• Recherche

Nous avons déjà parlé de la grande étude européenne EPIC (European Prospective Investigation into Cancer and Nutrition) qui a suivi près d’un demi million de personnes dans différents pays d’Europe (voir La diète méditerranéenne augmente la longévité!). Le but de cette étude était d’établir des liens entre la diète, les habitudes de vie et certaines maladies comme les cancers.

Dans la dernière analyse de ces données, les chercheurs se sont penchés sur la consommation de viande rouge et de charcuteries (processed meat).(1) Ils ont constaté que la consommation de viande rouge augmente le risque de maladies, ce qui se traduit par une augmentation de la «mortalité toutes causes». En divisant la cohorte en fonction de la quantité de viande rouge et de charcuteries consommée de façon habituelle, ils ont constaté que les gros mangeurs, ceux qui consomment plus 160g par jour de viande rouge, ont 37% plus de risque (1,37; intervalle de confiance 95% = 1,23 à 1,54) de décéder que le groupe de référence (ceux qui en consommaient très peu, soit de 10 à 19,9g par jour en moyenne).

Pour les gros mangeurs de charcuteries, le risque est augmenté de 74% (1,74; IC 95% = 1,51 à 2,00), mais la consommation de volaille ne modifie pas le risque.

Les chercheurs ont aussi constaté que les gros mangeurs de charcuteries sont généralement de gros buveurs d’alcool et de petits mangeurs de fruits et légumes. Ils absorbent également plus de calories que ceux qui consomment moins de charcuteries.

D’après les données recueillies, le risque de décès augmente de 18% pour chaque tranche de 50g/jr de charcuteries mangées (1,18 ; IC 95% = 1,11 à 1,25).

Les données sont extraites d’un questionnaire de fréquence alimentaire qui requiert des participants qu’ils se souviennent de leur consommation de 24h. Comme je l’ai déjà mentionné, les données de ce type de questionnaires sont toujours sujettes à caution. La mémoire est une faculté qui oublie… Il faut donc garder un doute sur les résultats. De plus, l’étude ne parle pas non plus de la qualité des aliments. Est-ce qu’il s’agit d’aliments industriels farcis de nitrites et autres additifs ou de viandes et charcuteries bio? Le questionnaire ne pose pas ces questions.

Par contre, ces résultats sont conformes à ce qui a été noté en 2009, aux États-Unis, dans une autre étude prospective d’une durée de 10 ans sur une cohorte de plus d’un demi million de personnes.(2)

Finalement…

Modérer sa consommation de viande est une bonne chose, et augmenter ses portions de légumes et de fruits aussi. Si vous aimez la viande, savourez-la. Préférez la qualité à la quantité et, surtout, évitez les charcuteries de mauvaise qualité.

Bon appétit et… santé!

 

Références:

  1. Rohrmann S, Overvad K, Bueno-de-Mesquita HB, Jakobsen MU, Egeberg R, Tjønneland A, Nailler L, Boutron-Ruault MC, Clavel-Chapelon F, Krogh V, Palli D,  Panico S, Tumino R, Ricceri F, Bergmann MM, Boeing H, Li K, Kaaks R, Khaw KT, Wareham NJ, Crowe FL, Key TJ, Naska A, Trichopoulou A, Trichopoulos D, Leenders M, Peeters PH, Engeset D, Parr CL, Skeie G, Jakszyn P, Sánchez MJ, Huerta JM, Redondo ML, Barricarte A, Amiano P, Drake I, Sonestedt E, Hallmans G, Johansson I, Fedirko V, Romieux I, Ferrari P, Norat T, Vergnaud AC, Riboli E, Linseisen AJ. Meat consumption and mortality – results from the European Prospective Investigation into Cancer and Nutrition. BMC Med. 2013 Mar 7;11:63. doi: 10.1186/1741-7015-11-63. PubMed PMID: 23497300; PubMed Central PMCID: PMC3599112.
  2. Sinha R, Cross AJ, Graubard BI, Leitzmann MF, Schatzkin A. Meat intake and mortality: a prospective study of over half a million people. Arch Intern Med. 2009 Mar 23;169(6):562-71. doi: 10.1001/archinternmed.2009.6. PubMed PMID: 19307518; PubMed Central PMCID: PMC2803089.

13 commentaires

  1. Cher Yves,
    je me permets de vous poser cette question sur ce post même si cela ne concerne pas la viande car je ne sais pas où la poster autrement pour vous joindre.
    j’ai entendu parler des bienfaits du silicium organique.
    j’aurais apprécié votre avis sur le sujet.
    en vous remerciant vivement d’avance.
    Eve

    1. Bonjour Walle
      La silice est très intéressante à bien des niveau. En particulier pour aider toutes les structures de collagène du corps. C’est pourquoi le silicium ou la silice est recommandé pour les ongles, les cheveux cassants et pour fixer les minéraux dans les os. Personnellement, je préfère de loin les sources naturelles comme la prêle, l’ortie ou le bambou plutôt que le fameux silicium colloïdal. Ce dernier n’est pas mauvais mais surfait et beaucoup trop cher.
      Santé!

  2. Merci pour ces informations précieuses.
    J’ai fait suivre votre article sur fb.
    Je vous souhaite beaucoup de lecteurs pour faire avancer le schmilblick, comme on dit toujours par ici.

  3. Élisabeth, c’est même pire, souvent la catégorie viande dans les questionnaires comprend des aliments comme de la pizza, des hot dogs ou des hamburgers.

    Vous avez bien raison que ces données n’ont que pas ou peu de valeur. Je n’arrêterai certainement pas be manger de la viande rouge très régulièrement. Et je mangerais notre viande industrielle bien avant de consommer quoi que ce soit qui soit riche en glucoses.

  4. C’est très facile de raisonner juste sur des données biaisées ou même faussées. Surtout quand: “l’étude ne parle pas non plus de la qualité des aliments. Est-ce qu’il s’agit d’aliments industriels farcis de nitrites et autres additifs ou de viandes et charcuteries bio? Le questionnaire ne pose pas ces questions.” Votre mise en garde est tout à fait appropriée. Et merci pour vos conseils de consommation aux carnivores comme moi qui cuisine ses viandes à l’orientale (beaucoup de légumes et peu de viande). Vous avez tout à fait raison d’insister sur la qualité. Le choix intelligent c’est acheter de la viande bio dans la mesure du possible. Il n’y qu’à voir le documentaire: Food Inc. http://fr.wikipedia.org/wiki/Food,_Inc. pour comprendre pourquoi. Les vaches, les porcs et les poulets nord-américains sont bourrés de grains ogm, d’hormones, d’antibiotiques, et ne courent pas en liberté, sans parler du désastre écologique que tout cela cause. Ça donne envie de devenir végétarien, mais j’aime trop la viande, surtout l’hiver, alors je l’achète bio. Oui, la viande bio coûte plus cher, mais ô combien moins cher qu’une santé hypothéquée par les produits des fermes corporatives prises en otage par l’agro-industrie chimique.

    1. Bonjour Élisabeth
      Comme ça nous serons deux 🙂
      Comme je l’écrit dans le billet, mieux vaut en manger moins mais de la meilleure!
      Santé!

  5. Ce qu’il ne faut oublier, comme tu dis très bien, c’est la qualité de la viande tout comme la quantité. Nous ne sommes pas des hervibores, nous sommes omnivores. Notre apport de viande est essentiel mais pas le plus important en quantité. Le problème de notre société est qu’on mange de la viande presque trois fois par jour et en quantités non nécessaires pour notre bien-être. Modération, modération, est le mot d’ordre. Merci pour un article bien présenté.

  6. J’ai diminué la viande rouge depuis plusieurs années et augmenté mon apport en légumes verts. je constate que je me porte mieux. Est-ce un hasard? je ne le croirais pas, surtout après avoir lu cet article.

    Concernant le diabète, j’ai écouté votre conférence à Exposanté de Montréal cette année mais je n’ai pu prendre de notes ayant été debout tout le temps de la conférence. Pourriez-vous me rappeler vos recommandations (ce qu’il faut s’assurer de manger à chaque repas pour contrôler la glycémie). J’ai plusieurs amis diabétiques à qui cela pourrait rendre service. Merci à l’avance.

    1. Bonjour Carole
      Ma première recommandation est de couper les sucres raffinés.
      2- Augmentez les fibres de toutes sortes.
      3- Apprenez l’indice glycémique pour bien choisir vos aliments.
      4- Mangez le plus d’aliments bruts naturels, des légumes surtout.
      Finalement, je vous invite sur http://www.apothicaire.ca ma conférence ainsi que le document d’accompagnement y sont disponibles.
      Santé!

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

*