• Recherche

On ne le dira pas assez, le pire ennemi de votre santé n’est ni la salière, ni le sucrier, ni même le beurrier. LE pire ennemi de votre santé est caché dans les aliments industriels, aussi appelés néfastes food. Qu’il provienne du restaurant ou de l’épicerie, le fast food recèle sans conteste de nombreux ingrédients qui n’ont pas pour but votre bien-être. Comme le dit si bien une petite amie de ma fille de 7 ans: «Quand il y a trop d’ingrédients, ce n’est pas bon pour la santé.»

Tout récemment, on annonçait aux nouvelles que le Canada remporte la palme pour le contenu en sel de certains aliments néfastes food. Tout le monde sait que consommer trop de sel est nuisible pour la santé, que cela peut entrainer de l’hypertension, des troubles rénaux et cardiovasculaires et de l’ostéoporose.(1) Il faut alors jouer au détective et parler la langue des chimistes pour trier le bon grain de l’ivraie lorsqu’on va à l’épicerie. Mais il est bien difficile de limiter le sel lorsque… on ne peut même pas lire l’étiquette du produit! Essayez donc de demander la composition nutritionnelle la prochaine fois que vous irez au restaurant. L’obtenir relève de l’exploit! La solution (facile à trouver, pas à appliquer) serait de s’abstenir autant que possible de manger au restaurant, et surtout dans les fast food.

Les cafés frappés des diverses bannières ont aussi fait la manchette. Le fond mondial de la recherche sur le cancer sonne l’alarme: Le contenu en calories de ces cafés est effarant! Le produit cité dans le communiqué de presse, le Venti Dark Berry Mocha Frappuccino contient à lui seul un tout petit 561 calories… (un Big Mac en contient 495)!

Je veux bien admettre que ledit café, vendu chez Starbucks, est le format chaudière avec de la crème fouettée, mais tout de même! Il contient autant, sinon plus, de gras, de sucre et de calories que n’importe quel péché alimentaire… Le communiqué ne parle pas non plus du type de gras (je vous jure que ce ne sont pas des omégas 3 🙂 ), ni du type de sucre.

Bref, si, comme moi, vous aimez le café, prenez un vrai café… Si vous l’aimez glacé (c’est l’été, quand même), prenez-le coulé sur de la glace et ajoutez-y un peu sucre (de préférence bio), ou même de lait condensé sucré. Il ne sera jamais aussi sucré ni aussi dommageable pour votre santé que celui que vous achetez au magasin de beignes du coin. De grâce, abandonnez les sirops aromatisés, les frappa-machins et les crèmes fouettées, vous vous en sentirez mieux!

Bon été!

JYD

Références:

1. Annie Morin. Les Canadiens ont la dent plus salée qu’ailleurs. Le Soleil – La Presse

2. World Cancer Research Fund UK Iced coffees can contain a quarter of daily calories 27-07-2009

4 commentaires

  1. Bonjour, votre article est trés interessant et j’en profite pour vous inviter sur ma page dailymotion visionner le clip NEFAST FOOD. J’y ai volontairement tout exagéré afin d’être sûr que le message principal passe.
    (humour 3ème degré recommandé et âmes sensibles s’abstenir).
    Bien @ vous.

    1. Bonjour Manu
      Très cru mais très vrai. J’aime bien votre clip. Si on se passe le mot, on pourra peut-être être entendu.
      Au plaisir et bon succès.
      JYD

  2. Bonjour Jean-Yves,

    Les jeunes adultes semblent raffoler de ces produits de café, même ceux n’aiment pas le café ordinaire. Il est vrai qu’ils en sont de très lointain cousins.

    Cependant, pour soigner son image de marque, Tim Horton a mis en ligne un “calculateur nutritionnel”. Bien que curieusement, “l’information détaillée” qu’on y trouve ne procure pas de détails, les adeptes curieux peuvent tout de même avoir une idée de ce qu’ils consomment sur le plan des calories, des lipides, des protéines, des glucides et des fibres.

    Ce type de produits est dangereux en ce sens que le café normalement “inoffensif” sur le plan calorique fait partie du rituel quotidien, mais que consommer ces boissons chaque jour aura des résultats malheureux à la fin de l’été, c’est garanti.

    Bonne journée.

    Jocelyne

    1. Bonjour Jocelyne
      Vous ne sauriez si bien dire. Le problème n’est pas le produit comme tel, mais plutôt l’habitude voire la dépendance au produit. Pensons café, café glacé, boisson gazeuse, boisson énergétique ou même alcool. Une fois, quelques fois… ça passe. Mais qu’arrive-t-il si c’est tous les jours ou, pire, plusieurs fois par jour.
      Les empires commerciaux ne tiennent qu’à la demande. Si la demande s’effondre, l’empire aussi. Donc, ils créent la dépendance. L’empire Britannique l’avait compris…
      JYD

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

*