• Recherche

Le magazine de l’Université McGill rapporte les propos d’un chercheur et professeur à l’Université, le Dr. L. John Hoffer, lors d’une conférence donnée le 8 janvier dernier, Nutrients and the brain.(1)

L’importance des nutriments dans le cerveau, notamment les vitamines, est souvent sous-estimée. Le Dr Hoffer relate l’étude qu’il a conduite chez des patients hospitalisés aux soins intensifs.(2) Durant leur séjour, on a donné à ces patients soit 500mg de vitamine C, 2 fois par jour, soit 5000UI de vitamine D par jour. Les patients qui ont pris la vitamine C ont eu une amélioration de leur humeur et une diminution de leur niveau de stress. La vitamine D n’a pas semblé donner de résultat parce que le taux sanguin, même s’Il a été grandement amélioré, n’a pas atteint le niveau suffisant. Cela prouve bien que ces patients avaient une carence grave.(2)

Manger des aliments riches en nutriments est important, souligne le Dr Hoffer, mais les carences importantes apparaissent habituellement lors d’une condition médicale, psychologique ou sociale. L’absorption des nutriments est affectée et la diète ne suffit plus. Il en conclut donc que l’usage de vitamines, ou d’une multivitamine, n’est pas fou, autant pour les personnes malades que pour les étudiants, son auditoire. Bien sûr, l’alimentation santé devrait être plus haut dans leurs priorités, mais l’ajout d’une multi de bonne qualité pourrait fournir les nutriments nécessaires à leurs efforts mentaux.

Références:

  1. Du Perron G. Why your brain needs nutrients. The McGill Daily, Jan 19, 2015. http://www.mcgilldaily.com/2015/01/food-thought/
  2. Wang Y, Liu XJ, Robitaille L, Eintracht S, MacNamara E, Hoffer LJ. Effects of vitamin C and vitamin D administration on mood and distress in acutely hospitalized patients. Am J Clin Nutr. 2013 Sep;98(3):705-11. doi: 10.3945/ajcn.112.056366. PubMed PMID: 23885048. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/23885048

8 commentaires

  1. bonjour a vous…..

    il s,agit de mon fils qui fait de l,épilepsie suite a un traumatisme cranien et lesion cerebrale qui s,ensuivit
    je lis que selon certaines études la glutamine devrait etre évitée chez un sujet épileptique , car celle ci a une action stimulante et de ce fait pouvant initier une crise….
    je lis aussi , que le GABA est primordial a un épileptique (surement a tout le monde aussi ) de par son action calmante,. que celui ci joue un role clef dans le controle des crises…

    voila ma question…PARADOXE OU QUOI
    la synthese du GABA passe inévitablement par la glutamine….
    alors que faut il en déduire ?
    on évite la glutamine ou non ?
    je suis perdue dans tout ceci …

    merci de m,éclairer

    une maman en recherche et questionnement

    1. Bonjour Lynda
      Il s’agit de 2 voies métaboliques différentes. La glutamine pourra former des glutamates stimulants dans le cerveau. Le GABA est dérivé des glutamates par le cerveau. Il sert alors à baisser l’excitation. Par contre, le GABA peut être donné tout seul à dose thérapeutique.
      Ainsi, le cerveau est “intelligent” et adapte son métabolisme. Dans le cas de l’épilepsie, ces voies peuvent être perturbées. On pourra penser à utiliser la mélatonine et/ou le GABA. Par contre, pour les dosages, on est un peu dans le noir. les références à ce sujet sont rares.
      Santé!

  2. J’ai pris comme d’habitude hier,l”émission l’Épicerie, et OUPS! monsieur Dionne..!!!!..je ne recevais plus votre Journal.!!!
    ….j’aimerais que vous me disiez y a-t-il une différence entre D et D3
    Depuis quelques années, je prends D3…….j’avais appris que c’était mieux….D3
    Je me suis réabonnée à votre Journal
    Merci

  3. Est-ce qu’on connaît la voie d’administration pour la supplémentation en vitamine D? Ce n’est peut-être pas une carence en vitamine D, mais plutôt une absorption déficiente du 5000 UI. Notre compagnie a développé une technologie qui pourrait grandement améliorer l’absorption de plusieurs nutriments et ingrédients actifs par voie orale.

    1. Bonjour Maxime
      peut-être. Mais peut-être aussi que la durée n’a simplement pas été assez longue ou les dosages insuffisants. Rappelez vous que ce sont des patients hospitalisés donc, très carences…
      J’aimerais bien entendre parler de votre technologie.
      Communiquez avec moi SVP
      Santé!

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

*