• Recherche

L’automne 2009, lors de la campagne de peur orchestrée autour de la grippe H1N1, plusieurs ont reçus des courriels affirmant que la vitamine D serait, entre autres, efficace pour réduire la contagion de ce fameux virus. Qu’en est-il? En fait, bien peu d’études ont porté sur le sujet, mais, malgré les affirmations de certains, il en existe bien quelques-unes.

Jusqu’à 90% de réduction des infections des voies respiratoires

En réponse à un article qui affirme qu’il n’y a pas de preuve que la vitamine D in vitro pourrait avoir un effet contre la contagion de l’influenza (1), Grant et al fait une liste des études cliniques qui montrent un effet véritablement renversant de la vitamine D pour réduire l’infection grippale.(2)

L’une de ces étude, effectuée sur 208 femmes ménopausées afro-américaines, constate d’abord que les épidémies d’influenza apparaissent lorsque le taux de vitamine D est au plus bas, c’est-à-dire l’hiver. Durant les 3 années qu’ont duré l’étude, 26 des 104 femmes ayant reçu le placebo ont rapporté un rhume ou une grippe, contre seulement 8 sur 104 dans le groupe ayant reçu de la vitamine D. Durant la troisième année de l’étude, les chercheurs ont augmenté le dosage de vitamine D à 2000UI (plutôt que 800UI durant les 2 premières années) par jour, et seulement 1 personne de ce groupe a alors souffert de symptômes de rhume ou de grippe (90% moins que le groupe placebo).(3)

Dans une autre étude, japonaise cette fois, on a divisé 334 enfants d’âge scolaire en 2 groupes. Le premier a reçu un placebo, et le second, 1200UI par jour. Les enfants qui ont reçu 1200UI par jour ont eu 64% moins d’influenza A que les autres.(4)

Grippe espagnole

Pour augmenter notre crainte des influenzas, on nous parle souvent de la fameuse grippe espagnole de l’après-guerre (1918) qui a fait tant de morts. Des chercheurs se sont penchés sur les différents taux de mortalité dus à cette grippe. Ils se sont aperçus que l’exposition au soleil (source de rayons UV qui stimulent la fabrication endogène de vitamine D) explique la variance de 46% observée dans le taux de mortalité entre les communautés rurales et urbaines.(5)

Complications

Les complications des influenzas, comme les pneumonies, sont souvent les véritables causes de mortalité liées à ces virus. Là aussi, la vitamine D jouerait un rôle en réduisant de façon importante les risques de complications. Ainsi, un taux élevé de vitamine D réduit de moitié le nombre de jours d’invalidité dus aux IVRS.(6)

Dans une grande analyse, des chercheurs démontrent:(7)

· que l’exposition aux UV est associée à une plus grande résistance aux influenzas chez des enfants;

· que la dose de 400UI n’est pas suffisante pour augmenter notre protection l’hiver;

· que la vitamine D augmente la capacité des macrophages (globules blancs) à défendre l’organisme;

· que, si la dose de vitamine D est suffisante, les personnes âgées qui contractent la grippe ont beaucoup moins de chances de développer des complications, comme des pneumonies.

Conclusion

La vitamine D, prise à des doses significatives (par jour: 2000UI et plus chez l’adulte, 1200UI et plus chez l’enfant) durant tout l’hiver, confère une protection contre les infections respiratoires contagieuses. Et durant l’été, allez jouer dehors!

Santé!

Références:

1. Bruce D, Ooi JH, Yu S, Cantorna MT. Vitamin D and host resistance to infection? Putting the cart in front of the horse. Exp Biol Med (Maywood). 2010 Aug;235(8):921-7. Review. PubMed PMID: 20660091.

2. Grant WB, Goldstein M, Mascitelli L. Ample evidence exists from human studies that vitamin D reduces the risk of selected bacterial and viral infections. Exp Biol Med (Maywood). 2010 Dec;235(12):1395-6; discussion 1397. PubMed PMID: 21171208.

3. Aloia JF, Li-Ng M. Re: epidemic influenza and vitamin D. Epidemiol Infect. 2007 Oct;135(7):1095-6; author reply 1097-8. PubMed PMID: 17352842; PubMed Central PMCID: PMC2870688.

4. Urashima M, Segawa T, Okazaki M, Kurihara M, Wada Y, Ida H. Randomized trial of vitamin D supplementation to prevent seasonal influenza A in schoolchildren. Am J Clin Nutr. 2010 May;91(5):1255-60. Epub 2010 Mar 10. PubMed PMID: 20219962.

5. Grant WB, Giovannucci E. The possible roles of solar ultraviolet-B radiation and vitamin D in reducing case-fatality rates from the 1918-1919 influenza pandemic in the United States. Dermatoendocrinol. 2009 Jul;1(4):215-9. PubMed PMID: 20592793; PubMed Central PMCID: PMC2835877.

6. Sabetta JR, DePetrillo P, Cipriani RJ, Smardin J, Burns LA, Landry ML. Serum 25-hydroxyvitamin d and the incidence of acute viral respiratory tract infections in healthy adults. PLoS One. 2010 Jun 14;5(6):e11088. PubMed PMID: 20559424; PubMed Central PMCID: PMC2885414.

7. Cannell JJ, Vieth R, Umhau JC, Holick MF, Grant WB, Madronich S, Garland CF, Giovannucci E. Epidemic influenza and vitamin D. Epidemiol Infect. 2006 Dec;134(6):1129-40. Review. PubMed PMID: 16959053; PubMed Central PMCID: PMC2870528. (texte complet accessible)

29 commentaires

  1. Une étude randomisée en double aveugle vient d’être publiée dans le journal électronique avec revue par les pairs BMJ OPEN : 4000 IU de vitamine D3 par jour démontrée efficace pour réduire le nombre annuel de jours avec prise d’antibiotiques de 50% auprès des personnes à haut risque d’infections.

    Référence : Peter Bergman, Anna-Carin Norlin et coll. Vitamin D3 supplementation in patients with frequent respiratory tract infections: a randomised and double-blind intervention study. BMJ OPEN 2012. http://bmjopen.bmj.com/content/2/6/e001663

    Cette étude est intéressante pour l’administration de ce qui est souvent considéré une « haute dose » de vitamine d, 4000 UI . 140 participants étaient divisés en 2 groupe, le groupe contrôle et le groupe expérimentale. 4000 UI de vitamine d était administré chaque jour durant un an aux participants du groupe expérimentale, et un placebo au groupe contrôle.

    Les participants ont été sélectionnés pour leur haut risque d’infections, basé sur 2 critères : a) haut taux d’infection annuel : au moins 4 infections respiratoires par an b)déficience d’anticorps de la classe des immunoglobines de type a ( igA) et les immunoglobines de type G ( gB)

    Le résultat : moins d’infections, évalués avec plusieurs critères, dont celui de la prise d’antibiotiques par le participant, déclaré par ce dernier dans un questionnaire (faiblesse de l’étude, les participants répondaient à un questionnaire). La vitamine D a permis de réduire de 63.5% les risques de prises d’antibiotiques durant l’année. Et le nombre de journées où il y avait prise d’antibiotique a été réduit de moitié, dans le groupe avec vitamine D (33 jours dans le groupe placebo, 16 jours dans le groupe expérimental). Cette réduction est statistiquement significative autant avant et après ajustement pour autres variables pouvant expliquer cette variation intergroupe.

    Point intéressant : les chercheurs ont mesuré le taux sanguin de vitamine D, avec le test 25 (OH) D au début et en cours d’expérience (5 mesures en tout, à 0, 3,6, 9 et 12 mois) . Le taux sanguin de vitamine D initial des participants n’étaient pas différents entre les 2 groupes, la moyenne était de 50 nmol/l (20 ng/ml.
    3 mois après le début de l’étude déjà il y avait de grandes différences de taux sanguin entre les deux groupes : 133 nmol/l (53 ng/ml) vs 67 nmol/l (27 ng/ml). Les taux sanguins sont restés assez stable par la suite durant l’année. ces résultats suggèrents que le taux sanguin qui confère une protection contre les infections se situe entre 20 ng/ml et 53 ng/ml.

    Conflits d’intérets declares : aucun
    Le financement de l’étude : le swedish research council project, le strategic research foundation, le swedish heart and lung foundation, le karolinska institue, le stockholm county council, le swedish cancer society.
    La compagnie Merck Gmbh a procuré le « médicament » de l’étude, le vigantol qui est en fait tout simplement de la vitamine D3. Il est écrit dans le texte que la compagnie n’a pas eu d’influence sur le protocole expérimentale, l’analyse des donnée ou la décision de publication.

  2. je remarque une différence en efficacité entre la vitamine D3 que je prends cette année versus l’année dernière que je prenais sous forme d’huile de flétan.
    est entre les deux oreilles ou quoi???

    1. Bonjour Guylaine,
      En mieux ou en pire ?
      Il est possible que l’huile de foie de flétan comporte autre chose que simplement de la vitamine D, comme de la vitamine A, des omégas 3 et autres substances qui n’ont pas été identifiées.
      Par contre, la dose utile de vitamine D n’est pas atteignable avec l’huile de foie de poisson.
      Santé!

    2. Le danger possible avec les huiles de poisson tel que l’huile de flétan, c’est un ratio vitamine A/vitamine D beaucoup trop élevé. non seulement la vitamine A a un pouvoir toxique plus élevé que la vitamine D, mais en plus, si le ratio vitA/vitD n’est pas adéquat, la vit A pourrait empêcher la bonne utilisation de la vitamine D.

      à ce sujet, voici une pertinente et intéressante lecture :
      Cannell John J., Vieth Reinhold et associés . Cod liver oil, vitamin A Toxicity, Frequent Respiratory Infections, and the Vitamin D Deficiency Epidemic. Annals of Otology, Rhinology And Laryngology, 2008,. 117 (11) : 864-870

        1. On combat contre la grippe de mon chum avec de la vit D3… Sommes-nous corrects… on part pour le sud dans 4 dodos… lui un rhume et une toux…et moi incertaine, me sens bizarre, car j’ai eu début de pneumonie en février… j’ai le goût de prendre le pot de D3 loll

  3. Bonjour Jean-Yves je prends green bond builder,il y a du calcium dans la préparation j’aimerais prendre de la vitamine d mais elle vient avec du calcium ça m,en ferais trop que faire? y-a-t’il de la vitamine d bio je suis végétalienne . merci pour tout ce que vous faites pour nous. Les arachides sont elles bonnes pour nous?

    1. Bonjour Ginette,
      La vitamine D3 est obtenue à partir de la lanoline, donc elle n’est pas végétalienne puisque la lanoline vient de la laine de mouton. La D2 est d’origine végétale. La meilleure source alimentaire est le shiitake. Il existe des suppléments de D2, mais je ne connais pas les marques de commerce.
      Les arachides (drôle de lien) demeurent un très bon aliment, riche en protéines. De plus elles contiennent des phytostérols et du resvératrol.
      Santé!

    1. Bonjour Johanne,
      La vitamine D est une hormone. Par contre (si c’est là votre question), elle n’agit pas au niveau des hormones sexuelles. Elle agit au niveau du système immunitaire, elle équilibre les hormones des parathyroïdes, elle est impliquée dans de nombreuses réactions intracellulaires, etc.
      Santé!

      1. bonjour et merci de votre réponse mais ce n,est pas clair. j,ai eu un cancer de l,endomètre et je ne dois pas prendre rien qui active les hormones comme le soya. ma question quel est la

        différence de rôle que joue le soya versus la vitamine D sur le système
        hormonale? La vit D est anti cancer?

        Et quel rôle joue les hormones parathyroides ? et qui sont-elles?

        merci de m’éclairer………….

        1. Bonjour Johanne,
          Vous avez beaucoup de lectures à faire, en commençant par les fiches de Passeport Santé sur la vitamine D et sur les phytoestrogènes. La vitamine D n’a aucun effet hormonal. Son action est au centre de la cellule où elle reprogramme la mort naturelle de la cellule que la cellule cancéreuse a perdue. Votre question est beaucoup trop vaste pour que je puisse y répondre ici.
          Santé!

  4. Merci de me répondre,
    Justement, il y a une note rose attachée à mon ordonnance du Synthroid qui dit mot pour mot “Espacez de 4 heures toute prise de fer, de calcium ou de multivitamines” Ceci vient de la pharmacie PJC… pour ne pas la nommée. Depuis que j’ai cette note à mon ordonnance, je ne prends presque plus de calcium, j’étais habituée à le prendre en même temps, je l’oublie. Ma gényco me prescrit du calcium depuis plus de vingt-cinq ans, je viens de tournez 65 et je ne prends aucun autre médicaments, je ne suis pas une personne malade.

    1. Bonjour Huguette,

      Quand on veut trop bien faire, on exagère parfois…
      Le simple fait de prendre votre Synthroid au lever et de déjeuner environ 30 minutes à 1 heure plus tard sera suffisant. De plus, si vous prenez vos suppléments à la fin du déjeuner, il n’y aura aucun problème.
      Oui, 1200 UI par jour est une bonne dose.
      Je suis avec Dominique tous les mercredis. Ponctuellement, je fais quelques topos ici et là, mais rien d’autre de régulier.
      Merci pour l’intérêt que vous portez à mon travail.
      Santé!

    1. un verre de lait de vache enrichi apporte 100 UI

      un oeuf apporte 40 UI

      100 gramme de saumon peut apporter jusqu’à 600 à 1000 UI

      10 champignons shitake environ 600 UI

      pourquoi vous voulez éviter les suppléments?

    2. Bonjour Huguette,
      Nathalie vous a répondu correctement. Si vous voulez plus d’information, consultez la fiche vitamine D de Passeportsante.net.
      Pour nous les nordiques, il est virtuellement impossible, l’hiver, d’obtenir le taux de vitamine D dans l’alimentation. C”est pourquoi Santé Canada recommande de prendre des suppléments.
      Santé!

      1. Ce que Nathalie à proposé fait justement parti de mon alimentation régulière, je suis donc dans la bonne ligne.
        Par contre, il y a de la vit.D dans les suppléments de calcium, pour favoriser son absobtion, est-ce suffisant?
        Si on écoute tout ce qui est dit sur chaque vitamine, il faudrait toute les prendre… Alors qui peut nous donner l’heure juste sur nos besoins réels?
        Depuis qu’on m’a avertie que je dois prendre le syntroid avec un écart de 4 heures avec toute vitamine, j’oublie de prendre le calcium que je prenais toujours le matin en même temps, je ne m’en sort pas…

        1. Bonjour Huguette,
          Je ne sais pas qui vous a dit de séparer les vitamines et le synthroid de 4 heures, mais cette personne est dans le champs. Le Synthroid interagit avec les minéraux (pas les vitamines), notamment le calcium, au niveau de l’intestin ce qui réduit son absorption. Il faut donc espacer la prise de Synthroid d’environ 1 heure avec la prise de nourriture contenant du calcium.
          La vitamine D est essentielle pour l’absorption du calcium, mais 400 UI par jour est nettement insuffisant. 800 UI est le minimum pour noter un effet clinique dans la densité osseuse.
          Santé!

  5. Je crois que dans l’étude japonaise, la réduction de grippe a été de 42%, et non de 64%, comme vous mentionnez. En tout cas pour le groupe général.

    Je cite : “results : influenza A occured in 18 of 167 children (10.8%)children in the vitamin d group compared with 31 of 167 (18.6%)children in the placebo group (relative risk (RR), 0,58 ; 95% CI : 0.34, 0.99 ; p= 0.04)

    Le 64% de réduction de grippe dont vous faites mention Jean-Yves concerne les enfants qui ne prenaient, avant l’étude, aucun supplément de vitamine D, donc un échantillon de l’ensemble du groupe expérimental, et ceux qui ont commencé l’école après l’âge de 3 ans. Je cite : “the reduction in influenza A was more prominent in children who had not been taking other vitamin d supplement (RR : 0.36 ; 95% CI : 0.17, 0.79 ; p =0.006)and who started nursery school after age 3y (rr : 0.36 ; 95% CI : 0.17, 0.78 ; p = 0.005)

    Bien sûr ces pourcentages sont les résultats avant les tests statistiques, qui eux seuls peuvent révéler si ces résultats sont statistiquement significatifs. Selon les chercheurs de l’étude, ces résultats ont été significatifs. Depuis ce temps, je crois avoir lu récemment que Dr Urashima, le chercheur principale de cette étude, prend personnellement 3000 UI de vitamine D par jour, et il dit avoir observé une différence sur sa santé : il n’a plus de rhume, alors qu’auparavant il avait des rhumes chaque année.

    Je vous partage mon expérience personnelle pour atteindre un taux sanguin santé de vitamine D. Je prend personnellement une moyenne quotidienne de 2850 UI de vitamine D par jour, et je m’expose aux rayons uvb en moyenne 2 fois par semaine, été comme hiver. Mon taux sanguin de vitamine D est de 59 ng/ml, qui est selon moi optimal et qui considéré optimal selon la société canadienne de pédiatrie, l’organisme grassrootshealt et l’organisme vitamin D council.
    L’hiver, j’utilise presque 2 fois par semaine un lit de bronzage qui émet 6% de rayons uvb, 4 ou 5 minutes à chaque fois. Et non, les lits de bronzage ne sont pas li diable en personne, comme on veut nous le faire croire.

    Je prend 4000 IU par jour de non exposition aux rayons uvb, je m’expose en moyenne 2 jours par semaine, été comme hiver, ce qui fait 4000 X 5/7 = 2850)

    Étant donné que je privilégie ce qui est naturel, je privilégie le soleil et l’exposition aux rayons uvb d’un lit de bronzage, aux suppléments de vitamine D. Si je pouvais, je prendrais aucun supplément de vitamine D. Car il y a un risque à prendre de grande quantités de vitamine D, de façon orale, dans le sens que nous n’avons pas de recul à long terme,puisque les études n’ont pas été faites sur plus de quelques années. On ne sait pas ce que ça fera sur 20 ans. Ce n’est pas naturel, de consommer par la bouche de grandes quantités de vitamine D. Ce qui est naturel, est d’en produire de grandes quantités sous l’effet des rayons uvb du soleil.
    Toutefois, le risque de ne prendre aucun supplément de vitamine D et de ne pas s’exposer suffisamment aux rayons uvb
    est plus grand que le risque de prendre des suppléments de vitamine D qui font monter le taux sanguin à un niveau qu’ont connu nos ancêtres et que connaissent les life guard des pays chaud. C’est cela, prendre une evidenced-based decision et une décision basée sur le gros sens. Le gros bon sens nous dit que si le soleil n’avait pas été là, nous ne serions pas là aujourd’hui. Le gros bon sens nous dit que la nature fait bien les choses, et ce qui est naturel pour le corps est de produire entre 10 000 UI 20 000 UI de vitamine D par jour sous l’action des rayons uvb.

    Le problème est que notre société a beaucoup changé et nous sommes maintenant confinés à l’intérieur pour travailler, alors que nos ancêtres travaillaient dehors. Nous prenons nos voitures pour aller au travail et les enfants prennent l’autobus, au lieu de marcher pour s’y rendre. En plus de ce changement de mode de vie, une propagande nous fait peur et certaines sources d’information (comme certaines associations de dermatologues) vont jusqu’à dire que l’idéal est d’éviter complètement le soleil. Suivre ces conseils est absolument dangereux pour la santé et sort de la logique du gros bon sens. Le soleil est notre ami, pas notre ennemi. Il a toujours été là, grâce à lui les fleurs et nos légumes poussent, et nous ne serions jamais là aujourd’hui s’il n’avait pas existé.

  6. Bonjour Jean-Yves,

    Premièrement bonne année 2011 !

    Je tiens à vous remercier pour votre article « La vitamine D prend le rhume en grippe », et à vous remercier pour votre blogue éducatif sur la santé des plus intéressants.

    Je voudrais toutefois relever une erreur de votre article. Je fus surprise lorsque j’ai lu dans votre article que les enfants étaient divisés en 2 groupes, le groupe qui a reçu 1200 UI de vitamine D et celui qui a reçu 200 UI de vitamine D. J’ai lu cet article que je connais assez bien, et je l’ai en version papier chez moi, puisque je l’ai acheté l’an passé. Je me suis dit : « peut-être Jean-Yves a lu plus attentivement que moi et le placebo est en fait un comprimé de vitamine » . Si c’est le cas, il me semble que ce n’est pas un placebo, puisque un placebo est supposé être une substance inerte. Mais en tout cas j’ai vérifié dans l’article.

    Je crois que je comprends pourquoi vous avez cru que les participants prenaient soit 200 UI, soit 1200 UI. Je vous cite l’extrait du texte, à la page 2 sous le titre ‘randomization, blinding and intervention’. Je crois que vous allez comprendre votre erreur en lisant, à moins que ça soit moi qui ait mal compris:
    « Parents were provided with 8 numbered bottles, each of wich contained 90 tablets. One tablet contained 200 IU vitamin D3, or placebo, and the active and placebo were identical in apparence. The participants were asked to take 3 tablets twice daily (total : 1200 UI vitamin D3, or placebo)”.

    Autrement dit, le groupe vitamine D prenait 6 tablettes par jour de 200 UI, ce qui donnait 1200UI/jou. Le groupe placebo recevait aucun supplément de vitamine D, il ne faisait que croire que oui.

    1. Bonjour Nathalie,
      Vous avez raison. J’ai lu un peu vite. Je vais donc de ce pas changer la formulation. Mais, on doit admettre qu’en essence, le message est le même parce que 200UI n’est pas suffisant pour donner quoique ce soit comme effet santé.
      Merci

  7. Merci pour cette chronique pcq j’ai le rhume, même avec vit D 1200
    bon, rhume ordinaire qui se soigne par le repos, eau, gargarisme, ce soir bain avec sels epsom, lait avec miel au coucher.
    pas drôle un rhume hahaha
    je n’ai pas acheté d’autres médicaments car comme on dit un rhume soigné dure 1 semaine, sans rien 7 jours…
    à moins que vous ayez un remède miracle car malheureusement, c’est la maison, pas drôle, lecture et télé le soir….
    Merci pour vos articles qui nous rejoignent toujours.
    Bonne semaine et santé !
    Malheureusement, je devrai reporter mon r-v ostéo-acupuncture pour mon bras car comment demeurer tranquille pour 30 minutes sans tousser ou éternuer ? on remet ça!

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

*