Une petite nouvelle, somme toute banale, a initié chez moi une réflexion sur le système des brevets tel qu’utilisé dans les industries reliées à la santé, comme les compagnies pharmaceutiques.

D’abord, la nouvelle

Depuis août 2009, la FDA (Food and Drug Administration) a officiellement autorisé la colchicine sur le marché américain. Ce produit, Colcrys™, est le premier à obtenir une autorisation de mise en marché pour le soulagement des crises aigües de goutte.(1)

Mais ce n’est pas tout!

Tout récemment, la FDA a ordonné le retrait du marché de toutes les autres formes de colchicine, alléguant qu’une seule forme était approuvée et que les autres n’avaient pas d’autorisation de mise en marché.(2,3) Il faut aussi savoir que le prix de cette colchicine atteint presque les 1800$ américains par année! Pourtant, il ne s’agit pas d’une avancée majeure dans le traitement de la goutte. Il ne s’agit pas non plus de financer de longues et coûteuses recherches. Le dosage du produit est le même que ce qu’il a toujours été, soit 0,6mg et 1mg, comme ici, au Canada, où la colchicine fait partie du catalogue d’une compagnie générique (Odan) et se vend à peu près 120$ par année.(4)

Un produit traditionnel

La colchicine est extraite du crocus d’automne ou colchique (Colchicum autumnale L., Colchicum multiflorum Brot.). C’est un alcaloïde qui a été isolé pour la première fois au début du 19e siècle (1820 – Pelletier & Caventou), mais qui était déjà utilisé par les Grecs anciens, comme on le constate dans les écrits de Dioscoride.(5) Elle fait aussi partie de la pharmacopée américaine (USP) depuis toujours.

La compagnie derrière le Colcrys™, URL Pharma, a fait une petite étude clinique contre placebo (6) qui montre que, sur 24 heures, la colchicine est plus efficace que le placebo contre la douleur associée à la goutte et que, prise régulièrement à petit dosage, elle aide à prévenir les crises. Oh, surprise! En fait, cette petite étude ne fait que confirmer ce qui était déjà connu!(7)

Ça fait réfléchir…

Je me demande si cet exemple du côté absurde d’un système de protection de marché n’est pas le reflet d’une réalité plus vaste et plus perverse. À l’origine, ce système était souhaitable puisqu’il permettait de protéger une découverte et de rentabiliser les efforts déployés pour valider cette découverte. Mais voilà qu’on l’utilise pour garantir un marché exclusif à quelqu’un qui n’a rien découvert ni rien prouvé qu’on ne savait déjà, mais qui a comme principal atout le talent de trouver l’opportunité dans les dédales réglementaires.

Références:

1. http://www.colcrys.com/default.htm

2. FDA Orders Most Colchicine Products Off the Market By Cole Petrochko, Staff Writer, MedPage Today.

3. Spotlight on Colchicine: The Colcrys Controversy. A very old drug gets new marketing exclusivity — at what cost? June 10, 2010 Allan S. Brett, MD, Editor-in-Chief.

4. http://sante.canoe.com/drug_info_details.asp?brand_name_id=5099&rot=4

5. http://fr.wikipedia.org/wiki/Dioscoride

6. Yang LP. Oral colchicine (Colcrys): in the treatment and prophylaxis of gout. Drugs. 2010 Aug 20;70(12):1603-13. doi: 10.2165/11205470-000000000-00000. PubMed PMID: 20687623.

7. Colchicine and other drugs for gout. Med Lett Drugs Ther. 2009 Nov 30;51(1326):93-4. Review. PubMed PMID: 20224523.

4 commentaires

  1. J’ai hâte que la conscience humaine se réveille et qu’il est un bon sens qui y prenne place, mais dans ce monde d’humains il y en a que le pouvoir les changent. Là est le problème, à mon avis.
    Deux principaux système dominent et utilisent leur pouvoir de manière abusif
    le pharmaceutique…nos soins de santé, en touchant la vulnérabilité des gens.
    et Monsanto…..nos aliments nos besoins

  2. Que peut-on faire comme simple citoyen ? Est-ce que de porter ce dérapage des compagnies pharmaceutiques sur une place publique aussi “fréquentée” que l’émission « Tout le monde en parle » aiderait à sonner l’alerte ?

  3. Merci pour cet excellent billet qui met en lumière un volet de la machination orchestrée par le complexe (ou mafia) médico-pharmaceutique qui trouve (ou paie) les appuis dont elle a besoin dans l’administration publique, lorsque nécessaire.

    Aussi bien la FDA que Santé Canada (et bien d’autres organismes semblables) regorgent d’employés compétents pour défendre le peuple contre de telles situations mais voilà, c’est dans le haut de la hiérarchie que la corruption semble, le plus souvent, avoir lieu, d’où des nouvelles aussi absurdes que celles que vous soulignez.

    La solution à ce dérapage passe par une plus grande implication des citoyens dans le gouvernement, de préférence sans se fier aux députés qui, eux, faute d’avoir droit à leur propre jugement, doivent voter selon “la ligne de leur parti”.

    Enfin bref, il est hors de question qu’on se laisse faire mais là, c’est le moment où il faut agir pour faire cesser ce nouvel épisode de bêtise humaine parce que le Canada suit trop souvent les politiques pro-médico-pharmaceutiques des voisins du Sud.

    J’ai hâte de lire les autres commentaires pour voir si d’autres personnes peuvent voir, dans cette toute petite nouvelle, la taille de l’imposture qu’elle tente de cacher.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

*