Publicité
Imprimer cet article

Produits laitiers: aliments essentiels ou néfastes?

Cliquez ici pour écouter ma chronique du 24 janvier à L’après-midi porte conseil.

On entend de plus en plus parler d’allergie ou d’intolérance aux produits laitiers. Avons-nous besoin d’en consommer? Ou, au contraire, devrait-on les bannir? Les opinions sont tranchées. D’un côté, les producteurs laitiers (anciennement le bureau laitier du Canada) et la plupart des nutritionnistes nous affirment que les produits laitiers sont essentiels à une bonne alimentation: pour avoir suffisamment de calcium, pour bien grandir, etc.

De l’autre, tout un groupe de gens sont contre la consommation de lait. Les arguments sont variés: le lait c’est pour les veaux; nous n’en avons pas besoin; c’est toxique; la protéine principale du lait, la caséine, est probablement la substance alimentaire la plus dangereuse qui soit; etc.

Ce que j’en pense

Je ne suis ni pour, ni contre le lait. Je prétends par contre que le guide alimentaire devrait contenir seulement 3 groupes d’aliments et que les produits laitiers devraient faire partie des viandes et substituts, comme source de protéines. Notre guide alimentaire contient une catégorie «produits laitiers» pour des raisons historiques et économiques, pas pour des raisons de santé.

Le lait ne contient rien qu’on ne peut retrouver ailleurs. Tous les laitages sont des aliments culturels que vous pouvez consommer, si vous le voulez (et si vous n’y êtes pas intolérants ou allergiques), mais qui ne sont pas essentiels.

Consultez aussi Choisir son calcium pour savoir pourquoi les produits laitiers ne sont pas la meilleure source alimentaire de calcium.

Allergie vs intolérance

Quelle est la différence entre l’allergie et l’intolérance alimentaire?

Allergie

Une allergie classique est une réaction du système immunitaire (SI) qui reconnaît une protéine comme un intrus (ennemi). Le SI sécrète alors des anticorps appelés IgE (immunoglobuline de type E) qui s’attachent à la protéine coupable et entraînent la sécrétion d’histamine par des cellules spécialisées (mastocytes). L’histamine est un médiateur responsable des effets comme l’enflure (pouvant mener à l’étouffement), l’urticaire, la démangeaison, etc.

Les réactions allergiques sont habituellement rapides et intenses. Le choc anaphylactique, la plus violente de ces réactions, peut entrainer la mort par étouffement.

L’allergie classique au lait existe, mais elle est plutôt rare (moins de 1% de la population). Elle est plus fréquente chez les enfants (0,5 à 4%), et elle diminue avec l’âge. Souvent, les enfants allergiques développent une tolérance et leur allergie disparaît avec le temps.

Diagnostique d’allergie

Pour évaluer les réactions allergiques, un médecin peut faire un test diagnostic sur la peau (scratch test) qui consiste à appliquer une goutte de l’allergène en solution sur la peau et à gratter la peau. Par la suite, il ne reste qu’à vérifier si une réaction (rougeur, enflure) apparaît. S’il n’y a pas de réaction, on considère que vous n’êtes pas allergique. S’il y a rougeur et enflure, l’intensité de l’allergie est estimée selon l’importance de la réaction.

Autres réactions immunitaires

Il existe d’autres types de réactions immunitaires qui sont cependant plus controversées. Il s’agit des réactions retardées, ou réactions à IgG (immunoglobuline de type G). Contrairement aux véritables allergies, ces réactions ne suivent pas immédiatement le contact avec l’allergène, elles sont décalées dans le temps.

Le corps réagit à l’intrus (une protéine) en sécrétant des anticorps IgG (plutôt que des IgE). Ces derniers se fixent à la protéine et créent un nouveau complexe immun. Ces complexes ne provoquent pas de libération d’histamine, mais sont difficilement éliminés. Ils sont donc stockés et, avec le temps, entraînent divers symptômes qui varient en fonction de la localisation du stockage, de l’intensité de la production de complexes immuns et de la durée de l’exposition.

Tests sanguins

On peut vérifier la présence de ces IgG par des tests sanguins.

· Imupro-300 : http://www.food-intolerance.ca/faite-le-test/imupro-300/fr/ au Québec; http://www.imupro.com/ ailleurs dans le monde

· Élisa-Act http://www.elisaact.com/

· Genova Diagnostics http://www.gdx.net/

· Rocky Mountain Analytical http://www.rmalab.com/index.php?id=18

Cette relation entre les IgG et les intolérances est très controversée. Plusieurs allergologues n’y croient pas. Ils affirment que les tests ne sont pas reproductibles et que le lien de cause à effet n’est pas évident. Sans parler du fait que les études sur le sujet ne sont pas toujours disponibles ni, quand elles le sont, bien faites.

Finalement, certains affirment que si les IgG ont pris le relais des IgE (responsables des «véritables allergies»), le corps est en train de résoudre ses allergies en devenant tolérant. C’est d’ailleurs le principe derrière la désensibilisation par injections d’allergènes en petites quantités.

Force est de constater que le débat reste ouvert. Les tenants de ces tests et tous ceux qui ont vu leur santé améliorée suite au retrait de certains aliments identifiés par ces tests confirment que, même si la science n’est pas toute au rendez-vous, les intolérances immunitaires aux IgG sont très réelles.

Intolérance digestive

L’allergie est une réaction d’hypersensibilité impliquant un mécanisme immunologique alors que l’intolérance digestive est une réaction d’hypersensibilité non immunologique.

Lorsqu’il y a intolérance au lactose, c’est que le système digestif ne produit pas (ou ne produit plus) l’enzyme nécessaire à la digestion du lactose, ce sucre qu’on ne retrouve que dans le lait. Le nourrisson, parce que son aliment unique est le lait maternel, produit une enzyme nommée lactase qui coupe le lactose en deux et produit 2 sucres simples, le glucose et le galactose, qui sont ensuite absorbés. Après le sevrage, le système digestif peut oublier comment produire de la lactase.

Si le système digestif ne produit pas de lactase, le lactose n’est pas scindé. Il n’est donc pas absorbé et demeure dans les intestins où les bactéries de la flore intestinale s’en donnent à cœur joie. Il s’ensuit une fermentation qui cause des ballonnements, des gaz, des douleurs, des crampes, etc.

L intolérance au lactose n’est pas une allergie. Elle est très fréquente chez certaines ethnies: chez plusieurs peuples noirs et asiatiques, cette intolérance est présente dans la majorité de la population. Chez les caucasiens, elle est en augmentation.

Traitements:

· S’abstenir de consommer des produits laitiers

· Prendre un supplément d’enzymes digestives contenant de la lactase

· Prendre des probiotiques riches en lactobacillus acidophilus. Ces lactobacilles sécrètent de la lactase et, après un certain temps, le système digestif contient suffisamment de lactase pour tolérer un certain apport de lactose.

SYMPTÔMES DES ALLERGIES ET INTOLÉRANCES ALIMENTAIRES

Respiratoires

· Nez qui coule ou congestion nasale

· Éternuement

· Asthme (difficulté à respirer)

· Toux et râle

Cutanés

· Gonflement des lèvres, de la bouche, de la langue, du visage et/ou de la gorge (angioedème)

· Urticaire

· Éruptions ou rougeurs

· Démangeaisons

· Eczéma

Gastro-intestinaux

· Crampes abdominales

· Diarrhée, ou parfois constipation

· Nausées

· Vomissement

· Coliques

· Ballonnement

Systémiques

· Choc anaphylactique (choc sévère généralisé)

Tiré de : http://www.eufic.org/article/fr/expid/basics-allergie-intolerance-alimentaire/

Références:

1. Déjouer les allergies alimentaires, oeuvre québécoise de Marie-Josée Bettez, mère d’un allergique « à tout », http://dejouerlesallergies.com/

2. L’allergie et l’intolérance alimentaire http://www.eufic.org/article/fr/expid/basics-allergie-intolerance-alimentaire/

3. Allergies et intolérances alimentaires : deux problèmes différents, Pascale Dumond, Gisèle Kanny, Médecin interniste. Octobre 2008 N° 2, Institut français pour la nutrition http://www.ifn.asso.fr/ http://www.ifn.asso.fr/uploads/Mise%20au%20point%20IFN%20n°2.pdf

4. http://www.allergienet.com/lait-vache-allergie.html

5. Association québécoise des allergies alimentaires, http://www.aqaa.qc.ca/accueil.asp

Partagez!

Classé sous: AlimentationAllergies/hypersensibilité

Mots-clefs:

FluxCommentaires (28)

Inscrire un commentaire | Trackback URL

  1. Dr Régis GROSDIDIER dit :

    Bonjour
    Je vous adresse mon commentaire. En tant que nutritionniste et allergologue , j’ai compilé le sujet .
    Mes conclusions:
    La qualité du lait, de vache, de brebis ou de chèvre dépend en grande partie du mode d’élevage et d’alimentation des animaux.
    Mais surtout, le lait a été transformé et vendu transformé: notamment par le procédé d’homogénéisation ( datant de 1970) qui vise à scinder en fines gouttelettes les molécules de graisse contenues dans le lait. La crème ne peut plus surnager. Commode pour le distributeur qui démultiplie la date limite d’utilisation de façon extraordinaire, rendant le produit non oxydable et donc conservable pendant de longs mois.
    Mais il n’est pas sans inconvénients pour le consommateur qui, du fait de la disparition de ces globules de graisse, ne peut maintenir un effet caillé dans son estomac suffisamment longtemps et favorise un temps de digestion et de contact avec la pepsine gastrique très diminué. Conséquence, les protéines contenues dans le lait sont insuffisamment digérées. Il y a maintien d’un taux d’acides trop élevé en fin de digestion gastrique et lésion du grêle lors de la vidange gastrique par cette acidité en excès. Les protéines du lait qui n’ont pas eu le temps d’être totalement transformées en acides aminés libres (non allergisants) passent à travers la porosité intestinale et crée des réactions.
    Et donc le risque d’allergies aux protéines du lait est augmenté de façon nette par cette homogénéisation ou microfiltration. Nous obtenons la même chose avec les médicaments anti-acides ( cf travaux d’ Erika Jarolim en Autriche). L’étude européenne GABRIEL a également démontré que les fromages au lait cru non homogénéisé affinés>1 ans évitent les allergies alors que les fromages pasteurisés peu affinés la provoquent.
    Donc d’accord, ni pour ni contre le lait. Mais si on veut en consommer, il faut prendre du lait cru sortant du pis de la vache, non homogénéisé ou des fromages au lait cru affinés douze à dix-huit mois.
    L’intolérance au lactose dépend surtout des carences en magnésium et vitamine B2 cofacteurs indispensables de cet enzyme.
    Cordialement
    Dr Régis GROSDIDIER
    2423 route de Montfort
    401280 YZOSSE France
    cf mon livre « A table  » Ed Delville santé 2011

    [Répondre]

    JYD répond:

    Bonjour Dr Régis,
    J’aimerais tellement que votre point de vue soit partagé par la majorité du monde médical. Je ne sais pas en France, mais ici au Canada, le point de vue émis par la majorité des MD, spécialistes ou non, est une copie conforme des dictats des lobbys du lait. Il serait pertinent d’y apporter les nuances que vous y mettez.
    Bravo et merci.
    Au plaisir de se rencontrer.

    [Répondre]

    Christian Arsenault répond:

    Quel bon vent frais et intéressant venant de la France!… Rare sont les nutritionnistes qui ont ce discours… Nous avons stoppé ma copine et moi TOUTES formes de protéines animales venant des mammifères. Et nous nous portons beaucoup mieux. Ma copine a été diagnostiqué sclérose en plaques (SEP) en 2006. En 2007, elle s’est tourné vers la médecine alternative et a mis en pratique rigoureusement la diète prôné par Dr Catherine Kousmine et Dr Seignalet. Résultats: elle a complètement neutralisé sa maladie et mène une vie plus que normale SANS médicament. Et mieux car elle maintient un poids santé, peau radieuse et plus d’énergie. Quoi demandé de mieux?… De plus, ce régime tasse du revers de la main à peu toutes les maladies chroniques sur le marché!!! Son neuro ne veut rien n’entendre à propos de l’alimentation. Aujourd’hui nous en sommes à 80% alimentation vivante. C’est tellement bon au goût et en bonus, bon pour l’environnement!… Nous sommes rendu accro au jus vert!… Pour le lait?… Nous le faisons aux amandes, sésames, dattes… un délice!… J’espère que votre livre est disponible de ce côté-ci!… Je vérifie!

    [Répondre]

  2. Maria Acosta dit :

    Bonjour J-Y,

    Je connais ceux qui sont soit constipés par les produits laitiers, soit ils ont de la diarrhée hyper malodorante; sans oublier la production à profusion de mucosités. Enfant je consommais beaucoup, maintenait je les consomme comme le champagne, de temps à autre et toujours de qualité.

    Une autre bonne raison pour éviter les produits laitiers : quoi que l’utilisation de l’hormone de croissance STB est interdite au Canada – grâce aux docteurs Shiv Chopra, Margaret Haydon et Gerard Lambert à qui Santé Canada a remercié en 2004 pour en avoir parlé des pressions $$$ de la part de Monsanto pour qu’ils approuvent son utilisation malgré les preuves de sa toxicité – plusieurs producteurs laitiers québécois, et canandiens, l’utilisent depuis des années.

    Si on va consommer un produit laitier, vaut mieux qu’il soit certifié bio…

    PS. Une manière pas chère de savoir si nous tolérons bien le lait :la boire frais sortie de la vache…bien chaude et moussante. Si vous l’aimez, bravo, vous appartenez au 10% de la population mondial qui la tolère sans problème. Pour que les gens la consomment à profusion, elle est vendue toujours froide et transformée pour les plus sensibles : sucrée, chocolatée, etc. Tout comme le yaourt. Pour votre info, le lait au chocolat c’est le lait caducée qui est retournée à l’usine et transformé en lait au chocolat. Vous aimez le fromage tranché orange «SINGLES » (enveloppée individuellement)? Il est préparé avec les retours de fromage moisi; chaque compagnie a sa recette de fromages utilisés. Ils sont achetés à très bon prix de différents producteurs, ensuite on coupe une bonne partie infecté par les moisissures, on ajoute des fongicides à profusion, un émulsifiant, un colorant, le tout bien chauffé pour en avoir une pâte semi-liquide qui est versée dans des moules pour être tranchée une fois refroidie et chaque tranche est enveloppée individuellement. Rien n’est perdu dans cette industrie, elle accepte le retour de marchandise passé date, ensuite elle transforme à nouveau et le tour est joué… Très abordables ces produits, maintenant vous savez pour quoi :)

    [Répondre]

    Marie répond:

    Bonjour Maria,

    Je partage totalement votre opinion sur la consommation de lait et de produits laitiers que je ne juge absolument pas nécessaire pour avoir une alimentation saine, consommation qui est même néfaste pour certains. Cependant, pour avoir oeuvré pendants de longues années dans le domaine de la production et de la transformation laitière, je n’ai jamais rencontré les situations que vous décrivez en ce qui concerne l’utilisation d’hormone de croissance et de récupération des produits périmés dans le but de les retransformer en un autre produit.

    [Répondre]

    Maria Acosta répond:

    C’est le cas pour moi aussi, j’ai travaillé en production et control de la qualité de deux compagnies de transformation laitière et je l’ai vu de mes propres yeux.

    J’ai vu du lait provenant des vaches avec mastites, traitée et vendue en fromage.
    J’ai vu du lait diluée avec de l’eau et aucune conséquence pour les producteurs de ce lait trafiquée.

    J’ai vu des contenants de coagulant synthétique végétale kasher remplis avec de la présure animale…et certifié par le rabbin qui devait savoir que depuis 6 mois l’unique source à NY ne le tenait plus…

    Ça fait plus de 30 ans de cette expérience; est-ce que l’humanité est devenue plus honnête depuis? Je doute. Tout ce qui change ce sont les astuces pour nous faire avaler leurs produits : « homogénéisée » (voir technologies de laits de consommation http://www.azaquar.com/doc/technologie-des-laits-de-consommation-lait-pasteuris%C3%A9-st%C3%A9rilis%C3%A9-et-uht , « ultrafiltrée » qui enlèvent entre autre une partie du goût.

    [Répondre]

    Cinnamon répond:

    Je savais que ce n’était pas terrible le fromage  »transformé » mais je ne pensais pas que c’était si pire…est-ce vraiment vrai ce que vous dites?

    [Répondre]

  3. lyse boudrias dit :

    Depuis ma naissance que je ne peux absorber du lait de vache. Ma mère, il y a très longtemps, m’avait amené à la clinique et le dr du temps avait prescrit une préparation spéciale et de là j’ai commencé à prendre du poids et j’ai cessé les régurgitations.
    Aujourd’hui j’ai banni le lait car je souffre du côlon irritable…… je consomme un substitut qui fait mon bonheur à 100%…. je peux préparer des laitages salés et sucrés et fournit autant de calcium que le lait de vache…. il s’appelle le: lait d’amande sans sucre.
    Lorsque je mange à l’occasion du fromage sans lactose le lendemain j’ai le va vite….donc pour moi fini le lait d’animaux. Ma fille de 45 ans est dans la même situation que moi.
    Merci de nous informer M. Dionne.

    [Répondre]

  4. Bonjour Jean-Yves,

    Merci pour les précisions que tu apportes. Tu expliques très bien les nuances et je suis pour inclure les produits laitiers dans le groupe viandes et substituts.

    De plus, à l’intérieur de ce groupe on pourrait faire des aliments riches en calcium et riches en fibres. Cela pourrait être plus aidant aussi. Avec la vague végétarienne et végétalienne, cela ajouterait encore plus d’aide aux personnes.

    Fille de producteur laitier, nutritionniste clinicienne de profession, je crois que les produits laitiers devraient faire partie des viandes et substituts afin d’éviter la confusion dans le public.

    Les enlever complètement peut être une solution pour une personne mais n’est pas nécessaire pour une autre. Du cas par cas !

    Marise Charron, nutritionniste

    [Répondre]

    Christian Arsenault répond:

    Bonjour Madame Charron,

    Je me suis permis d’aller sur votre site internet et une petite erreur s’y est glissé. En effet, vous mentionnez sous l’onglet DIABÈTE que  »que le diabète est une maladie chronique qui, à l’heure actuelle, ne se guérit pas. »

    Au contraire, le diabète peut se guérir en modifiant son alimentation et ce avec beaucoup d’effets secondaires DÉSIRABLES!!!

    Voici quelques sites provenant d’internet.

    http://www.youtube.com/watch?v=y41BDg1bBo8

    http://30daydiabetescure.com/

    http://vimeo.com/27278058

    http://www.youtube.com/watch?v=Jz7orjSjku8&feature=related

    Je vous invite à découvrir l’alimentation vivante!!!… C’est exquis!

    [Répondre]

    Marise, nutritionniste répond:

    M. Arsenault, on traite le diabète mais on ne le guérit pas. Un jeu de mots, me direz-vous ? Une personne peut manger toute sa vie, du sucre, du gras, des aliments transformés et ne jamais devenir diabétique et une autre manger sainement et le devenir. Toutefois, si une personne est diabétique et qu’elle change ses habitudes alimentaires et retrouve ses glycémies normales, super, on peut dire que son diabète est traité par l’alimentation. C’est d’ailleurs mon travail. Si elle retombe dans ses anciennes habitudes, elle va se retrouver encore diabétique. Est-elle guérie ? Oui, si on le voit comme cela, non si on voit que la personne doit maintenir ses bonnes habitudes alimentaires et de vie pour éviter d’être diabétique, donc d’avoir des glycémies élevées. Est-ce qu’on est encore diabétique si on réussit à contrôler ses glycémies par l’insuline ou la médication ? On le demeure mais on le contrôle par quelque chose. J’adore l’alimentation vivante, on devrait tous en ajouter à chaque repas idéalement. Je crois en la force des végétaux pour traiter plusieurs malaises rencontrées chez les gens. Au plaisir d’échanger M. Arsenault!

    [Répondre]

    Christian répond:

    Marise,
    Merci pour votre réponse.
    Je suis retourné sur votre site internet et la définition (diabète) correspond plus à la réalité.
    Je souligne votre ouverture d’esprit.
    C.Ars.

    [Répondre]

  5. lyse boudrias dit :

    J’aimerais aussi connaître quels probiotiques renferment le plus +++ de lactobacillus acidophilus. Les différents produits que j’ai consultés n’indiquent pas cela en détails. Encore un gros merci.

    [Répondre]

  6. Jacques dit :

    Je sais que la crème glacée au chocolat est composée à partir des produits non vendus à laquelle on ajoute du « chocolat », c’était comme ça dans les années 90. Est-ce encore le cas aujourd’hui ? Concernant le fromage « jaune-orange »-enveloppé-individuellement-pas-bon-au-gout je ne sais pas mais je m’abstiens.

    J’ai eu des problèmes d’irritation intestinale toute ma vie, ça va mieux depuis (à 95% mieux) que je ne mange plus de blé et que j’ai réduit ma consommation de lait. J’ai remplacé le pain de blé par du pain Ézéquiel fait de grains germés, je ne mange plus de pâtes et je ne bois presque plus de lait. J’en tire ma propre conclusion : sans blé et sans lait je suis guéri.

    [Répondre]

  7. Jean-François dit :

    Si je suis votre logique concernant l’intolérance, il se pourrait donc que mes problèmes d’asthme, de rhinite et de voix enrouée soient causés par ma consommation de produits laitiers? Vous auriez plus de détails à ce sujet? Quelqu’un a un témoignage?
    Merci!

    [Répondre]

    aline répond:

    bonsoir jean françois, j’irai plus loin que tout le monde ici: les produits laitiers au lait PASTEURISE sont un poison, et pour tout le monde…pas seulement au cas par cas. simplement des personnes ont des troubles, mais elles ne savent pas que cela vient des produits laitiers….personnellement, je n’ai pratiquement plus d’artrite et d’artrose apres avoir supprimé les produits lairiers….
    amitié de france. aline.

    [Répondre]

  8. Lynda dit :

    Bonjour ! Je confirme : après des années de rhumes, et de terribles sinusites et bronchites infectieuses à répétition, sur lesquels les antibiotiques n’avaient pas d’effet, j’ai découvert, grâce à mon ostéopathe, que je souffrais comme lui d’une intolérance à la protéine du lait de vache. C’était à la fin de la vingtaine… 20 ans plus tard, je peux compter sur les doigts de la main les bronchites et sinusites infectées que j’ai eues, et elles étaient TOUJOURS reliées à la consommation de lait de vache ( aahhh tsé, on triche un peu ici et là, mais oh la la comme on paye pour ensuite ! ) Je consomme sans problèmes brebis et chèvre, il y a maintenant un très bon choix, (dont le yogourt de brebis au Marché Jean-Talon à Montréal). De plus j’ai récemment coupé le lait de soya que je consommais en grande quantité depuis longtemps (créait beaucoup trop de mucus)et je suis passé au lait de riz. J’invite les gens qui ont des problèmes similaires à faire le test et à cesser de consommer les produits laitiers pour un temps. Toujours selon mon ostéopathe, environ 80% des gens qui font des rhumes, sinusites et bronchites à répétition ont cette intolérance à la protéine laitière. Et méfiez-vous : il y a des substances laitières modifiées dans une quantité phénoménale de produits !!! Bonne chance :-)

    [Répondre]

  9. Marie dit :

    Bonjour,
    Pour ma part j’ai arrêté les produits laitiers d’animaux depuis la lecture du livre de Jacqueline Lagacé en décembre. Je n’étais par particulièrement intolérante mais je crois aux bienfaits de la méthode Seignalet (que je n’applique tout de même pas à la lettre). Je me protège peut-être ainsi contre les problème articulatoires. Merci Jean-Yves pour votre chronique toujours aussi excellente.

    [Répondre]

  10. Isa_belle dit :

    Bonjour JYD,

    Merci! Aussi, j’aimerais savoir si les granules homéopathiques en lactose sont dérivées d’un produit laitier?

    Santé,

    [Répondre]

  11. Bonjour
    Je lis les commentaires ,on dit beaucoup de bien de la recelle di Dr, Kousmine ,je suis interessee a le suivre mais je ne connais pas la recette,Est-ce posible de nous la donner dans cette rubrique ,je voudrais la suivre car j<espere pouvoir par cette recette faire baisser la haute pression que je fais,j<Ki suivi vos conseils ert jB je fais de tres efforts pour reduire ma pression Merci
    thaise

    [Répondre]

  12. Mona dit :

    Il y a au Québec Dr. Carol Vachon qui prêche beaucoup pour le lait cru. Il a d,ailleurs écrit un livre sur le sujet: Pour l’amour du bon lait.

    [Répondre]

  13. claudette leboeuf dit :

    Bonjour Jean-Yves

    Une question à 2 volets :

    J’aime bien le matin me faire un bon café au lait (2)…

    je fais chauffer mon lait au four micro-ondes 1 min puis fais couler mon espresso dans le lait pour un bon café chaud…

    1- four micro ondes ???

    2- le lait et son rapport calcium, bon ou non ?

    Il y a plusieurs versions sur ceci, j’aimerais connaître votre opinion pour la valeur du lait dans un café…

    Merci et vous lire dans vos réponses est une façon d’apprendre comment le faire avec gentillesse, concision, diplomatie et authenticité. Félicitations !!!

    [Répondre]

    JYD répond:

    Bonjour Claudette,
    Le principal problème du micro-onde est qu’il émet des ondes quand il fonctionne et que, malgré la garantie des fabricants, ils fuient tous.
    Effet sur le lait, si vous ne faites que chauffer et non bouillir, l’effet sera négligeable.
    Le calcium du lait, une fois dans le café, se lie aux tanins et à la caféine, donc il n’est plus disponible pour vous. Par contre, les tanins et la caféine ne peuvent plus vous voler le vôtre. OK pour un bon café chaud pris avec plaisir… Parce que le plaisir est aussi important.
    Santé!

    [Répondre]

  14. Evelyne dit :

    Bonjour,

    J’apporte mon petit vécu. J’ai toujours été une adepte des fromages (tous, de qualité et les singles) de yaourt et de lait. J’ai des problèmes de brûlements d’estomac et de reflux gastriques depuis l’âge de 16 ans (périodique à cet âge et augmentation progressive).

    Il y a 2 ans, malgré le fait que je prenais un médicament (genre Prevacid)depuis plusieurs années, j’avais de plus en plus de problèmes d’estomac (spasmes, reflux etc) auxquels s’étaient ajoutés des gaz, le va-vite avec odeurs très nauséabondes. Devant cet état de fait j’ai été voir un homéopathe qui m’a fourni les petites gouttes et granules mais qui m’a aussi demandé d’éviter certains aliments et boissons irritants (dont une bonne partie que j’évitais déjà).

    En cours de route, je me suis rendue compte que certaines journées tout allait bien d’autres non. J’ai examiné mes menus de la journée où ça n’avait pas bien été et à chaque fois il y avait du fromage, de la sauce béchamel ou du yaourt. Je fais aussi attention aux aliments et boissons contenant des sulfites (incapable de boire du vin depuis 5 ans, dès la première gorgée, je ressens un brûlement dans la gorge).

    J’ai commencé à éviter tout aliment avec des produits laitiers mais je me faisais avoir avec les aliments préparés contenant des substances laitières modifiées et les réactions sont encore pires (il y en a à peu près partout). Je me suis donc mis à lire les étiquettes attentivement.

    Maintenant je triche environ une fois par semaine et essentiellement pour du fromage, mais je vérifie qu’ils ne contiennent pas de substances laitières modifiées. Si je dépasse ce quota, les problèmes reviennent progressivement.

    [Répondre]

    Christian Arsenault répond:

    Ce midi dans ma salade kale, j’ai ajouté de la levure alimentaire en flocons (non active cultivée dans la mélasse)… ça imite vraiment le fromage et c’est aussi bon!

    [Répondre]

    JYD répond:

    Merci Evelyne pour ce témoignage
    Santé!

    [Répondre]

  15. Frederic Lachange dit :

    Des fois ça porte à confusion, pour plusieurs personne, de bien saisir la différence entre allergie alimentaire classique et hypersensibilité ou intolérance alimentaire… C’était mon cas, je savais que j’étais sensible à certains aliments et croyait que c’était une forme légère d’allergie qui causait mais pincement durant la digestion et une fatigue anormale.. Après des recherches, j’ai compris que l’intolérance alimentaire était quelque chose qui existait.. et oui, mais semble que c’est encore obscur comme sujet. J’en ai compris plus avec ce site qui vulgarise le tout, http://www.imunigo.com, ça décrit aussi un test d’intolérance alimentaire efficace, semble-t’il.. et ce que ça permet d’obtenir..

    Voilà!

    [Répondre]

    JYD répond:

    Bonjour Frédéric merci pour le lien
    Santé!

    [Répondre]

Inscrire un commentaire