Publicité
Imprimer cet article

La vitamine C cause-t-elle des pierres aux reins?

À en croire certains auteurs, elle serait à éviter. Pour d’autres, c’est une panacée… Ce débat qui perdure depuis Linus Pauling (1901-1994), le grand ténor des mégas doses de vitamine C, vient d’être relancé par une étude d’observation qui nous arrive de Suède. Dans cette étude, les chercheurs ont évalué, à l’aide de questionnaires, la prise de vitamine C et de multivitamines en fonction de l’apparition de calculs rénaux. La cohorte, constituée de 48850 hommes âgés entre 45 et 79 ans au début de l’étude, a été suivie de 1997 jusqu’en 2009.

Le questionnaire portait sur l’usage de 20 suppléments, sans aucune mention de marque ou de teneur en vitamine C. La teneur a été extrapolée en fonction de ce qui se vend le plus en Suède. Les résultats publiés ont de quoi surprendre et faire peur. Selon le résumé et le communiqué de presse, la consommation quotidienne de hautes doses de suppléments de vitamine C augmente de plus de 2 fois (RR: 2,23 ; IC 95%: 1,28-3,88) le risque de faire des pierres aux reins…(1)

Regardons-y de plus près

Sur les 907 participants qui consomment des suppléments de vitamine C (mais aucun autre supplément), 31 ont eu des calculs rénaux (3,2%). Dans le groupe contrôle (22448 hommes qui ne consomment aucun supplément), il y a eu 405 cas (1,8%). En tenant compte du nombre d’années de l’étude, on obtient une incidence calculée pour 100000 personnes/année: pour les utilisateurs de vitamine C, cette incidence est de 310 cas par 100000 personnes/année, et pour les non utilisateurs, de 163 par 100000 p/a.

Pourquoi cherche-t-on à faire un lien entre la consommation de vitamine C et les calculs rénaux? Il faut savoir qu’une des formes de calculs les plus fréquentes est faite d’oxalate de calcium et que la vitamine C peut se métaboliser en oxalate.

Peut-on extrapoler à partir de cette étude? Voici quelques pistes qui me font dire que non:

  • Contrairement aux études randomisées contre placébo, ce type d’étude (observation) ne donne pas des résultats très fiables. Il est impossible d’établir des liens de cause à effet à partir de questionnaires.
  • Les auteurs n’ont pas analysé la composition des calculs rénaux. Ils ont pris pour acquis qu’au moins 90% de ceux-ci étaient composés d’oxalate de calcium en se basant sur les données recueillies dans une autre étude.
  • On sait aussi que certains aliments peuvent augmenter le risque de calculs. L’étude ne prend pas en considération la consommation de plusieurs aliments sources d’oxalates comme la rhubarbe, le chocolat, des légumes verts, des noix, etc.

Pour que les données de cette étude soient quelque peu crédibles, il aurait fallu connaître en détail la diète des participants et effectuer une analyse de la composition des calculs rénaux. Bref, des conclusions hâtives qui peuvent être dues à de nombreux facteurs confondants. Les auteurs le mentionnent d’ailleurs dans leurs commentaires (We cannot rule out the possibility of residual confounding). C’est aussi la première fois que je vois une publication qui tient sur seulement 1½ pages!

Vitamine C et élimination rénale des oxalates

Selon Wandzilak,(2) qui a étudié l’élimination d’oxalates secondaire à la consommation de vitamine C, l’effet est négligeable. En effet, la prise de vitamine C 1g, 5g ou 10g a fait monter la quantité d’oxalates dans l’urine de 24h de 34mg à l’origine, à 41mg pour des doses de 1g ou de 5g de vitamine C, et à 48mg pour une dose de 10g. Bref, l’effet de la vitamine C sur l’excrétion rénale d’oxalates est marginal.

Deux autres études rapportent que la consommation de 4g de vitamine C par jour durant 5 jours fait légèrement augmenter la quantité d’oxalates excrétés de 17,5 à 19,4mg par jour chez des volontaires.(3,4)

Autres études sur le lien avec les calculs rénaux

Dans une autre étude de suivi (45251 hommes âgés de 40 à 75 ans durant 6 ans), américaine cette fois, le fait de consommer 1,5g de vitamine C par jour pourrait réduire le risque. Cependant, malgré que les chiffres obtenus semblent importants (22% de réduction du risque), ils ne sont pas significatifs à cause de l’écart entre les résultats dans le groupe (0,78 [IC 95%: 0,54 à 1,11]).(5)

La même équipe a évalué un groupe de 85557 femmes sur une période de 14 ans. Ils n’ont trouvé aucune augmentation des calculs avec une consommation quotidienne de 1,5g ou plus (1,06 [IC 95%: 0,69 to 1,64]).(6)

Facteurs de risque

Il existe des facteurs de risque connus beaucoup plus crédibles que l’apport en vitamine C. Par exemple, l’obésité est un facteur de risque important. Le fait de peser plus de 100kg (220lbs) augmente le risque de 44% (1,44 [IC 95%: 1,11 à 1,86], p=0,002). Pour le même poids chez les femmes, l’augmentation est de 89% (1,89 [IC 95%: 1,52 à 2,36], p<0,001).(7)

Les facteurs de risque classiques des calculs rénaux sont: (8)

  • Mauvaise hydratation / ne pas boire suffisamment d’eau
  • Sédentarité
  • Certains médicaments
  • Alimentation très salée et/ou très sucrée
  • Alimentation trop riche en protéines animales
  • Alimentation pauvre en calcium (une alimentation riche en calcium semble conférer une protection)
  • Prise de suppléments de calcium

D’ailleurs, selon certains, la vitamine C pourrait même aider à dissoudre certains types de calculs rénaux.

Si vous voulez en savoir plus long sur le débat, je vous invite à consulter le site de médecine orthomoléculaire (http://www.orthomolecular.org/). Vous pourrez y consulter leur argumentaire (en anglais) beaucoup plus exhaustif que ce bref article: What Really Causes Kidney Stones (And Why Vitamin C Does Not) Selon ce site, la vitamine C n’entraine pas d’augmentation des calculs et pourrait même aider à les prévenir et les traiter.

Santé !

 

Références:

  1. Thomas LD, Elinder CG, Tiselius HG, Wolk A, Akesson A. Ascorbic Acid Supplements and Kidney Stone Incidence Among Men: A Prospective Study. JAMA Intern Med. 2013 Feb 4:1-2. doi: 10.1001/jamainternmed.2013.2296. [Epub ahead of print] PubMed PMID: 23381591.
  2. Wandzilak TR, D’Andre SD, Davis PA, Williams HE. Effect of high dose vitamin C on urinary oxalate levels. J Urol. 1994 Apr;151(4):834-7. PubMed PMID: 8126804.
  3. Massey LK. Effects of ascorbate supplements on urinary oxalate and risk of kidney stones. J Am Diet Assoc. 2000 May;100(5):516. PubMed PMID: 10841663.
  4. Auer BL, Auer D, Rodgers AL. The effect of ascorbic acid ingestion on the biochemical and physicochemical risk factors associated with calcium oxalate kidney stone formation. Clin Chem Lab Med. 1998 Mar;36(3):143-7. PubMed PMID: 9589801.
  5. Curhan GC, Willett WC, Rimm EB, Stampfer MJ. A prospective study of the intake of vitamins C and B6, and the risk of kidney stones in men. J Urol. 1996 Jun;155(6):1847-51. PubMed PMID: 8618271.
  6. Curhan GC, Willett WC, Speizer FE, Stampfer MJ. Intake of vitamins B6 and C and the risk of kidney stones in women. J Am Soc Nephrol. 1999 Apr;10(4):840-5. PubMed PMID: 10203369.
  7. Taylor EN, Stampfer MJ, Curhan GC. Obesity, weight gain, and the risk of kidney stones. JAMA. 2005 Jan 26;293(4):455-62. PubMed PMID: 15671430.
  8. http://www.passeportsante.net/fr/Maux/Problemes/Fiche.aspx?doc=lithiase-urinaire-pm-facteurs-de-risque
  9. What Really Causes Kidney Stones (And Why Vitamin C Does Not)
Partagez!

Classé sous: UrinaireVitamines et minéraux

Mots-clefs:

FluxCommentaires (8)

Inscrire un commentaire | Trackback URL

  1. Pierre Larose dit :

    Petite info supplémentaire de Sam Queen – auteur d’un volume sur la vitamine C :

    Ascorbic acid, sodium ascorbate, and naturally-occurring vitamin C are the preferred sources of vitamin C4.
    • To minimize the potential for kidney stones, total calcium intake should be maintained within a narrow range (800-1,000mg daily), magnesium intake should be increased to 500 mg per day, and vitamin B6 intake should be increased to 30 mg per day.1 This amount of calcium and magnesium is ideally obtained from 3 servings of cultured dairy foods per day, but to obtain the desired dosage of vitamin B6, a supplement will be required. In addition, since megadose Vitamin C may enhance the excretion of zinc, a 15 mg supplement of chelated zinc per day is recommended.

    De la revue scientifique IAOMT: http://iaomt.guiadmin.com/members/wp-content/uploads/srOralMegadoseAscorbate.pdf

    [Répondre]

  2. Sylvie MOREL dit :

    Au fil des années votre blog est devenu une de mes références de fiabilité dans cette cacophonie médiatique et même scientifique liée aux produits de santé naturels. Mais il y a toujours une question qui me heurte après la lecture d’analyses comme celle-ci qui « déboulonne » en quelques lignes une étude scientifique apparemment bien sérieuse.
    Expliquez-moi Jean Yves s’il vous plait, POURQUOI des scientifiques en a priori dignement diplômés et compétents, arrivent à mobiliser les fonds et le temps nécessaires pour faire une étude sur 12 ans (!) auprès de 50000 personnes (!), et en même temps, tels de mauvais amateurs, y laissent des failles techniques assez élémentaires qui en ôtent toute crédibilité (cf. vos 3 arguments) ? Incompétence, vénalité ?… Merci.

    [Répondre]

    Fred répond:

    Merci JY pour cette analyse. Mon réflexe est de me demander « à qui ça profite? ». Je vis en France. Les magasin bio ici vont se voir interdire de vendre de l’acerola. Ce droit reviendra exclusivement aux pharmacies. Pourquoi? Parce qu’ils disent que la vitamine C est un médicament. Comme quoi, quand ça les arrange ils font des efforts.
    Parallèlement les « autorités » tentent de discréditer ce complément qui nous garde en santé. Nos dirigeants garderont ainsi un contrôle total sur ce produit. Et continuera de nous empoisonner avec profit. Cela vaut bien une étude telle que celle-ci. Faites attention à vous. Bonne santé à tous.

    [Répondre]

    Maria Acosta répond:

    Parce qu’ils sont des humains avec toutes leurs imperfections. Je me souviens d’un article sur le premier vol à Mars: après des années de préparation, des millions investis… la fusé ne se rends pas à destination. Raison: deux équipes ont travaillé sur le projet: un aux EU et un autre en Europe…et chaque équipe a fait ses calculs dans des unités différentes: cms et pouces. Ils se sont parlé pendant tous les préparatifs et tous ces génies ne se sont jamais rendus compte que les unités de mesure étaient pas les mêmes!!

    Maintenant ajoutez à l’équation les intérêts financiers et vous avez la réponse :)

    [Répondre]

    JYD répond:

    Bonjour Sylvie,
    Ô nature humaine.
    Il y a toutes sortes de réponses à votre question. Quelquefois, il y a un objectif caché. Quelquefois, c’est l’arbre qui cache la forêt. Quelquefois, vous avez raison, il y a de l’incompétence. Quelquefois, ce sont les $$$.
    Quelquefois, les chercheurs sont convaincus d’avoir raison parce qu’ils veulent prouver une thèse qui leur tient à coeur.
    Il est facile pour moi de critiquer. Je suis de l’extérieur. Un peu comme en politique, l’opposition a le beau jeu.
    Par contre, entre avoir le beau jeu et laisser passer des faussetés… il y a une marge.
    Au plaisir!

    [Répondre]

  3. Louis Bergeron dit :

    À propos des calculs rénaux, j’ai connu de près trois personnes qui ont vécu ce problèmes. Les trois étaient de gros mangeurs, pas d’aliments nécessairement très sains. Ils avaient tous un excédent de poids important. Je ne crains pas la vitamine C à dose raisonnable. Comme toute chose, un excédent est à éviter.

    [Répondre]

  4. lehaguez dit :

    bonjour ,
    alors la vitamine c pour en avoir les bienfaits, a quelle dose svp?

    [Répondre]

    JYD répond:

    Bonjour Lehaguez,
    La dose est controversée. L’apport nutritionnel est, selon les pays, entre 60 et 80mg par jour. L’effet antioxydant apparaît à partir de 200mg. Les doses usuelles sont de 500mg à 1000mg par jour. Certains vont jusqu’à 3 000mg par jour.
    Plus vous subissez de stress (comme, par exemple, le syndrome de surentrainement) plus votre dose peut être élevée.
    Santé!

    [Répondre]

Inscrire un commentaire