Voici une étude qui offre un point de vue différent de celui que j’ai exprimé dans Une taxe sur la malbouffe? Et j’espère bien qu’ils ont raison et que nos gouvernements mettront un jour leurs culottes!

Dans cette étude américaine, des chercheurs de l’université de Caroline du Nord ont évalué la relation entre le prix de certains aliments, la consommation de calories et le poids des participants. Ils ont basé leur analyse sur l’information alimentaire fournie par 5115 personnes sur une période de 20 ans.

Leurs résultats démontrent qu’une augmentation du prix des boissons gazeuses et de la pizza réduit significativement l’apport calorique associé à ces produits. Ils pensent donc qu’en haussant les prix des aliments moins santé (par le biais d’une taxe, par exemple), il serait possible de guider les Américains vers une alimentation plus saine.

Selon cette étude, au cours des 20 dernières années, le prix réel (ajusté à l’inflation) des boissons gazeuses et des pizzas a constamment diminué. Par exemple, le prix d’une bouteille de 2 litres de boisson gazeuse a diminué de 48% (de l’équivalent de 2.71$ à 1.42$). Pas surprenant que leur consommation soit en croissance continuelle!

Les chercheurs ont calculés qu’une taxe de 18 pourcent réduirait de 56 calories par jour la consommation moyenne des jeunes adultes jeunes et de ceux d’âge moyen, ce qui équivaudrait à une perte de poids d’environ 5 livres (2,25kg) par année.

En plus de réduire la consommation de produits néfastes pour la santé, une telle taxe rapporterait des revenus qui pourraient être utilisés pour contrebalancer la publicité des boissons gazeuses et autres néfastes foods par des publicités sur des alternatives santé (boire de l’eau, par exemple!) et pour injecter de l’argent en santé.

Rien que du bon! Évidemment, ce n’est pas l’avis de certaines multinationales…

Saviez-vous qu’à l’opposé, le gouvernement américain subventionne la culture du maïs et la production du HFCS (sirop de maïs riche en fructose) pour palier au dumping des fabricants de sucres internationaux? Avant même de penser à établir une taxe sur la malbouffe, il faudrait peut-être couper ce genre de subvention à la source…

Santé!

 

Références:

1.Duffey KJ, Gordon-Larsen P, Shikany JM, Guilkey D, Jacobs DR Jr, Popkin BM. Food Price and Diet and Health Outcomes: 20 Years of the CARDIA Study. Arch Intern Med. 2010 Mar 8;170(5):420-6. PubMed PMID: 20212177.

2.18% soda tax would lead to five-pound annual weight loss: Study Caroline Scott-Thomas, 10-Mar-2010

7 commentaires

  1. C’est bien beau une taxe sur la malbouffe… mais je ne crois pas que ça règlerait le problème. L’idée serait plutôt d’aller en amont du problème. Des cours de nutrition dès le primaire seraient une solution plus adéquate. Mais dans une société où l’on coupe même les cours d’éducation physique, comment peut-on aspirer à de saines habitudes de vie?
    France

    1. En éduquant nous même nos enfants à prendre soin de son corps. Les écoles du primaire font déjà un pas en avant en interdisant certains aliments pour les collations. Maintenant, à nous de prendre nos enfants et de les décoller des jeux vidéos et Tv, bonne gardienne mais si mauvaise éducatrice !

  2. Je ne crois pas qu’augmenter les taxes sur la malbouffe soit la solution. En tous cas la pub du doc Barrette me laisse froid. Augmenter les taxes pour engraisser le doc Barrette non merci. N’est-il pas déjà suffisamment bien nourri celui-là?

    Dans le système socialisé les taxes enrichissent les dirigeants et dans un système capitaliste les taxes enrichissent les dirigeants. Heu ! La solution, prendre ses responsabilités et s’informer.

    Bon appétit.

  3. Bonjour Jean-Yves,

    Excellent article! Tout ce qui touche la malbouffe, l’obésité grandissante de la population nord américaine qu’elle entraîne et les problèmes de santé qui y sont relié est un sujet qui m’intéresse au plus haut point. Ce n’est pas tout que d’éduquer les gens vers de meilleurs choix alimentaire. Malheureusement, ce n’est pas si facile. Il faut trouver des moyens plus incitatifs et le portefeuille est définitivement un moyen efficace. La taxe sur la malbouffe pourrait subventionner les coûts qu’elle occasionne au niveau de la santé de la population. Diabete, haute pression, maladies du coeurs, etc…

    Salutations,

    Suzanne

  4. c’est une bonne idée pour la santé, mais les commercants sont là pour faire des sous et faire vivre leur famille aussi… comment y parvenir ????

    1. Bonjour Claudette,
      Doit-on faire passer le commerce avant tout ? Est-ce que les multinationales, avec leur éthique élastique, sont vraiment du commerce qu’il faut soutenir ?
      Je ne crois pas. De toute façon, je ne crois pas qu’une taxe soit la réponse. La meilleure façon demeure la sensibilisation individuelle.
      Merci pour votre commentaire,
      JYD

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

*