• Recherche

On entend souvent dire, entre autres de la bouche de certains médecins, qu’aucune recherche n’a démontré de relation entre l’alimentation et l’acné; que le chocolat, les produits laitiers et le néfaste food (tant appréciés des ados) n’aggravent ni ne causent l’acné. Un autre dogme médical… Pourtant… intuitivement, nous savons que ce lien existe. Nous avons tous observé des effets de l’alimentation ou de certains stress sur le développement de l’acné chez nos proches ou nous-même.

Eh bien, des données épidémiologiques récentes donnent raison à notre intuition. Elles montrent une corrélation entre la consommation de certains aliments et l’acné. Parallèlement, quelques nutriments et habitudes alimentaires auraient un effet protecteur contre l’acné.

Origine du «dogme»

Vous m’avez probablement déjà lu ou entendu pester contre l’attitude du «ce n’est pas prouvé» qui prévaut dans le milieu scientifique envers tout ce qui n’est pas brevetable. Voici un exemple frappant de ce «2 poids, 2 mesures». L’argumentation en faveur de l’énoncé «l’alimentation n’a pas de lien avec l’acné» n’est basée que sur deux petites études non contrôlées ou encore mal contrôlées. La première, effectuée en 1969, compare l’effet du chocolat à un pseudo chocolat (qui sert de placebo!) fabriqué d’une substance constituée à 28% d’huile hydrogénée.(1) De nos jours, un tel placebo ne pourrait pas être utilisé puisqu’il est connu que les acides gras trans contenus dans l’huile hydrogénée provoquent de l’inflammation, une composante importante de l’acné.

La seconde étude à l’origine de ce dogme date de 1971 et a été effectuée chez 27 étudiants de niveau collégial ayant une «alimentation riche en glucides, typique des résidences» (typical high-carbohydrate dorm diet).(2) Durant 3 jours (oui, seulement 3 jours!), les étudiants ont consommés des aliments qu’ils avaient eux-mêmes identifiés comme causant des aggravations de l’acné. Oh surprise! 😉 Aucun des volontaires n’a subi d’aggravation. Cette étude recèle aussi de nombreux autres vices de forme: outre les aliments identifiés, le reste de la diète n’est pas contrôlé; l’échantillon est faible; l’étude n’est ni contrôlée, ni à double insu.

Les fondements de cette école de pensée (la diète n’a pas d’influence sur l’acné) sont donc plutôt minces, et pourtant, elle fait consensus assez large. Tellement, qu’une revue méthodique sur le traitement de l’acné répertoriant 250 études cliniques effectuées dans les 50 dernières années, n’en relève qu’une seule mentionnant l’alimentation!(4) Il est très curieux que de petites études effectuées il y a 40 ans aient aujourd’hui encore autant de poids. Tous les dogmes scientifiques devraient assurément être régulièrement passés à la loupe.

L’acné, une maladie de civilisation occidentale

Dans nos sociétés occidentales dites civilisées, l’acné juvénile ou acné vulgaire est présente chez de 79% à 95% des adolescents. Chez les jeunes adultes de plus de 25 ans, cette fréquence varie entre 40% et 54% et ces statistiques sont à la hausse, particulièrement chez les jeunes femmes professionnelles. Par contre, dans certaines sociétés traditionnelles qui ont échappé à l’influence occidentale, l’acné est rarissime, voire absente.(5) Les peuples traditionnels non affectés par le mode de vie occidental (les Kitavans de Papouasie, en Nouvelle Guinée, et les Achés du Paraguay) ont une alimentation pauvre en glucides simples et riche en fibres qui contient quantité de fruits, racines et poissons. Les populations équivalentes modernisées (les habitants des Îles du Pacifique Sud et des indiens urbains du Pérou) ont une diète riche en aliments à index glycémique élevé et pauvre en fruits, légumes et poissons. Dans ces populations américanisées, les auteurs observent de nombreuses conditions reliées à une résistance à l’insuline comme l’ovaire poly-kystique, le syndrome métabolique, l’obésité, l’acné, etc. Ces mêmes conditions sont absentes chez les populations traditionnelles.

Index glycémique

Des chercheurs(3,6-9) ont relevé de nombreuses évidences qu’une alimentation riche en glucides (boissons sucrées, aliments raffinés, pain blanc, pâtes, patates, pâtisseries) peut affecter directement ou indirectement les principales causes de l’acné :

  1. augmentation du nombre de cellules (kératinocytes basaux) dans le canal pilosébacé, ce qui augmente l’épaisseur des follicules et diminue la lumière (grosseur du trou) des follicules.
  2. séparation incomplète des cellules cornées du follicule, ce qui augmente la possibilité d’un bouchon dans le follicule par des cellules mal détachées, donc d’un comédon.
  3. augmentation de la production de sébum induite par les androgènes.
  4. colonisation du comédon par les bactéries Propionibacterium acnes.
  5. inflammation à l’intérieur et autour du comédon.

À l’inverse, on observe une amélioration lorsque l’alimentation est pauvre en glucides. Ainsi, dans une autre recherche, 31 jeunes hommes ont suivi une diète à faible index glycémique sur une période de 12 semaines. Des changements significatifs de la composition et du contenu en lipides du sébum ont été observés et les lésions d’acné se sont avérées moins importantes chez ces hommes, contrairement à ceux du groupe contrôle.(10) Ces résultats sont corroborés par d’autres études.(11,12)

Produits laitiers

Il existerait également un lien entre la consommation de lait et l’acné. Trois études effectuées sur des adolescents(13) et des adolescentes(14,15) révèlent que la consommation de lait (écrémé ou entier) est en relation directe avec la présence et la sévérité de l’acné. Les auteurs postulent que des hormones et des substances bioactives dans le lait pourraient être en cause.

Certains auteurs supposent également que le lait augmente la sécrétion d’insuline et la résistance à l’insuline,(16) mais cette donnée est très controversée.

Dans un prochain article, il sera question des facteurs autres qui aggravent l’acné ainsi que des produits qui peuvent améliorer l’état de la peau.

Références :

1. Fulton JE, Plewig G, Kligman AM. Effect of chocolate on acne vulgaris. JAMA 1969;210:2071-74.

2. Anderson PC. Foods as the cause of acne. Am Fam Physician. 1971;3:102-3

3. Treloar V. Diet and Acne Redux. Arch Dermatol. 2003;139:941.

4. Lehmann HP, Robinson KA, Andrews JS, et al: Acne therapy: a methodologic review. J Am Acad Dermatol. 47:231-240, 2002.

5. Cordain L, Lindeberg S, Hurtado M,et al. Acne vulgaris: a disease of Western civilization. Arch Dermatol. 2002 Dec;138(12):1584-90.

6. Cordain L. Implications for the Role of Diet in Acne. Semin Cutan Med Surg. 2005;24:84-91.

7. Treloar V. Comment on guidelines of care for acne vulgaris management. Am Acad Dermatol. 2007 Nov;57(5):900-1.

8. Logan AC. Linoleic and linolenic acids and acne vulgaris. Br J Dermatol. 2008 Jan;158(1):201-2. Epub 2007 Nov 19.

9. Logan AC. Dietary fat, fiber, and acne vulgaris. J Am Acad Dermatol. 2007 Dec;57(6):1092-3.

10. Smith RN, Braue A, Varigos GA, Mann NJ. The effect of a low glycemic load diet on acne vulgaris and the fatty acid composition of skin surface triglycerides. J Dermatol Sci. 2008 Jan 3 [Epub ahead of print]

11. Smith RN, Mann NJ, Braue A, et al. The effect of a high-protein, low glycemiceload diet versus a conventional, high glycemiceload diet on biochemical parameters associated with acne vulgaris: A randomized, investigator-masked, controlled trial. J Am Acad Dermatol 2007;57:247-56.

12. Smith RN, Mann NJ, Braue A, et al A low-glycemic-load diet improves symptoms in acne vulgaris patients: a randomized controlled trial. Am J Clin Nutr 2007;86:107–15.

13. Adebamowo CA, Spiegelman D, Berkey CS, et al. Milk consumption and acne in teenaged boys. J Am Acad Dermatol. 2008 Jan 12 [Epub ahead of print]

14. Adebamowo CA, Spiegelman D, Danby FW. High school dietary dairy intake and teenage acne. J Am Acad Dermatol. 2005 Feb;52(2):207-14.

15. Adebamowo CA, Spiegelman D, Berkey CS, et al. Milk consumption and acne in adolescent girls. Dermatol Online J. 2006 May 30;12(4):1.

16. Schrezenmeir J, Jagla A. Milk and diabetes. J Am Coll Nutr. 2000 Apr;19(2 Suppl):176S-190S.

15 commentaires

  1. J’ai 25 ans et on m’a diagnostiqué des ovaires polykystiques il y a trois ans. Je suis végétarienne depuis 6 ans, coeliaque depuis mes 18 ans, je fais du sport (course à pieds, marche, corde à sauter) 2 à 3 fois par semaine. Je consomme uniquement des produits bio (que du frais car j’adore cuisiner), pas de produit laitier (excepté un morceau de fromage de chèvre quand il tombe un œil). Je ne consomme plus de sucre (excepté celui des fruits), ni même sirop d’agave ou édulcorant chimique, depuis deux mois. Je prend des compléments alimentaires (zinc, sélénium). Je me nettoie correctement le visage (je change de serviette, de taie d’oreiller 2 à 3 fois par semaine) avec un produit bio adapté (j’ai essayé les solutions 100% naturelles… bref c’était l’horreur, au bout de 6 mois j’ai arrêté, c’était un massacre) : eau thermale de Jonzac. Je ne consomme aucun médicament depuis 3 ans (pas même un petit doliprane, rien !) Je fais du yoga, de la médiation, deux journée de jeûne une fois par mois…bref je pense avoir fait tous les efforts possibles et inimaginables MAIS J’AI ENCORE DE L’ACNE, et pas que des petits boutons, des gros qui font bien mal et qui restent un bon moment sous la peau à m’embêter. Quelqu’un pourrait m’expliquer??? je ne sais vraiment plus quoi faire !

    1. Bonjour Blanche
      Oui, c’est l’horreur, je suis d’accord avec vous.
      Questions : dose de sélénium et de zinc ? Il faut minimum 200 mg Sélénium et 30 à 50 mg zinc.
      quelques trucs à rajouter qui peuvent aider : le chrome (levure au chrome) minimum 200 mg par jour; oméga 3 (EPA + DHA) minimum 100 mg par jour.
      2 plantes importantes pour vous : le thé vert : en boisson tant que vous voulez, en extrait min : 250mg d’extrait riche en catéchines et
      le palmier nain, cette plante est habituellement indiquée pour les hommes et les troubles de la prostate mais pour vous avec le syndrome des ovaires polykystiques et l’acné, elle peut être d’un grand secours : même dose que pour la prostate d monsieur : 300 à 320mg d’extrait titré au lipides à 85%
      Bon succès
      Santé!

  2. Bonjour,
    Je voudrais surtout répondre à Alice, je ne sais pas si elle est toujours suivie par le même gynécologue, mais prescrire du lait pour de l’ostéoporose je trouve ça plus que limite. Le calcium on le trouve dans les légumes verts, comme l’herbe que mangent les vaches ainsi que les sardines, les amandes etc… J’ai aussi un début d’ostéoporose, mon homéopathe m’a prescrit comme à Brigitte, du calcium (en poudre) auquel est ajouté de la vitamine D. Personnellement j’ai arrêté toute consommation de produits laitiers de vache depuis peu.
    Sinon pour l’acné, j’ai déjà répondu dans l’autre “billet”…

  3. Bonjour,
    Mon garçon de 16 ans prend presentement l’accutane contre l’acne,de mon coté je suis contre cet medicamen, je préfère mille fois la medicine naturelle. Qu’en pensez-vous de tous les effects secondaires possibles?

    Merci..

  4. Votre article est étonnamment la conclusion de toute ma recherche personnelle faite depuis un bon bout de temps. J’ai les ovaires polykystiques depuis 6 ans, avec absence totale de règles depuis. J’ai tout de même eu deux enfants, mais avec la prise de metformine et clomid. À ma question posée à ma nouvelle gynécologue: “Il y a sûrement quelque chose que je peux changer à mon alimentation pour changer mon problème de résistance à l’insuline et par ricochet mes ovaires polykystiques et mon acné??”. La réponse a été: “Non, il n’y a rien à faire”. Frustrée encore une fois je me suis résolue à faire ma propre recherche, à 32 ans.
    Ça fait 6 semaines que suis crudivore quasi à 100%. Il y a 2-3 semaines, j’ai eu des menstruations naturellement pour la première fois depuis 6 ans. Je prends toujours mes produits topiques pour l’acné, mais pour la première fois depuis 1 semaine, mais peau est réellement pratiquement plus grasse. Je consomme régulièrement aussi de l’eau additionné de vrai jus de citron pour alcaliniser mon corps et je crois que ça un effet aussi. Par contre j’ai parfois des repas dit “normaux” entre amis, et presque chaque fois je fais des boutons le lendemain, surtout si j’ai consommé du chocolat. Et pour les produits laitiers, je n’ai plus de rhume et je n’ai même pas attrapé la gastro que toute ma famille a attrapé il y a 3 semaines. À noter que je prends régulièrement 2 comprimés de levure naturelle avec B12 et un comprimé de calcium additionné de magnésium et vitamine D.

    1. Bonjour Brigitte,
      Le principe derrière la diète contre l’acné est de réduire, voire couper les sucres et les féculents. Je ne sais pas si le fait de manger cru y change quelque chose. Dans vos recherches, vous aurez compris que le syndrome des ovaires polykystiques trouve sa source à la même place que l’acné. Si l’un va mieux, l’autre aussi.
      Santé!

  5. Très sujette à l’acné depuis toujours, J’ai constaté un éradication quasiment totale de cette “plaie” durant les années où j’ai pris régulièrement des hormones anti androgènes (Androcur). Avec un léger retour lors de la période d’arrêt de 5j par mois. Ces hormones m’étaient aussi utiles sur la régression de la pilosité. Elles m’étaient par ailleurs indiquées en combinaison avec un œstrogène pour la contraception d’abord, puis pour le traitement en THS au début de ménopause.(Aucun terrain oncologique héréditaire et suivi gynécologique) . Pensant qu’après 8 ans de ménopause, il ne m’était plus nécessaire de continuer ce traitement allopathique, j’ai décidé de l’arrêter. Je constate à ce jour que j’ai un bouton de temps en temps dont je parviens à stopper l’évolution par application externe d’ Erythrogel (Erythromycine) et de Locacid (Trétinoïne ). Mais par ailleurs, il me reste un problème que je n’ai jamais pu résoudre, mais moins visible. J’ai des points noirs, non inflammatoires, qui reviennent toujours dans les mêmes pores de la peau, entre le haut du cou et le bas de l’abdomen. Je les extrais par pression , mais systématiquement ils réapparaissent au bout d’une semaine. Ont-ils ont rapport direct avec l’acné? Connaissez-vous un moyen de s’en débarrasser? Je consomme peu d’aliments sucrés et peu de graisses, mais pas mal de produits laitiers suivant le conseil de mon gynécologue (Ostéoporose). Merci de votre aide.

  6. Bonjour,
    Ma fille de 8 ans a depuis presque toujours de petits boutons sous la peau des joues. Qu’en j’en parle au médecin, il regarde à peine, il n’a pas l’air intéressé. Évidemment, sa vie n’est sans doute pas menacée, mais je me suis souvent dit que c’était le signe de quelque chose, comme une intolérance alimentaire. Qu’en pensez-vous?

    Louise

    1. Bonjour Louise,
      Il est possible que cette réaction soit une intolérance alimentaire ou encore une intolérance à une substance de son environnement comme un savon ou un assouplissant à linge.
      Dans tous les cas, la seule façon est d’essayer d’éliminer un coupable potentiel à la fois sur une période d’au moins 3 semaines et de vérifier s’il y a amélioration. Vous pouvez consulter le site de Food Intolerance Network ou encore un video explicatif de Mme Sue Dengate.
      Santé!

      1. Merci beaucoup de votre réponse et d’attirer mon attention sur ce site! Quelle jungle! On se demande un peu par où commencer…

  7. Bonjour Jean-Yves
    Toujours aussi intéressant… Merci pour cette belle vulgarisation des données scientifiques… C’est logique qu’une alimentation à index glycémique élevée est souvent de pair avec un manque de protéines, par le fait même de zinc et certaines vitamines du Complexe B (entre autres B2, B8, B6…) et d’acide gras essentiels. Ces déficiences favorisent l’apparition de l’acnée.
    Suzanne Roy, nutr.,dt.p.

  8. Merci Jean-Yves pour trouver les bonnes études (et les mauvaises) qui prouvent scientifiquement ce que notre bonne intuition savait depuis longtemps !
    Catherine

  9. Mon cher Jean-Yves , toujours de plus en plus étonné et agréablement surpris! Merci de nous partager tout ce travail et en français. J’ai du attendre 20 ans pour enfin voir de mon vivant ce discours dans cette belle province sous l’égide du tout puissant docteur à raison!

    Une autre chronique que je partage avec tout mes lecteurs, si peu nombreux ils sont 😉

    Merci et dans une hâte active de vous croiser au salon de la santé! Je perdrai une journée de travail mais juste pour votre conférence ..j’y serai!

    Harry 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

*