Histoire

L’usage des huiles essentielles (HE) est mentionné dans des écrits anciens qui remontent très loin dans le temps: en Égypte ancienne (1500 ans A.C., papyrus Ebers mesurant 870 pieds de long), en Chine et en Inde (dans le Veda, un ensemble de textes anciens sur lesquels se fonde la médecine traditionnelle Indienne ou Ayurveda). Des jarres contenant des huiles essentielles ont aussi été retrouvées dans la tombe de Toutankhamon. L’Ancien Testament fait également mention à plusieurs reprises de substances aromatiques et d’huiles essentielles… Les rois mages n’ont-ils pas apporté de l’encens et de la myrrhe à l’enfant Jésus?

Chez les Romains et les Arabes, entre autres, on utilisait des huiles essentielles pour toutes sortes d’applications: en parfumerie, dans les cosmétiques, comme désinfectant et pour leurs vertus thérapeutiques et curatives.

Les huiles essentielles étaient aussi destinées à plusieurs usages sacrés comme l’embaumement, chez les Égyptiens, et servaient également à ouvrir la communication avec les mondes spirituels (usage encore présent aujourd’hui avec les divers encens).

Les alchimistes utilisaient les alambics pour extraire l’esprit ou l’éther ou la quintessence de la plante.

Qu’est-ce qu’une huile essentielle?

C’est un concentré des molécules volatiles d’une plante. Puisqu’il s’agit d’une huile, les composés chimiques qui la constituent sont solubles dans l’huile (lipophile) et non soluble dans l’eau (hydrophobe).

On dit essence ou essentielle parce que les composés sont volatiles et ont une odeur, un arôme. On parle également de composés aromatiques d’où provient, d’ailleurs, le mot aromathérapie. (René Maurice Gattefossé, un chimiste parfumeur qui aurait soulagé une brûlure sévère avec de l’huile essentielle de lavande, a concocté ce terme à partir de arôme ou aromatique et thérapie)

Les huiles essentielles sont des produits très concentrés. Elles contiennent des molécules facilement absorbables tant par la peau, que par les voies respiratoires ou digestives. Comparativement aux extraits de phytothérapie ou d’herboristerie, les huiles essentielles sont beaucoup plus actives dans leur indication propre.

Production d’huiles essentielles

Traditionnellement, il existe deux méthodes de production: distillation et expression.

La distillation est une extraction par la vapeur d’eau qui entraine les molécules volatiles et les condense après refroidissement. L’appareil utilisé est un alambic similaire à celui utilisé pour les alcools… mais pas tout à fait.

Processus de distillation
Processus de distillation

Image gracieuseté de Aliksir

À la fin du processus, l’eau est séparée de l’huile essentielle. Cette eau a elle aussi été transformée durant le processus puisqu’elle a extrait les molécules hydrosolubles de la plante. Elle devient ainsi un hydrolat qui a également des propriétés thérapeutiques.

L’expression est la méthode utilisée pour les huiles présentes en quantité importante dans un organe de la plante. Ainsi, on presse les écorces des agrumes pour obtenir l’huile essentielle qu’ils contiennent sans aucun chauffage. Ces huiles sont exprimées dans un pressoir, un peu comme on le ferait pour un jus de fruits.

De nos jours, il existe d’autres méthodes plus technologiques pour extraire les huiles: le CO2 critique, le micro-onde, etc.

Composition: les huiles essentielles chémotypées (HECT)

Une des avancées les plus importantes dans le monde des huiles essentielles est l’analyse chimique et la reproductibilité des huiles. Les nouveaux procédés permettent d’obtenir à chaque fois le même profil chimique, donc les mêmes effets: on parle alors d’huiles chémotypées. Il faut savoir que la composition des huiles essentielles varie en fonction de la provenance, du climat et des fluctuations à même l’espèce. Bien entendu, leurs propriétés diffèrent en fonction de la concentration de certaines molécules. Les chémotypes sont nommés en fonction de la molécule dominante du profil chimique. Prenons par exemple l’huile essentielle de thym (Thymus vulgaris) dont on retrouve 4 chémotypes principaux: (1)

· chémotype thymol (on le retrouve dans tous les types de sols, des sols extrêmement chauds et secs aux sols plus humides): très prisé pour les infections respiratoires comme les bronchites;

· chémotype carvacrol (on le retrouve surtout dans des conditions d’extrême chaleur et de sécheresse): effet antiseptique;

· chémotype géraniol (on le retrouve en montagne, dans un climat rude): antibactérien et antifongique;

· chémotype linalol (on le retrouve associé aux autres chémotypes de sols plus humides): plus doux, recommandé pour les enfants; effet vermifuge.

Il en va de même pour le romarin (Rosmarinus officinalis) (2)

· chémotype camphre: propriétés anti-inflammatoires;

· chémotype cinéole: propriétés antiseptiques pulmonaires et mucolytiques;

· chémotype verbénone: propriétés cholagogues et hépatoprotectrices.

Palmarès des huiles essentielles

Sapin baumier (Abies balsamea): antiseptique, apaisant, comme rubéfiant contre les douleurs articulaires. De plus en plus utilisé dans les produits corporels (savons et autres)

Tea tree ou huile de théier (Melaleuca alternifolia): antiseptique et antibactérien très puissant; cicatrisant; anti-acné. Très utilisé dans les produits corporels, crèmes et lotions contre l’acné, etc.

Eucalyptus radié (Eucalyptus radiata): sans pareil pour les infections respiratoires, expectorant, antitussif, antiviral, etc.; Eucalyptus globulus: plus connu, mais moins puissant.

L’Immortelle hélichryse italienne (Helichrysum italicum ssp serotinum): sans pareil contre les ecchymoses (bleus).

L’huile de clou ou giroflier (Eugenia caryophyllus ou Syzygium aromaticum): anesthésique puissant, efficace contre les rages de dents.

Lavande (Lavandula angustifolia): calmante, sédative, antispasmodique, etc. (fait des merveilles en application topique).

Menthe poivrée (Mentha piperita): digestive et antispasmodique, efficace aussi contre les douleurs musculaires.

Thym (Thymus vulgaris) (tous, mais surtout HECT thymol): anti-infectieux, antiviral et antiseptique, efficace contre les infections respiratoires.

Les plus utiles en hiver (pour la santé des voies respiratoires): Ravintsara (Cinnamomum camphora), niaouli (Melaleuca quinquenerva et Melaleuca viridiflora), cajeput (Melaleuca leucadendron cajuputii), sans oublier nos conifères aux vertus multiples: sapin baumier, thuya occidental, épinette noire, pruche…

Usages et voies d’administration

Les huiles essentielles ont des usages multiples (alimentaire, parfumerie, produits cosmétiques, usages thérapeutiques, relaxation, etc.) et quelquefois inusités (rince-bouche, par exemple). Ils peuvent être administrés par voie topique, en inhalation, en diffusion, par voie orale ou en suppositoire. Il suffit de faire diffuser quelques gouttes d’une huile essentielle antiseptique dans l’air d’une pièce pour la stériliser!

Limite de l’usage et toxicité potentielle

Toutes les huiles ne sont pas pour tout le monde.

· Ma première recommandation: ne pas utiliser une huile essentielle sans demander conseil à quelqu’un de compétent, surtout pour un usage oral.

· Certaines HE sont irritantes ou caustiques pour la peau et/ou les muqueuses (ex: cannelle). La plupart des produits pour la peau sont dilués dans des lotions ou des huiles végétales pour réduire leur effet irritant.

· Certaines sont toxiques par voie orale: thuya, sauge, etc. Même l’humble menthe poivrée, en huile essentielle, a un potentiel toxique.

· Les huiles sont très puissantes, quelques gouttes suffisent.

· Femmes enceintes s’abstenir, sauf sur avis d’un professionnel compétent.

· Attention si vous êtes allergiques à certains végétaux.

Choisir une huile essentielle

Pure ou diluée?

Tout d’abord, il faut savoir à quoi vous servira l’huile essentielle que vous prévoyez acheter.

· Pour un usage topique ou oral, il est préférable de choisir une huile diluée (dans une huile végétale, par exemple) puisque les huiles essentielles pures peuvent être irritantes pour la peau et les muqueuses. L’huile d’origan, par exemple, utilisée entre autres pour les infections respiratoires, est presque toujours diluée dans l’huile végétale.

· Pour l’inhalation ou la diffusion, préférez une huile essentielle pure.

Test du nez

Sentez les échantillons (testeurs). J’ai déjà senti une huile de théier qui ne sentait pas le théier! Votre nez pourra aussi vous indiquer la présence de solvants dans une huile de mauvaise qualité. Si vous n’avez pas la possibilité de sentir avant d’acheter, fiez-vous à la réputation du fabricant.

Synthétique ou naturelle?

Évidemment, vous choisirez l’huile naturelle…

Le prix

Une huile essentielle de qualité, ça coute cher à produire!

Par exemple pour obtenir 1 kilogramme d’huile essentielle, il faut:

· 4 000 kg de pétales de roses de Damas (équivalent d’un acre!)

· 150 kg de sommités fleuries de lavande vraie

· 50 kg de sommités fleuries de lavandin (hybride aux propriétés différentes de la lavande)

· 7 kg de clou de girofle

Donc, si le prix n’y est pas, la qualité non plus.

Des recherches

Plusieurs recherches sont effectuées en ce moment, au Québec (Laboratoire de Recherche en Sciences appliquées à l’Alimentation de Laval [RESALA], rattaché à l’INRS-Institut Armand-Frappier et en partenariat avec le Collège Montmorency), sur les effets antibactériens, antiseptiques et antioxydants de certaines huiles essentielles.

Note: Si vous avez manqué ma chronique et désirez l’écouter, allez sur le site de l’Après-midi porte conseil!

Références:

1. http://fr.wikipedia.org/wiki/Chémotype

2. http://www.aromalves.com/article.php3?id_article=2

3. http://www.huile-essentielle.org/

4. http://www.labo-resala.com/fiches_huiles_essentielles.html

5. http://www.aromamondo.com/download/Emploi_he_WEB.pdf

6. Un dossier complet: http://www.infonaturel.ca/Aromatherapie/Introduction_aromatherapie.aspx

7. Histoire des huiles essentielles: http://agoranet21.tripod.com/histoire.html

8. Wikipedia: http://fr.wikipedia.org/wiki/Huile_essentielle ; http://fr.wikipedia.org/wiki/Parfum

9. Passeportsanté.net: http://www.passeportsante.net/fr/Therapies/Guide/Fiche.aspx?doc=aromatherapie_th

Livres:

1. Valnet J. Aromathérapie. Livre de Poche Maloine éditeur 1984

2. Franchomme P. Pénoël D. L’aromathérapie exactement. Roger Jollois Éditeur 2001

3. Zhiri A, Baudoux D. Huiles essentielles chémotypées et leurs synergies. Édition Inspir Developpement Luxembourg 2009

Quelques fournisseurs:

1. Aliksir est basé à Grondines (Portneuf) en bordure du fleuve. Ils distillent et importent des huiles essentielles biologiques et fabriquent aussi de nombreux produits dérivés comme les arômes de Saba qui sont des saveurs élaborées à partir d’huiles essentielles et utilisées par des grands chefs… (C’est leur secret… http://www.aliksir.com/fr/1Saba.aspx) . Si vous passez par là, ils ont un écomusée qui vaut le détour.

2. Naturescence est basé à Danville (Estrie). Ils distillent des huiles essentielles à partir des conifères et autres végétaux d’ici.

3. Union Nature Aroma-phyto produit Les huiles divines essences. Ils produisent, distillent et importent des huiles essentielles bio, équitables.

4. Il existe une alliance de producteurs d’huiles essentielles d’ici: Alliance des Producteurs d’Huiles Essentielles du Québec

5. Plusieurs producteurs de lavande dont: http://www.bleulavande.ca/accueil.htm

26 commentaires

  1. Merci pour tout ces conseils judicieux!
    Les huiles essentielles sont de merveilleux produits mais il faut en faire un usage parcimonieux en les utilisant à très petite dose, effectivement.
    Comment s’y retrouver avec toutes ces marques sur le marché?
    Jean-yves recommande les meilleures compagnie au Québec, toutefois les seules qui offrent la qualité certifiée biologique sont Divine Essence et Aliksir. Il en va de même pour le choix des aliments que l’on consomme.

  2. Bonjour,
    Je suis transplantée rénale depuis 1 mois maintenant.j’ai un traitement anti rejet (prograf 5 et4 mg/jour, cellcept 500 et 500 mg/jour, cortancyl 7.5mg/jour) Avant j’avais l’habitude d’utiliser qq huiles essentielles. Etant à l’âge de la ménopause, j’utilisais la sauge sclarée. qui me soulageait beaucoup. Mais depuis la greffe je ne veux pas prendre d’HE. Je sais qu’il ne faut pas prendre de plamplemousse et du milpetuis. Je compte poser la question à l’équipe médicale mais suis pas sûre du tout d’avoir une réponse !!! Pourriez-vous m’apporter votre aide. Avec tous mes remerciements. Armor

    1. Bonjour Armor,
      Les huiles essentielles en inhalation n’ont pas d’interaction connue. Par contre, prises oralement, c’est une tout autre affaire. Il vaut mieux éviter parce que la science à leur sujet ne permet pas d’identifier celles qui pourraient interagir avec votre traitement.
      La meilleure réponse que je peux vous donner pour soulager les symptômes de la ménopause est de réduire et même d’éliminer la viande rouge. Remplacez-la par des sources de protéines végétales comme les légumineuses, les pois, les lentilles et le soya. De cette façon, vous diminuez les bouffées de chaleurs, mais vous ne consommez pas de supplément potentiellement problématique.
      De la même façon, les omégas 3 peuvent vous aider sans nuire au traitement.
      Santé!

  3. Bonjour,
    Qu’est-ce que c’est que les complexes d’huiles essentielles? Qu’est ce qui les différencie des huiles essentielles?
    Merci d’avance.

    1. Bonjour Somo,
      Oui, mais les huiles essentielles étant très concentrées, il faut porter une attention particulière à :
      L’huile elle-même: toutes les huiles ne sont pas indiquées
      Le véhicule : diluez les huiles essentielles dans une huile végétale
      La voie d’absorption : l’inhalation – diffusion dans l’air reste – une des plus sécuritaire / application sur la peau après dilution.
      Mais attention, chaque huile est différente. Il faut bien les connaitre. Renseignez-vous auprès d’un(e) aromathérapeute.
      Santé!

    1. Bonjour Sarah,
      Plusieurs huiles essentielles ont cet effet d’inhiber les virus et les bacétries dans l’air ambiant. Les complexes d’huiles varient d’une compagnie à l’autre. Les différents résineux (sapin, pin, etc.) ont des effets antiseptiques. Les eucalyptus aussi, notamment le radiata, les camphrier (ravintasra), etc.
      Recherchez un complexe d’huiles à diffuseur conçu pour “nettoyer” l’air ou encore favoriser la respiration. Ces complexes ont chacun une odeur caractéristique et des propriétés sensiblement pareilles. Les compagnies comme Divinessence, Aliksir et Pranarom sont de bons choix.
      Santé!

        1. Bonjour Sarah
          Sauf exception, les huiles essentielles se retrouvent plus facilement en boutique d’aliments naturels qu’en pharmacie. Certaines pharmacies tiennent les bonnes compagnies mais la plupart sont plus intéressées par le marketing et leur circulaire que par la qualité des produits,
          Santé!

  4. salut,
    j’aimerai savoir si vos structures son reperable en afrique plus precisement en afrique central, au cameroun ou au nigeria
    si non,quels sont les conditions pour devenir representant de l ‘une de vos filiales d’ici la
    parce que je m’interesse a la medecine au naturel
    thanks
    May the blessings be

    1. Bonjour Irene
      Je ne suis pas sûr de bien comprendre votre question. Je ne représente aucune compagnie. Je suis indépendant et mon travail est principalement au niveau de l’information et de l’éducation à propos de la santé et des produits naturels. Mon travail m’amène volontier à voyager un peu partout mais je ne suis pas encore allé en Afrique.
      Envoyez-moi par courriel une question plus précise et je pourrai peut-être vous orienter vers des compagnies ou d’autres structures comme vous dites qui oeuvrent en Afrique.
      Au plaisir
      JYD

  5. Bonjour,

    J’ai lu que la menthe poivrée était bien indiquée en cas de dyspepsie ou difficultés hépatiques. On suggère sur divers sites d’en prendre une goutte dans une cuillère de miel ou sur un sucre. Or, on mentionne également que cette huile peut-être neurotoxique, mais sans dire à quel dosage (bonjour l’angoisse!).

    Je voudrais en parler avec une personne qualifiée, mais vous conviendrez que déjà dénicher un médecin relève de l’exploit, en trouver un qui sache/veuille m’orienter dans ce domaine relève de l’utopie. Quel type de professionnel devrais-je consulter? D’après vous, si je prends une goutte (moins d’un mililitre) de HE de menthe poivrée dans une cuillère à thé de miel, est-ce dangereux point de vue neurotoxicité?

    Je n’ai pas de problème de santé majeur, mon principal mauvais comportement est que je fume à l’occasion (1 à 3 joints par semaine). Mon IMC est de 26 donc léger surpoids, je mange sainement si possible bio et tente d’être active le plus possible.

    1. Bonjour Gigi,
      La prétendue neurotoxicité de la menthe est très faible. Il faudrait prendre beaucoup plus que quelques gouttes par jour pour avoir un risque. Certaines huiles sont beaucoup plus dangereuses à cet égard, comme le thyua ou la sauge. Si l’huile de sauge est dangereuse, on ne s’empêche pas de manger la fine herbe dans notre cuisine.
      Comme le mentionnait Paracelse au moyen âge: “Tout est dans la dose”.
      Santé!
      JYD

      1. Bonjour et merci d’avoir pris le temps de me répondre!

        Je vais quand même vérifier pour une consultation avec l’équipe de M. Nicole dont j’ai visité le site web après avoir lu votre billet, car il semble vraiment très bien référencé et reconnu comme spécialiste.

        J’aime beaucoup votre site et je vais le recommander à mes amis!

        1. P.S. une goutte d’HE de menthe dans une cuillèré de miel c’est vraiment délicieux 😉 ! Sous vos conseils rassurants, je ne m’empêcherai pas de répéter «l’expérience»!

  6. Il est bien connu qui l’utilisation du bois de rose à l’obtention d’ huiles essentielles pures et la fabrication de produits parfum d’aromathérapie naturelle qui possèdent des essences naturelles idéal pour améliorer la santé physique et émotionnelle.

  7. Bonjour,
    J’ai lu dans un article que la lavande est efficace contre le stress et les douleurs menstruelles. Pouvez vous m’indiquer comment l’utiliser pour une jeune femme qui est facilement stressée (elle se marie dans quelques mois) et actuellement a des petites pertes sanguines de temps a autre . merci.
    Annick Talbot

    1. Bonjour Annick,
      Sans vouloir être paternaliste, la première des choses à faire est de consulter pour savoir pourquoi vous avez des pertes occasionnelles. C’est peut-être déjà fait, mais il faut s’en assurer.
      La lavande, le plus souvent, est utilisée en diffusion. La simple odeur de lavande, pas trop forte, a un effet calmant.
      Quelques gouttes sur l’oreiller sont suffisantes.
      On peut aussi la diluer dans une huile végétale et masser l’abdomen pour procurer une détente.
      Allez consulter les références au bas de l’article pour plus de détails.
      Santé!
      JYD

  8. Bonjour Jean-Yves

    Vous dites qu’Aliksir est un des endroits les plus fiables pour acheter des H.E.
    J’aimerais vous mentionner que chez Naruressence on peut trouver d’excellentes H.E.car tout est fait en petite quantité, de façon artisanale.
    C’est d’ailleurs possible de participer a une journée cueillette et distillation de certaines essences.
    Il y a cependant beaucoup moins de choix que chez Aliksir.
    On peut aussi se procurer de très bonnes H.E. auprès d’Hunzaroma voir le site de Maurice Nicole sur http://www.aromascientifique.com, il est maître aromathérapeute, un véritable passionné d’H.E.
    Merci de m’avoir lu et bravo pour les infos

    1. Bonjour Lynda
      Vous avez tout à fait raison. C’est pourquoi Naturescence et Divine Essence sont dans les références de l’article. Je n’ai pas pensé à inclure Maurice que je connais. Mon erreur. Je ne croyais pas qu’il en vendait. Comme passionné, vous avez raison, il est difficile de trouver mieux.
      Au plaisir
      JYD

  9. La compagnie Aliksir de Grondines, dirigée par Mme Lucie Magny, est selon moi un des endroits les plus fiables pour acheter des huiles essentielles.

  10. Bonjour Jean-Yves,

    Parmi les références citées plus haut, qu’est-ce que vous recommandez pour une utilisation efficace et sécuritaire des huiles essentielles à la maison. J’utilise déjà plusieurs huiles pour le traitement du rhume, de la toux et de l’exczéma de mon fils mais j’aimerais en savoir plus.

    Merci

    1. Bonjour Chérine,
      L’article ne se veut qu’une introduction. Le livre de Zhiri et Baudoux est probablement la meilleure référence et la plus facile à consulter. Sur le site de http://www.infonaturel.ca, il y a tout un dossier aromatothérapie, en particulier les articles de Michel Turbide. À lire.
      Santé!
      JYD

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

*