• Recherche

Dans l’article du 10 octobre dernier, Êtes-vous responsable de votre santé?, j’ai introduit la notion de continuum santé. J’aimerais aujourd’hui partager avec vous ma vision de ce continuum.

Le premier tableau ci-dessous donne les différents axes de ce continuum, axes sur lesquels s’alignent les différentes approches santé du second tableau.

Notez bien que toutes les approches citées dans ce tableau ont leurs places! Quand on subit un accident routier et qu’on a le bras droit dans la main gauche, il est temps d’aller à l’urgence. Le système hospitalier de maladie est extraordinairement puissant pour s’occuper des catastrophes et des urgences.

Par contre, ce même système est loin d’être aussi efficace quand il s’agit de traiter et de renverser les maladies chroniques. Il est également mal adapté à la prévention: il n’y a pas de prévention dans la médication (voir Des médicaments à vie pour les bienportants?), ni dans la détection précoce (voir Prévention ou détection précoce?, Des tests, toujours plus de tests!), et ni dans la chirurgie.

Ainsi, lorsqu’il est question de maladies chroniques, de bien-être au quotidien, seul l’individu peut se prendre en main. Seul l’individu peut guérir. En remettant sa responsabilité dans les mains de quelqu’un d’autre, on va vers la solution «facile», la solution qui «fait l’affaire» maintenant, mais qui ne vise pas l’amélioration de la qualité de vie à moyen ou long terme.

Se connaître, s’informer, se traiter

Dans le monde médical, prôner l’autodiagnostic ou l’automédication relève de l’hérésie. Il est clair que l’individu, moi le premier, n’est pas équipé pour porter un diagnostic médical. Par contre, tous les diagnostics n’impliquent pas nécessairement une pathologie qui mérite ou nécessite un suivi médical.

Personne n’est mieux placé que moi pour connaître mes problèmes, mes symptômes, mes douleurs. Si je me sens mal, je sais qu’il faut faire quelque chose. Avec les bonnes informations (des informations spécifiques, adaptées à ma réalité et individualisées  – que je peux aller chercher chez différents professionnels), je suis également le mieux placé pour décider de mon traitement.

Se prendre en main, c’est prendre le contrôle de sa santé grâce à:

  • Des informations
  • Des outils
  • Des gestes
  • Des habitudes

Le fameux cholestérol

En parlant prévention, amélioration de la qualité de vie, correction de désordres fonctionnels, on peut facilement poser des gestes efficaces pour améliorer toute sa santé. L’exemple du cholestérol est patent. Si, après un suivi de routine chez le médecin, le diagnostic tombe : votre taux de cholestérol est trop élevé. Vous avez fondamentalement 2 choix:

1-    prendre un médicament

2-    prendre votre santé en main en améliorant vos habitudes de vie, votre alimentation, votre stress, etc.

Dans le premier choix, vous entrez dans une cascade d’évènements qui mènent en ligne droite à une augmentation de la thérapie médicamenteuse. Il est bien connu que, dans la majorité des traitements chroniques, un médicament en appelle un autre, avec comme conséquence une dépendance au système médical (rdv, tests, etc.) et tout un lot d’effets secondaires.

Dans le second choix, vous entrez dans un monde d’amélioration de toute votre santé. Si vous améliorez votre alimentation, que vous intégrez plus d’activité physique au quotidien et que vous apprenez à mieux gérer votre stress, vous réduisez votre taux de cholestérol ET vous dormez mieux ET votre énergie vitale s’améliore ET vous vous prémunissez contre l’hypertension et les autres troubles cardiovasculaires. Bref, vous vous sentez mieux.

Nul n’est besoin d’attendre le diagnostic du médecin pour reproduire le même scénario de conscientisation et de prise en charge. Cela peut commencer par une sensation, (fatigue, baisse de la résistance au stress, trouble du sommeil, gain de poids, etc.), par une visite à la pharmacie où l’on prend votre tension artérielle, par une clinique de dépistage du cholestérol, etc. Vos choix sont alors les mêmes que ci-haut:

1-    Vous allez voir le médecin pour une prescription

2-    Vous décidez de vous prendre en main et apportez les bons changements.

Mon but n’est certainement pas de dire qu’il ne faut pas consulter le médecin, loin de là! Le médecin a sa place dans le continuum thérapeutique, et il est souvent celui qui sonne l’alarme. Par contre, particulièrement dans un contexte où l’accès aux services est problématique, mieux vaut décider de faire le maximum pour soi avant de tomber malade et de devenir une autre statistique hospitalière.

Bonne démarche santé!

30 commentaires

    1. Bonjour Colette
      Très intéressant mais
      1- assurez-vous d’avoir un produit de qualité
      2- ne fiez pas uniquement à ce produit, si bon soit-il, assurez vous de manger les bons aliments.
      Santé!

    1. Bonjour Johanna
      Je suis ambivalent. D’un côté, le DHEA et surtout le dérivé 7kéto DHEA (aussi 7 OXO DHEA) est une hormone aux effets antiâges intéressants. De l’autre, il a le vilain défaut de se transformer en estrogènes chez les hommes et en testostérone chez les femmes. C’est d’ailleurs pourquoi le 7Kéto a été fait.
      Je ne crois pas que le DHEA devrait être une substance contrôlée comme ici au Canada mais peut-être pas un Produit naturel en vente libre comme au USA.
      Santé!

  1. bonjour M Dionne

    Félicitation pour cette article ,vous touchez a un point essentiel soit reprendre notre santé en main.
    merci.
    J’aimerais avoir votre avis sur le commentaire du Dre Demers au sujet de la vitamine D.
    merci de me repondre

    Claire .

  2. Allo Jean-Yves

    Merci pour tous ces détails. Il ne me reste qu’a abamdonner ces statines Mon taux de cholesterol est
    parfait mais on me conseille de prendres CRESTOR car
    paraitrait que ma génétique pourrait être responsaable
    de mon futur médical. Qu’en pensez-vous?

    Ce CRESTOR est accompagné de ATACAN et ceci même si
    ma pression est normale.

    Merci pour tous ces renseignements et santé.

    Michèle.

    1. Bonjour Michèle
      La génétique a le dos large. Tant qu’on ne vous donnera pas les activateurs et inhibiteurs des gênes en question… le fait de savoir que votre génétique a un défaut… ne vous dit rien du tout.
      Si vous voulez protéger votre santé et votre système cardiovasculaire, les omégas 3 à bonne dose et les fibres alimentaires (il n’y a pas de maximum)(les fibres dans les aliments), les légumes colorés foncés sont tous vos amis. Beaucoup plus préventif que n’importe quelle pilule.
      Santé!

  3. Bien d’accord avec vous! Et lorsque les gens remettent leur responsabilité dans les mains des professionnels de la santé, c’est mieux de fonctionner! Sinon, on entend de multiples plaintes. Il faut aussi mentionner la culture de la peur que les médecins utilisent pour que leurs “patients” prennent leurs médicaments. Si vous ne prenez vos médicaments contre le cholestérol, vous ferez un autre infarctus et vous risquez d’y passer, cette fois-ci. Je trouve que trop peu d’informations sont diffusées par les médecins sur les moyens possibles pour réduire les doses, améliorer la qualité de vie et prévenir la récidive. C’est vraiment malheureux, car les gens sont manquent souvent d’informations.

  4. Bonjour M. Dionne, merci pour votre article. Concernant la vitamin D, moi aussi je prend 3000 mgs en 3 doses et je n’ai plus de douleurs musculaires et articulaires. Mon médecin voulait me préscrire des anti-inflammatoires. Anna.

  5. Bonjour!
    J’ai particulièrement apprécié votre article cette semaine, merci!
    J’ai une petite question:
    Dans le tableau des axes du continuum de santé, vous mettez en opposition d’un côté la responsabilisation/conscientisation et de l’autre la délégation. Pouvez-vous m’expliquer la différence? Où se situe l’empowerment dans cet axe?
    Je vous remercie beaucoup! Bonne journée 🙂
    Léonie Matteau, étudiante infirmière

  6. Je suis d’accord avec vous pour dire qu’on peut et même qu’on doit se prendre en main pour prévenir ou contrôler les maladies chroniques.

    Cependant, votre exemple du contrôle du cholestérol me semble inapproprié. L’hypercholestérolémie me semble justement une maladie imaginée par les cies pharmaceutiques afin de vendre une panoplie de médicaments.

    J’ai lu avec beaucoup d’intérêt les livres des dr de Lorgeril et Even. Mon bagage académique et professionnel me portent à croire que tel qu’avancé par ces professionnels, les statines sont plus nocives qu’utiles. Personnellement, jamais je ne m’inquiéterai de mon taux de cholestérol. Avant 50 ans, il était tout à fait normal. Mon CHO sanguin augmentera au fur et à mesure qu’il ne sera pas utilisé pour fabriquer des hormones. C’est normal. Je ne prendrai pas le risque de détruire mes synapses et accélérer l’installation de la démence ou d’augmenter mon risque de cancer au profit des pharmaceutiques.

  7. Ce billet nous fait réfléchir d’une façon constructive. Pour moi, les mots clés sont ”conscientisation” et ”prise en charge”. Des mots qui font en sorte que l’on garde le cap vers un style de vie sain.
    Merci.

  8. Quel article essentiel! Votre message devrait faire l’objet de campagnes d’intérêt public. C’est un discours que l’on entend trop peu.

    Malheureusement, on a tendance dans notre société à traiter les médecins comme des dieux. Évidemment, ils jouent un rôle essentiel; toutefois, cela ne signifie pas que si on n’a pas leurs diplômes, on est trop “niaiseux” pour agir sur notre santé et améliorer notre sort. Il faut chercher, se renseigner, se faire confiance. Et il faut aussi tenir tête à nos médecins peu ouverts à la prévention et à l’efficacité de tout ce qui ne sort pas d’un laboratoire.

    Personnellement, j’ai beaucoup plus de succès toute seule, en étant mon propre cobaye, qu’avec les pilules. J’ai une maladie pulmonaire chronique qui n’est pas toujours facile à contrôler. Pendant des années, je devais prendre des antibiotiques chaque jour, “en prévention”, en plus de plusieurs pompes. Des centaines de dollars par mois, plein d’effets secondaires et le sentiment d’être “gelée” et malade en tout temps. L’an passé, je me suis tannée. J’ai pris mon courage à deux mains et j’ai annoncé à mon médecin que les antibiotiques à temps plein, c’était fini. À ma grande surprise, il n’a pas insisté. Il voyait bien que ce n’était pas efficace. Je lui ai expliqué que je pensais avoir trouvé la recette gagnante : bien manger et bouger assez pour “faire le ménage” de mes poumons naturellement. Comme je n’aime pas la confrontation, je ne lui ai pas parlé mes huiles essentielles, suppléments et tisanes expectorantes. Eh bien ça fait 8 mois que je n’ai pas pris d’antibiotiques. Quand j’ai un rhume ou des symptômes d’infection respiratoire, ça part tout seul, et rapidement! J’ai une meilleure énergie, une digestion de championne, un teint santé et, surtout, beaucoup plus d’espoir. Ma mère a été obligée de se trouver d’autres sujets que ma santé pour s’inquiéter. Pour mon chum, je ne suis plus la blonde déprimée, malade, verte.

    J’ai un rendez-vous chez le médecin dans un mois et j’ai trop hâte de lui dire que je n’ai eu besoin d’aucunes de ses prescriptions. Ça fait des années qu’il me répète qu’il n’y a rien à faire dans mon cas, que la recherche devrait bien trouver quelque chose un jour… Je suis contente de ne pas avoir attendu les bras croisés.

  9. Merci Jean-Yves, un tableau qui parle par lui-même.

    Les choix nous appartiennent, renoncements et décisions sages à prendre…

    Soyons vrais, c’est notre corps et notre vie, à nous d’en prendre soin, quel beau cadeau nous avons reçu !!!

    Bonne semaine !!!

  10. Je suis tellement heureuse de pouvoir vous lire!! Je me suis mis en main, depuis quelques annees et j’espere toujours que par mon exemple mes prochains comprendront le message… malheureusement, les gens les plus difficiles a convainque sont nos famiiles proches… J’ai lache prise sur les choses que je ne peux gerer et je suis beaucoup mieux maintenant!!!

  11. Bonjour – Je viens d’entendre le Dre Demers de Gatineau – spécialiste de l’hormono-thérapie nous affirmer que la vitamine -D- n’est pas nécessaire pour prévenir ou soulager – l’osthéo et l’arthrose (arthrite) – J’en étais à être convaincu que de prendre -3- 1,000 de vitamine -D- m’aide énormément – je n’ai plus de douleur arthritique – Qui croire??? – Que c’est compliqué – il y a bien des années la vitamine -E-était la capsule miracle – je m’y suis mise – pour que le médecin me dise que ce n’était pas nécessaire – maintenant la -D-?? – merci de commenter –

    1. Bonjour Ghislaine
      1- la première personne à écouter c’est vous-même. Si la prise de 3000 UI vous soulage, alors continuez. Il est vrai que le monde des produits naturels est un série de controverse. Voici une dernière. Mais, même si je ne l’ai pas encore lu, je sais qu’il y a une erreur de conception dans les discours de Dr Demers. Il y a une différence importante entre la vitamine D fabriquée par la peau (alias 25OH vitamine D) et celle transformée par le rein (alias vitamine D active ou 1m25(OH2 vitamine D). Cette dernière est étroitement contrôlée. La première varie et est un reflet de l’état de santé.
      Voir aussi ma réponse à Catherine dans l’article suivant
      https://www.jydionne.com/trop-de-vitamine-d-serait-dangereux/
      Santé!

  12. Wow, un gros merci pour cet article. Enfin quelqu’un qui explique bien ce que je crois et essaie d’expliquer à d’autres. C’est tellement bien dit! Bravo et merci! Ha oui … Et Santé!

    1. Entièrement d’accord!

      Prendre sa santé en main demande par contre du temps, du temps pour acquérir des connaissances, et surtout savoir où s’informer (les bons et les mauvais endroits sont multiples; même les bons ont parfois des idées dépassées: par exemple, les nutritionnistes qui recommandent encore 3 portions de produits laitiers par jour…). Plusieurs personnes sont sceptiques face aux plantes médicinales; prendre des médicaments dont ils pourraient souvent s’abstenir est beaucoup plus rassurant…

      Heureusement, Jean-Yves Dionne est une très bonne référence! Merci pour ce très bon article.

  13. Merci d’être là Jean-Yves pour réunir ces deux approches indispensables.

    Agir en prévention active une meilleure qualité de vie et nous donne de bons outils quand vient le temps de faire face à la maladie. Heureusement, il y a de plus en plus d’adeptes !

    Je souhaite aussi bon courage aux médecins qui vivent cette période de transition. Leur professionnalisme leur dicte de « prendre en charge » et maintenant c’est l’empowerment de l’usager qui devient le mot d’ordre privilégié en santé. Entre les deux, c’est le pouvoir de l’information, un « consentement éclairé », qui nous y conduit.

    Sur le chemin de la conscience,
    Line

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

*