• Recherche

Cliquez ici pour écouter ma chronique du 8 septembre à L’après-midi porte conseil.

S’il existe un produit qui sème la controverse, c’est bien le cannabis. Dès qu’on en parle, les opinions sont tranchées. Pourtant… une majorité de gens y ont gouté!!! 53,2 % des jeunes québécois entre 15 et 24 ans en ont consommé plus d’une fois dans leur vie.(1)

Qu’est-ce que c’est?

Le cannabis, alias marijuana, chanvre ou pot (Cannabis sativa, Cannabis indica, Cannabis spp) nous arrive probablement de l’Inde ou du centre de l’Europe. C’est une plante aux multiples usages que l’humanité utilise depuis la nuit des temps. Les plus grandes de ses nombreuses variétés peuvent atteindre jusqu’à 6m (20 pieds).

Certaines variétés, comme le chanvre indien et ses sous variétés, sont cultivées pour leur contenu en molécules psychotropes nommées cannabinoïdes. La plus connue de ces molécules est le THC ou tétra hydrocannabinol.

D’autres variétés sont exemptes de substances psychotropes actives (moins de 0,5%) et sont cultivées pour la fibre, les graines alimentaires, le biocarburant, etc. La fibre du chanvre est d’ailleurs très résistante. Avant la « prohibition » du cannabis, les uniformes des militaires de nombreux pays étaient tissés en chanvre. Le chanvre peut également servir à la fabrication de matériaux de construction, de cordes, etc. La graine de chanvre a des propriétés nutritives particulièrement intéressantes, comme son contenu en protéines et son huile riche en AGL (acide gammalinolénique), comme l’huile d’onagre.

Fait intéressant

Le cannabis est une plante qui n’a pas ou très peu de prédateurs ou d’insectes ravageurs et qui empêche la croissance des autres plantes. Ainsi, la culture du cannabis n’a donc pas besoin de pesticides. Elle était biologique avant qu’on invente le mot! Un très net avantage sur le coton…

Question de concentration

Attention à tous ceux qui en ont consommé il y a vingt ans ou plus… le pot d’aujourd’hui est beaucoup plus puissant que celui d’autrefois. Divers cultivars ont été développés pour accroitre leur concentration en cannabinoïdes. Alors que, dans les années 1970, les meilleures serres produisaient du cannabis ayant une teneur de THC de seulement 2%, on retrouve aujourd’hui des cultivars dont les concentrations en THC atteignent 15 à 25%.(2)

Usage récréatif

Le cannabis procure un sentiment d’euphorie et de désorientation. Il altère les perceptions, diminue les réflexes, amplifie les perceptions auditives et visuelles, accélère le rythme cardiaque, cause une augmentation de l’appétit et provoque un gonflement des vaisseaux sanguins (vasodilatation), d’où les typiques yeux rouges associés à sa consommation.

La marijuana est une drogue de rue très utilisée. Par rapport à d’autres drogues, les cannabinoïdes causent peu de dépendance. La dépendance psychologique est cependant possible chez les utilisateurs réguliers.

Usages thérapeutiques

La pharmacologie du cannabis est complexe et n’est pas complètement connue. La recherche est malheureusement inhibée par la prohibition et le puritanisme socio-légal qui entoure cette plante.

Au Canada, le cannabis est partiellement « légalisé » depuis 1998 (pour usage thérapeutique seulement), mais il est toujours banni aux Etats-Unis, sauf dans quelques états.

Le THC (tétrahydrocannabinol) est la principale molécule active du chanvre, mais ce dernier contient également d’autres dérivés (comme le CBD ou cannabidiol) dont les vertus antispasmodiques et antinauséeuses sont fort intéressantes.

Principales indications:

· Pertes d’appétit et pertes de poids (cachexie) secondaires à des maladies chroniques (SIDA, cancer, etc.) ou à la prise de certains médicaments.

· Nausées et vomissements réfractaires à d’autres traitements (des cannabionoïdes synthétiques ont été développés pour ces indications).

· Sclérose en plaques: contre les spasmes, les tremblements et les douleurs.

· Douleurs chroniques.

· Glaucome (augmentation de la pression intraoculaire)… quoique ce n’est pas très pratique et que la fumée peut irriter les yeux. Des médicaments performants existent et sont, à mon avis, préférables.

· Insomnies réfractaires.

Selon Santé Canada, l’usage clinique du cannabis, sous prescription médicale, est indiqué pour:

· Nausée et vomissement

· Syndrome cachectique et perte d’appétit chez les patients souffrant du SIDA et du cancer & anorexie.

· Sclérose en plaques, traumatisme médullaire ou maladie de la moelle épinière.

· Épilepsie.

· Douleur.

· Autres maladies et symptômes : troubles du mouvement, dystonie, maladie de Huntington, maladie de Parkinson, syndrome de Tourette, glaucome, asthme bronchique, hypertension, troubles psychiatriques et maladie d’Alzheimer.

Comment le prend-on?

La principale façon de consommer le cannabis est en le fumant, soit directement à l’aide d’une pipe ou roulé dans un joint, soit encore avec une pipe à eau (shisha ou narguilé). Cette méthode est la plus répandue parce qu’elle procure une absorption plus rapide et permet d’atteindre des concentrations plus élevées. C’est également la méthode qui présente plus de risques.

Il existe également des nébulisateurs et autres formes de vaporisateurs, et on peut manger le cannabis en l’intégrant à des recettes de biscuits, muffins, brownies, etc.

Risques et effets adverses

Effets adverses en usage aigu:

· Bouche sèche, vision brouillée, yeux secs, yeux rouges.

· Diminution de la coordination et des reflexes, euphorisant.

· Toux et atteintes respiratoires (si inhalé) – exacerbation de l’asthme, bronchite.

· Rares cas de nausées et vomissements.

Usage chronique:

· Apathie, comportement asocial.

· Dysfonction sexuelle – il semble que le cannabis, à long terme, réduise les taux de testostérone…

Le cannabis contiendrait plus de goudron que le tabac. Par contre, je n’ai jamais entendu parler de quelqu’un qui fumait 25 joints par jour… D’aucuns affirment que le risque associé à la consommation de 3 joints est équivalent à celui associé à l’inhalation d’un paquet de cigarettes… Même si j’ai trouvé cette affirmation dans un document très scientifique (Pharmacist’s Letter), je n’ai pas pu la valider et je considère qu’elle est peut-être teintée d’un tantinet de propagande…

Certains auteurs affirment aussi que la consommation de cannabis augmente le risque de développer des psychoses et de la schizophrénie. Le lien de cause à effet n’est pas aussi clair que ça. En fait, tout ce qu’on peut dire, c’est les gens qui ont une prédisposition plus forte aux maladies mentales sont plus sujets à consommer des drogues. Malheureusement, même dans les études et autres documents publiés, on retrouve beaucoup de préjugés qui colorent le jugement.

Références:

1. L’usage de substances psychoactives chez les jeunes québécois: portrait épidémiologique

2. Site du centre L’étape du basin de Maskinongé inc., page sur le cannabis

3. http://fr.wikipedia.org/wiki/Chanvre

4. http://fr.wikipedia.org/wiki/Cannabidiol

5. http://fr.wikipedia.org/wiki/Effets_du_cannabis_sur_la_santé

6. Turcotte D, Le Dorze JA, Esfahani F, Frost E, Gomori A, Namaka M. Examining the roles of cannabinoids in pain and other therapeutic indications: a review. Expert Opin Pharmacother. 2010 Jan;11(1):17-31. Review. PubMed PMID: 20001426.

7. Hall W, Degenhardt L. Adverse health effects of non-medical cannabis use. Lancet. 2009 Oct 17;374(9698):1383-91. Review. PubMed PMID: 19837255.

8. http://www.hc-sc.gc.ca/dhp-mps/marihuana/how-comment/medpract/infoprof/index-fra.php

9. Girouard P, Mehdi B, Samson R. Le chanvre industriel au Québec : un guide de Production. REAP – Ressource Efficient Agricultural Production – Canada. http://www.reap-canada.com/online_library/agri_fibres_forestry/4%20Le%20Chanvre.pdf

10. Canada’s Industrial Hemp Industry http://www4.agr.gc.ca/AAFC-AAC/display-afficher.do?id=1174595656066&lang=eng

11. http://www.erowid.org/ un site dédié à la compréhension des substances psychoactives

14 commentaires

  1. Je ne sais toujours pas les mots justes pour exprimer ma gratitude à Rick Simpson et sa merveilleuse huile de cannabis qui guérissait mon affection. En mai 2014 je ai été diagnostiqué du cancer du mélanome, cela a affecté ma peau, les intestins et les yeux .. je suis allé pour le traitement, mais en vain, ma famille a conseillé l’huile de chanvre rick pour mon mal, au début, je ne voulais pas acheter le pétrole, parce que je avais des doutes à ce sujet guérir mon cancer, mais après avoir lu à ce sujet et de faire des recherches en ligne, je ai succombé à l’idée, et en effet il était un merveilleux, l’huile de cannabis guéri mon cancer avec succès !!! Après trois mois.
    Maintenant, je suis Hale et saine …… .. vous pouvez contacter Rick Simpson
    ricksimpsonmedicalservices@gmail.com

  2. Je suis Mensah de France, suis de 59 ans. une fois atteints de cette maladie diabolique appelée cancer’ quand j’ai entendu parler de l’huile magique appelée huile de cannabis a décidé de lui donner un essai. mais comment obtenir c’est devenu un problème je suis allé à la recherche et suis tombé sur le cancer du centre de Londres, j’ai contacté le Dr barry au centre de cancérologie Londres via e-mail londoncancercentre@gmail.com qui m’ont aidé beaucoup de patients pour acquis l’huile de cannabis, alors je lui ai donné un essai et dans 5 jours mon huile de cannabis a été livré à mon pas de porte et mis à part qu’il m’a donné instructions sur comment utiliser l’huile. et dans les 5 semaines de mon application, j’ai vu changement énorme dans ma santé jusqu’alors bonne que je suis se renforce chaque jour, tout cela grâce à ce médecin sincère.

    1. Merci Mensah pour ce témoignage
      Le cannabis fait l’objet d’une chasse aux sorcières. C’est dommage parce que, comme vous le constatez, c’est une plante fascinante. Nous sommes encore tributaire du jansénisme ou du puritanisme pour qui tout substance euphorisante est péché. On est en droit de se demander pourquoi cette prohibition est toujours en vigueur
      Santé!

  3. Bonjour M.JYD

    J’ai lu récemment que le cannabidiol, molécule identifiée dans le cannabis par deux chercheurs américains pourrait guérir certains cancers:
    “On a commencé à s’intéresser au cancer du sein”, raconte Pierre Desprez, “Mais maintenant on sait que le cannabidiol fonctionne sur les cancers du cerveau, de la prostate, bref, tous les cancers où le gène ID-1 joue un rôle actif” http://www.huffingtonpost.fr/2012/09/21/scientifiques-americains-marijuana-cancer-molecule-guerison_n_1903028.html
    Qu’en pensez-vous. On conseille de ne pas fumer, mais de se soigner avec l’huile de chanvre. Qu’en pensez-vous
    Merci pour votre travail

    Marie-Andrée

    1. Bonjour Marie-Andrée,
      Oui, absolument. Le problème, à moins de la fabriquer soi-même, est de s’en procurer et que le produit soit de qualité.
      L’huile de chanvre dont il est question n’est pas l’huile comestible. En fait, il s’agit de haschisch qu’on fait macérer dans l’huile. Ainsi, on extrait les molécules solubles dans l’huile.
      Santé!

    2. Bonjour Marie-Andrée ,

      Je vous invite à visionner un film sur You tube : Run from the cure. Vous y trouverez les réponses à la plupart de vos questions. C’est presque une heure mais bien investies promis.

      Ensuite pour un témoignage convaincant , chercher dans you tube:

      Prostate Cancer Cured with Cannabis Oil – Part 1- Spiral Up with Ava Marie

      et ensuite chercher la 2 ème partie

      Ça vaut la peine de vous faire aider si vous ne comprenez pas l’anglais

      J’espère que ces renseignements vous seront utiles

    1. Bonjour Francine,
      Je ne crois pas qu’on puisse s’en procurer légalement. Par contre, au Canada, vous avez le droit de faire pousser quelques plants (3) pour usage personnel. C’est probablement la meilleure façon de s’en procurer.
      Santé!

  4. j’aimerais savoir a qui demande t-on pour une prescription de pot? J’ai essayer de me renseigner sur google et j’ai trouvé tout pleins de sites parlant de ce sujet mais aucun explique comment s’Y prendre peut t-on demander a notre médecin de famille ou non répondez moi svp

    1. Bonjour Stéphanie,
      À ma connaissance, il n’y a pas de méthode particulière. Un médecin peut faire la prescription s’il juge que le traitement est utile et surtout que la condition ne répond pas bien aux traitements usuels. Il faut simplement en discuter avec lui/elle.
      Santé!

  5. C’est intelligent Cela ne nous donne pas l’idée de prendre du cannabis mais cela lui redonne une image différente.
    Merci à vous
    Et je me demande toujours comment vous faites pour avoir toutes ces connaissances.
    Lisez-vous 25 heures par jour?
    Salutations distinguées.
    Joanne

  6. Belle mise à niveau!

    La semaine dernière je suis tombé sur un reportage sur CBC concernant les concentrations de THC vs CBD dans la mari. Si j’ai bien compris le pot de notre jeunesse était plus faible en THC et plus fort en CBD (balancé) que les cultivars présents sur le marché illicite actuel.

    Toujours selon ma compréhension, les cultivars de type Québec Gold et cies, à haut niveau de THC seraient proportionnellement plus faible en CBD. De plus, le reportage soulignait les qualités psychotropes bien connues du THC et celles anti-psychotiques du CBD.D’ailleurs, dans le reportage, une cie canadienne semblait intéresser par des recherches italiennes(?) proposant une piste originale pour des médications anti-psychotropes à base de CBD.

    Voilà la table est mise!

    Q. Serait-ce que le pot de nos années folles aurait-été plus sécuritaire dans sa balance entre les effets psychotiques et anti-psychotiques?

    Q. Serait-ce que les jeunes 15-20 ans seraient beaucoup plus à risque pour le développement de phobies ou psychoses dû à la consommation de pot à haute concentration de THC et proportionnellement plus faible en CBD.

    J’observe des jeunes adultes dans la vingtaine dans mon milieu qui ont consommés durant leur adolescence ces fameux cultivars et qui aujourd’hui se retrouve avec des phobies type agora et autres troubles de comportement. je ne fais pas de liens directs mais…

    Je suis potentiellement inquiet pour la santé mentale des nouvelles générations attirées par une attitude et une consommation de produit + EXTRÊME donc le QC Gold et cies.

    Ton mot sur le pot, parle de pothibition et donc de voile pudique sur sa recherche; avec les % de consommation cité dans ton article. il semble que la sécurité des plus jeunes pourrait être précaire dû au manque d’information sur le sujet THC vs CBD. C’est un peu comme laisser boire de l’alcool frelatée plutôt que celle certifiée SAQ.

    Q. Est-ce vrai ou est-ce de la légende urbaine que la prohition du pot viendrait du lobbing des distillateurs britanniques vers les années 1900?

    Je ne voudrait pas paraître paranoïaque mais…

    Tes commentaires seront les bienvenus.

    Un gars straigth qui en a déjà fumé du bon dans le temps.

    Merci pour tes articles!
    Pierre

  7. Merci de ces informations.

    Existe-il des informations sur les possibles effets de l’arrêt de la consommation, pour quelqu’un qui en consommait sur une base régulière c.à.d. plusieurs fois par jour pendant des années??

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

*