• Recherche

 

Après avoir suivi des gens durant 35 ans, des chercheurs danois ont constaté que les coureurs qui pratiquent leur sport au moins une heure, une fois par semaine, sont plus en santé, se sentent mieux dans leur peau et ont une espérance de vie de 6 ans plus longue (6,2 ans pour les hommes et 5,6 ans pour les femmes)!!! Pendant les 35 ans du suivi, le risque de décéder des joggers était 44% moins élevé que celui des non-joggers. Bref, nous devrions tous sortir nos souliers de course! 🙂

Le maximum de bénéfice est obtenu chez ceux qui courent à un rythme lent à modéré pour une période de 1 à 2½ heures par semaine. Donc, nul n’est besoin de devenir marathonien ou sprinter pour profiter des bienfaits de la course.

Ces résultats proviennent de l’étude de cohorte Copenhagen City Heart Study qui suit 19 329 personnes dont l’âge, au début de l’étude (1976), se situait entre 20 et 79 ans. Le Dr P Schnohr, cardiologue, a présenté ces conclusions lors du congrèsEuroPRevent (Dublin, Irlande) qui se veut une plateforme de discussion, d’enseignement et de promotion de la prévention cardiovasculaire.

L’activité physique en général

Dans une autre publication à propos de la même cohorte, le Dr Schnohr et son équipe ont montré que les personnes qui s’adonnent à une activité physique d’intensité modérée à intense ont des réductions importantes du risque de plusieurs maladies par rapport à ceux qui n’en font pas et vivent plus longtemps:

Réduction du risque de maladie chez les sportifs

Maladie

Intensité moyenne

Intensité élevée

Maladie coronarienne

– 29 %

– 44 %

Cancer

– 23 %

– 27 %

Mortalité toute cause

– 22 %

– 25 %

Gain en espérance de vie calculé à 50 ans chez les sportifs

Sexe

Intensité moyenne

Intensité élevée

Hommes

+ 4,9 ans

+ 6,8 ans

Femmes

+ 5,5 ans

+ 6,4 ans

Bref, peu importe l’activité physique, ce sont la régularité et l’intensité qui confèrent les bénéfices. Joggez, sautez, dansez, nagez et vivez longtemps en santé!

Bon été à jouer dehors!

Références:

1. Regular jogging shows dramatic increase in life expectancy European Society of Cardiology.

2. Joggers Live Longer, Possibly Happier, LivesBy Peggy Peck, Executive Editor, MedPage Today: May 04, 2012.

3. Schnohr P, Lange P, Scharling H, Jensen JS. Long-term physical activity in leisure time and mortality from coronary heart disease, stroke, respiratory diseases, and cancer. The Copenhagen City Heart Study. Eur J Cardiovasc Prev Rehabil. 2006 Apr;13(2):173-9. PubMed PMID: 16575269.

7 commentaires

  1. mille merci pour tous vos conseils.j’aimerai en avoir un peu plus sur la bonne alimentation,lorsqu’on veut maigrir,enfin c’est peut être trop personnel,merci.marie.

    1. Bonjour Marie,
      C’est surtout trop long. La première suggestion serait de consulter une nutritionniste ou encore prendre des cours de cuisine végétarienne. Il n’y a rien de mieux pour ouvrir les horizons.
      Santé!

  2. J’ai récemment eu la chance de tomber sur ce très récent documentaire de la BBC portant sur l’activité physique et la santé , qu’on peut retrouver sur Youtube. C’est très bien fait et sans prétention (comment peut-on ne pas aimer un documentaire de la BBC ?)…

    http://www.youtube.com/watch?v=tyQSzx0ofto

    “Bref, peu importe l’activité physique, ce sont la régularité et l’intensité qui confèrent les bénéfices.”

    Je crois que c’est le message-clé. En réalité, on commence tout juste à mieux connaître quels sont les avantages santé offerts par un type d’activité physique donné par rapport à un autre (ex.: course vs. sprint). Il m’apparaît également intéressant de souligner qu’on oublie souvent la musculation quand on parle d’activité physique et de santé. Contrairement à la croyance populaire, on sait maintenant que la musculation apporte autant, sinon parfois plus de bénéfices santé que les activités dites “cardiovasculaires” pourvu que cela soit bien fait (ex.: course), la prévention et/ou traitement du diabète de type 2 et de l’ostéoporose en sont un bel exemple. À tort ou à raison, la musculation souffre encore d’un “problème d’image” au sein du public, probablement à cause de la perception selon laquelle seuls les “culturistes” et les “gym rats” en pratiquent.

    De plus, comme on s’en doutait depuis un bon moment déjà, il devient de plus en plus clair que la réponse santé à l’activité physique est une chose hautement individualisée; au point qu’on sait maintenant qu’il existe des individus ”hyper-répondants” (ex.: ceux qui gagnent 5 kg de masse musculaire à la simple vue d’une haltère) comme il existe des individus “non-répondants” (ex.: ceux qui passent à “Qui Perd gagne”) aux effets de l’activité physique. On commence à identifier les différences génétiques expliquant en partie cette observation. Les recommandations en matière d’activité physique pour les bénéfices santé sont encore rudimentaires pour l’instant, mais la recherche dans ce domaine progresse très vite avec des nouvelles questions. Par exemple, je trouve très intéressant la problématique des longues heures passées assis dans une chaise quotidiennement par la plupart des individus; il semble que cela soit très nocif pour la santé, du moins beaucoup plus qu’on le croyais avant.

    Sur ce, passez un excellent week-end ! 🙂

  3. Je m’inquiète de l’impact du jogging sur les genoux. Au début des années 80, à l’âge d’or de l’aérobique, toutes les personnes que je connaissais qui courraient ont dû arrêter pour cause de blessures aux genoux. Après, il y a eu la mode de l’exercice à faible impact et puis maintenant le jogging est de retour en force…!

  4. Je suis incsrite depuis maintenant 8 mois a un club de course. Apres 3 mois, je courais 5km. Ma condition physique s’est amelioree considerablement !!! Il y a meme un homme de 82 ans adns notre club. Je conseil cette activitee a tous.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

*