Selon une nouvelle récente du journal britannique The Gardian, l’orthorexie serait en augmentation. Le mot orthorexie a été inventé en 1997 par un médecin américain de Californie, Steven Bratman, pour décrire un comportement pathologique, au même titre que l’anorexie, dans lequel les malades sont obsédés par l’alimentation saine. Ils sont portés à faire des choix santé exagérés et à cesser de consommer nombre d’aliments considérés comme mauvais. La liste habituelle des aliments exclus est:

· Sucre

· Sel

· Caféine

· Alcool

· Blé et gluten (présent dans les grains SABOT: Seigle, Avoine, Blé, Orge et T pour triticale et les autres vieux blés: épeautre et kamut)

· Levures

· Soya

· Maïs

· Laitages

À cette liste, on peut ajouter:

· OGM

· Glutamate monosodique (GMS ou MSG)

· Couleurs et saveurs artificielles

· Tous les produits qui ont été en contact avec des pesticides ou des herbicides

· Tous les noms d’ingrédients que le commun des mortels ne comprend pas…

Bref, l’orthorexie est en augmentation en Angleterre et probablement ici aussi. Mais n’est-il pas facile de comprendre cette propension à vouloir trop bien manger? On n’a qu’à écouter ou lire les nombreuses nouvelles qui ont trait à tel ou tel nouveau cancérigène, telle ou telle substance impliquée dans telle ou telle maladie ou, pire encore, lire mon blog! 😉

Mais où trace-t-on la ligne entre la pathologie et la modération intelligente? L’augmentation de l’orthorexie est-elle réelle ou simplement perçue? Au début des années 90, un ami médecin est passé pour un hurluberlu parce qu’il a exigé qu’on sorte la distributrice de boissons gazeuses de la clinique médicale où il travaillait (ou était-ce un CLSC?). Aurait-il pu être classé parmi les orthorexiques (si le mot avait existé à l’époque)? Aujourd’hui, on se bat contre la malbouffe; ce que j’appelle le néfaste food. Mais, il n’y a pas si longtemps, les pharmacies vendaient des cigarettes! C’est grâce à des hurluberlus comme cet ami que les gens sont de plus en plus conscients des dangers des néfastes foods.

Je ne veux pas nier que certaines personnes aient de réels problèmes obsessifs qui peuvent nuire à leur qualité de vie, mais j’ai un peu peur qu’on utilise ce terme à toutes les sauces. Si une personne se nourrissant de néfastes foods (qu’elle possède ou non un diplôme médical) me traite d’orthorexique, dois-je me faire soigner? Dans un contexte comme celui-ci, est-ce que l’orthorexie est un désordre alimentaire ou le reflet d’une conscience plus éclairée?

Je vous laisse répondre, mais avec toute la schnout que certaines compagnies alimentaires veulent nous faire avaler, lire les étiquettes et éliminer certains ingrédients me semble un choix logique et santé.

Si l’orthorexie vous tente 🙂 , ne vous fiez surtout pas aux logos de choix santé apposés sur certains aliments. Qu’ils représentent l’endossement d’une fondation pour le cœur ou le diabète ou qu’ils proviennent de la compagnie manufacturière, ils représentent rarement de vrais choix santé! Ce genre de logo encourage la déresponsabilisation et frôle la manipulation.

À bon entendeur…

JYD

Références:

1. Hill, Amelia. Healthy food obsession sparks rise in new eating disorder. The Gardian, 2009 August 16, London UK.

2. Healthy eating ‘disorder’ on the rise 17-Aug-2009

17 commentaires

  1. Bonjour,
    Je suis étudiante en 2eme année de BTS Diététique et j’aimerais faire une étude sur l’alimentation des personnes atteintes d’orthorexie. Si vous êtes atteinte de cette maladie, votre aide me serait très précieuse pour réaliser mon mémoire de fin d’année. Je ne vous prendrais pas beaucoup de votre temps et vous resterez anonyme.
    Si vous voulez bien m’apporter votre aide (sur quels aliments se base votre alimentation, ceux que vous privilégier et pourquoi, l’équilibre de vos menus,…) vous pouvez me contacter par mail : oriane.henneuse@limayrac.fr
    Je vous remercie par avance,
    Oriane

  2. Bonsoir,
    ma soeur vient de m’anoncer que victime de vertiges, elle a supprimé tous les aliments contenant du gluten et d’autre part le sucre car cela “l’énerve” Par ailleurs, elle évite les fromages qui lui provoquent des flatulences
    ne risque t’elle pas des carences (elle a 50 ans) de plus, elle fait des examens car il lui semble avoir des pertes de mémoire
    que lui conseilleriez-vous pour tous ces problèmes
    d’avance
    merci

    1. Bonjour Armelle,
      Je ne suis pas sûr que le problème soit les carences alimentaires. À vous lire : vertiges, anxiété, pertes de mémoire à seulement 50 ans… entre les lignes, on peut présumer plus important. Donc mon premier conseil est de consulter.
      Ensuite, si on ne parle que d’alimentation, on peut très bien avoir une alimentation santé complète sans produit laitier ni gluten. Par contre, il faut s’informer pour connaître l’alimentation végétalienne correctement. Il existe des cours, des livres, des associations et des sites internets.
      Santé!

  3. POUR CHANGER VOTRE VIE

    J’expérimente l’absence totale de blé dans ma diète depuis plus de 15 ans et vous confirme la véracité des propos alarmants de “Pourquoi le blé nuit à votre santé” du Dr William Davis qui vient de paraitre. (dispobible: Librairies Renaud-Bray).

    – Blé (bio ou non, sous toutes ses formes) et grains aparentés sont hautement toxiques pour tout le corps et un nombre important de mécanismes régulateurs.

  4. Bonjour,

    Je suis journaliste et je travaille à la préparation d’un reportage sur l’alimentation.
    J’aimerais justement aborder le sujet de l’orthorexie, et je recherche donc des témoignages afin d’aborder au mieux ce sujet.
    (Personnellement je pense que nous sommes bombardés d’informations sur ce qui est “bon” ou “mauvais” sur la nourriture et que depuis plusieurs années nous mangeons la peur au ventre! Selon moi l’alimentation rime avec équilibre et plaisir… et que peut-être nous manquons d’éducation à ce sujet.)
    Bref merci d’avance pour votre aide
    Lise W

  5. Bonjour,

    Je suis étudiante et j’ai decidé de consacrer mon travail de maturité sur l’alimentation saine et l’hortorexie.

    Malheureusement je n’arrive toujours pas à comprendre la différence entre faire atention à son alimentation et être orthorexique?

    Moi même je porte beaucoup d’atention à mon alimentation, je trouve cela normal s’est une hygiène de vie que nombreux ont perdu.. Mais alors que veut dire réellement être orthorexique?

    1. Bonjour Érika,
      Primo, la différence entre orthorexie et la recherche de la bonne alimentation est dans l’exagétation et les contraintes que s’impose la personne qui souffre d’orthorexie. Un personne qui souffre d’orthorexie va se priver de plusieurs types d’aliments, de plusieurs types d’activités de peur d’avoir à ingérer ce qu’elle perçoit comme étant un mauvais ingrédient.
      L’orthorexie commence par la volonté de bien s’alimenter, mais dérive vers un comportement pathologique où l’aliment perçu comme mauvais devient littéralement un poison dans son esprit.
      Allez consulter, sur passeport santé, différents textes qui portent sur le sujet.
      L’Orthorexie……….est-ce que ça vous concerne?
      Manger trop sainement, est-ce possible? Gare à l’orthorexie!
      Bonne recherche.

  6. Bonjour monsieur Dionne,

    Je trouve votre article très intéressant!

    Je voudrais savoir si vous avez entendu parler d’un phénomène inverse à celui du syndrome de l’alimentation parfaite, c’est-à-dire une tendance qui serait une rébéllion envers la saine alimentation. Comme si certaine personne serait tellement révolté envers l’alimentation parfaite qu’ils favoriseraient une alimentation néfaste pour leur santé et ce tout en étant concient du risque pour leur santé. Un phénomène qui serait plus grave que celui du fast-food ou de la malbouffe, puisque les gens en serait conscients. Uue tendance dans laquelle être en mauvaise santé et obèse serait une sorte de gloire.

    Si oui, j’aimerais avoir de l’information sur le sujet ainsi que votre opinion.

    Merci,
    Jolyanne

    1. Bonjour Jolyanne,
      Je connais pas ce syndrome spécifique, mais il est tout à fait plausible, surtout avec le battage au sujet de l’alimentation et de la santé, que quelqu’un s’oppose, volontairement ou non, à l’adoption de ces habitudes alimentaires et que sa réaction soit directement opposée à l’effort que l’on fait pour les faire “bien manger”.
      Beaucoup de travaux ont été faits sur les changements de comportement liés à la cessation du tabagisme. Allez voir le site de l’nstitut national de santé publique du Québec pour voir la présentation du modèle de Prochaska
      Cette approche s’applique aussi à l’alimentation.
      Au plaisir,
      JYD

  7. Bonjour Jean-Yves,

    Le phénomène de la malbouffe, l’augmentation fulgurante de l’obésité au sein de notre population, l’augmentation des problèmes de santé reliés au surpoids, la sédentarité sont des sujets que je considère d’une extrême importance.

    En ce qui me concerne, le terme orthorexie m’était tout à fait inconnu. Cela étant dit, pour moi un orthorexique serait une personne qui ne peut plus manger adéquatement puisqu’en faisant la lecture de la liste que tu as fournie une personne obsédé par l’alimentation saine ne pourrait plus se trouver facilement de quoi se nourrir convenablement.

    Je ne serais pas insultée non plus qu’on me considère un peu orthorexique. Ce serait en quelque sorte un compliment qui voudrait dire que je me préoccupe de ma santé en faisant attention à ce que je mange.

    J’aime quand même les sucreries et je mange une patate frite de temps en temps.

    Salutations et merci pour tes chroniques.

    Suzanne

    1. Bonjour Suzanne
      Comme le mentionne si bien Carolyne dans un commentaire sur le même sujet, la différence entre orthorexie et quête d’une alimentation meilleure est dans la peur ou la phobie que représente le néfaste food de même que la définition de plus en plus restrictive que prend la bonne alimentation. Pour s’en convaincre, il n’y a qu’à jaser avec un crudivoriste (ceux qui ne mange que cru), un végétalien (qui ne mange que végétal) ou quelqu’un qui revient de l’Institut Hypocrate…
      Bref toutes ces approches très strictes quasi religieuses de l’alimentation ne portent pas vers un comportement alimentaire sain.
      JYD

      1. Vous oubliez de dire que quelqu’un qui revient de l’institut hippocrate est débarassé de beaucoup de ses maladies!… Nous venons de suivre un cours chez Crudessence et Kirlian Café pour nous rendre compte que l’alimentation vivante et les superfoods nous offrent un plus grand choix que le régime typique nord-américain. Nous sommes fier d’être orthorexique (si ça vous amuse de nous étiqueter) et je peux comprendre que ça déplaise à l’agroalimentaire et à tout ceux qui gravite autour des multi-nationales!!!

        1. Bonjour Cars,
          On ne devient orthorexique que quand les interdits alimentaires prennent plus de place que le reste. Si vous êtes heureux dans ce type d’alimentation, c’est parfait. Par contre, comme toute approche alimentaire, il faut que ce soit un choix personnel. Ce choix doit être révisé selon son propre ressenti.
          Santé!

  8. Bonjour Jean-Yves,
    Je crois qu’à la base, la principale différence entre une conscience éclairée et une pathologie est le facteur ‘PEUR’.
    La peur de contacter une maladie grave pour certains peut mener à un comportement excessif en croyant que l’alimentation ‘parfaite'(qui est très relative ) règlera tout. Choisir des aliments santé de façon éclairée joue un grand rôle pour conserver ou améliorer sa santé, mais bien d’autres facteurs comme les ‘émotions’ avec lesquelles on mange ,sont aussi d’une grande importance.

    Comme tu en fais allusion, les excessifs ou les marginaux d’aujourd’hui sont probablement les normaux de demain…

    Article intéressant !

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

*