Depuis longtemps, le néfaste food est ciblé par les experts comme cause primordiale de l’obésité, du diabète et de nombreuses maladies métaboliques en augmentation dans nos sociétés occidentales dite civilisées. La pire des malbouffes est sans contredit les boissons gazeuses sucrées (ou sans sucre), incluant les boissons énergisantes.

Le 24 avril 2012, la Coalition québécoise sur la problématique du poids (Coalition Poids) lançait le nouveau volet de sa campagne de sensibilisation à ce sujet. Conjointement avec l’Association pour la santé publique du Québec, ils ont produit un vidéo particulièrement éloquent sur la puissance marketing des compagnies productrices de ces boissons et sur l’omniprésence des distributrices. On les retrouve dans les épiceries, les dépanneurs, les magasins grandes surfaces et les magasins d’escompte (les «tout pour 1$»), mais aussi les pharmacies et même les hôpitaux… Je vous encourage à visionner le vidéo Les boissons sucrées: toujours à portée de main.

Dans le communiqué de presse Les dessous du marketing des boissons sucrées – Tome 3: Les boissons sucrées: toujours à portée de main, la coalition pose la question fondamentale: «Comment considérer les boissons sucrées comme des breuvages à consommer à l’occasion alors qu’elles sont partout, très accessibles et qu’elles bénéficient d’une mise en marché agressive?» En 2006 aux États Unis, les compagnies ont «dépensé 195 millions de dollars pour cibler les enfants et les adolescents dans les points de vente.»

Comment pouvons-nous, comme parents, lutter contre ces géants alimentaires passé maitre dans l’art de débusquer l’inconscient du consommateur et de cibler l’émotionnel? Quand le consommateur est un adulte éduqué, passe toujours. Mais quand le consommateur ciblé est un enfant, nous ne sommes pas à armes égales.

Non seulement faut-il que, comme individus, vous et moi fassions front commun contre ces atteintes à notre santé, mais il est temps que les autorités, nos ministères et gouvernements, s’impliquent réellement, par des gestes concrets, dans la prévention de la maladie. Il est urgent de limiter la capacité de ces compagnies à livrer leur poison. Il faut diminuer cette omniprésence.

D’ailleurs, il faut souligner à ce titre l’initiative du Centre hospitalier universitaire (CHU) Ste-Justine, à Montréal, qui a changé le contenu de ses machines distributrices pour le rendre plus santé.(1)

Nos sociétés ont gagné des batailles importantes contre les marchants de maladies que sont les fabricants de tabac. La guerre n’est pas terminée pour autant, à preuve, l’augmentation des fumeurs chez les jeunes.(2) Ne serait-il pas temps d’adopter la même approche envers le néfaste food, en particulier les boissons nocives?

L’épidémie d’obésité et de diabète est à nos portes. Nos systèmes de santé, hôpitaux et autres, ne peuvent pas y faire face. Il est primordial de s’attaquer à la source du problème puisque, une fois l’obésité morbide et le diabète de type 2 implantés, le traitement est hors de prix, les complications sont ingérables et la faillite du système est en vue.

La prévention n’est pas très coûteuse, mais la volonté politique pour la mettre en place est absente.

Références:

1. Choix santé dans les machines distributrices: l’exemple du CHU Sainte-Justine

2. Santé Canada, Sommaire des résultats de l’Enquête sur le tabagisme chez les jeunes 2008-2009

Photo: PCHS-NJROTC

11 commentaires

  1. 3 fois bravo! Tout à fait en accord. Il est plus que temps que nos gouvernements agissent. Tu le dis si bien, le système de santé ne pourra pas faire face à la demande si nous n’agissons pas. Il y en a qui sont contre l’intervention gouvernementale prônant la liberté de choix!!! Foutaise! Il faut absolument limiter l’accès du publique à ces poisons délicieux causant une dépendance! Les géants derrière le marketing ne doivent plus avoir le droit de cibler les jeunes (en bas de 18 ans).

  2. Bonjour à tous,

    Je me sens tellement mieux depuis que j’ai éliminé le sucre. J’utilise juste du sirop d’érable lorsque nécessaire et c’est délicieux. A votre santé.

  3. je me déplace à vélo pour aller travailler et je ramasse les cannettes en chemin. J’ai bien remarqué le nombre croissant de cannettes de boissons énergisantes ces 2 dernières années. C’est décevant!

  4. Salut Je crois que la base commence par l éducation alors.. apprenons a nos jeunes a lire les étiquettes…EX.quand il écrive sans NITRITE c est faux d après l épicerie il ont juste changer le nom, RÉVEILLONS NOUS et arrêtons d être inconscient…cher humains ÉVEILLONS NOUS avant que le cancer ronge la terre….

  5. bonjour, pourrais-je savoir quelles sont les matières dangereuses pour notre santé dans les boissons gazeuses car je ne suis pas un grand consommateur mais je prends du diète afin d’éviter le sucre mais est-ce je prends à mon insu des choses plus néfastes?

    1. Bonjour Laurent.Je crois que le diète n’est pas mieux,car il contient de l’aspartame.Et l’aspartame n’est pas bon pour la santé.

    2. Bonjour Laurent,
      Commençons par les édulcorants artificiels, aspartame, acesulfame K, etc. Ensuite, les colorants. Il y a aussi l’acide phosphorique. Sans parler de la cannette elle-même en aluminium enduite de polymère à l’intérieur… source de BPA et autres agents… Dois-je continuer ? Comprenez-vous maintenant pourquoi je considère les boissons gazeuses comme des poisons? Il n’y a rien de bon dans ces cannettes.
      Santé!

  6. Va pour le sucre partout mais on ne perd rien pour attendre pour les OGM….et leur cortège de maladies sous-jacentes : nous n’aurons même pas le droit de savoir si il y en a de préssent dans nos aliments courants sauf si on s’abonne ou s’ADONNE AU CERTIFIÉ BIOLOGIQUE

  7. Bravo Jean-Yves pour ce très bon article ou tu mets en lumière l’importance de la prévention.Si seulement les gens pouvaient juste réaliser la richesse qu’il possèdent lorsqu’ils sont en santé , ils ne dilapideraient pas leur précieuse fortune à coup de Big Mac , boissons gazeuses et orgies alimentaires de toutes sortes …

    La prévention est vraiment de mise si on ne veux pas s’enfoncer dans un trou dont on auras bien du mal à ressortir.

    J’ai malheureusement goûté à la maladie et je peux dire que parfois , ce n’est pas bien loin de l’enfer alors pour les actions préventives , je dis un GROS OUI !

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

*