Tous les ans, des campagnes de relations publiques incitent les femmes à subir régulièrement des mammographies dans le but, nous dit-on, de prévenir le cancer du sein. On nous assure que la mammographie sauve des vies!

Par contre, malgré les campagnes de promotion intensives, la mammographie de routine ne fait pas l’unanimité dans la communauté scientifique et médicale. L’argument émotionnel est très fort, mais les faits (données probantes) le corroborent-ils?

Une étude récente

Des chercheurs du New Hampshire se sont demandés si, effectivement, le fait de détecter précocement un cancer du sein via une mammographie de routine sauve la vie d’une femme.(1) Ils ont évalué le risque, sur 10 ans, d’avoir un diagnostic positif à la mammographie et le risque, sur 20 ans, de décéder d’un cancer du sein. À l’aide d’une base de données américaine (DevCan) établie par le National Cancer Institute(2), ils ont évalué la probabilité que la mammographie sauve des vies et sont arrivés à la conclusion suivante: «La plupart des femmes ayant eu un cancer du sein dépisté à l’aide d’une mammographie n’ont pas eu la vie sauve grâce à la mammographie. Soit elles ont eu un diagnostic précoce (sans effet sur leur mortalité), soit elles ont été sur-diagnostiquées». (traduction libre)

Ce n’est pas la seule étude qui va dans ce sens

En 2009, d’autres auteurs s’étaient déjà attaqués à cette question. En présumant une réduction du risque relatif de décès par cancer du sein de 20% grâce à la mammographie, ils calculent que des mammographies répétées, à partir de l’âge de 50 ans, peuvent sauver 1,8 vies sur 15 ans pour 1000 femmes ayant subies les tests. Le bénéfice apporté par une seule mammographie est de 0,034%, ce qui revient à dire qu’il faut procéder à 2970 mammographies pour sauver une vie! Ils concluent que moins de 5% des femmes ayant un cancer détectable à la mammographie ont eu la vie sauve grâce à ce test.(3)

De récentes revues scientifiques montrent d’ailleurs que l’instauration d’un programme intensif de dépistage n’est pas associé à une régression de la maladie lorsqu’on compare aux pays qui n’ont pas implanté ce type de programme.(4) De plus, certains affirment qu’il faut 8 ans pour qu’une tumeur devienne détectable à la mammographie et que, par conséquent, on ne peut pas vraiment parler de détection précoce.(5)

La mammographie est-elle risquée?

Tous ne s’entendent pas pour affirmer que les mammographies de routine sont bénéfiques. Certains auteurs soutiennent plutôt que ce test peut entrainer des risques. La journaliste Sylvie Simon rapporte les propos du chercheur Dr Henri Pradal qui, déjà il y a 30 ans, affirmait que ces dépistages répétés pouvaient causer du tort et que les radiations utilisées n’étaient pas bénignes. Ce pharmaco-toxicologue va même plus loin en affirmant : «Il est facile de démontrer que la radiographie des seins de toute une population féminine particulièrement exposée au cancer provoque davantage de processus cancéreux qu’elle n’en dépiste.» Et il n’est pas le seul à penser ainsi! Des sommités de la prévention du cancer recommandent aux femmes de refuser la mammographie de routine pour ne pas augmenter leurs chances de cancer.(5)

Sylvie Simon cite également deux cancérologues selon lesquels l’engouement pour ces dépistages radiologiques n’est le fait que d’un monopole lucratif qui tire profit de ces machineries (pour ne pas dire machinations). Pour en savoir plus, lisez l’article de Sylvie Simon.(5)

Une équipe de chercheurs est arrivée à la conclusion que, en présumant une réduction de 15% du risque relatif de décéder d’un cancer du sein grâce à la mammographie, le risque absolu n’est réduit que de 0,05%. Selon eux, la mammographie occasionne 30% de faux positifs et donc de traitements inutiles (biopsie, radiologie, chirurgie), ce qui se traduit en un risque absolu de 0,5%. Ainsi, sur 10 ans, pour 2000 femmes ayant subies des mammographies, une femme aura la vie prolongée, 10 femmes en santé seront traitées inutilement et 200 femmes subiront une détresse psychologique importante durant plusieurs mois à cause de résultats faux positifs.(6)

D’autres chercheurs viennent de publier une analyse dans laquelle ils ont quantifié le risque et le bénéfice et ils arrivent eux aussi à la conclusion que, d’un point de vue de santé publique, les faux positifs et les traitements inutiles l’emportent sur les gains.(7)

Bref, plusieurs chercheurs et experts considèrent que les risques de la mammographie de routine, qu’ils soient liés aux faux positifs, aux radiations ou à l’anxiété importante (et à ses conséquences sur la santé) vécue par plusieurs femmes, dépassent les bienfaits de ce test.

Si la prévention ne passe pas par la mammographie, que peut-on faire?

La détection, si précoce soit-elle, ne peut réellement être qualifiée de prévention (voir à ce sujet Prévention ou détection précoce?). La semaine prochaine, j’aborderai la vraie prévention: Que pouvez-vous faire individuellement (et je parle aussi aux hommes) pour empêcher le cancer de se pointer.

Références:

1. Welch HG, Frankel BA. Likelihood that a woman with screen-detected breast cancer has had her “life saved” by that screening. Arch Intern Med. 2011 Dec 12;171(22):2043-6. PubMed PMID: 22025097.

2. National Cancer Institute. DevCan: Probability of Developing or Dying of Cancer. http://surveillance.cancer.gov/devcan.

3. Keen JD, Keen JE. What is the point: will screening mammography save my life? BMC Med Inform Decis Mak. 2009 Apr 2;9:18. PubMed PMID: 19341448; PubMed Central PMCID: PMC2670293. (texte complet gratuit)

4. Autier P, Boniol M, Gavin A, Vatten LJ. Breast cancer mortality in neighbouring European countries with different levels of screening but similar access to treatment: trend analysis of WHO mortality database. BMJ. 2011 Jul 28;343:d4411. doi: 10.1136/bmj.d4411. PubMed PMID: 21798968; PubMed Central PMCID: PMC3145837.

5. Mammographie : Les risques graves et très graves passés sous silence. par Sylvie Simon, journaliste. Dimanche 23 janvier 2011, http://sylviesimonrevelations.over-blog.com/article-mammographie-les-risques-graves-et-tres-graves-passes-sous-silence-65582490.html

6. Gøtzsche PC, Nielsen M. Screening for breast cancer with mammography. Cochrane Database Syst Rev. 2009 Oct 7;(4):CD001877. Review. Update in: Cochrane Database Syst Rev. 2011;(1):CD001877. PubMed PMID: 19821284.

7. Raftery J, Chorozoglou M. Possible net harms of breast cancer screening: updated modelling of Forrest report. BMJ. 2011 Dec 8;343:d7627. doi: 10.1136/bmj.d7627. PubMed PMID: 22155336; PubMed Central PMCID: PMC3234304.

34 commentaires

  1. Votre article me fait froid ds le dos..A l age de 32 ans,j ai decide de faire un lifting de ma poitrine, on m a fait passé une mammo avt l operation et une un an après, tout etait ok. Aujourd’hui j’ai passe une echo car les cicatrices me tirent et le radiologue m’a parlé d’une distorsion suite à la chirurgie..Est-ve grave?? J ai le sentiment d’avoir cherche les problèmes..

    1. Bonjour Charlier
      Ce que vous décrivez est un problème mécanique dû aux cicatrices et adhérences. Ce n’est pas grave. Incommodant, certes mais pas grave.
      Santé!

  2. Bonjour. Suite à un écoulement mamelonnaire, une mammographie et une échographie mammaire m’in été prescrites. Pensez-vous que je puisse me contenter de l’écho seule?
    Merci.

    1. Bonjour Christine
      Contrairement aux mammographies de dépistage, vous avez des symptômes spécifiques qui devraient être invesitgués. Donc, dans votre cas, j’irais.
      Santé!

  3. Bonjour Annick

    le post est ancien , j’espère que tout va bien pour vous et que vous êtes en rémission, votre Cancer ressemble étrangement à celui de ma mère on lui a fait passé un test génétique et on lui a découvert le gène BACR 2 , il y a deux autre cas dans ma famille ça propre mère et la sœur de sa mère c’est pour cela qu’elle a eu droit au test Génétique ….
    Elle avail fait une mammographie en Mai 2006 qui était parfaite … début octobre elle avait un bleu sur son sein … elle a insisté auprès de son généraliste pour avoir une mammographie ( il ne voulait pas lui la prescrire ) c’est la qu’on a découvert son cancer …
    je pense scincerement qu’il serai préférable de prescrire si la personne le souhaite un test génétique au femmes ayant des antécédents familiaux et privilégié l’irm beaucoup moins traumatisant pour les seins et plus précis pour un diagnostique précoce . La mammographie confirme souvent un cancer de stade 2 ou 3 et rarement in situ …
    je pense aussi que les cancers génétiques sont beaucoup plus nombreux mais parce qu’il est coûteux il n’est pas prescrit et plus important encore les femmes ont peur de faire ce test car les résultats si il sont positifs constituent une sorte d’épée de damoclès pour elle est pour les femmes et les hommes de la famille qui seraient éventuellement porteur de ce gène .
    Ma sœur et moi avons fait ce test et nous sommes les seules à l’avoir fait … les frères et sœurs de ma mère ont peur et ne le feront pas … le cancer génétique et virulent et une prise en charge précoce peut en venir à bout

    Courage à vous

    Graziella

    1. Bonjour et merci pour votre réponse Graziella.
      Les seins sont biens et en santé, merci… mais cet été, lorsque je me suis fracturé le fémur on a découvert des métastases dans l’os – cela a expliqué que je boîtais depuis 8 mois. Étrange que les 3 médecins (mais surtout l’oncologue) que je voyais n’ont pas eut la sonnette d’alarme lorsque je leur parlais de la douleur à la jambe et hanche… En tout cas, ce n’aura pas été la mammo qui aura sauvé ma vie. C’est moi qui a découvert la tumeur.
      Pour ce qui est du test génétique, ce sera la prochaine étape après les traitements de chimio terminés. Je vais participer à un essai clinique qui vise justement à traiter selon le gène trouvé.
      Bravo pour avoir eut le courage de faire le test.
      Annick

    2. Bonjour Graziella
      merci pour votre témoignage
      Il y a pourtant une réponse que le test ni la science ne donne : Qu’est-ce qui induit ce gène. C’est beau connaitre la faiblesse mais si on ne sait pas ce qui l’active alors on est à la case départ à la merci de la peur. Si l’épigénétique nous donne la réponse, alors le fait de savoir qu’on est porteur d’un quelconque gène viendra avec la capacité de se prendre en main et de prévenir réellement la maladie. Pour l’instant, nous ne sommes que proies à la peur. La génétique n’a pas changé depuis des dizaines de milliers d’années. alors pourquoi ce gène du cancer existe-t-il encore ? Pourquoi est-il si virulent aujourd’hui ?
      Tant de questions sans réponse. J’ai beaucoup d’espoir en l’épigénétique mais peu dans la génétique telle que véhiculée en ce moment
      Santé!

  4. Bonjour JY,

    Merci pour cet article fort intéressant. Après un diagnostic en janvier de cette année, une chirurgie pour retir, Her2+), 16 traitements de chimio, 20 de radio, Herceptin toutes les 3 semaines durant 1 an, j’ai décidé que je ne subirai plus de mammo, mais plutôt une résonnance magnétique. Ce n’est pas couvert non plus en Australie, mais je le préfère à la mammo. À quelle fréquence le recommanderiez-vous, dans mon cas?

    Enfin, j’ai commencé le tamoxifen, qui semble me donner davantage d’effets secondaires de la ménopause, qui a été induite par la chimio…(j’ai 45 ans) je ne sais pas si je pourrai le poursuivre pendant 5 ans comme l’oncologiste le recommande. J’ai arrêté les produits laitiers et la viande rouge, serait-ce suffisant combiné à une saine alimentation et une vie active, pour éviter une récidive vous croyez???

    Tous mes voeux de bonheur à vous et vos proches pour 2012.

    Annick

  5. HISTOIRE D’ALLÉGER LE SUJET, ou la tension (mammaire) des “allergiques” à la nature…

    Hélène dit: “En tous les cas, si les hommes devaient se faire radiographier les testicules avec la pression qu’on y met pour les seins des femmes, je vous assure qu’il n’Y aurait pas grands hommes qui seraient aller et surtout on aurait surement inventer un appareil qui fait moins mal….”

    J’avais, sur cette idée de la tolérance à la douleur de la majorité des hommes, trouvé une solution pour lutter contre la surpopulation. Avec les progrès de la chirurgie, on pourrait sembler étonné(es) que personne n’aie eu l’idée de faire procréer les hommes ! Résultat garanti de baisse de la natalité !

    Sinon, j’ai eu pour une fois de la chance dans mes mammos. L’écrasement a été supportable car j’ai les seins assez gros et qui tombent. Mon premier complexe m’a alors aidée! Et quand j’avais mal au quotidien, mon gynéco me disait que c’était normal et sans gravité (si l’on peut dire!) car les baleines de mon soutien appuyaient sur un nerf. Intéressant comme aide thérapeutique!

  6. Enfin quelqu’un qui parle séreusement de cette situation. Ma grande copine est maintenant décédée de cette maladie (cancer du sein). Elle allait pour la mammographie depuis cinq ans, ils lui disaient toujours, à chaque année que cela était négatif mais quelques jours après la mammographie négative, elle a découvert une bosse avec le tantonnement et voilà l’aventure négative a commencée et terminée malheureusement. J’ai jamais eu confiance en cette ancienne méthode, elle est dépassée et j’ai encore moins confiance depuis se cas.

  7. Merci de votre réponse Monsieur DIONNE.

    J’avais également essayé le gel d’aloès sur une gaze. Mais pas de résultat à part une douleur plus intense et lorsque le gel sèche aie!… tout colle après la brûlure! Je vais donc plutôt verser directement du jus d’aloès.
    Je vous souhaite d’excellentes fêtes de fin d’année.

  8. Bonjour Monsieur DIONNE,
    Je me permets de vous demander ce que je dois faire pour accélérer la cicatrisation d’une brûlure à l’intérieur du poignet provoquée par une projection d’huile bouillante. Depuis 3 semaines, je fais des cataplasmes d’argile alternés avec d’autres additionnés de lavande aspic et ça ne fait que suppurer. Je souffre malgré que je me suis fait également traitée par mon magnétiseur.Merci de votre aide.

    1. Bonjour Brigitte
      Ma meilleure suggestion serait du gel d’aloès. Le gel appliqué localement et fréquemment augmente les mécanismes de guérison de la peau et des muqueuses.
      santé!

  9. Cher JY me revoilà avec une information d’une de mes collèges.

    Il paraît qu’il y aurait une nouvelle méthode pour faire la mammographie. Une méthode non douloureuse offerte dans certaines cliniques privées.

    Est ce vrai et si oui, quelle clinique privée offre cette mammographie ?

    Merci beaucoup
    MFR

    1. Bonjour MFR
      Il existe des thermographies et aussi une nouvelle technologie au laser. Voir le commentaire de Rébecca à ce sujet. Je dois avouer que je ne connais pas ces technologies mais si elles sont moins invasives (douloureuses/traumatisantes), alors OK. Par contre, elles ne sont probablement pas couvertes par la RAMQ. C’est à Vérifier.
      Santé!

  10. Bravo pour votre remarque Maryse. En tous les cas, si les hommes devaient se faire radiographier les testicules avec la pression qu’on y met pour les seins des femmes, je vous assure qu’il n’Y aurait pas grands hommes qui seraient aller et surtout on aurait surement inventer un appareil qui fait moins mal. Il y a une fois après une mammo, j’ai eu un hématome sur un sein tellement ils ont pressé fort.Je n’ai pas de gros seins, alors ils ont essayé d’étirer à outrance avant de comprimer ensuite.Ouch !!! Décidément comme dit JY il faut y aller seulement s’il y a un doute après un examen du médecin. Et pour la personne qui disait de passer un écho avant, c’est ce que j’avais déjà fait, mais le radiologiste recommandait une mammo.

    Et que penser d’une résonance magnétique à la place ? Il paraît que c’est encore plus précis.

    Bonne journée à tous
    hélène

  11. Et est-ce qu’on va “radiographier” la population entière pour détecter un cancer des reins, des poumons, de la thyroïde, de la prostate … ?
    Bravo pour cet article !

  12. Bonjour cher JY et tous les lecteurs,
    J’ai lu attentivement les articles sur les mammographies à recevoir ou non annuellement, publiées ici.
    J’y en perds mon latin…..
    Finalement, conseillez vous ou non ces mammographies annuelles???
    Je les reçois depuis plus de 10ans ( aux 2 ans) tel que recommandé.
    Je vis un stress énorme chaque fois dans l’attente d’une réponse positive….ou négative….
    Sans compter la douleur de se faire écraser les siens. ( Méthode archaïque s’il en est une!…).
    J’ai une cousine qui a décidé de ne pas y aller. Elle a 63 ans et il n’y a pas de prob. de cancer dans la famille.
    Qui a raison …elle ou moi???
    Risques vs résultats: on y va ou pas?
    Merci et bonne Fêtes à tous !
    MFR

    1. Bonjour MFR,
      Oui, difficile de se prononcer.
      Selon les principaux experts indépendants, la mammographie de routine, tous les ans ou 2 ans ne livre pas la marchandise. Elle ne fait pas baisser le taux de cancer, n’augmente pas la survie, provoque des stress indus et des douleurs et provoque plus de faux positifs que de détection précoce. ET, selon certains, n’est pas exempte de risque.
      Par contre, pour répondre à certaines critiques, le test lui-même, lorsqu’il est effectué suite à la recommandation du médecin parce que ce dernier (cette dernière) perçoit un doute ou un indice qu’il pourrait y avoir un cancer, n’est pas remis en question.
      Il faut savoir que ce test diagnostic, comme bien d’autres, a sa place dans l’arsenal. Il n’est pas parfait mais il est utile.
      C’est l’exagération de vouloir le répandre à toute la population qui est remise en doute.
      Et, pour suivre votre commentaire particulier, s’il n’y a pas de risque familial, pourquoi la subir ?
      Santé!

  13. Moi aussi je m’adresse à celles qui témoignent. J’ai vécu plus ou moins les mêmes situations avec obligation de “double lecture” contradictoire. Oui, bonjour le stress! Mais les deux fois ou je me suis trouvée moi-même des kystes, “on” m’a garanti à la palpation qu’ils n’avaient rien de cancéreux. De plus en plus sceptiques sur la mammo, on m’envoie systématiquement un “contrôle gratuit” que je stocke de plus en plus longtemps au fur et à mesure que je me dis: ” À quoi bon d’être irradiée pour rien”. J’y ai eu aussi droit pour la thyroïde qui a bon dos en cas de “dépression dont l’origine n’est pas diagnostiquée”. Maintenant, on m’envoie des kits pour remuer mes selles alors que j’ai refusé de les recevoir. J’ignore si ça se passe de la même façon au Québec, mais en France, les amis du Président s’en mettent plein les poches sur le dos des femmes. Vous avez dû entendre parler du Médiator…
    Là, j’ai de plus en plus mal… d’être française.

  14. Pour que le programme de dépistage du cancer du sein “atteigne ses objectifs”, il faut que 70 % des femmes de 50 à 69 ans participent au programme.
    Ce n’est pas atteint: participation à 40 – 50 % … peut-être moins !
    Il ne le sera jamais car les femmes ne veulent pas d’une mammographie qui les traumatise.
    Ceux qui disent vouloir “notre bien”, ne sont pas à l’écoute des femmes.
    Mammographie = trauma pour moi.
    Même si j’ai déjà fait la promotion de ce programme.
    Je suis très contente de lire cet article !
    Même si on rapporte une pression trop forte sur nos seins, les techniciennes ne font pas de cas de notre douleur.
    J’ai l’impression qu’on me blesse les seins par la pression trop forte.
    J’ai hâte de lire le prochain article sur la prévention
    Merci Dr. J-Y Dionne !

  15. j’ai passé une seule fois une mammographie, pour me faire dire qu’il ne savait pas s’il y avait quelques choses ou pas, que ce n’était pas clair….et si je passais une écho cela aiderait, mais je devais payer pour l’écho , c’était dans la période des fêtes je ne voulais pas attendre , ok j’ai payé, et à peine quelques minutes d’écho….il n’y a rien seulement des amas graisseux, mais revenez dans un an….je n’y suis jamais retourné. Ma copine à peine qq mois après a vécu pratiquement la même chose mais dans une autre clinique , et là elle a eu a avoir une écho et de plus une biopsie, que de stress. Je me suis toujours demandé pourquoi donc il n’y aurait-il pas seulement qu’un écho……

  16. Cher JY et ici je m’adresse à tout le monde

    Quel bel article. Je prétends que le cancer du sein que j’ai eu il y a 17 ans, est dû à la multitude de mammographies que j’ai subies dans le passé. Ayant des seins polykystiques dès la puberté, à partir de 25 ans environ, un gynécologue m’a fait passé des mammographies à tous les ans. Au bout d’une quinzaine d’années, je suis tombée sur un “vrai ” radiologiste compétant qui m’a dit d’arrêter de passer ces tests car de toute façons avec des seins ayant de multiples kystes, il est impossible de diagnostiquer clairement quoi que ce soit et que la meilleure façon de prévenir un cancer, est de faire l’auto évaluation de mes seins moi-même à chaque mois. Et c’est ce que j’ai fait et c’est comme ça que j’ai découvert il y a 17 ans cette petite masse dure qui a été enlevée et qui ne s’est pas répandue dans les ganglions, ce qui m’a sauvée d’avoir de la chimio, seulement de la radiothérapie. J’ai dû après l’opération subir encore des mammos, mais après 2 ans, j’ai décidé de tout arrêter et ma chirurgienne m’a dit “pas la peine de revenir me voir si vous ne passez pas de mammos”. Je ne l’ai donc plus revue. Et là encore ma gynécologue m’a dit de retourner voir mon médecin de famille parce que je refuse de prendre des Actonel pour l’ostéoporose. Il faut être fort pour résister à la pression médicale, mais je vous le dis, depuis que je connais M. Dionne, ma vie a repris son sens avec quelqu’un comme lui pour m’accompagner dans ma vie quotidienne. Merci encore à M. Dionne pour votre soutien moral et vos bons conseils pour la pharmacologie et la médecine naturelle.
    Que tout vous soit propice en ce merveilleux temps des Fêtes et surtout bonne continuation en 2012.
    hélène

  17. Bonjour,

    Que pensez-vous de la mammographie laser?
    J’ai trouvé de l’information sur: http://www.ino.ca/fr-ca/Realisations/Description/projet-p/mammographie-laser.html
    “Système de mammographie SoftScanMD développé par l’INO pour ART Recherches et Technologies Avancées de Montréal.
    un système d’imagerie optique par laser pour diagnostiquer et caractériser les anomalies dans les tissus humains et les lésions cancéreuses au moyen d’une source lumineuse sécuritaire pour la personne. Ce nouveau système, maintenant commercialisé par ART sous le nom de SoftScanMD, fournit des renseignements relatifs à la fonction et à la physiologie d’une lésion, comme l’irrigation tissulaire, la teneur en oxygène et en eau du sang, et permet de caractériser une lésion comme étant bénigne ou maligne.”

    Merci,

  18. Bonsoir Jean-Yves !

    Une fois de plus vous confirmez avec références ce que j’ai toujours intuitivement ressenti. Sans parler de la pression des gynécos très “accordés” avec les radiologues.

    A Pierre Marie, naturopathe: Il est évident que l’alimentation Bio ne préconise pas de lait d’origine animale comme tous les soignants qui pratiquent le Bio…

    Jean-Yves, je vous remercie encore de m’avoir éclairée dans mes errements. J’ai cessé TOUTE allopathie. Je vais mieux si ce n’est le stress engendré par l’attente du papier CU de la Direction Départementale de l’Environnement qui protège plus ses arrières que l’environnement. En province française, j’attends à l’hôtel depuis deux mois et mes meubles sont au garde-meubles. Voici un an que j’ai enfin compris l’absurdité d’un stress qualifie d’ENDOGÈNE !

    Je constate en lisant Suzanne qu’elle a dû absorber un tas d’autres cochonneries que le tabac grâce aux bienfaits de l’industrie agro-alimentaire… Maïs transgénique? Coca-Cola? etc.
    Quelle tristesse pour moi de voir autour de moi de jeunes femmes complètement démolies, dont ma fille qui ne veut toujours rien entendre. :-(( . Ici, génération des 30-40 ans, obsédés par la réussite professionnelle, égocentrique et très speed.

    Vous serez cité en première instance dans le livre que j’écris. Totalement convaincue et engagée dans le même combat que vous. Je ne cesserai de clamer que la France est plus qu’en retard au regard du Québec qui m’a toujours fait rêver… si ce n’est le froid.
    Oui, on peut tout changer en soi si on le veut. Même à presque 60 ans. J’espère que mon expérience servira de modèle à tester…

    Je vous souhaite donc avec Claire Bourque, d’heureuses Fêtes de fin d’année.

    Bien cordialement.

    Alice

  19. Bravo pour toute cette information !

    J’ai “enduré” une mamo une seule fois et j’ai dit au médecin que la prochaine sera faite avec une machine qui ne m’écrase pas les seins au point d’en vomir !

    J’attends toujours qu’on me dise que cette équipement est disponible. J’ai reçu plusieurs invitations pour le dépistage automatique. Selon moi, plusieurs femmes vont mourir de leur belle mort sans savoir qu’elles ont porté un cancer à quelque part et c’est bien comme çà.

    Souhaits de bonheur et de paix à toutes (tous) !!

  20. Simplement pour vous remercier de votre excellent travail et vous offrir, à vous et aux vôtres, mes voeux pour un très joyeux Noël et une très bonne année 2011.

    Claire Bourque

  21. Il ya des questions complémentaires à se poser sur L’origine des cancers:
    -Le progesseur Henri Joyeux, cancérologue et chirurgien célèbre dans son livre femme si vous saviez dit clairement que les anovulants ( hormones chimiques très puissantes)augmentent de beaucoup les risques de cancer du sein.
    – Bien manger veut dire quoi? suivre le guide alimentaire canadien est à l’inverse de la santé( ignorance des méfaits du lait, du blé, des pesticides). Quand on sait l’effet nocif du lait sur le développement des tumeurs…
    – Les chocs émotionnels déclenchent beaucoup de cancers des organes sexuels.Quand la personne a eu un choc émotionnel important: a t’elle su exprimer émotivement sa souffrance?
    Voilà un éclairage précieux , je parle à la lumière de mon expérience de thérapeute.
    Pierre Marie, Naturopathe agréé.

  22. comment voulez vous quond s’oriente pour decider ce qui est bon ou pas, moi la medecine m’as sauve a 28 ans ou plutot c’etait pas mon tour, j’ai confiance a mon medecin et suis ses conseils meme si a l’occasion elle peut se tromper, je crois au deux medecine traditionelle et alternative qui veux dire prendre des produits naturel toute la difference est la aide toi et le ciel t’aideras

  23. Bonjour JY as-tu lu le récent livre du Dr Christian Boukaran Radio chirurgien et oncologue : Le pouvoir anti cancer des émotion Éd de l’Homme :une percé dan ls mainière de voir et de traiter la réalité …:)

  24. Je vais CONTINUER à recevoir une mamo annuelle malgré ces études!! En ’99, mon md a tâté quelque chose que moi-même j’arrivas mal à distinguer. Donc mamo, suivi d’un agrandissement, suivi d’une biopsie à l’aiguille suivie de rdv avec chirurgienne et biopsie sous anasthésie= pré-cancer, micro-calcifications. alors OUI, je vais continuer à aller passer une mamo annuellement…. Je n’avais que 46 ans. J’ai eu mes enfants avant 30 ans, je les ai allaités tous les 2 pendant 7 mois, je n’ai jamais fumé, je m’allimentais bien, était active. ALORS??? comme a dit la chirurgienne à l’époque=”malheureusement, ça ne va pas au mérite”….

  25. Je me fous de toutes ces prétendues études. On m’a diagnostiquer un cancer du sein grâce à une mammographie. L’examen régulier des seins n’avait absolument rien détecté.
    Mon cancer fut détecté précocement comme vous dites. 1,5 Cm. mais il avait déjà atteint les ganglions. Est-ce que la mammographie sauve des vies? Probablement non mais elle permet un diagnostic précoce qui augmente les chances de survie. Je sais que je mourrai probablement de ce foutu cancer mais si j’ai gagné 10, 15 ou 20 ans de vie acceptable de plus, vous ne croyez pas que cela vaut la peine? Moi je le crois et je brûle toutes ces études qui ne basent que sur des présomptions. Je poserais la question autrement: la mammographie a-t-elle déjà tué des femmes? Je crois qu’on veut seulement divertir les sommes investies à la prévention du cancer du sein des femmes à d’autres fins.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

*