Les pesticides organochlorés sont des molécules toxiques utilisées principalement comme insecticides et, comme leur nom l’indique, contenant au moins un atome de chlore. Le plus connu d’entre eux est le DDT (dichlorodiphényltrichloroéthane), fort heureusement banni de la plupart des pays industrialisés comme le Canada. Il est par contre encore en usage dans les pays en développement.

Une substance qui perdure

Les organochlorés sont toxiques, même à faible dose, et perdurent dans l’environnement et dans notre corps très, très longtemps. La demi vie du DDT est évaluée à 15 ans dans l’environnement, ce qui signifie qu’en 15 ans, la moitié seulement de la quantité est détruite. On calcule qu’il faut environ 5 à 7 fois la demi-vie pour éliminer complètement une substance, donc, dans le cas du DDT, entre 75 et 105 ans.

Pire encore, dans la chaine alimentaire, le DDT et les autres organochlorés se concentrent en montant la chaine alimentaire. Ainsi, la plante en contient peu, l’insecte un peu plus, et le prédateur encore plus. Comme nous sommes en haut de la chaine alimentaire, nous courons le risque d’avoir des taux élevés d’organochlorés.

En 1985, le Canada a banni le DDT (fin d’utilisation complète en 1990). Donc, nous devrions normalement être en sécurité, mais nous consommons des produits (des fruits principalement) provenant de pays où l’utilisation du DDT n’est pas interdite.

Allez voir Dirty dozen foods pour une liste des fruits et légumes contenant le plus ou le moins de pesticides (organochlorés et autres).

Effets des organochlorés

Des taux élevés d’organochlorés sont associés à des effets physiologiques connus. Par exemple, le DDT et son métabolite, le DDE, sont associés au diabète, à certains cancers, à des perturbations hormonales, à des effets neurotoxiques et à des effets tératogènes chez le fœtus. Le lindane, un autre organochloré, est cancérigène et aussi associé à des effets tératogènes.(1)

Pour en savoir plus sur les organochlorés, les pesticides et autres substances toxiques de notre environnement et surtout sur leurs effets sur notre corps, je vous invite à consulter:

· Le site de Environnemental Defense et le documentaire Toxic nation.

· Le site du documentaire Homotoxicus de Carole Poliquin

· L’Association pour la santé environnementale du Québec (ASEQ) http://www.aseq-ehaq.ca/indexFr.php

· Portail environnement http://portailenvironnement.ca/

Un lien avec la vitamine D

Récemment des chercheurs ont trouvé un autre effet toxique de ces substances.(1,2) À partir de l’étude de cohorte américaine National Health and Nutrition Examination Survey (NHANES) effectuée par les Centers for Disease Control and Prevention (CDC), ils ont choisi d’évaluer 7 pesticides organochlorés dont les taux sanguins étaient détectables chez 80% des 1,275 participants, en 2003-2004. Ensuite, ils ont comparé ces concentrations avec les concentrations sanguines de vitamine D. Surprise! Les taux sanguins de trois des organochlorés (DDT, DDE et un métabolite du Lindane, le β-hexchlorocyclohexane) sont, de façon significative, inversement proportionnels aux taux de vitamine D: plus le taux sanguin de ces pesticides est élevé (donc l’exposition importante), plus le taux de vitamine D est bas.

Cette découverte va dans le sens de la thèse qui veut que de faibles doses d’organochlorés causent une carence en vitamine D. Cette carence serait à son tour responsable du développement de certaines maladies chroniques (diabète, cancer, etc.).

On ne sait pas encore par quel mécanisme d’action les organochlorés pourraient faire chuter les taux de vitamine D. Les chercheurs postulent un effet au niveau du métabolisme de la vitamine D, mais ce n’est pas démontré. Je pense cependant que, peu importe le mécanisme d’action, nous serons tous d’accord pour dire qu’il faut réduire au maximum notre exposition à ces substances toxiques.

La meilleure façon de les éliminer de notre alimentation demeure, encore une fois, la consommation d’aliments locaux et/ou biologiques. Évidemment, la prise de vitamine D ne saurait pas nuire non plus…

Références:

1. Bernhoft Robin, MD, FACS. Do Organochlorine Pesticides Suppress Serum 25-OH Vitamin D Levels in Humans? Natural Medicine Journal, 4/3/2012

2. Yang J-H, Lee Y-M, Bae S-G, Jacobs DR, Lee D-H. Associations between organochlorine pesticides and vitamin D deficiency in the US population. PLoS ONE. 2012;7(1):1-5.

8 commentaires

  1. J,AI LES ONGLES CASSANTS DES DOULEURS ATROCES DANS LES ÉPAULES,LES BRAS MAINS ENGOURDIES.JAMBES ENFLÉES,MAL PARTOUT.PENSEZ VOUS QUE LA VITAMINE D PEUX M,AIDER A RÉSOUDRE UN PEUX LES PROBLEMES
    JE VOUS REMERCIE BEAUCOUP DE VOTRE ATTENTION JE NE SAIS PLUS QUOI FAIRE. FIBROMYALGIE.

    1. Bonjour Cécile,
      La vitamine D peut, peut-être, vous aider, mais ce ne sera pas un miracle. Commencez par des doses de 2000 UI par jour. Question : est-ce que le soleil vous soulage ?
      Santé!

  2. Manger “local” exige qu’on ne mange plus de fruits comme les bananes, les agrumes ainsi qu’une grande variété d’autres fruits sans compter les noix , les dattes etc.? Le riz?
    Aussi j’aimerais savoir si les légumes et les fruits d’ailleurs et le riz seraient automatiquement irradiés. Irradiés par un rayonnement “Gamma”?

    Je vous remercie de nous éclairer, nous en avons drôlement besoin.

    1. Bonjour Lise,
      Je ne suis pas un tenant de la diète des 100 milles qui prône l’achat local exclusif. J’aime encourager les producteurs d’ici. À produit similaire, je choisis celui qui pousse près d’ici. Par contre, les bananes au Canada ….
      Question irradiation, je ne sais pas.
      Santé!

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

*