrains vagues. Ses fruits sont très attirants, surtout pour les enfants, mais attention: ils sont non seulement laxatifs, mais aussi purgatifs!!!!!

Source d’information et photos:

1. Union Saint-Laurent Grands Lacs (USGL), Réseau de surveillance des plantes exotiques envahissantes

Morelle noire (Solanum nigrum)

La morelle noire est une petite plante annuelle vert foncé, de la même famille que la tomate (solanacée), et qui ne dépasse pas 60cm (2 pieds) de haut. Elle atteint habituellement quelques pouces à peine. Ses fruits noirs succèdent à de jolies fleurs blanches en forme d’étoile qui poussent sous les tiges.

photo: Harald Hubich
photo: Harald Hubich

La plante entière contient des substances de la famille de la belladone qui, lorsque consommées, provoquent divers symptômes comme une vision brouillée, des maux de ventre, etc. En quantité suffisante, elle peut même être mortelle!

Source d’information:

1. http://fr.wikipedia.org/wiki/Solanum

Douce amère (Solanum dulcamara)

photo: J.F. Gaffard Jeffdelonge at fr.wikipedia
photo: J.F. Gaffard Jeffdelonge at fr.wikipedia

Cette plante est aussi connue sous le nom de morelle douce amère. Sa tige ligneuse (qui contient du bois) est très souple et peut atteindre 3 mètres de haut. Ses fruits sont rouges et très attirants et sa fleur est violette avec un cœur jaune.

La toxicité de la douce amère est moindre que celle de la morelle noire, mais elle contient les mêmes substances et peut occasionner des maux de ventre. D’ailleurs, dans toute la famille des solanacées (tomate, patate, piment, aubergine, etc.), les tiges sont toxiques et peuvent contenir diverses concentrations de ces substances.

Sources d’information:

1. http://fr.wikipedia.org/wiki/Douce-amère

2. http://nature.jardin.free.fr/1104/solanum_dulcamara.html

Herbe à puce (Toxicodendron radicans ou Rhus radicans, parfois Rhus toxicodendron)

Cette plante, aussi appelée sumac vénéneux ou grimpant, est l’une des plus tristement connues. Elle aime le soleil et pousse aux abords des chemins, chemins de fer et fossés. On la reconnaît à ses 3 feuilles pendantes. Attention, il suffit de la toucher et sa sève, qui contient une substance extrêmement urticante, crée des urticaires et des dermatites chez 85 à 95% des gens.

Vous trouverez de très belles fiches descriptives sur le site d’agriculture Canada (http://www.mapaq.gouv.qc.ca/dgpar/arico/herbierv/anacherbier-toxry.htm) et sur celui du Jardin Botanique de Montréal (http://www2.ville.montreal.qc.ca/jardin/info_verte/fiches/herbe_puce.htm)

Comment l’identifier:

  • Se retrouve habituellement dans des endroits ensoleillés: sur le bord des chemins, sentiers, ruisseaux, champs, etc.;
  • Pousse en talles;
  • Comporte 3 feuilles pendantes lustrées disposées sur une tige montante (pétiole). Les feuilles sont plutôt oblongues et légèrement pointues, le bout est parfois dentelées;
  • Peut avoir des grappes de fruits blanchâtres, parfois rayés de rouge.

Prévention

Évitez tout contact. La sève contient une substance huileuse urticante et allergisante: le toxicodendrol. Comme c’est une huile, ça colle et ça n’est pas soluble dans l’eau.

Attention aux vêtements, gants et autres, qui sont entrés en contact avec la plante. Le mieux est de les jeter. Sinon, lavez-les à l’eau chaude savonneuse, 2 fois plutôt qu’une.

Lorsqu’il y a eu contact avec l’herbe à la puce et qu’il s’ensuit une réaction allergique, le liquide qui s’écoule des vésicules pourrait aussi contenir la substance urticante. Ceci est controversé, mais dans le doute…

Éradication (conseils du Jardin Botanique)

Pour arriver à se débarrasser de l’herbe à la puce, il faut être aussi tenace qu’elle!

· Arracher la plante, enlever tous les rhizomes visibles et travailler le sol fréquemment pour entraver sa capacité de reproduction. Il est important de bien se protéger lors de ces opérations et de nettoyer adéquatement les vêtements et les outils utilisés.

· Étouffer l’herbe à la puce en la recouvrant d’un vieux tapis, d’un épais plastique de couleur noire ou d’un autre matériel durable pendant au moins 1 an. Prendre soin de couvrir le sol jusqu’à 2 m autour du plant.

· En dernier recours, utiliser un pesticide à faible impact dont l’ingrédient actif est l’acide acétique ou le mélange d’acides caprique et pélargonique.

· Se défaire des débris végétaux en les plaçant dans un sac à ordure bien identifié ou en les enfouissant profondément dans le sol. Ne jamais les composter ou les brûler. L’inhalation de fumée dégagée par la combustion de la plante peut causer une réaction pulmonaire sévère.

Traitement

Premièrement, bien laver à l’eau froide courante avec du savon dès que vous savez que vous êtes entré en contact avec l’herbe à la puce. Vous avez environ 10 minutes avant le début de la réaction.

Pharmacie

· Certains auteurs suggèrent de nettoyer à l’alcool pour « dissoudre et éliminer » la toxine;

· Application de compresses Buro-Sol® (un astringent qui « tire » la toxine);

· Onguent de zinc (bof);

· Calamine pour soulager;

· Crème de cortisone pour diminuer l’inflammation;

· Des antihistaminiques (comme Benadryl® ou Réactine®) sont parfois utilisés, mais ne soulagent qu’une partie de la démangeaison.

Alternatives

· Gel d’aloès pour son pouvoir rafraîchissant et cicatrisant;

· Pommade ou compresse à la consoude (même si Santé Canada n’est pas d’accord, ça reste un cicatrisant très intéressant et inoffensif!)

· Homéopathie: Rhus tox 15 CH

Mythe

La dermatite revient tous les ans… pour 7 ans…(7 year itch). C’est faux!!!

Autre source d’information:

http://www.mddep.gouv.qc.ca/pesticides/permis/code-gestion/cpe-indesirable/herbe-puce.pdf

Herbe à poux

photo: Forest & Kim Starr
photo: Forest & Kim Starr

L’herbe à poux (Ambrosia artemisiifolia L.) est responsable d’une grande partie des allergies et des rhumes des foins du mois de juillet jusqu’aux gelées (octobre-novembre… et, avec le réchauffement, peut-être jusqu’en décembre). C’est une mauvaise herbe très répandue. Elle est originaire des prairies et suit les peuplements humains… Cette plante annuelle est inoffensive au toucher, c’est son pollen qui dérange.

Ses feuilles fortement dentelées peuvent rappeler celles des fougères ou des carottes. On la distingue facilement grâce à sa tige qui comporte des fleurs ressemblant à une série de petits chapeaux sans « véritable pétale ». Sa taille varie de quelques centimètres à près d’un mètre.

L’herbe à poux est un problème sérieux, mais il pourrait être assez facilement résolu, si tout le monde le prenait au sérieux… La solution: l’arracher!

Sources d’information:

· Le ministère de la santé et des services sociaux a créé un site Internet complet sur le sujet: http://www.herbeapoux.gouv.qc.ca/index.php?accueil.

· À la ville de Montréal: http://www2.ville.montreal.qc.ca/jardin/info_verte/fiches/herbe_poux.htm

· La Table québécoise sur l’herbe à poux (TQHP): http://www.herbeapoux.gouv.qc.ca/index.php?table-quebecoise-sur-herbe-a-poux

· L’association Pulmonaire Québécoise a fait campagne pour impliquer les gens dans l’arrachage de l’herbe à poux: http://www.passeportsante.net/fr/Actualites/Nouvelles/Fiche.aspx?doc=herbe-a-poux-le-temps-arracher_201006233

Distinguer l’herbe à poux de l’herbe à la puce

La ville de Québec offre un bon document de comparaison: www.ville.quebec.qc.ca/…/affiche_herbe_a_poux_herbe_a_puce.pdf

19 commentaires

  1. Bonsoir

    Je ne sais pas si on peut m’aider, mais au cas ou je tente
    Aujourd’hui en sortant de la piscine, comme a mon habitude je marche dans l’herbe et la! je me fait piquer sous le pied, au départ, ca faisait des picotements comme des orties, sauf que la douleur a commencer a se propager dans tout le pied! si je ne touche pas a l’endroit ou j’ai était piquer ca peut aller, mais dès que je marche, ca me lance a cette endroit et dans tout le pied! Mon conjoint pense que j’ai du marché sur un ton, ou une guépe, franchement, je ne sais pas, j’avais pas mes lunettes sur le nez, donc j’ai pas vu! Ca sait passer il y a environ 6h et j’ai toujours mal, malgré la pommade que je me suis mise plusieurs fois! par quoi ai-je été piquer, pour que la douleur soit intense et se propage dans tout le pied?

    1. Bonjour Jenifer
      Il est probablement trop tard mais la prochaine fois que vous vous faites piquer, appliquer un sou noir. Vieux truc qui peut s’expliquer par une oxydation du venin par le cuivre du sou noir. Alors ça ne coute pas cher 🙂
      Santé!

  2. J’ai un bout de tige de fougère dans le doigt depuis une semaine et maintenant ça a doublé de volume la fougère est toujours présent comment la retirer?

    1. Bonjour Tatel
      Si ça enfle comme ça, il vaudrait mieux voir un médecin. En attendant, il y a plusieurs choses pour aider à “tirer dessus”. Faites tremper dans l’eau assez chaude avec un soupçon d’eau de javel (1 cuil. à table pour environ 3 à 4 litres). Ensuite, des cataplasmes d’argile, une bonne couche, emballée dans un pansement.
      Je ne sais pas où vous résidez, mais ici au Québec, nous avons un produit nommé Osmo-Pak à base de sulfate de magnésium qu’on applique sur ce genre de plaie pour “faire sortir le méchant” et ça fonctionne bien.
      Bon succès
      Sat

  3. Bonjour, j’aimerais savoir si la plante qui brule la peau existe au Quebec.

    J`ai vu un article sur Internet disant qu`elle existe en Belgique mais on en voit qui lui ressemblent beaucoup et je me demande si c’est la plante qui est dangereuse.

    Un peu d’information serait bien apprécié.

    Merci beaucoup,

    Jocelyne Proulx

  4. Moi je l ai contacter sa fait 7 jours et je n ai pas de système immunitaire j ai une gosse plaque dans le dos qui est fait de plein boutons de pu,je suis en prenne de viré folle.Je prend des bains a la ptite vache et je mais de l alcool le jours et le soir de la ptite vache avec de leau qui faire une genre de bouette!L a sa se propage moins mais j ai beaucoup de douleur. Si vous avez eu une grosse réaction comment avez vous fait pour passer a travers de se cauchemar???

    1. Bonjour Nadya,
      Une suggestion, s’il n’est pas trop tard, essayez un produit homéopathique : Rhus tox 9ch en granule. 3 granules sous la langue 3 fois par jour.
      Sinon, le gel d’aloès appliqué libéralement sur les lésions soulage.
      Santé!

  5. Herbe à puce.
    J’ai récemment été infectée par la sève d’herbe à puce au visage. Il est vrai que laver souvent la zone infectée est cruciale mais il est faux de penser que ce qui suinte de la plaie contient de la sève. C’est simplement une brûlure et une brûlure suinte toujours. En près d’une semaine je n’ai plus rien sauf une rougeur. Laver matin et soir. Le matin appliquer un peu de lotion Benadryl ou un équivalent. Le soir laver et appliquer de la calamine. Éviter de vous toucher. Apprenez à la reconnaître. Elle est difficile à voir au printemps mai à partir de la mi-mai, on la retrouve… toujours aussi belle malheureusement! Bonne chance!

    1. Bonjour Danielle,
      Une petite correction. Vous avez raison, ce n’est pas la sève qui ressort des lésions, mais le suintement des papules peut contenir des traces des molécules urticantes. C’est pourquoi le conseil d’éviter de se toucher et de se laver les mains.
      Santé!

  6. je suis en milieu urbain (Montréal),
    je voudrais être capable de retourner des infos par photos et que vous pourriez m’informer sur le type de plante que je ne puis retrouver d’infos ou photos de référence
    est-ce possible ?

    1. Bonjour Alain,
      Je peux toujours faire un effort d’identification, mais sachez que je ne suis pas un grand spécialiste de la botanique.
      Nous avons, à Montréal, un magnifique Jardin Botanique qui offre ce service. Vous pouvez communiquer avec eux.
      Sinon, vous pouvez aussi communiquer avec les gens de Floramedicina, de l’Herbothèque ou encore de Projet en vie. Quelqu’un dans un de ces organismes dédiés à l’herboristerie saura certainement vous aider.
      Autrement, envoyez moi ça par courriel et je verrai ce que je peux faire…
      Au plaisir

      1. Bonjour
        Je suis aller faire du vélo en forêt et j’ai acrocher sur mon passage des herbes que je ne connais pas et depuis j’ai 2 petite cloche d’eau sur 2 doigt et ça démange
        J’aurais aimer vous envoyer une photo
        Merci à l’avance

  7. Même s’il est controversé que la toxine de l’herbe à puce peut se retrouver dans le liquide s’écoulant des vésicules (pores de la peau il me semble), je conseille fortement de se laver -tout le long de la réaction allergique de la peau- à tous les jours avec un produit qui dissout la toxine puisqu’elle est difficile à dégrader. Personnellement, j’utilise le bicarbonate de sodium soupoudré sur une débarbouillette d’eau froide. Pour mon linge imbibé, je le lave séparément à l’eau chaude avec du bicarbonate de sodium. Je conseille autre chose que la calamine puisque la réaction allergique est quand même forte. Par exemple, des comprimés anti-allergies.

  8. Pour la dissolution de l’herbe à puce, j’utilise le bicarbonate de sodium en soupoudrant une débarbouillette mouillée d’eau froide avec laquelle je me lave même après les 10 minutes de réactions car la sève peut se retrouver sur les poils et pénétrer plus tard dans les pores de la peau. Comme dit l’article, même s’il est controversé que la toxine(qui prend beaucoup de temps à se décomposer) peut se retrouver dans le liquide s’écoulant des vésicules, il est bien de se laver à tous les jours avec un produits favorisant la di . Je lave séparément mon linge imbibé de la sève d’herbe à puce, et je le fais à l’eau chaude avec du bicarbonate de sodium. Pour le soulagement de la réaction allergique, la calamine soulage moins bien que les réactines ou tous comprimé anti-allergènes.

  9. POur l’herbe à puce : il faut laver au plus vite la peau qui a touché avec du savon et l’eau FROIDE (et non la chaude qui va ouvrir les ports de la peau et permettre à toxines de rentrer).

    1. Bonjour Pierre
      Merci pour cette correction importante. Vous avez tout à fait raison. La chaleur peut occasionner une plus grande pénétration des substances toxiques.
      Je fais la correction tout de suite.
      Santé!
      JYD

  10. En complément du Rhus tox Se traite bien avec des compresses de Solvarome ( 1 a 2 goutes par onces d’eau tiède 10 minutes trois fois par jour puis pur )

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

*