Science: Un arbre qui tombe fait-il du bruit ?

Vous y avez peut-être déjà réfléchi. L’arbre qui tombe, lorsque personne n’est là (aucun être vivant ayant la capacité d’entendre les ondes sonores), fait-il du bruit? Cette question philosophique qui anime les débats depuis des siècles n’est toujours pas résolue. Il y a des tenants du oui et des tenants du non.

La science des médecines dites complémentaires et/ou alternatives et des produits de santé naturels (PSN) souffre du même genre de débat. Existe-t-il une science derrière ces approches? Les positions sont tranchées, irréconciliables. Pourtant, tout comme l’onde sonore de l’arbre qui tombe est réalité, la science derrière la phytothérapie et plusieurs produits naturels existe et est publiée dans des revues scientifiques révisées par des pairs. Évidemment, comme on n’entend pas l’arbre tomber si l’on est loin, on ne voit pas la science si l’on se tient loin de ces publications!

Encore des préjugés

Les préjugés face aux divers traitements complémentaires et alternatifs sont encore très présents. L’article Jamais sans la science (http://plus.lapresse.ca/screens/1d4b4965-4d4a-4785-be48-fc50df0c114b%7C_0.html) dans La presse+ est le reflet de ces préjugés et non d’une connaissance du dossier. On peut y lire: «…les données scientifiques sont claires: les traitements alternatifs ne reposent sur aucune base scientifique.» On est en droit de se demander d’où vient l’autorité si absolue de la personne citée.

Tout mettre dans le même panier

J’ai vraiment beaucoup de difficulté à comprendre que quiconque puisse mettre toutes les approches alternatives dans le même panier: acuponcture, homéopathie, phytothérapie, etc. Il s’agit là de thérapies complètement différentes et dont les bases sont aussi complètement différentes.

Trouver la bonne science

Une grande partie des médecines dites alternatives a fait l’objet d’études scientifiques. D’innombrables études se sont intéressées aux produits naturels, mon domaine de prédilection, et quiconque affirme que leur usage ne repose sur aucune base scientifique est totalement dans l’erreur.

Pour se faire une opinion fondée sur ces produits, il faut ouvrir ses horizons et consulter d’autres revues scientifiques que celles qui ne publient que des données négatives sur les PSN (oui, malheureusement, il y en a). Il faut aussi prendre le temps d’analyser les études pour séparer le bon grain de l’ivraie. Certaines études sont très bonnes, d’autres ont une méthodologie questionnable, d’autres encore reflètent les intérêts commerciaux des bailleurs de fonds, et ça continue… Bref, il faut prendre le temps d’étudier le sujet. On s’entend qu’il est beaucoup plus facile de dire que tout ça n’est pas bon… D’ailleurs, comme je l’ai écrit dans http://www.jydionne.com/controverse-sy-retrouver/, les généralisations sont le principal outil des détracteurs. Les vrais experts ont un discours plus pondéré.

À voir à cœur l’intérêt de…

Il serait temps qu’on arrête de prendre des positions ex cathedra et qu’on commence à s’intéresser au spécifique (tel produit est efficace, tel autre ne l’est pas). L’essentiel, ce qui aidera tout le monde (mais ne fera peut-être pas vendre de copies…), est d’avoir un regard pondéré, de constater que la science évolue partout.

Lisez sur le même sujet :

8 réflexions au sujet de « Science: Un arbre qui tombe fait-il du bruit ? »

  1. Jean Marc Doyon

    Salut Jean-yves
    Un arbre qui tombe fait-il du bruit ?? La réponse est oui sans hésitation … Il n’est pas nécessaire d’être là pour confirmer ou infirmer … Pour trouver la réponse à cette question , un peu bête en fait, il ne faut pas s’attarder sur l’arbre lui-même mais sur son ENVIRONNEMENT … La connaissance de l’arbre et de son environnement nous donne limpidement la réponse … Lorsqu’on parle du bruit, on parle du SON , et le SON est une vibration mécanique du fluide environnemental, qui se propage sous forme d’ondes longitudinales grâce à la déformation élastique de ce fluide-environnement. C’est ainsi que nous pouvons ressentir cette vibration grâce au sens de l’ouïe. Donc , tout mouvement , quel qu’il soit ( l’arbre qui tombe) , dans notre environnement terrestre , induira une déformation de ce même environnement , et par conséquent un son , qui deviendra du bruit ….

    Répondre
    1. Jean-Yves Dionne Auteur de l’article

      Bonjour Jean Marc
      Je sais tout ça. C,est justement le point de l’article de montrer l’absurdité de l’argument. C’est comme essayer d’argumenter : l’absence de preuve n’égale pas une preuve d’absence d’effet… à quelqu’un qui ne veut pas entendre
      Santé!

      Répondre
  2. Dino Halikas ND.A.

    Bonjour JY,
    Je suis bien d’accord et en plus le fameux chimiste cité dans cet article mélange naturopathie et produits naturels. Il est vrai que certains produits naturels ont bénéficié de beaucoup de recherche et d’autres moins. En plus. il sera toujours difficile de trouver des études de centaines de millions comme l’on voit avec les médicaments brevetés. De toute façon on parle ici d’approches complémentaires qui sont en fait de l’éducation et des recommandations pour l’amélioration des habitudes de vie. Comment peut-on prétendre que la naturopathie n’a pas de fondement scientifique quand il s’agit d’une meilleure alimentation, d’une gestion du stress, de faire de l’exercice, d’éviter les produits toxiques… c’est vraiment n’importe quoi comme article.

    Répondre
  3. Suzanne

    Selon le code de déontologie du collège des médecins : » Le médecin doit s’abstenir d’avoir recours à des examens, investigations ou traitements insuffisamment éprouvés, sauf dans le cadre d’un projet de recherche et dans un milieu scientifique reconnus ».
    Les médecins sont ainsi très frileux de recommander ou prescrire des produits non pharmaceutiques… mais la prescription des produits pharmaceutiques pour un usage non reconnu (« Off Label ») est extrèmement répandue et à peine mal vue par les mêmes médecins.
    Deux poids deux mesures?
    Car il ne faut pas oublier qu’il est écrit plus haut que « Le médecin doit exercer sa profession selon les normes médicales actuelles les plus élevées possibles; à cette fin, il doit notamment développer, parfaire et tenir à jour ses connaissances et habiletés. »
    Merci de nous aider avec cette partie Jean-Yves.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *